En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

02.

L’opération du siècle sur "Aramco" se présente mal : les milieux boursiers ne font pas confiance aux Saoudiens

03.

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

04.

Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée

05.

LREM voudrait (a)battre Pécresse en Ile-de-France ; Macron, le décideur solitaire ; L'Express enquête sur le danger des militants armés de l'ultra-droite ; Rachida Dati s'exempte du logo LR ; Valeurs actuelles dézingue la "machine infernale" de Barthès

06.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

07.

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

05.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

06.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

ça vient d'être publié
pépites > International
Balles perdues
Selon une étude, les personnes blessées lors de fusillades ont un risque accru de troubles mentaux longtemps après leur guérison
il y a 4 heures 55 min
pépite vidéo > International
Victimes collatérales
Australie : vive émotion après le sauvetage d’un koala lors des terribles incendies qui ravagent une partie du pays
il y a 6 heures 22 min
pépites > Environnement
Polémique
Europe Ecologie Les Verts condamne fermement les propos de Roger Hallam, le cofondateur d'Extinction Rebellion, sur l'Holocauste
il y a 7 heures 22 min
light > Science
Phénomène assez rare
Une pluie d’étoiles filantes devrait être visible dans la nuit du jeudi 21 au vendredi 22 novembre 2019
il y a 8 heures 47 min
Méthode d'avenir
Coldplay arrête ses tournées pour des raisons environnementales
il y a 11 heures 6 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 20 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 13 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Pechkoff, le manchot magnifique" de Guillemette de Sairigné : un héros de légende endormi réveillé par la plus noble des biographes

il y a 14 heures 47 min
décryptage > Santé
Plan palliatif

Cette liberté que la France ne se décide toujours pas à accorder à ses hôpitaux

il y a 15 heures 21 min
décryptage > Culture
Vive la liberté !

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

il y a 17 heures 19 min
décryptage > France
Culture

Repeignez-moi donc ces statues blanches que je ne saurais voir : l’antiracisme en pleine crise d’intolérance

il y a 18 heures 18 min
pépites > Social
Négociations sous tension
SNCF : la CFDT-Cheminots a annoncé son intention de déposer un préavis de grève reconductible à partir du 5 décembre
il y a 5 heures 49 min
light > People
Le poids des mots, le choc des photos
Paris Match met en vente certaines de ses plus belles photos à l’occasion de son 70e anniversaire
il y a 6 heures 49 min
pépites > International
Séisme politique et judiciaire
Israël : le Premier ministre Benjamin Netanyahu a été mis en examen pour "corruption", "fraude" et "abus de confiance"
il y a 8 heures 5 min
pépites > France
Climat
Pierre de Bousquet de Florian, le coordinateur national du renseignement, estime que le "degré de violence" est inédit en France
il y a 9 heures 26 min
pépites > Politique
Manifestations
Mouvement du 5 décembre : Emmanuel Macron va alléger son agenda international et n'ira pas à la COP25
il y a 11 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Picasso, tableaux magiques" : la magie des signes

il y a 14 heures 39 min
décryptage > France
Immobilier

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

il y a 15 heures 3 min
pépite vidéo > Politique
Réformes
Retraites, hôpital : Edouard Philippe s'est confié sur France Inter sur les dossiers sensibles de cette fin d'année
il y a 16 heures 2 min
décryptage > Politique
Stratégie de défense

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

il y a 17 heures 53 min
décryptage > Politique
Le Macron nouveau est arrivé

Le nouvel entre-deux stratégique d’Emmanuel Macron

il y a 18 heures 52 min
© Pixabay
© Pixabay
Droit dans le mur ?

Macron, Le Pen et Cie face aux verrous : combien de temps le système pourra-t-il encore bloquer les candidats qui dérangent ?

Publié le 16 décembre 2016
La plupart des candidats à la présidentielle se disent aujourd'hui révoltés ou anti-système. Seule petite différence : certains d'entre eux paraissent vraiment exclus de la représentation politique.
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La plupart des candidats à la présidentielle se disent aujourd'hui révoltés ou anti-système. Seule petite différence : certains d'entre eux paraissent vraiment exclus de la représentation politique.

Atlantico : Si François Fillon, Marine Le Pen et le vainqueur de la primaire de la gauche n'auront aucun mal à recueillir les 500 parrainages nécessaires pour se présenter à la présidentielle, ce n'est pas forcément le cas d'autres candidats, tels qu'Henri Guaino, Michèle Alliot-Marie, voire Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron. À quel niveau peut-on estimer le "poids" électoral de tous ces candidats ne passant pas par les deux grandes primaires de la gauche et de la droite ?

Eric Verhaeghe : L'estimation est forcément complexe et délicate, dans la mesure où les résultats d'un scrutin sont difficiles à anticiper et que la campagne ne fait que débuter. Mais on peut considérer que Mélenchon est en position d'atteindre un bon score, ne serait-ce que par un effet de report de voix du (non) candidat socialiste vers lui. Créditons-le de 10%. Guaino et Alliot-Marie, s'ils allaient jusqu'au bout, atteindraient probablement chacun 1 ou 2 points. Il existe une inconnue qui s'appelle Macron, dont on ne sait dans quel état il finira la campagne. Disons que, de façon réaliste, il peut être crédité de 10%, mais avec un fort écart-type : il pourrait tout aussi bien arriver à 15% comme à 5% ou moins. Si l'on y ajoute des candidat comme Dupont-Aignan, Arthaud ou Cheminade, et peut-être un ou deux autres, on peut considérer qu'un bon tiers de l'électorat se porte sur ces candidatures alternatives. En soi, le calcul est assez proche de ce que donne les autres scrutins. Avec un Front National autour de 25%, des Républicains et des centristes naturellement autour de 30% aujourd'hui et un Parti Socialiste légèrement au-dessus de 15%, on retrouve bien cet ordre de grandeur.

Entre les difficultés à recueillir 500 parrainages et la faible représentation au Parlement du Front national malgré ses scores importants des dernières élections, arriverons-nous à terme à un point de rupture ? Le verrouillage du système politique par les deux grands partis ne présente-t-il pas un risque de plus en plus élevé de rupture violente ?

Structurellement, les institutions françaises ne représentent plus depuis longtemps l'opinion publique dans sa diversité. En soi, c'est un produit choisi de la Constitution de la Vème République : pour sortir de la IVème République et de son instabilité, le général De Gaulle voulait un système électoral qui permette de construire des majorités, même en l'absence de majorité réelle dans le pays. Le problème est que ce système a peu à peu dispensé les partis dominants, les partis de gouvernement, de s'appuyer sur une dynamique militante réelle. Ils se contentent largement de laisser jouer les institutions pour diriger le pays, sans base démocratique. D'où, le résultat qu'on connaît aujourd'hui. Faut-il le redire, aux dernières législatives, le PS a dégagé une large majorité en recueillant moins de 20 millions de voix à chaque tour, et même beaucoup moins au premier tour. Quand un parti prend le pouvoir avec, en prenant large, 15 millions de voix d'adhésion sur un corps électoral de plus de 45 millions de personnes, deux conséquences viennent très vite. Premièrement, ce parti se méfie de la démocratie puisqu'il n'en est pas issu. Deuxièmement, ce parti mène une politique déconnectée de la volonté du pays. C'est ce spectacle que nous contemplons depuis 5 ans, avec d'évidents troubles sociaux, ou, en tout cas, un profond divorce avec la société française.

Si la proportionnelle a historiquement prouvé ses inconvénients lors de la IIIe et la IVe République, y a-t-il d'autres pistes à explorer pour éviter de laisser à la porte du système des candidats qui représentent, quoi qu'on en dise, de nombreux Français ?

La proportionnelle n'est pas forcément un épouvantail. Tout dépend de la façon dont elle est pratiquée et, sur ce point, de nombreuses règles sont possibles ou imaginables. Mais il est vrai que la proportionnelle comporte dans son principe même l'instabilité liée aux alliances, aux coalitions de circonstances. D'autres solutions mériteraient d'être examinées avec attention. Elles prendront sans doute un peu de temps à s'imposer, mais elles viendront naturellement. Il existe en effet un paradoxe lié à la démocratie représentative. Celle-ci consiste à priver les citoyens de toute possibilité d'intervention directe dans les affaires et les décisions publiques. Ainsi, nous avons d'un côté un corps électoral extrêmement mûr qui, avec Internet ou les réseaux sociaux, est souvent beaucoup mieux informé que les élus sur les dossiers qu'ils traitent. De l'autre, le processus de décision exclut ces citoyens informés (et capables d'informer le monde entier, en quelques secondes, grâce aux réseaux sociaux, de leur point de vue) et réserve le pouvoir à la "table des adultes", c'est-à-dire aux élus. Or, l'élection suppose une investiture préalable par des partis qui n'aiment pas les têtes qui dépassent et qui donnent une prime à la médiocrité. Dans ces conditions, la mise en place de systèmes comme la transitivité des mandats, c'est-à-dire l'investiture temporaire donné à des citoyens qualifiés sur des sujets donnés mériterait d'être mise à l'étude. Ce serait le meilleur moyen d'inclure les citoyens les plus motivés par un sujet dans le processus de décision publique, et donc de lutter contre ce fossé qui s'agrandit entre les citoyens et la démocratie. Bref, il s'agit bien ici de préparer une nouvelle forme de démocratie, un nouveau stade de démocratie, qui ne serait plus représentative mais liquide.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

02.

L’opération du siècle sur "Aramco" se présente mal : les milieux boursiers ne font pas confiance aux Saoudiens

03.

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

04.

Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée

05.

LREM voudrait (a)battre Pécresse en Ile-de-France ; Macron, le décideur solitaire ; L'Express enquête sur le danger des militants armés de l'ultra-droite ; Rachida Dati s'exempte du logo LR ; Valeurs actuelles dézingue la "machine infernale" de Barthès

06.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

07.

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

05.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

06.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
kelenborn
- 12/12/2016 - 21:20
A J'accuse
Si le FN est quasi-absent du Parlement, c'est parce qu'un parti doit plonger ses racines dans le terroir pendant des décennies pour pouvoir émerger, et lui n'a acquis une forte popularité que très récemment.
Un peu bizarre non? Le Poujadisme qui fait élire une cinquantaine de député en 56 a-t-il des racines?
La sous-représentation du FN vient de l'agitation des tenants de la pensée unique qui l'ont ostracisé et ont terrorisé l'opinion. Il faut se rappeler l''hallucinant entre deux tours de 2002 qui n'a rien à voir avec ce que l'on peut attendre d'une démocratie
Il est vraisemblable que le FN fera une percée aux prochaines législatives car le cordon "sanitaire" a sauté.Il est significatif que nombre de crétins merdiatiques n'aient pas remarqué qu'avec 47 % le FPÖ 2TAIT PRESQUE MAJORITAIRE EN Autriche quand 53% c'est le total de ....tout le reste!
kelenborn
- 12/12/2016 - 21:11
Bizarre
Je ne saisis pas très bien cette proposition de "transitivité des mandats" Du Charabia d'énarque ? En fait, on connait déja des Hautes autorité machins, des comités bidules donnant des compétences à des gens auto ou exo-proclamés compétents. Nul doute que les maîtres du Minotaure qui nous gouvernent trouveraient les affidés pour donner une auréole de respectabilité à leurs projets. Les organisations vertes connaissent très bien cette technique consistant à maquiller en experts des idéologues. Plutôt que de faire faire le ménage à la Waffen-SS on utiliserait la milice
Le seul moyen de sortir de l'impasse est le référendum d'initiative populaire car lui seul peut empêcher un parti au pouvoir bien qu'étant minoritaire (ce que décrit très bien l'auteur) de perpétrer ses mauvais coups contre la volonté d'une majorité
MK (ancien énarque un peu anarchiste de droite- bienvenue au club)
OLYTTEUS
- 12/12/2016 - 20:53
Réponse à bd
M. Macron aime à dire qu'il n'est ni de gauche ni de droite ce qui est toujours une formule émise par quelq'un de gauche .
Quant à son programme, il est à gauche toute:35h garanties et masse des fonctionnaires également. Au total, il me fait penser à Iznogoud: être calife à la place du calife.
Rien qu'avec ces deux blocages français, il renonce par avance à toute efficacité économique.