En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© PHILIPPE LOPEZ / AFP
Si on résume les propositions d’Emmanuel Macron dans le domaine économique, on s’aperçoit que c’est un mélange de François Fillon qui serait moins brutal et de François Hollande qui aurait été lui, un peu plus audacieux.
Atlantico Business
Emmanuel Macron concocte son mix : Fillon-soft et Hollande-plus
Publié le 28 décembre 2016
Emmanuel Macron a envoyé, le jour de Noël, son programme économique et social aux adhérents de "En Marche !". Peut mieux faire !
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Macron a envoyé, le jour de Noël, son programme économique et social aux adhérents de "En Marche !". Peut mieux faire !

Il faut lire le programme des réformes prévues par Emmanuel Macron quand il arrivera à l'Elysée : c'est un chef d’œuvre d’habileté à défaut d’être original.

Peut mieux faire ! Si on résume les propositions d’Emmanuel Macron dans le domaine économique, on s’aperçoit que c’est un mélange de François Fillon qui serait moins brutal et de François Hollande qui aurait été lui, un peu plus audacieux. Alors ça se veut très habile à l’approche de la primaire de gauche, mais ça manque de précisions et d’originalité.

Emmanuel Macron a beau être très jeune, il pense avoir tout compris de la politique. L'ensemble est en effet cohérent et correspond à ses engagements. Ça n’est ni partisan, ni dogmatique. Ni de droite, ni de gauche. Comme promis dans les bandes-annonces.

Les propositions ne sont donc pas clivantes. Les vrais amis de François Fillon peuvent s'y retrouver, tout comme ceux de François Hollande qui ont regretté son manque de courage. 

Les seuls qui ne peuvent pas comprendre Emmanuel Macron sont ceux qui se retrouvent aux extrêmes de l’échiquier politique. A l’extrême droite comme à l’extrême gauche. Qui partagent le goût du protectionnisme et de l’étatisme, du souverainisme à outrance. Bref du brut de brut.

Le diagnostic sur lequel il a bâti son programme est simple. La France est asphyxiée par les pesanteurs administratives et syndicales, les tracasseries fiscales et réglementaires. La France a manqué son rendez-vous avec la mondialisation, la concurrence internationale et la révolution technologique. Pire, elle a transformé ce qui aurait dû être des opportunités de progrès en facteurs anxiogènes et paralysants.

A lire également sur notre site : Propositions économiques et sociales de Macron : la révolution… vraiment ?

Pour Macron il faut donc rattraper ce retard et remettre la machine économique en route. Deux choses. Il faut libérer la France (c’est le côté Fillon) et il faut protéger les Français (c’était l'obsession de Hollande et un peu celle de Juppé).

D’où son slogan : "Libérer la France et protéger les Français". La musique est bonne, mais les paroles sont quand même très inspirées. Ça ressemble à du Fillon sans l’énergie qui dérange, et à du Hollande un peu dopé. 

Les réformes qui s'inscrivent dans cette ambition se regroupent en quatre grands chapitres.

Le premier porte sur les réformes de compétitivité. Pour Macron, qui partage là le diagnostic de la majorité des experts (en dehors de ceux qui travaillent pour l’extrême gauche, la gauche de la gauche et la droite souverainiste et l’extrême droite) le problème français est son manque de compétitivité. La France est sortie de la compétition internationale parce qu'elle n'a pas su affronter cette concurrence. Il lui faut donc d’un côté améliorer ses conditions de coûts (baisse des charges) et de l’autre élever en gamme son offre de produits et de services. Tout est dit. Tous les candidats qui aspirent à gouverner seront d’accord.

Tout cela passe par de l’investissement, donc par un cadre fiscal qui encourage la prise de risques et l’accession aux capitaux pour financer ces investissements. Il souhaiterait donc remplacer le CICE par une baisse de charges, c’est à dire revenir au projet initial de Louis Gallois et qui serait beaucoup plus simple à mettre en œuvre. Baisse des cotisations patronales de 6 points, financée en partie par une hausse de la CSG.

Le deuxième chapitre de réformes concerne le droit et l’organisation du travail. L’objectif, trouver le moyen pour chacun de vivre de son travail d'abord et faire en sorte que ce travail corresponde à ses moyens, ses compétences, sa formation, ses désirs. Vaste projet qui serait géré dans un grand service public de l’activité et de la formation.

Les 35 heures seraient maintenues, mais assorties de nouvelles souplesses au niveau des entreprises ou des branches avec des accords ouvrant largement la possibilité d’heures supplémentaires selon les besoins des entreprises et des salariés (on est véritablement au cœur du programme Fillon).   

Sur le salaire, Macron envisage de réduire les charges sociales payées par les salariés de façon à récupérer du pouvoir d‘achat immédiat. Cette réduction serait financée par une hausse de la CSG. Emmanuel Macron déclare ne pas vouloir toucher à la TVA pour ne pas pénaliser les plus modestes (on est typiquement dans du Hollande). 

Le troisième chapitre aborde toutes les réformes de la protection sociale. Emmanuel Macron élimine d’emblée l’idée portée par Manuel Valls d’un revenu universel pour deux raisons : d'une part, la mesure coûterait trop cher et d’autre part elle serait démobilisatrice. Le travail est un facteur de déresponsabilisation. (On est dans la logique Fillon). 

Pour l'ensemble des mécanismes de protection sociale, Emmanuel Macron se place dans une logique de responsabilité individuelle sans exclure les contraintes de solidarité. Fillon pour la responsabilité et Hollande pour la solidarité. On n’en sort pas. 

Sur les retraites, il plaide plutôt pour une retraite par points qui reflèterait la réalité du travail. (Fillon). Sur le chômage, il propose que les droits soient ouverts aux indépendants, aux commerçants et aux artisans. (Hollande). Il propose aussi que le pilotage des décisions soit plutôt assuré par l’Etat que par les représentants syndicaux comme c'est le cas aujourd'hui. Très logiquement, il estime que le financement devrait être plus supporté par l’impôt que par une cotisation qui pénalise ceux qui travaillent. On retrouve une idée de Fillon.

Enfin, sur la santé, le programme est encore très flou, d’un côté, il souhaite moderniser et responsabiliser les acteurs de la santé (c'est la base du programme Fillon) mais de l'autre, il refuse de toucher aux remboursements des petits soins (c'est de l’anti-Fillon) un peu démago.

Le quatrième chapitre, l’Europe. Nécessaire, indispensable. C'est le chapitre le plus courageux dans la mesure où il s’inscrit dans une option très fédéraliste, avec un budget commun à la zone euro dont la composante investissements sera la plus lourde puisque les dépenses sociales et de fonctionnement seront laissées à la compétence des Etats membres. Avec surtout un ministre des Finances de la zone euro chargé de définir les priorités de réforme, la coordination des politiques fiscales, sociales et énergétiques. Macron se donne dix ans. Là encore, Macron a emprunté beaucoup de choses à François Fillon.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Quand les secrets du succès du Bon Coin intriguent Amazon et eBay
04.
Vent de sécularisation sur le monde arabe ? Ces pays qui commencent à se détourner de la religion
05.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
06.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
07.
Nominations européennes : le bras de fer entamé par Emmanuel Macron avec l’Allemagne peut-il aboutir ?
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
05.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
06.
Notre-Dame de Paris : l’incendie aurait été causé par une série de négligences
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
06.
Burkini : des femmes envahissent une piscine à Grenoble
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Rosiale
- 28/12/2016 - 12:25
Copie conforme
Tout cela manque d'originalité! Si c'est pour faire du Fillon autant prendre l'original et si c'est pour faire du Hollande...... n'en parlons pas!
zouk
- 28/12/2016 - 11:05
Mac
Le volet "protection des français est inquiétant". C'est cette obsession qui nous a installés dans tous les renoncements depuis 40 ans: SMIC toujours croissant càd le signe le plus clair de tout renoncement à un quelconque effort de redressement économique ainsi que de tous les reculs devant les réformes indispensables, mises en œuvre par nos voisins yc Espagne et Italie pour ne pas citer Irlande, Royaume Uni ou Allemagne, pour faire bonne mesure j'ajoute Pologne.
Benvoyons
- 28/12/2016 - 11:01
Macron a un programme Socialiste car la France
d'aujourd'hui est Socialiste dans son organisation sociale, syndicales, Fonctionnaires et ses résultats 57.8% du PIB et 46.1% de prélèvement 2016 aux quels il faut ajouter l'augmentation de la dette année après année. encore +82 milliards pour 2016. Macron ne veut absolument pas d’une modification de la structure qui fait que les transformations sont et continueront à être impossible en France. Il ne fait que saupoudrer autrement la gabegie Socialiste et donc cette gabegie continuera à augmenter.=====================Si vous prenez le programme éminemment Socialiste mais aussi Nationaliste du FN de MLP & Philipot ENA et bien pour le moment nous pouvons voir qu’aucun des Socialistes ne propose des transformations, pour réduire la machine à perdre mais que des solutions à la Cons pour l’amplifier. = Les Français seraient -ils accro aux Socialismes?==Quand une croyance Socialiste, t’obsède à ce point, le choix pour tout ,est que l'Universelle Mort de ta Liberté et de ta Fraternité, qui en découle, sont les sommets, du charnier de l’Égalité. Donc sans aucune réforme de la structure de l’État & Syndicale la France continuera plaisamment sa descente abyssale vers sa Fin avec la Faim en +