En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
On peut imaginer un Congrès farceur, qui sortirait un troisième choix de son chapeau, ce qui est autorisé, puisqu'il doit choisir parmi l'un des trois qui a obtenu le plus de voix dans le pays. Mais choisir Gary Johnson serait une drôle d’alternative.
Fantasme du 18 décembre

Pourquoi les démocrates ont tort de penser que les grands électeurs peuvent encore empêcher l'arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche en janvier

Publié le 16 décembre 2016
Alors que l'élection formelle du président des Etats-Unis est pour bientôt, certaines voix aux Etats-Unis s'élèvent pour plaider une inflexion du collège électoral en défaveur de Donald Trump. Une initiative qui n'a raisonnablement pas la moindre chance d'aboutir.
Jean-Eric Branaa est spécialiste des Etats-Unis et maître de conférences à l’université Assas-Paris II. Il est chercheur au centre Thucydide et chercheur associé à l’institut l'IRIS. Il est notamment l'auteur de Hillary, une présidente des Etats-Unis ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Eric Branaa
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Eric Branaa est spécialiste des Etats-Unis et maître de conférences à l’université Assas-Paris II. Il est chercheur au centre Thucydide et chercheur associé à l’institut l'IRIS. Il est notamment l'auteur de Hillary, une présidente des Etats-Unis ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que l'élection formelle du président des Etats-Unis est pour bientôt, certaines voix aux Etats-Unis s'élèvent pour plaider une inflexion du collège électoral en défaveur de Donald Trump. Une initiative qui n'a raisonnablement pas la moindre chance d'aboutir.

Atlantico : Alors que l’heure de l’élection formelle du prochain président des Etats-Unis par le collège des grands électeurs approche, est-il vraiment envisageable, comme certains semblent le penser, que les grands électeurs américains n’élisent pas Donald Trump ? Combien d'entre eux devraient "retourner leur veste" et ne pas respecter le vote des Américains ayant voté pour eux pour qu’un tel scénario soit effectif ?

Jean-Eric Branaa : Ceux qui imaginent que les grands électeurs puissent "retourner leur veste" et que, au final, un vote surprise n’est pas à exclure, sont de doux rêveurs ou s’accrochent à une chimère impossible : car la mission première de ce collège électoral est de traduire dans leur vote celui qui a été exprimé par les électeurs de leur état. Et cela se fait suivant une règle très précise avec – notamment – pour la grande majorité de ces grands électeurs, une obligation de voter sans aucun état d’âme : ils ont – pour la plupart d’entre eux – ce que l’on appelle un mandat impératif et ils doivent voter en fonction de ce qui a été décidé lors de l’élection du 8 novembre. Aucune exception n’est admise pour les grands électeurs de 29 Etats, ainsi que pour ceux du District de Columbia. Cette règle est même inscrite dans la loi de leur Etat.

Cela laisse, il est vrai, suffisamment de grands électeurs libres de leur choix pour renverser complètement le résultat. Mais cela n’arrivera pas : le nombre de grands électeurs qui devraient ainsi se détourner du choix de leur Etat est trop élevé ; il faudrait que ce soit le choix de 37 d’entre eux. Or, les cas enregistrés de grands électeurs qui transgressent sont toujours très limités. Cette fois-ci, on a celui de Christopher Suprun, un grand électeur du Texas qui estime que Donald Trump n’est pas à la hauteur de la fonction et qui a fait connaître son point de vue publiquement, alors qu’il est dans un Etat qui ne l’autorise pourtant pas à changer son vote. On peut douter qu’il aille jusqu’au bout de sa démarche.

On peut toujours essayer d’en trouver d’autres et de croire que la liste va s’allonger. On entre toutefois dans la politique fiction car il est bien improbable qu’autant de citoyens engagés politiquement – car ils le sont tous – se décident soudain pour un vote contre leur propre parti. Certains journaux entretiennent pourtant l’illusion et relaient des initiatives enregistrées ici ou là, qui pourraient entraîner un tel séisme :  il ne faut toutefois pas compter sur les deux lettres qui ont été adressées cette semaine au Congrès par des grands électeurs "soucieux de connaître l’implication véritable de Vladimir Poutine dans l’élection présidentielle américaine", en sous-entendant que cela pourrait remettre en question leur vote ; ces deux lettres émanent toutes les deux de grands électeurs démocrates, dont la propre fille de Nancy Pelosi, leader des démocrates au Congrès. Ce n’est donc pas de ce côté-là qui faut espérer un rebondissement. On ne peut pas davantage compter sur la pétition qui circule, entretenue par des citoyens qui veulent exercer une pression sur le collège électoral et les engage à la transgression. Cette pétition a recueilli près de 5 millions de signatures. Mais cela ne suffira pas.

Dans le scénario déjà improbable où Donald Trump n’obtiendrait pas les 270 voix nécessaires pour entrer à la Maison Blanche, que se passerait-il ensuite, sachant que la Chambre des Représentants est aujourd’hui contrôlée par le parti républicain ?

Toutes les règles régissant cette élection présidentielle sont inscrites dans la Constitution des Etats-Unis. Le collège électoral doit se réunir le premier lundi après le deuxième mercredi de décembre pour élire formellement le président des Etats-Unis. Cette réunion a lieu dans les capitales des différents Etats. Chacun imagine aisément l'ambiance qui règnerait alors dans un état où ces grands électeurs ne respecteraient pas leur mandat !

La barrière des 270 est le minimum à atteindre par l'un des deux candidats pour être déclaré élu. Dans l’hypothèse où 37 délégués pro-Trump s’abstenaient, deux hypothèses seraient alors possibles : la première est que ces grands électeurs se reportent sur Hillary Clinton, lui permettant ainsi d'atteindre le chiffre magique de 270 grands électeurs et faisant d'elle la 45ème personne à présider la nation et la première femme à occuper cette fonction. Le chaos qui suivrait un tel événement ferait à lui seul l'objet d'un autre article. La deuxième hypothèse serait que les perturbateurs s'abstiennent simplement ou votent blanc, ne permettant donc à aucun des deux candidats d'atteindre ce chiffre de 270 : la décision serait alors renvoyée au Congrès des Etats-Unis. Car une telle hypothèse est déjà prévue dans une Constitution décidément bien complète même si elle est la plus courte du monde. Le Sénat aurait alors la responsabilité de choisir le nouveau vice-président et la Chambre des représentants choisirait le président. La majorité étant détenue par les Républicains, le choix serait donc assez clair et l’initiative du collège électoral n’irait donc pas plus loin.

On peut toujours imaginer un Congrès farceur, qui sortirait un troisième choix de son chapeau, ce qui est totalement autorisé d'après le texte suprême, puisqu'il doit choisir parmi l'un des trois qui a obtenu le plus de voix dans le pays. Mais choisir Gary Johnson serait une drôle d’alternative, un peu difficile à justifier auprès des Américains après cette folle élection !

Puisqu'on est dans les scénarios catastrophes, il faut préciser que la Constitution a prévu encore d’autres hypothèses : dans le cas où la chambre des Représentants n'arriverait pas à se mettre d'accord sur le choix d'un président – en imaginant donc qu'il y ait à ce niveau-là aussi une parfaite égalité –, le vice-président prendrait les commandes de la Maison Blanche aussi longtemps que durerait le blocage. Est-il temps de s’intéresser plus attentivement à Mike Pence ? Bien évidemment que non.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

02.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

03.

Arrêt de l’enquête dans les maternités de Fukushima : un non-lieu sanitaire pour le nucléaire ?

04.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

05.

Incendie en Amazonie : on vient d’inventer la politique magique !

06.

Le G7 du blabla politico-diplomatique qui ne sert à rien, sauf à permettre aux dirigeants de se parler et ça, c’est primordial

07.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

G7 à Biarritz : ces inégalités croissantes dans les pays occidentaux dont les progressistes ne veulent pas entendre parler

05.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

06.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 17/12/2016 - 00:46
Les gauchistes ont du mal avec la démocratie...
excepté quand elle les amène au pouvoir, ils contestent systématiquement les résultats des élections démocratiques...mauvais perdants, va!
Benvoyons
- 16/12/2016 - 11:14
La Gauche Américaine est aussi malsaine que celle de France
Tous les moyens sont bons pour discrédités l'autre même sans preuve et encore mieux quand les écrits prouvent le contraire.
La Gauche Américaine voudrait finalement une nouvelle guerre civile aux USA qu'elle ne s'y prendrait pas autrement.
Finalement quand Obama disait à ces début Yes we can! C' était prémonitoire . Les Démocrates ne le sont que par leur nom non par leurs actions En fait une Gauche USA ou Européenne ne se sent bien que dans la fange