En direct
Best of
Best of du 7 au 13 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

02.

Dimanche noir pour le métro parisien : le trafic sera totalement interrompu le 15 décembre sur quatorze lignes de métro

03.

Retraites : les enseignants parviennent à obtenir une loi de programmation immédiate à 10 milliards d’euros

04.

Miss France 2020 : aucune caméra ne permettra de voir les coulisses afin d’éviter un incident en direct

05.

Macron a bien des malheurs : encore un lépreux à la tête d'un pays européen !

06.

Réforme des retraites : cette victoire du gouvernement qui se profile… mais pourrait bien ne rien lui rapporter

07.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

04.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

05.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

06.

Une démocratie digne de ce nom peut-elle vraiment fermer les yeux sur les "petits" oublis de Jean-Paul Delevoye ?

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

05.

Il est possible de sortir de l’affrontement stérile entre "élitisme" et "populisme". La preuve par Boris Johnson

06.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Jeune homme à la Mule" : quand Michel Orcel chausse la lorgnette de Stendhal…

il y a 8 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Raymonda" de Rudolf Noureev d'après Marius Petipa : la perfection classique pendant trois heures d’horloge… Et on en redemanderait…

il y a 8 heures 22 min
pépite vidéo > Religion
Huit mois après
Chantier de Notre-Dame de Paris : France 2 dévoile des images de l'intérieur de la cathédrale
il y a 10 heures 9 min
pépites > France
Fortes perturbations
Dimanche noir pour le métro parisien : le trafic sera totalement interrompu le 15 décembre sur quatorze lignes de métro
il y a 13 heures 56 min
light > France
Mauvaise camaraderie ?
Miss France 2020 : les ultimes heures de la compétition avant le sacre auraient été marquées par des tensions entre les candidates
il y a 15 heures 10 min
pépites > Social
Prévisions
Grève SNCF : Edouard Philippe exige un "plan de transport" pour les fêtes
il y a 17 heures 15 min
décryptage > Terrorisme
Bonnes feuilles

Comment Daech est né sur les décombres de l'Etat irakien

il y a 18 heures 22 min
rendez-vous > Politique
Zone Franche
Mélenchon et les élections britanniques : le grand rabbin, le Crif et le Likoud ont-ils fait chuter la gauche ?
il y a 18 heures 57 min
décryptage > Education
Négociations

Retraites : les enseignants parviennent à obtenir une loi de programmation immédiate à 10 milliards d’euros

il y a 20 heures 18 min
décryptage > Europe
Le retour de l'ennemi héréditaire

Macron a bien des malheurs : encore un lépreux à la tête d'un pays européen !

il y a 21 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le roman des Goscinny, naissance d'un gaulois" de Catel Muller : un parcours tendre et souriant aux sources de l'inspiration du père d'Astérix et Obélix

il y a 8 heures 11 min
pépites > Défense
Solidarité et soutien envers nos soldats
Emmanuel Macron sera avec les militaires français en Côte d’Ivoire pour les fêtes de fin d’année
il y a 9 heures 37 min
light > France
"Nipple Gate"
Miss France 2020 : aucune caméra ne permettra de voir les coulisses afin d’éviter un incident en direct
il y a 11 heures 6 min
pépites > Politique
Confiance
Edouard Philippe considère que la "bonne foi" de Jean-Paul Delevoye est "totale"
il y a 14 heures 31 min
pépite vidéo > Sport
Valeurs du sport bafouées
Roxana Maracineanu, ministre des Sports, a été huée et menacée par des supporters lors d'un match du Red Star
il y a 16 heures 34 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

La genèse de Huaweï : comment le génie et les idées de Ren Zhengfei ont révolutionné les télécoms et l'industrie en Chine

il y a 18 heures 15 sec
décryptage > Terrorisme
Bonnes feuilles

Lutte et prévention contre le terrorisme : l'impérieuse nécessité d'adopter une vision globale afin d'éviter l'impression du pansement sur une jambe de bois

il y a 18 heures 35 min
décryptage > Santé
Avancées médicales

Un nouveau traitement capable de prévenir la moitié des cancers du sein produit des effets même longtemps après avoir été pris

il y a 19 heures 45 min
décryptage > Politique
Répartie

Retraites : on peut être de droite et préférer la répartition

il y a 20 heures 33 min
décryptage > Politique
Déclaration d’intérêt

Une démocratie digne de ce nom peut-elle vraiment fermer les yeux sur les "petits" oublis de Jean-Paul Delevoye ?

il y a 21 heures 37 min
© capture d'écran Public Senat
© capture d'écran Public Senat
Entretien politique

François Kalfon : “La nécessité absolue du rassemblement de la gauche ne peut s'articuler avec la théorie des gauches irréconciliables de Manuel Valls”

Publié le 09 décembre 2016
Sans François Hollande mais probablement avec Manuel Valls, la gauche s'apprête à vivre une primaire décisive pour son avenir. Directeur de campagne d'Arnaud Montebourg, François Kalfon revient pour Atlantico sur les grands enjeux soulevés par la compétition qui s'ouvre.
Francois KALFON est conseiller régional d'Ile-de-France et membre de la direction collégiale du PSIl a publié avec Laurent Baumel un Plaidoyer pour une gauche populaire : La gauche face à ses électeurs, Editions Le Bord de l'eau (novembre 2011).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Kalfon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Francois KALFON est conseiller régional d'Ile-de-France et membre de la direction collégiale du PSIl a publié avec Laurent Baumel un Plaidoyer pour une gauche populaire : La gauche face à ses électeurs, Editions Le Bord de l'eau (novembre 2011).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sans François Hollande mais probablement avec Manuel Valls, la gauche s'apprête à vivre une primaire décisive pour son avenir. Directeur de campagne d'Arnaud Montebourg, François Kalfon revient pour Atlantico sur les grands enjeux soulevés par la compétition qui s'ouvre.

Atlantico : François Hollande a annoncé ce jeudi aux Français qu'il ne se présenterait pas à l'élection présidentielle de 2017, une décision jugée "sage, lucide et tout à fait respectable" par Arnaud Montebourg vendredi. Dans quelle mesure cette annonce change (ou non) la donne pour Arnaud Montebourg ?

François Kalfon : Nous étions en route vers une primaire qui aurait revêtu une dimension à la fois politique et personnelle compte tenu du statut du chef de l'État au côté de ses anciens ministres. Désormais, nous pourrons voir se développer un débat d'orientation que j'espère noble. Nous aurons une confrontation de bon niveau entre deux orientations politiques : l'une communément appelée le social-libéralisme, l'autre qui est à la fois sociale et républicaine. L'une s'inscrit dans les pas de la mondialisation qui montre jour après jour ses limites, l'autre en pointe les impasses et prône une autre organisation du monde, des peuples et de notre pays, dans un autre récit que celui de la marchandisation intégrale des activités humaines.

Cela ouvre des débats stratégiques pour la gauche.

En outre, le Premier ministre étant devenu le porteur de cette thèse des "gauches irréconciliables", comment compte-t-il articuler cette théorie avec la nécessité absolue du rassemblement et du raccommodage de la gauche ? C'est l'une des questions que nous pourrons poser à Manuel Valls.

En ce qui concerne le vivre-ensemble, nous pourrons également avoir un débat entre celui qui ne s'est pas opposé à la déchéance de nationalité, celui qui prône une laïcité de combat, que certains membres de la communauté nationale perçoivent comme dirigée contre eux, et un Arnaud Montebourg imprégné du souci d'une France plus harmonieuse, qui suppose une vision inclusive et non exclusive de la laïcité.

On peut aussi citer ici la question de la relation au travail dans un contexte de mondialisation. Est-ce qu'on considère que la modernité, c'est s'adapter à une certaine mondialisation et voir régresser les droits des salariés, ou est-ce qu'on considère au contraire qu'on peut reconstruire du gagnant-gagnant en voyant l'entreprise non plus seulement comme un espace où le capital se déploierait mais comme un collectif de travail où chacun aurait sa place ? Bien sûr, ça suppose une participation accrue des salariés aux conseils d'administration, ça suppose de ne pas remettre en cause la hiérarchie des normes, et plus largement de considérer que face aux excès de la mondialisation il est nécessaire d'inventer de nouvelles protections.

Je rajouterais un dernier débat, celui de la République nouvelle. Est-ce qu'on fait de la Vème République un corset permettant de limiter, voire d'empêcher, ce qu'on considérerait comme des excès de la société, avec un usage sans discernement du 49-3, ou est-ce qu'à l'inverse on demande la suppression de ce dernier ? Est-ce qu'on prône une démocratie réduite à la représentation nationale, ou est-ce qu'on favorise l'irruption citoyenne à travers les jurys citoyens, la modification radicale du Sénat, etc. ?

Arnaud Montebourg a déclaré être prêt à discuter "projet contre projet" avec Manuel Valls. Ne craignez-vous pas que ce débat idéologique, qui va au-delà de la querelle de personnes, mette en danger une unité dont la gauche a grandement besoin pour 2017 ?

Ce qui met en danger l'unité de la gauche, ce sont les querelles au sommet entre personnes dénuées de différences d'opinion politique – suivez mon regard – comme celle à laquelle nous avons assisté entre le président de la République et le Premier ministre. C'est ça qui multiplie les risques d'éclatement de la gauche.

Chez Les Républicains, nous avons eu ce débat entre une identité "heureuse" et une identité que je qualifierais de "malheureuse", et il n'a jamais été facteur d'explosion dès lors qu'il y a un minimum d'honnêteté intellectuelle… Les Français sont matures, et si l'on veut une grande primaire pour qu'ils puissent choisir leur candidat en lui octroyant une belle dynamique issue d'une forte participation, il faut des débats de qualité. Respectons les Français, ne les méprisons pas avec ces querelles subalternes.

Manuel Valls a-t-il bien fait de ne pas se rendre au meeting de la Belle Alliance populaire samedi soir ?

Il me semble que pour que la primaire se déroule dans de bonnes conditions, le Parti socialiste doit être organisateur et juge de paix, et non pas qu'il mobilise ses moyens au profit de tel ou tel. Je déconseillerais par ailleurs à Manuel Valls de se revendiquer le candidat du système, car on a bien vu ces derniers temps ce qu'il advient de ces candidats.

Finalement, cet affrontement idéologique qui se profile dans cette primaire entre Manuel Valls et Arnaud Montebourg ne préfigure-t-il pas le débat qui aura lieu au sein du PS après 2017 pour définir la ligne du parti ?

Il y a une dispute qui n'a jamais été tranchée, et c'est le problème de 2012. Nous nous sommes lancés dans cette aventure alors que des questions n'avaient pas été réglées, et que le parti n'avait pas travaillé. Contrairement à Manuel Valls, je ne crois pas à la théorie des gauches irréconciliables. Je pense en réalité que beaucoup de problèmes nouveaux (influence du numérique sur la question du travail, débat entre économie du partage et économie de la propriété) peuvent déboucher sur des synthèses futures si on travaille correctement dessus.

Il y a deux maux qui traversent la gauche et qui empêche son renouvellement et sa régénération. L'un de ses maux, c'est le repli sur soi, la fuite identitaire. L'autre, c'est la fuite en avant, qui considérerait que tout ce qui s'apparente au marché équivaut à la modernité. C'est, d'après moi, une vision passéiste de ce qu'est la modernité.

Voilà les deux dangers dans lesquels Arnaud Montebourg, qui est bien ancré dans son couloir à gauche, ne s'enfermera pas.

Qu'est-ce que la désignation de François Fillon comme candidat des Républicains change pour vous ? Face à une droite assumée, plaidez-vous de votre côté pour une gauche toute aussi assumée ?

Pour répondre à votre question : oui, évidemment. Mais le sujet qui intéresse les Français n'est pas l'affrontement droite-gauche, bloc contre bloc. En revanche, pour dire où l'on va, il faut savoir d'où l'on vient. C'est mieux de savoir se situer.

J'ajouterais un commentaire puisque vous m'y invitez. Après deux quinquennats où, finalement, le fleuve de la droite avait quitté son lit (sous Nicolas Sarkozy), tout comme le fleuve de la gauche a quitté le sien (sous François Hollande), j'observe que la rivière de la droite est revenue dans son lit. Nous avons une droite qui est de droite, qui est thatchérienne et réactionnaire. Face à un candidat ultralibéral, devons-nous opposer un candidat social-libéral ? Je crois que poser la question, c'est déjà un peu y répondre. Il vaut mieux un candidat qui soit à la fois social et républicain, et qui assume une critique progressiste de la mondialisation.

Arnaud Montebourg a déclaré jeudi matin vouloir "faire l'union des gauches, avec Jean-Luc Mélenchon, le Parti communiste et les Verts". La décision de François Hollande de ne pas se présenter peut-il lui faciliter la tâche, alors que le président a été très critiqué par la gauche de la gauche pendant son quinquennat ?

Il est en tout cas le mieux placé pour réussir cette union des gauches, de Jean-Luc Mélenchon à Emmanuel Macron.

Il s'entend bien humainement avec Emmanuel Macron et ils ont tous les deux le souci de l'entreprise (c'est l'un de leurs éléments de campagne les plus forts). Ils ont des différences certaines, notamment sur le rapport à la mondialisation, mais je ne vois aucun sujet dont ils ne pourraient discuter le moment venu, une fois qu'Arnaud Montebourg serait désigné candidat par les électeurs de la primaire.

Du côté de Jean-Luc Mélenchon, il y a également des points de convergence très importants : la prise en compte de la nécessité d'une protection sociale forte des salariés, une protection économique très importante, la nécessité d'une République nouvelle (que Jean-Luc Mélenchon nomme VIe République en reprenant finalement mot pour mot l'expression du fondateur de la Convention pour la VIe République, Arnaud Montebourg).

Arnaud Montebourg et Jean-Luc Mélenchon ont certes deux divergences stratégiques essentielles. Premièrement, ils ont une divergence stratégique sur le rapport à la primaire : pour Arnaud Montebourg, il est impossible de gouverner toute l'aile gauche en refusant d'être désigné et issu du choix du peuple de gauche. Deuxièmement, ils ont sans doute une divergence sur le rapport à la radicalité dans l'exercice gouvernemental.

Pour raccommoder la gauche, il vaut mieux choisir un candidat qui soit en situation de le faire.

J'observe, par ailleurs, que Manuel Valls aurait des difficultés personnelles avec celui qu'il nommait Brutus – Emmanuel Macron – et des difficultés politiques ET personnelles avec Jean-Luc Mélenchon. Or, s'il n'y a pas un candidat fort, un candidat de gauche désigné par la primaire pour assurer le rassemblement, ni Emmanuel Macron, ni Jean-Luc Mélenchon ne pourront se parler directement, la différence étant trop importante. Arnaud Montebourg, lui, est capable de parler d'abord à sa propre famille politique et ensuite aussi bien à Emmanuel Macron qu'à Jean-Luc Mélenchon.

Il faudra répondre à cette aspiration populaire du peuple de gauche qui consiste à dire "faites en sorte d'en finir avec cette division et que nous n'ayons pas à choisir entre une droite dure et réactionnaire représentée par M. Fillon, et l'extrême-droite représentée par Mme Le Pen". Le choix d'Arnaud Montebourg serait donc une réponse à une exigence populaire et non pas une volonté unanimiste qui nierait les différences.

Dans une interview récente à Atlantico (voir ici), Benoît Hamon, dont beaucoup soulignent la proximité de ligne politique avec Arnaud Montebourg, a pointé du doigt la position d'Arnaud Montebourg sur la question européenne. Quelle est-elle, concrètement ? Souhaite-t-il sortir la France de l'UE, ou bâtir une autre Europe sur de nouvelles bases ?

Arnaud Montebourg souhaite une réorientation profonde de l'Union européenne, notamment la suppression de deux éléments concrets impactant la vie quotidienne des Français.

Premièrement, le dumping social à travers la suspension unilatérale de la directive des travailleurs détachés car 500 000 employés travaillent en France dans des conditions sociales inacceptables et mettent en danger à la fois nos salariés et nos PME. Deuxièmement, le dumping fiscal au sein de l'Union européenne, qui profite aux grands groupes transnationaux des Gafa mais aussi à McDonald's car ces entreprises bénéficient de taux d'imposition totalement surréalistes dans ces pays au détriment de notre cadre social. Un travail a déjà été initié sur ces sujets, mais il faut aller beaucoup plus loin.

Arnaud Montebourg est-il anti-européen ? Non, au contraire ! Il est extrêmement européen. Mais il est conscient que si nous continuons dans cette dérive européenne, après le Brexit, beaucoup d'autres pays quitteront cette construction technocratique et relativement malade.

Il a d'ailleurs une stratégie précise : il suffirait de quatre pays bénéficiant de 30% des droits de vote pour bloquer le fonctionnement du Conseil européen et imposer aux conservateurs européens un autre agenda dont je viens de décrire quelques traits.

On voit bien là une pensée complexe, structurelle, et qui participe au sauvetage de l'Union européenne plutôt que de précipiter sa fin comme le souhaiteraient les souverainistes nationalistes de tout bord, ce que nous ne sommes pas.

Benoît Hamon a également déclaré vendredi que Manuel Valls "ne pouvait pas incarner l'avenir de la gauche". Un rapprochement avec Arnaud Montebourg est-il possible selon vous, même avant le premier tour ?

Je respecte la candidature de Benoît Hamon, mais je serais tenté de prendre votre question à l'envers : je ne vois pas pourquoi un rassemblement ne serait pas possible. Bien au contraire, je pense qu'il est possible, souhaitable et même naturel.

Le candidat de la droite, François Fillon, est régulièrement attaqué sur son programme socio-économique, mais l'élection présidentielle qui s'annonce se jouera-t-elle vraiment sur ces thématiques selon vous ? Les classes moyennes et populaires, notamment, n'attachent-elles pas plus d'importance aux questions de sécurité, d'identité, de valeurs, etc. ?

C'est une question qu'on me pose régulièrement. Retenir des sujets "identitaires" et appuyer sur le sentiment d'insécurité (supposée ou réelle, peu importe) des classes populaires, c'est le choix qu'a fait Nicolas Sarkozy, reléguant au second plan les questions économiques. On ne peut pas dire que ça lui ait beaucoup profité...

La réalité du déclassement de ces oubliés, des invisibles de la République, des territoires ruraux ou périphériques-urbains, n'appelle pas uniquement des réponses au niveau de la sécurité ou de l'autorité, mais aussi sur le plan économique et social.

La droite continue d'aggraver les effets de la mondialisation, quand nous souhaitons de notre côté mettre en place des dispensaires, raviver les centres ruraux, avoir une politique d'investissement massif dans les territoires (20 milliards d'euros) visant à combler la fracture numérique, construire des infrastructures et des équipements afin d'améliorer justement la vie de ceux qui se sentent aujourd'hui abandonnés ou oubliés.

Propos recueillis par Benjamin Jeanjean.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

02.

Dimanche noir pour le métro parisien : le trafic sera totalement interrompu le 15 décembre sur quatorze lignes de métro

03.

Retraites : les enseignants parviennent à obtenir une loi de programmation immédiate à 10 milliards d’euros

04.

Miss France 2020 : aucune caméra ne permettra de voir les coulisses afin d’éviter un incident en direct

05.

Macron a bien des malheurs : encore un lépreux à la tête d'un pays européen !

06.

Réforme des retraites : cette victoire du gouvernement qui se profile… mais pourrait bien ne rien lui rapporter

07.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

04.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

05.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

06.

Une démocratie digne de ce nom peut-elle vraiment fermer les yeux sur les "petits" oublis de Jean-Paul Delevoye ?

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

05.

Il est possible de sortir de l’affrontement stérile entre "élitisme" et "populisme". La preuve par Boris Johnson

06.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
bd
- 11/12/2016 - 16:19
Vieux tribalisme de gauche qui pense en autarcie...
De nombreux dinosaures d'un vieux tribalisme de gauche qui pense en autarcie rendent la gauche incapable de se réformer.
bd
- 11/12/2016 - 16:18
Macron plus moderne... et il a un vrai programme!
«La vérité est un miroir brisé, et chacun en possède un petit morceau», chantait le poète mystique persan Rumi.

Emmanuel Macron est le seul des candidats qui a eu le courage de sortir de son positionnement historique (de gauche) pour aller puiser les meilleures solutions partout et les combiner en un programme humaniste, démocrate, très complet et crédible.
http://vision-macron.fr/

Lors de son discours, il a surpris tous ceux qui le trouvaient atone en révélant un vrai talent de tribun.
Son "En Marche" est encore plus fort que le "Mangez des Pommes" de Chirac en son temps.
Il est sans aucun doute le plus moderne de tous les candidats à la présidence.
On pourrait le comparer à un John Kennedy à la française.

Grâce à tout ça, il emportera l'adhésion des Français en mai.
Il peut créer la surprise.
S’il est élu, il sera certainement le premier président appartenant vraiment au troisième millénaire.
zouk
- 05/12/2016 - 12:07
Kalfon vs Valls
Coup de pied de l'âne, Montebourg fut poussé à la démission par Valls, espère-t-il sa revanche? Ou est-ce un doux rêve de Kalfon??