En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Reuters
Manuel Valls et Emmanuel Macron vont-ils devenir les fossoyeurs du "PS de papa" ?
Historique
Valls-Macron, le duo infernal qui pourrait convertir la gauche française au libéralisme (à condition de se survivre l'un l'autre)
Publié le 15 décembre 2016
Comme celle d’Emmanuel Macron, la candidature de Manuel.Valls secoue le cocotier politique de la gauche et pourrait inciter l’ensemble des Français à choisir la voix de la réforme libérale, contre l’incapacité du Parti socialiste à réformer le pays.
Nathalie Krikorian-Duronsoy est philosophe, analyste du discours politique et des idéologies. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nathalie Krikorian-Duronsoy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nathalie Krikorian-Duronsoy est philosophe, analyste du discours politique et des idéologies. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Comme celle d’Emmanuel Macron, la candidature de Manuel.Valls secoue le cocotier politique de la gauche et pourrait inciter l’ensemble des Français à choisir la voix de la réforme libérale, contre l’incapacité du Parti socialiste à réformer le pays.

La récente candidature de Manuel Valls à la primaire socialiste démontre qu’une vraie hypothèse social-démocrate, par conséquent libérale en économie, soulève de puissants rejets au Parti socialiste comme dans toute la gauche.

A entendre les propos élogieux de la ministre de l’Ecologie Ségolène Royal sur la dictature bolchévique à Cuba, suite à la mort du héros gaucho-nationaliste Fidel Castro (1), on comprend bien que la moindre réforme vaguement libérale demeure en France un immense "défi", comme l’écrit si justement le philosophe Luc Ferry dans deux remarquables chroniques du Figaro dont je recommande la lecture, à qui veut, par la déconstruction des enjeux politiques actuels, comprendre l’état social de la France.

Car en effet : "Sans une forme d’union nationale, nous irons à nouveau dans le mur" (2). Cependant, "ce sont des passions hélas négatives et fort anti-libérales qui dominent aujourd’hui, l’espace public…" (3)

A écouter Benoît Hamon, l’hériter des 35 heures aubrystes muries dans l’utopie de la mort du travail, proposer qu’on achève l’activité en même temps que la pauvreté via un revenu minimum faisant de l’Etat-Providence, pourtant déjà moribond, le grand fossoyeur d’une nation entière, on comprend bien qu’au Parti socialiste on n’a pas peur des lendemains qui chanteront des requiems sur "le structuralisme marxisant" des petits-enfants de Lénine, Trotsky, Mao, Castro sans oublier le Che et Chavez .

Et à regarder le bal peu ragoûtant des tactiques politiciennes que se livrent les actuels prétendants à la future gouvernance de la maison Parti socialiste, tous unis contre une ligne social-démocrate et républicaine, incarnée avec courage par Manuel Valls, depuis sa naissance rocardienne au socialisme des années 1980, on comprend bien que la primaire de la gauche ne porte en aucun cas sur la désignation du futur candidat à l’élection présidentielle de 2017.

L’exercice auquel s’adonnent les candidats du PS devant les Français devenus otages de ce petit jeu, hier d’alcôve, aujourd’hui ultra-médiatisé, avec Manuel Valls, Arnaud Montebourg, Benoît Hamon et le drone de combat anti-Valls, Vincent Peillon, est celui d’un congrès pour désigner l’héritier du PS, dont "le mauvais état politique" pourrait, si l’on en croit Julien Dray, idéologue-militant depuis 1983, "créer les conditions d’une défaite historique similaire à 1958". La référence a pour but d’allumer tous les feux rouges au PS : la gauche de l’époque n’étant sortie que partiellement du marasme de 1965 par le leadership naissant de François Mitterrand.

Sauf que la crise actuelle, remontant selon moi aux années 1980, est bien plus grave que politique, qui oppose archaïques contre modernes. C’est aussi une crise de la déliquescence morale : affaire Cahuzac, déchéance de la nationalité avortée, et surtout une crise idéologique : diversitaires contre laïques, bolchéviques contre démocrates, ou "jeunes loups de cabinets ministériels" contre caciques militants trotskistes toujours à la manoeuvre, et n’ayant pas peur de la baston.

Cette référence historique aux deux dernières décennies du XXème siècle, à laquelle je renvoie les lecteurs, est essentielle. Son analyse éclaire, en effet, non seulement l’histoire des familles politiques de la gauche, mais surtout l’orientation globale de la vie sociale, intellectuelle et morale de la France comme l’ensemble des politiques conduites dans notre pays, y compris par la droite, depuis cette date, jusqu’à aujourd’hui.

De ce point de vue, je crois que nous vivons, avec l’effondrement politique de la gauche, dont l’origine est selon moi idéologique, une période inédite ayant de fortes chances de conduire à un dépassement du constat fait par Luc Ferry lorsqu’il écrit : "une large majorité de Français reste résolument hostile à toute espèce de réformes libérales" (4).

Car ce dernier quinquennat, aussi pitoyable et déloyal qu’il fut, me paraît avoir produit, dans la mentalité du pays, l'une de ces accélérations de la conscience collective dont seule l’Histoire a le secret.

Cette prise de conscience collective, dont les quatre millions de participants à la primaire de la droite nous ont donné un avant-goût, tient pour l’essentiel à trois facteurs :

  1. 1) Une paupérisation globale du tissu social majoritaire qui comprend, outre 3,5 millions de chômeurs, un abaissement généralisé du niveau de vie que le quinquennat hollandais, faute d’avoir la moindre politique nationale, a étouffé par l’impôt sans relancer les investissements, signant du même coup l’acte de décès de feu l’Union de la gauche mitterrandienne, l’acte de naissance remontant à l’année 1974.

  2. 2) L'expérience nationale de la faillite d’un Etat désincarné depuis que la providence ne le soutient plus, entraînant le délabrement de la puissance publique dans tous les domaines régaliens : police, école, hôpitaux, transports, où pourtant celle-ci est, depuis 1789, censée exercer sa Loi.

  3. 3) Une crise culturelle majeure, globale, que l’ensemble de la nation a vécu dans sa chair, par les tragédies sans précédent d’attentats terroristes d’une nature nouvelle, dont l’idéologie met en cause nos valeurs fondatrices et qui ont montré que la France, perdue dans une Europe dépourvue de frontières politiques, intellectuelles et morales, mettait son existence physique en danger.

Depuis Vichy, les gauches politiques, par calcul électoral et par idéologie, autant que les gauches intellectuelles, par idéal aussi, ont transmis à la société, avec d’autres passions négatives, la honte d’être une nation et d’être française, alors même que notre pays demeure, par son système politique original, démocrate et républicain, l’unique modèle en Europe, et sans doute dans le monde, capable d’apporter des réponses positives aux grands défis du XXIème siècle.

De retour de Saint-Chamond, ville moyenne typique, devenue par la force de la révolution mondiale de l’économie, comme Saint-Etienne sa voisine, la périphérie pauvre de Lyon, j’ai pu constater combien la sagesse autant que l’endurance des Français est grande. Et lorsque ni le confort quotidien, ni la paix des citoyens ne sont plus préservés, ceux-ci, contrairement à ce qu’a tenté de leur infliger l’idéal pathétique d’un quinquennat mourant, ne courbent pas l’échine, ils travaillent et ils vont aux urnes, et les urnes parleront.

A nous tous, philosophes, intellectuels et politiques de défendre avec raison, comme le font les discours et les propositions de François Fillon et auxquels il doit son actuel succès, un idéal de "passions positives". Comme l’analyse avec justesse Luc Ferry, "c’est désormais l’avenir des générations futures, celui de nos enfants, donc de l’humanité qui passe en premier, et sans réforme de fond, il est clair qu’il est compromis" (5).

(1) Voir l’excellente interview de Renée Fregosi sur le sujet

(2) "Fillon ou la défaite du populisme", Le Figaro, jeudi 24 novembre 2016

(3) "Le défi Fillon", Le Figaro, jeudi 8 décembre 2016

(4) "Le défi Fillon", idem

(5) "Le défi Fillon", idem

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
02.
Le paradoxe des sacs plastiques ou quand le remède (de leur suppression) est pire que le mal
03.
Public voit un nouvel homme dans la vie de Laeticia Hallyday; Angelina Jolie veut récupérer le sien; Brigitte Macron au chevet de l’AVC de Line Renaud; Ségolène Royal & François Hollande bientôt mamie-papy; Louis Sarkozy accouche d’une ligne de mocassins
04.
De mystérieux investissements immobiliers de Qatar Charity en France
05.
Notre-Dame : quand du recueillement on passe au cirque !
06.
Pourquoi la fonte du permafrost pourrait avoir des conséquences encore pires que prévues
07.
Les vrais objectifs de la sulfureuse ONG Qatar Charity
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
04.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
05.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
06.
Faut-il craindre l'opération "Revanche pour le Sham" de l'EI
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 16/12/2016 - 08:26
Un peu d'imagination : trouver un autre système ?
Cette dame emploie des mots outranciers, mais cela rend la lecture de son texte assez amusante. Seul petit problème, elle ne se rend pas compte que lorsqu'on voit ce qui se passe réellement dans les pays qui appliquent une politique encore plus libérale qu'en France, le résultat est encore plus catastrophique ! Parce que la vérité, c'est que partout dans le monde occidental, la politique appliquée depuis un demi-siècle est avant tout libérale. Seul varie le dosage de Fraternité qui est incorporée dans le système. Notre pays a inclus ce mot dans sa devise en 1789 et nous laissons moins ''crever les pauvres'' que les Usa, l'Allemagne ou l'Angleterre ! Ne rêvez sur l'exemple des Scandinaves ou de la Suisse : ce sont les ''exceptions qui confirment la règle''. Des petits pays, qui profitent d'avantages exceptionnels et qui sont habités par des gens qui ont une culture très différente de la notre. Les commentateurs qui viennent ici régulièrement écrire ''La France vit sous un régime communiste depuis 1945'', sont-ils des malades mentaux, des affabulateurs ou des agents provocateurs ? En tout cas, ce sont de minables radoteurs, aussi pitoyables que grotesques !
vangog
- 16/12/2016 - 03:17
Le libéralisme, c'est comme la Liberté...
il nécessite règles et limites afin de s'exercer pleinement. Sauf que...personne n'est capable de les préserver ses règles et ces limites! Je rigole de voir Luc Ferry, qui a contribué à l'effondrement de notre système éducatif sous les coups de butoir gauchiste, réclamer des réformes. il devait avoir trop de responsabilités pour oser les réformes, lorsqu'il était au pouvoir...aujourd'hui qu'il est parti, c'est plus facile de reformer...sûr!
Fondation pour l'innovation politique
- 15/12/2016 - 11:04
Actualité de la pensée libérale
La France n’est pas simplement le pays de la monarchie absolue et de la centralisation jacobine ; elle est aussi l’un des principaux berceaux de la philosophie libérale et compte nombre d’auteurs majeurs qui ont œuvré à penser les conditions de la liberté. Leurs écrits, hélas souvent oubliés ou méconnus, retrouvent une grande pertinence aujourd’hui. Le retour sur notre tradition libérale est un préalable indispensable pour repenser les rapports entre l’État, la société civile et l’individu, comme le requiert l’âge de la globalisation. A lire les deux notes de Jérôme Perrier pour la Fondation pour l'innovation politique "L'individu contre l'étatisme. Actualité de la pensée libérale XIXe et XXe siècle" https://goo.gl/4b6sHB