En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

03.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

04.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Kylie Jenner vend sa marque de cosmétiques pour la somme de... 600 millions de dollars

07.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

04.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

05.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : Perrine Perrez "Celle qui a dit non" : Nous on dit "oui" sans hésiter !

il y a 50 min 30 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Livre : "Encre sympathique" de Patrick Modiano : Modiano en détective, une délicieuse partition sur l’écriture et l’oubli

il y a 1 heure 4 min
Couette tueuse
Le mystère de la couette tueuse enfin élucidé !
il y a 2 heures 40 min
décryptage > Politique
Perte d'autorité

L’autorité de l’Etat ne sera pas restaurée par la violence

il y a 3 heures 11 min
décryptage > Economie
La traque

Mais pourquoi traquer la fraude fiscale ?

il y a 3 heures 24 min
décryptage > Science
Kesako ?

Les éoliennes produisent-elles une énergie "écologique” ?

il y a 3 heures 34 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 18 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 4 heures 36 min
décryptage > Economie
Tout ça pour ça

Vote du PLF 2020 : 3 mois de débats pour presque rien (de nouveau)

il y a 5 heures 59 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

il y a 8 heures 9 min
light > Justice
Et golouglouglou
Pernod Ricard : des employés dénoncent une culture de la consommation de l'alcool
il y a 22 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Livre : "Un dimanche à Ville d'Avray" de Dominique Barbéris : Une Madame Bovary des temps modernes, un roman à l’humour mordant

il y a 55 min 25 sec
light > People
The Big bucks
Kylie Jenner vend sa marque de cosmétiques pour la somme de... 600 millions de dollars
il y a 2 heures 36 min
pépite vidéo > Politique
Décentralisation
François Baroin : "la fédération des volontés locales" plus importante "qu'un pouvoir très centralisé"
il y a 2 heures 59 min
décryptage > Justice
Je baise la France jusqu'à l'agonie

Pourquoi il faut laisser s'exprimer Nick Conrad

il y a 3 heures 19 min
décryptage > Politique
Adieu Jupiter!

Hollande c'était "moi je " : Macron c'est "bibi"

il y a 3 heures 30 min
décryptage > Société
Bonne solution ?

Education : Plusieurs études convergent pour dire que mieux payer les enseignants est le meilleur moyen d'améliorer la situation des jeunes enfants

il y a 3 heures 40 min
décryptage > Politique
Libéralisation ?

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

il y a 5 heures 54 min
décryptage > Science
Etrange...

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

il y a 7 heures 52 min
décryptage > Politique
Info ou intox ?

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

il y a 8 heures 14 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 17 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 22 heures 57 min
Des raisons géopolitiques et stratégiques pèsent énormément dans la fixation des prix de marché.
Des raisons géopolitiques et stratégiques pèsent énormément dans la fixation des prix de marché.
Atlantico Business

Le prix du pétrole : l’arme fatale de l’Iran pour ruiner l’Arabie Saoudite et renforcer son influence sur le monde arabe...

Publié le 01 décembre 2016
La violence des débats au sein de l'Opep pour réguler le marché du pétrole répond plus à des impératifs politiques et géostratégiques qu’à des considérations économiques.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La violence des débats au sein de l'Opep pour réguler le marché du pétrole répond plus à des impératifs politiques et géostratégiques qu’à des considérations économiques.

Quoi qu'on dise au lendemain de la réunion de l'Opep, le prix du pétrole va rester durablement bas. Il était tombé à 30 dollars en 2015, il est remonté depuis six mois aux alentours de 45 dollars le baril. En réalité, il va osciller entre 30 et 40 dollars selon la banque Goldman Sachs. Certains analystes le voient même revenir aux alentours de 25 dollars en 2017. Les pays de l'Opep auront du mal à se mettre d'accord pour fermer les vannes et raréfier un peu l'or noir afin de juguler leur perte de recettes. Ils auront surtout du mal à mettre au pas les producteurs n'appartenant pas au cartel.

Le prix du pétrole va donc durablement baisser pour deux séries de raisons.

Premières raisons : économiques d'abord, compte tenu d‘un déséquilibre entre l'offre et la demande. En clair, la demande s'est ralentie partout dans le monde parce que la croissance s'est évanouie au moment de la crise, mais surtout parce que les systèmes de production, systèmes de transport ou de fabrication sont devenus plus économes en pétrole. Ajoutons à cela la préoccupation écologique qui a fait reculer les produits à base de pétrole.

Mais parallèlement, l'offre s'est considérablement accrue depuis les années 2010 avec l'arrivée sur le marché des pétroles de schistes. Les Etats-Unis et le Canada sont devenus les premiers producteurs du monde. Le marché a reçu aussi la Russie, qui est devenu l'un des grands producteurs, puis surtout l'Iran qui est, à la fin de l'embargo en 2014, revenu dans le jeu mondial. L'Iran possède des capacités de production au moins aussi importantes que l'Arabie saoudite.

L'arrivée de tous ces acteurs a fait chuter le prix du pétrole à moins de 30 dollars le baril.

Cette baisse de prix a sans doute facilité la sortie de crise en Occident en diminuant les coûts de fabrications. Ceci dit, cette baisse de prix a aussi accéléré les tensions déflationnistes difficiles à juguler. Les anticipations négatives ont été fortes et freinent encore la croissance.

L'autre effet d'ordre économique, c'est que les pays producteurs se sont retrouvés en risque d'asphyxie financière : le Venezuela, l'Algérie mais aussi l'Arabie Saoudite qui ont réagi en ouvrant les vannes pour essayer de conserver leurs parts de marché et gêner ainsi les nouveaux arrivants américains qui produisent un pétrole plus cher qu'au Moyen-Orient. A moins de 45 dollars le baril, les productions américaines ou canadiennes ne sont pas rentables. D'où un bouleversement des rapports de force.

Deuxièmes raisons : des raisons géopolitiques et stratégiques ont énormément pesé dans la fixation des prix de marché.

- Acte 1 : on a vu l'Arabie Saoudite ouvrir ses vannes pour ruiner les producteurs de pétrole de schistes, jusqu'à ce qu'elle ait elle-même des difficultés financières. En baissant le prix, elle se tirait une balle dans le pied. Or, l'Arabie Saoudite a besoin des recettes pétrolières pour tenir sa population, pour tenir les membres de la famille royale et pour tenir son influence colossale dans la région.

Acte 2 : on a vu arriver l'Iran, qui a très vite compris l'intérêt qu'il avait à affaiblir l'Arabie Saoudite. La guerre ancestrale entre les sunnites et les chiites a trouvé là un nouveau champ de bataille. L'ambition iranienne est considérable. Son projet est de ruiner l'Arabie saoudite pour récupérer le pouvoir au Moyen-Orient.

- Acte 3 : la Russie est entrée dans le jeu elle aussi, aux côtés des dirigeants irakiens (autres gros producteurs), pour restaurer son pouvoir et son influence.

Tout cela ressemble étrangement à une guerre larvée. Le monde entier souhaite un relèvement des prix du pétrole parce que c'est un levier de croissance, mais aussi un ressort puissant pour accélérer la transition écologique. Tout le monde. Les producteurs et les consommateurs. Au Moyen-Orient comme en Amérique.

Mais visiblement, les marchés attendent deux choses pour agir :

- La première serait de savoir qui, de l'Arabie Saoudite ou de l'Iran, prendra le leadership politique dans la région. La "guerre" n'est pas terminée, mais elle évolue très vite au profit de l'Iran.

- La deuxième chose serait de savoir ce que va faire Donald Trump, qui a promis que l'Amérique devait retrouver son indépendance énergétique. La promesse signifie qu'il pourrait bloquer les importations, et donner de l'oxygène aux producteurs US, mais ça signifie aussi qu'il va s'exonérer des prix mondiaux et par conséquent infliger à son appareil de production une perte de compétitivité liée aux prix du pétrole plus cher que partout ailleurs sur la planète. Cela signifie qu'il va s'exonérer des contraintes écologiques. Tout cela est difficilement acceptable. C'est du moins le pari que fait Goldman Sachs puisque la banque américaine voit le pétrole à moins de 35 dollars au début de l'année prochaine.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

03.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

04.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Kylie Jenner vend sa marque de cosmétiques pour la somme de... 600 millions de dollars

07.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

04.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

05.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
bobthe log
- 01/12/2016 - 23:37
prix du pétrole
moins de revenus pour l'arabie saoudite et le quatar = moins de subventions pour les organisations salafistes ....
ikaris
- 01/12/2016 - 18:38
Papy Sylvestre, la prospective du myope
J'ai lu quantité d'article sur le sujet et ce que je lis dans ce billet est une grossière caricature habillée sous de la géopolitique de salon. La Russie est un gros prodctuteur depuis belle lurette ... elle ne s'est pas invitée ces 5 dernières années. Tous les producteurs aimeraient bien que ça remonte mais vu qu'ils ont tous leurs "faux frais" (tenir à flot les populations subventionnées de pétro dollards) et vu qu'ils tiennent finalement pas très bien marché (qui dépend beaucoup de la spéculation ... les copains de pays Sylvestre) , il en sont réduit à ouvrir les vannes pour vendre plus à moins cher.
Marie-E
- 01/12/2016 - 13:42
oui ce qui est le plus gênant
dans cette affaire c'est le pouvoir de nuisance des ayatollahs encouragé par la faiblesse pour ne pas dire autre chose d'Obama et qui se rêve remplaçant l'Arabie Saoudite.
Quand on voit leur prise de pouvoir (via les locaux) en Irak, Syrie, Liban, Yémen...