En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

02.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

03.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

04.

Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio

05.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

06.

Une étude du MIT découvre que les villes ne sont les plus pourvoyeurs d’opportunités économiques qu’elles ont longtemps été

07.

Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

05.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

06.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

ça vient d'être publié
007
L'espion égyptien qui travaillait dans l'entourage d'Angela Merkel a été démasqué
il y a 11 min 1 sec
light > Science
Une vie de chien
Non, l'âge humain de votre chien ne se multiplie pas par sept
il y a 1 heure 42 min
pépites > Economie
L'euro fort
L'Irlandais Paschal Donohoe prend la tête de l'Eurogroupe
il y a 3 heures 36 min
pépites > France
Sécurité
En déplacement à Dijon, Jean Castex dénonce des comportements "inadmissibles"
il y a 5 heures 19 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le rouge se met à fumer et quand la cible a du plomb dans l’heure : c’est l’actualité caniculaire des montres
il y a 7 heures 39 min
décryptage > Politique
Sale temps pour Paris

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

il y a 8 heures 28 min
décryptage > Economie
Des villes et des désavantages

Une étude du MIT découvre que les villes ne sont les plus pourvoyeurs d’opportunités économiques qu’elles ont longtemps été

il y a 8 heures 54 min
décryptage > France
Nouveau Gouvernement : vieilles lâchetés

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

il y a 9 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le flambeur de la Caspienne" de Jean-Christophe Rufin : une enquête captivante menée par un, désormais fameux, vice-consul décalé et fin limier

il y a 1 jour 2 heures
light > Economie
Couple bio-bobo
Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio
il y a 1 jour 3 heures
pépites > Justice
Le retour de la justice
Le parquet de Paris enquête sur les fraudes au "chômage partiel"
il y a 1 heure 13 min
pépites > France
Rénovation vintage
C’est officiel : la flèche de Notre-Dame de Paris sera reconstruite à l’identique
il y a 3 heures 11 min
pépites > France
Fin de partie
L'état d'urgence sanitaire prend fin aujourd'hui, qu'est ce que cela signifie ?
il y a 4 heures 54 sec
pépite vidéo > France
Reconnaissance
Lors du défilé du 14 juillet, l'armée de l'air rendra hommage aux personnel soignant
il y a 5 heures 55 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Du chaos syrien au chaos libyen, entretien exclusif avec Randa Kassis
il y a 8 heures 9 min
décryptage > Politique
Vieille recette

Vers un nouveau haut commissaire au plan : singer De Gaulle ne peut tenir lieu d’action

il y a 8 heures 40 min
décryptage > France
Vie politique

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

il y a 9 heures 7 min
pépites > France
Hommage
La gendarme tuée par un chauffard reçoit la légion d'honneur à titre posthume
il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Chained / Beloved" de Yaron Shani : un dyptique dramatique passionnant autour d’un couple en difficulté…

il y a 1 jour 2 heures
pépites > Justice
À coeur ouvert
L'enquête au centre du don des corps s'ouvre pour "atteinte à l’intégrité du cadavre"
il y a 1 jour 3 heures
© REUTERS/Carlo Allegri
© REUTERS/Carlo Allegri
Après réflexion...

Cuba, Iran... pourquoi les deux tournants géopolitiques historiques des années Obama sont loin d'être des réussites aujourd'hui

Publié le 06 novembre 2016
Voilà maintenant deux ans que la normalisation des relations avec Cuba a été annoncée, et un an que l'accord sur le nucléaire iranien a été conclu. Pourtant, les avancées effectives, aussi bien politiques qu'économiques, sont encore faibles dans les deux cas.
Barthélémy Courmont
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Barthélémy Courmont est maître de conférences l’Université Catholique de Lille, directeur de recherche à l’Iris, et rédacteur en chef de Monde chinois, nouvelle Asie. Il est l'auteur de L’énigme nord-coréenne (Presses universitaires de Louvain) et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voilà maintenant deux ans que la normalisation des relations avec Cuba a été annoncée, et un an que l'accord sur le nucléaire iranien a été conclu. Pourtant, les avancées effectives, aussi bien politiques qu'économiques, sont encore faibles dans les deux cas.

Atlantico: Voilà maintenant deux ans que les relations diplomatiques ont été rétablies entre les Etats-Unis et Cuba, et un an que l'accord sur le nucléaire iranien a été passé entre la République islamique et les pays du P5+1 (Etats-Unis, Chine, Russie, France, Royaume-Uni et Allemagne). Or il apparaît toujours aussi compliqué de faire des affaires dans l'un et l'autre des pays, de procéder à des transferts financiers, etc. Pour quelles raisons? Quelle évolution de la situation peut-on espérer dans les années à venir?

Bathélémy Courmont: Les raisons sont multiples. D'abord, de tels accords ne se caractérisent pas immédiatement par des résultats, et il faut attendre quatre à cinq ans avant d'en mesurer les effets. A titre de comparaison, les Etats-Unis se sont dès 2012 engagés pour une levée des sanctions contre le Myanmar, et ce n'est que récemment que Barack Obama a officialisé que les dernières sanctions avaient été appliquées. Patience donc.

Ensuite, le système politique américain, fédéral, ne saurait être comparé à celui d'un pays comme la France. Il y a ainsi un décalage parfois important entre une décision prise par l'Exécutif, son approbation par le Congrès, et sa mise en application par les Etats fédérés, dans lesquels se trouvent les entreprises pouvant faire des affaires avec les pays en question. Dans le cas des relations avec Cuba, c'est vers la Floride que les regards se tournent surtout. Enfin, comme vous le signalez, les Etats-Unis ne sont pas le seul signataire de l'accord du 14 juillet 2015 sur le nucléaire iranien: il s'agissait d'un accord multilatéral. Sur ces deux dossiers, on note cependant des améliorations, et surtout des promesses liées à la levée des sanctions et des interdictions de faire des affaires. C'est normalement sous la prochaine administration qu'on pourra faire un bilan.

Face à l'absence de réalisations concrètes en l'état, aussi bien pour l'un et l'autre des accords, peut-on parler d'échec de ce qui a pourtant été présenté comme deux tournants géopolitiques historiques de la présidence Obama?

Il est trop tôt pour parler d'échec, et on peut à l'inverse arguer que si le bilan de l'administration Obama en matière de politique étrangère est assez mitigé, ces deux dossiers sont des avancées. D'abord si on tient compte de l'ancienneté de ces problèmes. La rupture avec l'Iran remonte à 1979, soit il y a quatre décennies. Les deux pays ont depuis été engagés dans des postures réciproques d'une grande hostilité, et les Etats-Unis ont multiplié les sanctions contre Téhéran. Le cas de Cuba est encore pire, puisque la révolution castriste date de 1959, soit avant la naissance de Barack Obama! Ce dernier est donc parvenu à modifier la position américaine sur des dossiers qui semblaient figés, et qu'aucun de ses prédécesseurs ne s'était risqué à toucher. Rappelons au passage qu'Obama avait annoncé lors de la campagne présidentielle de 2008 qu'il reverrait la relation avec des pays comme l'Iran ou Cuba. Il a donc tenu parole.

Ensuite, ces deux dossiers répondent à une approche géopolitique qui est une rupture avec les administrations Clinton et Bush fils, c'est-à-dire depuis la fin de la Guerre froide, en marquant la fin d'un manichéisme caractérisé par l'identification d'Etats voyous ou d'un axe du mal. C'est là que se trouve le tournant géopolitique. En revanche, on peut reprocher à l'administration Obama d'avoir cédé à Cuba et à l'Iran, dont les concessions sont soit nulles, soit moindres. Le débat reste ouvert. Mais les faits sont là: dans la manière avec laquelle les Etats-Unis engagent leur relation avec leurs adversaires, il s'agit bel et bien d'un tournant géopolitique.

Dans quelle mesure le résultat de l'élection américaine pourra-t-il impacter le processus de normalisation des relations aussi bien avec l'Iran qu'avec Cuba?

Là est tout le problème, tant les deux candidats semblent aux antipodes de Barack Obama en matière de politique étrangère. Trump a promis un recentrage sur les questions jugées prioritaires, qu'on peut assimiler à une forme d'isolationnisme (même si ce n'est pas exactement le cas).

C'est cependant dans le cas d'une victoire d'Hillary Clinton, pourtant ancienne secrétaire d'Etat d'Obama (mais avant que les dossiers iranien et cubain n'avancent) que les différences avec l'administration actuelle sont paradoxalement les plus nombreuses. Bill Clinton avait considérablement renforcé en 1995 le régime de sanctions contre l'Iran, et elle-même, alors sénatrice de l'Etat de New York, avait voté en juillet 2001 la reconduction pour cinq ans de la loi de sanctions contre l'Iran et la Libye (Ilsa), aux côtés de quatre-vingt quize autres sénateurs. Sa vision de la politique étrangère - qui est au passage soutenue par les néoconservateurs - prône un engagement plus fort de la puissance américaine, en mettant en avant des valeurs. En ce sens, elle s'apparente plus à l'école libérale, comme son mari, qu'aux réalistes comme Obama, et une remise en cause des avancées dans la relation avec l'Iran et Cuba n'est ainsi pas à exclure, selon l'attitude qu'adopteront ces deux pays.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires