En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
© Reuters
Paroles d'évêque
Mgr Dubost n'aime pas qu'il y ait des soldats devant les églises ! Et il aime qu'on égorge des prêtres ?
Publié le 26 décembre 2016
L'évêque d'Évry est fidèle. Fidèle à ses convictions. Elles n'ont jamais varié : et ça s'appelle "islam mon amour".
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'évêque d'Évry est fidèle. Fidèle à ses convictions. Elles n'ont jamais varié : et ça s'appelle "islam mon amour".

Monseigneur, vous avez en charge un diocèse que bien des évêques peuvent vous envier. Une ville exemplaire, un modèle de ce que devrait être la France de demain. Un lieu où il fait bon vivre ensemble. Un laboratoire pionnier de la mixité sociale, du mélange ethnique et d'un chaleureux dialogue inter-religieux... J'ai bon là, Monseigneur ? Ou dois-je continuer encore à décliner les contours du diocèse paradisiaque où vous prêchez la bonne parole ?

A l'occasion de Noël, et suite à l'attentat de Berlin, les pouvoirs publics ont fait surveiller les églises par des soldats et des gendarmes. Et cela vous a peiné. Interviewé sur Europe 1, vous avez déclaré qu'il était difficile de prier à l'abri des armes. Comment se recueillir, avez-vous dit, dans de telles conditions ? Mais prudemment (avez-vous été formé chez les jésuites ?), vous avez refusé de condamner cette initiative qui vous déplaît tant. "C'est la décision du préfet", avez-vous dit. En effet, vous n'êtes pas préfet. Et il y a chez vous quelque chose du bon Jésus : "rendez au préfet ce qui est au préfet" !

Je note qu'il est trop tard, Monseigneur, pour demander au père Harel son avis sur la question : il a été promptement égorgé à Saint-Étienne-du-Rouvray. Je ne doute pas un seul instant que vous n'ayez aucune sympathie pour les tueurs. Mais votre credo consiste à les décharger d'une partie de leurs responsabilités pour en faire porter le fardeau sur notre société méchante, athée et mécréante. Interrogé sur les djihadistes, vous avez expliqué que la faute originale, le péché originel, était que "nous ne reconnaissons pas le rôle des religions".

"Des religions" ? Vous avez, Monseigneur, utilisé un pluriel qui donne à réfléchir. "Des religions" ? Vous devez savoir de quoi vous parlez. Et il est certain que vous savez compter. Monseigneur, combien avez-vous dénombré de djihadistes juifs, catholiques, protestants, bouddhistes ? Mais je vous taquine injustement.

Car vous savez compter. En effet, vous avez déclaré récemment qu'il y avait plus de musulmans qui nous protégeaient (police, armée, gendarmerie) que de musulmans qui nous attaquaient. Je suppose, Monseigneur, que vous avez accès à des chiffres cachés au grand public. Vous a-t-on également communiqué les chiffres des fichés S et des pieux touristes qui font l'aller-retour entre la France, la Syrie et l'Irak ?

Le robinet d'où dégoulinent vos saintes paroles n'est pas de ceux dont coule l'eau bénite. Un jour, il y a un an à peu près, Dalil Boubakeur, le recteur de la Grande Mosquée de Paris, avait suggéré que des églises désaffectées soient affectées au culte musulman. Ces propos soulevèrent une tempête d'indignation. Pas chez vous.

Vous avez eu, Monseigneur, cette phrase lumineuse entre toutes : "Je préfère qu'une église devienne une mosquée plutôt qu'un restaurant". Mais si c'est un restaurant halal, ça peut aller ? Et pour faire face à la crise des vocations, vous envisagez peut-être de coopter des imams pour remplacer les curés manquant à l'appel ? Voyez-vous, Monseigneur, si je peux me permettre une attaque frontale, vous semblez croire qu'une église n'est qu'un lieu de culte. Vous êtes, sciemment je le crois, dans l'erreur.

Replongez-vous un peu dans l'histoire du pays où vous exercez votre magistère. Vous verrez qu'une église est avant tout un lieu de mémoire. Un lieu de France. Il n'est pas indifférent, voyez-vous, que dans un petit village il y ait une église romane, même désaffectée, même en ruines, plutôt qu'une mosquée. Je m'arrête là, Monseigneur. La place me manque pour faire l'inventaire complet de la camelote que vous vendez à vos ouailles. Mais il me reste une ligne pour vous dire que lisant vos mercantiles propos, une image s'impose à moi : celle de Jésus chassant les marchands du temple.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Vladimir Poutine est censé quitter le pouvoir en 2024. Certains au Kremlin envisageraient un autre scénario
03.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
04.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
05.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
06.
De crypto-macroniste à Paris à orbaniste à Budapest, où va le Nicolas Sarkozy d’aujourd’hui ?
07.
Ce gouffre spectaculaire qui sépare le vocabulaire de la France du front anti-Macron de celle qui le soutient
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
Henri Guaino : « L’Union Européenne attise désormais les violences et les pulsions mauvaises qu’elle prétendait guérir à jamais »
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
01.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
02.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
03.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
04.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
05.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
Commentaires (18)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Eolian
- 27/12/2016 - 14:00
Contrairement à l'évêque,
je préfère que des flics me protègent à l'église, plutôt que ce soient des Musulmans, comme l'année dernière, car pour ceux-là, ce n'est pas autre chose que de la dhimmitude bien comprise. "Vous pouvez, à la rigueur garder votre religion, mais SOUS NOTRE protection".
vangog
- 27/12/2016 - 02:21
Le Front National remettra les curés à leur place...
dans les églises, devant leurs fidèles, et sans se mêler de politique, car ils y sont très nuls...
Paulquiroulenamassepasmousse
- 27/12/2016 - 00:11
Marre de ces curés de goche
Marre de ces curés de goche qui vénèrent j.j.Rousseau comme Jésus. Rousseau.,le seul type capable d'abandonner cinq enfants et d'écrire un traité sur l'éducation des enfants .......alors ça continue aujourd'hui avec ces curés collabos qui passent leur temps à battre leur coulpe ...
En fait l'homme n'est qu'une grosse merde et La société loin d'être responsable est sa seule chance de s'amander......
C'est pour ça que ce genre de crétin devrait être viré du clergé ou sinon c'est le clergé qui se fera virer...