En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© REUTERS/Carlo Allegri
Après réflexion...
Cuba, Iran... pourquoi les deux tournants géopolitiques historiques des années Obama sont loin d'être des réussites aujourd'hui
Publié le 06 novembre 2016
Voilà maintenant deux ans que la normalisation des relations avec Cuba a été annoncée, et un an que l'accord sur le nucléaire iranien a été conclu. Pourtant, les avancées effectives, aussi bien politiques qu'économiques, sont encore faibles dans les deux cas.
Barthélémy Courmont est maître de conférences l’Université Catholique de Lille, directeur de recherche à l’Iris, et rédacteur en chef de Monde chinois, nouvelle Asie. Il est l'auteur de L’énigme nord-coréenne (Presses universitaires de Louvain) et...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Barthélémy Courmont
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Barthélémy Courmont est maître de conférences l’Université Catholique de Lille, directeur de recherche à l’Iris, et rédacteur en chef de Monde chinois, nouvelle Asie. Il est l'auteur de L’énigme nord-coréenne (Presses universitaires de Louvain) et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voilà maintenant deux ans que la normalisation des relations avec Cuba a été annoncée, et un an que l'accord sur le nucléaire iranien a été conclu. Pourtant, les avancées effectives, aussi bien politiques qu'économiques, sont encore faibles dans les deux cas.

Atlantico: Voilà maintenant deux ans que les relations diplomatiques ont été rétablies entre les Etats-Unis et Cuba, et un an que l'accord sur le nucléaire iranien a été passé entre la République islamique et les pays du P5+1 (Etats-Unis, Chine, Russie, France, Royaume-Uni et Allemagne). Or il apparaît toujours aussi compliqué de faire des affaires dans l'un et l'autre des pays, de procéder à des transferts financiers, etc. Pour quelles raisons? Quelle évolution de la situation peut-on espérer dans les années à venir?

Bathélémy Courmont: Les raisons sont multiples. D'abord, de tels accords ne se caractérisent pas immédiatement par des résultats, et il faut attendre quatre à cinq ans avant d'en mesurer les effets. A titre de comparaison, les Etats-Unis se sont dès 2012 engagés pour une levée des sanctions contre le Myanmar, et ce n'est que récemment que Barack Obama a officialisé que les dernières sanctions avaient été appliquées. Patience donc.

Ensuite, le système politique américain, fédéral, ne saurait être comparé à celui d'un pays comme la France. Il y a ainsi un décalage parfois important entre une décision prise par l'Exécutif, son approbation par le Congrès, et sa mise en application par les Etats fédérés, dans lesquels se trouvent les entreprises pouvant faire des affaires avec les pays en question. Dans le cas des relations avec Cuba, c'est vers la Floride que les regards se tournent surtout. Enfin, comme vous le signalez, les Etats-Unis ne sont pas le seul signataire de l'accord du 14 juillet 2015 sur le nucléaire iranien: il s'agissait d'un accord multilatéral. Sur ces deux dossiers, on note cependant des améliorations, et surtout des promesses liées à la levée des sanctions et des interdictions de faire des affaires. C'est normalement sous la prochaine administration qu'on pourra faire un bilan.

Face à l'absence de réalisations concrètes en l'état, aussi bien pour l'un et l'autre des accords, peut-on parler d'échec de ce qui a pourtant été présenté comme deux tournants géopolitiques historiques de la présidence Obama?

Il est trop tôt pour parler d'échec, et on peut à l'inverse arguer que si le bilan de l'administration Obama en matière de politique étrangère est assez mitigé, ces deux dossiers sont des avancées. D'abord si on tient compte de l'ancienneté de ces problèmes. La rupture avec l'Iran remonte à 1979, soit il y a quatre décennies. Les deux pays ont depuis été engagés dans des postures réciproques d'une grande hostilité, et les Etats-Unis ont multiplié les sanctions contre Téhéran. Le cas de Cuba est encore pire, puisque la révolution castriste date de 1959, soit avant la naissance de Barack Obama! Ce dernier est donc parvenu à modifier la position américaine sur des dossiers qui semblaient figés, et qu'aucun de ses prédécesseurs ne s'était risqué à toucher. Rappelons au passage qu'Obama avait annoncé lors de la campagne présidentielle de 2008 qu'il reverrait la relation avec des pays comme l'Iran ou Cuba. Il a donc tenu parole.

Ensuite, ces deux dossiers répondent à une approche géopolitique qui est une rupture avec les administrations Clinton et Bush fils, c'est-à-dire depuis la fin de la Guerre froide, en marquant la fin d'un manichéisme caractérisé par l'identification d'Etats voyous ou d'un axe du mal. C'est là que se trouve le tournant géopolitique. En revanche, on peut reprocher à l'administration Obama d'avoir cédé à Cuba et à l'Iran, dont les concessions sont soit nulles, soit moindres. Le débat reste ouvert. Mais les faits sont là: dans la manière avec laquelle les Etats-Unis engagent leur relation avec leurs adversaires, il s'agit bel et bien d'un tournant géopolitique.

Dans quelle mesure le résultat de l'élection américaine pourra-t-il impacter le processus de normalisation des relations aussi bien avec l'Iran qu'avec Cuba?

Là est tout le problème, tant les deux candidats semblent aux antipodes de Barack Obama en matière de politique étrangère. Trump a promis un recentrage sur les questions jugées prioritaires, qu'on peut assimiler à une forme d'isolationnisme (même si ce n'est pas exactement le cas).

C'est cependant dans le cas d'une victoire d'Hillary Clinton, pourtant ancienne secrétaire d'Etat d'Obama (mais avant que les dossiers iranien et cubain n'avancent) que les différences avec l'administration actuelle sont paradoxalement les plus nombreuses. Bill Clinton avait considérablement renforcé en 1995 le régime de sanctions contre l'Iran, et elle-même, alors sénatrice de l'Etat de New York, avait voté en juillet 2001 la reconduction pour cinq ans de la loi de sanctions contre l'Iran et la Libye (Ilsa), aux côtés de quatre-vingt quize autres sénateurs. Sa vision de la politique étrangère - qui est au passage soutenue par les néoconservateurs - prône un engagement plus fort de la puissance américaine, en mettant en avant des valeurs. En ce sens, elle s'apparente plus à l'école libérale, comme son mari, qu'aux réalistes comme Obama, et une remise en cause des avancées dans la relation avec l'Iran et Cuba n'est ainsi pas à exclure, selon l'attitude qu'adopteront ces deux pays.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
02.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
03.
Notre-Dame de Paris : l’incendie aurait été causé par une série de négligences
04.
Un Américain a passé un an à ne manger que des aliments aux dates de péremption dépassées, voilà les leçons qu’on peut en tirer
05.
Arabie saoudite : mais pourquoi la France ferme-t-elle les yeux sur la condamnation à mort d’un jeune militant arrêté à 13 ans pour une manifestation à vélo ?
06.
Angela Merkel prise de tremblements en pleine cérémonie officielle à Berlin
07.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
01.
Le devenir des réseaux sociaux (3)
01.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
02.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
03.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
04.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
05.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
06.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
Voulez-vous savoir dans quelle France on entend vous faire vivre ? Regardez bien l'affiche de l'UNICEF !
03.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
04.
Acte II : mais comment définir la ligne suivie par le gouvernement en matière de politique économique ?
05.
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2
06.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires