En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Des slips sur des statues de nus à l'UNESCO ! Pour ne pas heurter "certaines sensibilités"…

04.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

05.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

06.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Une France, deux sentiments nationaux concurrents ?

03.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

Pression islamiste : quelles leçons de la guerre froide et du "containment" de la menace intérieure communiste ?

06.

Plus urgent que le vote de l'interdiction du voile en sorties scolaires, le combat contre un anti-racisme dévoyé

ça vient d'être publié
pépites > France
Impact à Montpellier, Toulouse et Perpignan
Intempéries : le trafic SNCF fortement impacté dans le sud de la France jusqu'au 4 novembre
il y a 2 heures 38 min
pépite vidéo > International
Tentative d'apaisement
Chili : le président Sebastian Piñera demande pardon et propose des mesures sociales
il y a 4 heures 20 min
light > Science
Big One ?
Californie : une importante faille tectonique se réveille après 500 ans d'inactivité
il y a 7 heures 18 min
pépites > High-tech
Révolution ?
Google dévoile des progrès majeurs dans le calcul quantique
il y a 8 heures 20 min
pépites > Justice
"Diffamation publique"
L’État décide de porter plainte après les accusations d'un homme qui prétendait que la France était "raciste"
il y a 9 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Unbelievable" : ... mais vrai !

il y a 11 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hors normes" d'Eric Tolédano et Olivier Nakache : les réalisateurs d'Intouchables nous embarquent dans un film irrésistible

il y a 12 heures 3 min
décryptage > Science
Espace

Les effets du voyage spatial sur le corps humain

il y a 13 heures 3 min
décryptage > France
Repli ?

Une France, deux sentiments nationaux concurrents ?

il y a 14 heures 2 min
décryptage > Société
Tout nouveau, tout beau

L'amour sur Instagram ? C'est de l'art !

il y a 14 heures 41 min
Jamais mieux servi que par soi-même
Chine : des tueurs à gages condamnés pour avoir essayé de sous-traiter leur projet criminel
il y a 3 heures 37 min
pépites > Politique
Polémique maltaise
Matignon : Sandro Gozi, le conseiller d'Edouard Philippe, annonce sa démission
il y a 5 heures 39 min
pépites > Faits divers
Enquête
L'homme arrêté au musée de Saint-Raphaël a été hospitalisé d'office
il y a 7 heures 50 min
pépites > Politique
Avenir de la droite
Christian Jacob dévoile le nouvel organigramme des Républicains
il y a 8 heures 55 min
pépite vidéo > Défense
Promesses tenues ?
Syrie : la Turquie et la Russie évoquent un "accord historique"
il y a 11 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Oublier Klara" d'Isabelle Autissier : une saga familiale qui s’étire des goulags staliniens à la décomposition de l’URSS

il y a 11 heures 49 min
décryptage > Société
Conséquences bénéfiques ?

L'impact social de la flexibilité des horaires de travail

il y a 12 heures 35 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 22 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 13 heures 21 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

Bruges - PSG : 0-5, Avec un Mbappé fulgurant, le PSG caracole en tête de son groupe

il y a 14 heures 27 min
décryptage > Société
Il n'y a rien à voir...

La haine des bien-pensants : ils voient tous ceux qui ne pensent pas comme eux comme des invalides !

il y a 14 heures 54 min
© DAMIEN MEYER / AFP
© DAMIEN MEYER / AFP
Ça sent la fin...

Bye-Bye Bayrou ? Comment les négociations Fillon-UDI compliquent la possibilité d’une candidature du maire de Pau

Publié le 30 décembre 2016
Concurrencé sur son centre-gauche par Emmanuel Macron et sur son centre-droit par l'UDI actuellement en négociation avec François Fillon dans le cadre des investitures aux législatives, la candidature de François Bayrou pour 2017 paraît fortement menacée.
Bruno Jeudy est rédacteur en chef Politique et Économie chez Paris Match. Spécialiste de la droite, il est notamment le co-auteur du livre Le Coup monté, avec Carole Barjon.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Jeudy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Jeudy est rédacteur en chef Politique et Économie chez Paris Match. Spécialiste de la droite, il est notamment le co-auteur du livre Le Coup monté, avec Carole Barjon.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Concurrencé sur son centre-gauche par Emmanuel Macron et sur son centre-droit par l'UDI actuellement en négociation avec François Fillon dans le cadre des investitures aux législatives, la candidature de François Bayrou pour 2017 paraît fortement menacée.

Atlantico : Compte tenu de la situation politique actuelle, comment peut-on évaluer la possibilité d'une candidature de François Bayrou pour 2017 ?

Bruno Jeudy : François Bayrou entretient l'illusion d'une possible quatrième candidature à l'Elysée. Il n'a pas d'autre objectif que celui-ci, faute de pouvoir trouver un terrain d'entente avec François Fillon, ce dernier n'en cherchant absolument pas avec François Bayrou. Ceci s'explique par le fait que François Fillon a été élu sur la base d'un programme assez peu amendable, et encore moins avec le centriste qu'est François Bayrou, qui a voté pour François Hollande en 2012. Dans ces conditions, François Bayrou – qui avait misé sur Alain Juppé dans le cadre de cette primaire –  se retrouve désormais coincé ; il n'avait pas imaginé une seule seconde que François Fillon puisse gagner ce scrutin, ce qui explique sa posture actuelle : un homme politique sans moyens, avec un espace politique extrêmement réduit par rapport à 2012, et encore plus par rapport à 2007. Il est désormais concurrencé sur son centre-gauche par Emmanuel Macron qui lui a piqué l'espace, et sur son centre-droit par l'UDI qui semble vouloir chercher une alliance avec François Fillon. C'est donc dans ces conditions que François Bayrou pourrait se lancer dans la course à la présidentielle en mars, après la publication d'un livre en février, même si je pense que l'hypothèse qu'il puisse s'arrêter avant n'est pas à écarter. François Bayrou sait que la présidentielle de 2017 n'est pas celle des revenants, surtout depuis l'échec de Nicolas Sarkozy et le renoncement de François Hollande. Une quatrième candidature pourrait être celle de trop pour le Béarnais, qui pourrait finir avec un score inférieur à celui de 2002, où il avait recueilli 6% des voix. 

Dans quelle mesure les négociations qui ont lieu cette semaine entre l'UDI et François Fillon, en vue des investitures pour les législatives de 2017, peuvent-elles encore davantage fragiliser la possible candidature de François Bayrou à la présidentielle ? S'agit-il là d'une volonté délibérée de François Fillon ? 

Dans l'histoire du centre, il y a toujours eu deux attitudes : ceux qui cherchent à privilégier l'existence d'un groupe au Parlement – en l'occurrence les troupes de l'UDI de Jean-Christophe Lagarde, qui cherchent l'implantation locale et à avoir avant tout une présence à l'Assemblée nationale plutôt qu'une candidature à l'Elysée à laquelle l'UDI a renoncé en ne présentant pas de candidat à la primaire de la droite et du centre – et l'autre branche du centrisme, celle de François Bayrou, qui a toujours défendu l'idée d'un centre indépendant, avec cette obligation donc de présenter un candidat à la présidentielle pour défendre les valeurs centristes, européennes, démocrates-chrétiennes, indépendantes des partis traditionnels de droite quel que soit leur avatar bonapartiste. Dans cette perspective, François Bayrou est fragilisé par le fait que l'UDI – qui dispose déjà d'un groupe à l'Assemblée nationale – cherche à le conforter et à négocier un accord assez large pouvant aller jusqu'à 60-80 circonscriptions. Ceci apparaît effectivement comme une perspective intéressante pour l'UDI qui reste une petite formation politique, elle-même un peu divisée entre ses différents barons. En France, le centre est dans une situation paradoxale où le Modem a un leader mais pas de troupes, tandis que l'UDI a des petites troupes mais pas de leader.

Par rapport à Bayrou, François Fillon reste dans sa logique exprimée lors du second débat de la primaire : il a finalement assez peu de temps à perdre avec le maire de Pau, qu'il respecte par ailleurs, mais avec lequel il ne souhaite pas entamer des négociations visant à modifier son projet. Toutefois, il n'est pas hostile à un accord électoral, mais ne souhaite pas un accord de projet visant à modifier en profondeur celui sur lequel il a été élu à la primaire. François Fillon n'a pas envie de perdre un temps interminable avec le Modem qui pèse politiquement assez peu, d'autant plus que cela sort du cadre de la primaire de la droite et du centre. Ainsi, François Fillon privilégie la négociation électorale concernant les législatives avec l'UDI. Malgré cela, il est important de rappeler qu'il n'y pas de conflit personnel entre François Fillon et François Bayrou, contrairement à Nicolas Sarkozy qui avait un profond désaccord, voire une solide inimitié, avec François Bayrou.

François Fillon ne craint pas François Bayrou, ni pour la primaire, ni pour les législatives, à la différence d'Emmanuel Macron vis-à-vis duquel on sent qu'il commence à redouter la percée dans l'opinion. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
emem
- 29/12/2016 - 13:53
Une momie
Bayrou le plus "has been" des "has been"
A la trappe
john mac lane
- 29/12/2016 - 09:30
Modem à quand la faillite?
Bayrou avec ses choix passés inspire de la répugnance. Il n'a fait que mettre successivement en faillite tous les groupes centristes dont il a eu la charge. CDS faillite, UDI faillite, UDF faillite. Normalement vous verrez, le Modem, c'est bientôt finit.
gerint
- 28/12/2016 - 16:25
A force de se conduire en pourriture
Bayrou fait par se gâter irrémédiablement.