En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Changer de Premier ministre… ou supprimer la toute puissance du Président de la République ?

02.

Libye : la pâtée pour les mercenaires russes ?

03.

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

04.

L’Express voit Bertrand bien placé pour 2022, Wauquiez mieux placé qu’on ne croit, Retailleau trop critique; Didier Raoult est un libertaire élitiste; Marianne plonge dans la France qui rêve de coup d’Etat; Merkel achète son vin et son papier toilette

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

Trump et les conservateurs partent en guerre contre les réseaux sociaux… et ont de vraies raisons de le faire

07.

Angela Merkel va réussir la fin de son mandat en déboulonnant les dogmes politiques auxquels les Allemands étaient si attachés

01.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

02.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

03.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

04.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

05.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

06.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

01.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

02.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

03.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

04.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

05.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Acte 2
Phase 2 du déconfinement : retrouvez l’intégralité de la conférence de presse d’Edouard Philippe
il y a 8 heures 44 min
light > Culture
Disparition
L’humoriste Guy Bedos est mort à l’âge de 85 ans
il y a 10 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La naissance du vaccin, entre utopie et rejets" de Yves-Marie Bercé : avant Pasteur, la vaccination préventive n'était pas un long chemin tranquille !

il y a 13 heures 22 min
pépites > High-tech
Portrait flatteur
Les administrateurs de Wikipédia traquent les contenus promotionnels publiés par des agences de communication
il y a 14 heures 12 min
pépites > Economie
Forte augmentation
Impact du coronavirus : le chômage atteint en France son plus haut niveau depuis 1996
il y a 15 heures 41 min
pépite vidéo > Santé
Assurance maladie
Brigades Covid-19 : les enquêteurs ont débuté leur mission pour retracer les cas contacts
il y a 16 heures 39 min
décryptage > Politique
Remaniement

Changer de Premier ministre… ou supprimer la toute puissance du Président de la République ?

il y a 18 heures 8 min
décryptage > International
Relations internationales

Coronavirus : deux leçons géopolitiques majeures

il y a 18 heures 34 min
décryptage > France
Elle est toujours vivante

Vous avez aimé la "France périphérique" de Christophe Guilluy. Raymond Depardon, le plus grand photographe français vivant, l’a mise en image

il y a 19 heures 6 min
décryptage > Europe
Prix de la pandémie

750 milliards d’euros pour la relance européenne : attention à ne pas oublier les PME

il y a 19 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Jetez-moi aux chiens" de Patrick McGuinness : un roman décevant, ni un subtil polar, ni un grand livre sur le harcèlement

il y a 9 heures 57 min
pépites > Politique
Indicateurs positifs
Edouard Philippe a dévoilé les nouvelles mesures pour la phase 2 du déconfinement
il y a 12 heures 42 min
pépites > Politique
Elections municipales
Gérard Collomb retire sa candidature pour la présidence de la métropole de Lyon dans le cadre d’une alliance avec le candidat LR François-Noël Buffet
il y a 13 heures 37 min
pépites > International
Emprise
Le Parlement chinois a adopté la mesure controversée sur la sécurité nationale à Hong Kong
il y a 15 heures 36 sec
light > Science
Sage décision
Le premier lancement habité de SpaceX a été reporté à samedi en raison du mauvais temps
il y a 16 heures 7 min
pépites > Politique
Disparition
Claude Goasguen, député LR de Paris, est mort d'un arrêt cardiaque après avoir été atteint par le Covid-19
il y a 17 heures 28 min
décryptage > International
Tensions

Pourquoi Trump s’en prend à l’OMS ?

il y a 18 heures 21 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
L’Express voit Bertrand bien placé pour 2022, Wauquiez mieux placé qu’on ne croit, Retailleau trop critique; Didier Raoult est un libertaire élitiste; Marianne plonge dans la France qui rêve de coup d’Etat; Merkel achète son vin et son papier toilette
il y a 18 heures 58 min
décryptage > Défense
"Opération dignité"

Libye : la pâtée pour les mercenaires russes ?

il y a 19 heures 19 min
décryptage > Société
Vertige de l'amour

Si la Covid-19 a congelé votre libido, vous n’êtes pas le seul

il y a 20 heures 4 min
© Nasa Ames, W. Stenzel
Cet alignement, assez miraculeux, des planètes économiques et monétaires aurait dû être un puissant facteur de reprise de l'activité. En réalité, la baisse des taux, des monnaies et du pétrole a surtout profité aux économies de l'Europe du nord.
© Nasa Ames, W. Stenzel
Cet alignement, assez miraculeux, des planètes économiques et monétaires aurait dû être un puissant facteur de reprise de l'activité. En réalité, la baisse des taux, des monnaies et du pétrole a surtout profité aux économies de l'Europe du nord.
Atlantico business

Taux d'intérêt, monnaie, pétrole... Donald Trump n'a pas tardé à renverser l'alignement des planètes, et du coup tout va changer

Publié le 17 novembre 2016
Les économies occidentales s'étaient habituées à vivre avec des taux bas, une monnaie calme et des prix du pétrole très "softs". Trump a déjà renversé la table.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les économies occidentales s'étaient habituées à vivre avec des taux bas, une monnaie calme et des prix du pétrole très "softs". Trump a déjà renversé la table.

Le changement n'a pas tardé. A peine élu et pas encore installé aux commandes, les marchés ont déjà anticipé un renversement de l'alignement des planètes. Il va falloir assumer un changement de l'écosystème financier et monétaire et pour certaines économies très endettées, dont la France, ça ne va pas être tranquille. 

Depuis presque deux ans, les économies occidentales ont vécu dans un environnement très favorable.

D'abord, les taux d'intérêt grâce à l'action concertée des banques centrales sont tombés à zéro, voire sont passés dans le négatif pour certains emprunts.  Ensuite, les monnaies ont obtenu une sorte de trêve dans l'agitation spéculative qui les anime souvent.  Enfin, les prix du pétrole ont baissé de moitié par rapport aux prix où ils étaient accrochés avant la crise. 

Les taux bas ont allégé le fardeau pour les économies très endettées. La France par exemple n'a fait aucun effort pour réduire ses besoins d'endettement puisque le coût de la dette était quasiment nulle. Ça devait être un puissant facteur de relance par la demande, en fait ça n'a relancé que les dépenses publiques et les déficits. En revanche, les taux bas devaient aussi favoriser le financement des entreprises et des particuliers. L'effet a été très mesuré. 

Sur les monnaies, la baisse de l'euro avait incontestablement servi la compétitivité des économies européennes, qui ont une forte capacité d'exportation, mais en réalité l'effet positif a été compensé par une poussée en valeur des importations. 

Enfin sur le pétrole, l'effet a été directement dans la poche des automobilistes. Le plein d'essence a baissé de 30 % ce qui a profité au pouvoir d'achat. 

Cet alignement, assez miraculeux, des planètes économiques et monétaires aurait dû être un puissant facteur de reprise de l'activité. En réalité, la baisse des taux, des monnaies et du pétrole a surtout profité aux économies de l'Europe du nord qui ont fait leurs réformes structurelles. Les autres, dont la France, ont utilisé les facilités monétaires pour anesthésier les douleurs de la restructuration et surtout pour éviter de les faire. Pourquoi se faire mal, quand on a la drogue de la monnaie ? Les États ont été les premiers à s'endetter encore davantage. 

L'effet Trump a été aussi rapide qu'inattendu. Les experts avaient expliqué que l'arrivée de Donald Trump allait provoquer un séisme économique, et un bouleversement des marchés. Beaucoup avaient parié sur un effondrement de la bourse et du dollar et un écroulement du dollar lié à l'action des banques centrales. Un peu comme dans l'après Brexit. En réalité, il s'est passé tout le contraire. 

Les marchés boursiers se sont redressés assez fortement, le dollar a repris de la vigueur et le pétrole s'est à nouveau orienté à la baisse. 

Alors ces mouvements sont la conséquence de ce que Donald Trump avait dit pendant la campagne et de ce que les marchés ont déduit de ce qui allait se passer sur l'activité. 

En bref, les marchés estiment que la politique économique de Trump va principalement relancer l'activité américaine et par conséquent l'emploi. Les grands travaux, les prestations, vont contribuer à réactiver la demande, et par conséquent l'activité, selon les bons principes keynésiens. D’où la hausse de la bourse. 

Parallèlement, les ambitions protectionnistes de Trump, qui veut organiser l'indépendance énergétique des USA, en charbon comme en pétrole et en gaz, ont immédiatement fait monter le pétrole. D'autant que Trump a prévu des droits de douanes élevés sur les énergies importées. D'où le début de colère des pays producteurs qui vont avoir du mal à percevoir le produit de leur rente pétrolière. 

Enfin, il s'avère que ces ambitions-là protègent un peu le dollar. Ce qui, pour l'Amérique, n'est pas une bonne chose. L'Amérique a besoin d'un dollar faible pour vendre ses excédents et pour freiner ses importations et si possible créer un peu d'inflation. 

Dernier point, le financement du programme sera assuré par des emprunts. Il est tellement lourd que les marchés pensent que cette perspective tendra les taux, d'où la remontée assez rapide des taux obligataires et de toute la chaîne du crédit. 

Cela dit, maintenant, cette situation met les économies occidentales au pied du mur des réformes à faire. Plus question de se cacher sous des montagnes de liquidités, plus question de se droguer aux taux zéro. 

Cette situation va surtout mettre les États endettés en difficulté. Le taux de la dette française a plus que doublé en un mois. L'arrivée de Donald Trump va coûter très cher au contribuable français parce que nos gouvernants se sont gavés de prêts à taux zéro. Mais les taux zéro, "c'était avant !", comme dit la pub. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Changer de Premier ministre… ou supprimer la toute puissance du Président de la République ?

02.

Libye : la pâtée pour les mercenaires russes ?

03.

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

04.

L’Express voit Bertrand bien placé pour 2022, Wauquiez mieux placé qu’on ne croit, Retailleau trop critique; Didier Raoult est un libertaire élitiste; Marianne plonge dans la France qui rêve de coup d’Etat; Merkel achète son vin et son papier toilette

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

Trump et les conservateurs partent en guerre contre les réseaux sociaux… et ont de vraies raisons de le faire

07.

Angela Merkel va réussir la fin de son mandat en déboulonnant les dogmes politiques auxquels les Allemands étaient si attachés

01.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

02.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

03.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

04.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

05.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

06.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

01.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

02.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

03.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

04.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

05.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Liberte5
- 19/11/2016 - 23:45
Nous aurons longtemps à payer les fautes lourdes de F. Hollande
Une politique irresponsable, servie par une politique accommodante de la BCE, menée pendant 5 ans, a montré le degré de cynisme, de malhonnêteté et d'incompétence de cette gauche toujours donneuse de leçons. Se croyant toujours dans le camp du bien la gauche est le malheur des peuples. Les Américains viennent de la virer, la France doit le faire avec F. Fillon.
assougoudrel
- 18/11/2016 - 16:18
Pour raison d'Etat, nos gouvernant
n'iront pas par quatre chemins; tout est prévu. Gare à ceux qui ont de l'argent de côté à la banque (je parle de gens comme nous). Il est prévu de tout bloquer et de se servir. Il y a autant d'argent dans les chaussettes des français que de dette. Un ancien commissaire européen français disait à la télévision qu'il trouvait tout à fait normal qu'une banque en difficulté se serve dans les comptes de ses clients et que c'est la ligne de Bruxelles. Quand je quitterai le pays, je mettrai mes sous à la Banque Santander en Espagne, la seule qui n'a pas été mouillée dans le fiasco immobilier et treizième entreprise mondiale, très coté aux USA. Il y a quatre ou cinq ans, les trois principales banques françaises on perdu 230 milliards d'euros dans l'immobilier espagnol. Tout est prévu pour nous piquer le peu de sous qui nous reste. Fillon avait dit que la France est en faillite et il s'était fait souffler dans le cul, mais c'est le seul qui a eu la franchise de le dire. MLP avait parlé de très grosse difficulté de Crédit Agricole et tous nos politiciens l'ont traitée d'irresponsable, car elle aurait dû se taire, car, éventuellement, elle pourrait gouverner le pays.
moneo
- 17/11/2016 - 19:15
Trump hypnotique
il n('a pas commencé à travailler que tous ses détracteurs deviennent se thuriféraires....un hypnotiseur de première
A croire que toute ile contradictions n'éclateront pas dés la mise en place de certaines mesures