En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

05.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

06.

Ce discret courant souterrain qui fragilise puissamment nos démocraties

07.

Les super bactéries font encore plus de morts qu’on le croyait

01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

06.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Cette nouvelle ère politique que vient s’ouvrir avec la marche contre l’islamophobie

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Désastre
Venise : un milliard d'euros de dégâts ; une troisième montée des eaux attendue
il y a 5 min 30 sec
pépites > Santé
Drame
Deux tiers des Français ont déjà renoncé à se faire soigner
il y a 52 min 49 sec
pépite vidéo > France
Casseurs
Acte 53 des Gilets jaunes : d'importants dégâts sur la place d'Italie à Paris
il y a 2 heures 8 min
pépites > Politique
Baisse
Popularité : Emmanuel Macron perd un point en novembre
il y a 2 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

SOS Europe en détresse ?

il y a 6 heures 8 min
décryptage > Santé
Danger

Les super bactéries font encore plus de morts qu’on le croyait

il y a 6 heures 54 min
décryptage > Politique
Sectarisme à tous les étages

Ce discret courant souterrain qui fragilise puissamment nos démocraties

il y a 7 heures 10 min
décryptage > Economie
Un but bien défini

La politique économique de Trump, une politique parfaitement prévisible

il y a 7 heures 28 min
décryptage > International
Automne chinois

Hong Kong ou l’illustration que la Révolution de velours tchèque ne serait plus possible 30 ans après ?

il y a 7 heures 29 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

il y a 7 heures 30 min
light > Culture
Discrimination
L'actrice Mo'Nique accuse Netflix de la sous-payer car elle est une femme noire
il y a 30 min 17 sec
pépite vidéo > Culture
Pour les fans de la famille royale
The Crown : la saison 3 est disponible sur Netflix
il y a 1 heure 15 min
pépites > France
Noyau dur
Acte 53 des Gilets jaunes : 28.000 manifestants selon la police, 40.000 selon les organisateurs
il y a 2 heures 42 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'Inde veut aller explorer Vénus en 2023 ; Mars : les fluctuations de l’oxygène décontenancent la Nasa
il y a 3 heures 1 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : ce que la technologie pourrait apporter pour contenir les incendies géants
il y a 6 heures 26 min
décryptage > France
Un an déjà

Acte 53 des Gilets jaunes : statu quo en attendant décembre

il y a 7 heures 5 min
décryptage > International
Moderne... mais féroce

En Arabie Saoudite, « réforme » rime avec « répression »

il y a 7 heures 27 min
décryptage > France
Agriculture

Revenus désastreux des agriculteurs : et si les banques étaient juridiquement en partie responsables ?

il y a 7 heures 29 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Comment la momie de Ramsès II a bénéficié d'une "seconde jeunesse" grâce à une exposition organisée à Paris en 1976

il y a 7 heures 30 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

L'habile stratégie de Xi Jinping pour placer la Chine au centre de l'échiquier mondial

il y a 7 heures 30 min
THE DAILY BEAST

Et la gagnante de l’élection présidentielle américaine est d’ores et déjà...Michelle Obama

Publié le 28 octobre 2016
Avec Tim Teeman
Michelle Obama arborait une robe sur-mesure Atelier Versace pour son dernier dîner d’État – un emblème vestimentaire soulignant à quel point la First Lady est devenue une figure politique et culturelle incontournable.
Tim Teeman est journaliste pour The Daily Beast.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Tim Teeman
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Tim Teeman est journaliste pour The Daily Beast.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michelle Obama arborait une robe sur-mesure Atelier Versace pour son dernier dîner d’État – un emblème vestimentaire soulignant à quel point la First Lady est devenue une figure politique et culturelle incontournable.
Avec Tim Teeman

 The Daily Beast - Tim Teeman

Oui, c’était une belle robe.

 

First Lady of the United States @MichelleObama is flawless in a custom-made, rose gold #AtelierVersace gown.

Une photo publiée par Versace (@versace_official) le

18 Oct. 2016 à 17h30 PDT

 

Les nombreuses louanges adressées à sa robe rose-dorée faite sur mesure par Atelier Versace, portée mardi soir lors du dernier diner d’Etat du couple présidentiel, ont définitivement scellé, par une magnifique touche finale, le festival de mode que furent les deux mandats de la First Lady. Mais elles ont aussi et surtout souligné sa formidable ascension politique et culturelle.

Le dîner a suivi de peu la publication d’un sondage de NBC News et du Wall Street Journal, révélant que Michelle Obama était un des personnages publics les plus appréciés aux Etats-Unis.

Elle est plus populaire que son mari, plus populaire que les candidats à la présidence des Etats-Unis et plus populaire que les deux principaux partis politiques pris dans leur ensemble.

Selon ce sondage, 59% des personnes interrogées voient Madame Obama de façon positive. Elle a été une des supportrices les plus efficaces d’Hillary Clinton dans la campagne présidentielle.

Il est rare de nos jours qu’un personnage public bénéficie d’une telle adulation quasi-universelle. Les réseaux sociaux et la polarisation de la vie politique scindent généralement les camps en deux positions clairement délimitées qui s’affrontent.

Mais Michelle Obama inspire un niveau inégalé de respect, d’affection et d’admiration – à l'exception peut-être des franges extrémistes et racistes. Le fait qu'elle soit épargnée par les attaques de Donald Trump en dit long. Il ne pourrait pas se risquer à le faire sans rogner un peu plus dans ses propres courbes de popularité.

La robe de la First Lady au dernier dîner d’Etat a "consolidé l’héritage qu’elle laisse dans l’art vestimentaire de la politique, dont elle est peut-être la plus fervente et efficace représentante qu’ait jamais connu un gouvernement américain", selon le New York Times.

Cette robe façon cotte-de-maille évoque symboliquement "une armure et la force féminine, le besoin de se cuirasser pour se battre pour ce en quoi vous croyez".Michelle Obama apparait comme une femme authentique, ayant les pieds sur terre, et reconnaissable – qu’elle chante du Stevie Wonder avec James Corden dans l'émission de télévision Carpool Karaoke, qu’elle prenne la parole devant des écolières, ou encore lorsqu’elle se prête au jeu des sketches dans lesquels elle excelle naturellement comme quand elle a arpenté les allées d’un supermarché CVS avec Ellen DeGeneres. Mais c’est sa passion politique, clairement et ardemment exprimée, qui est aujourd’hui devenue son moteur le plus fascinant.

Dans le New Hampshire la semaine dernière, quand Michelle Obama a déclaré que l’"on mesure la qualité d’une société à la façon dont elle traite ses femmes et ses jeunes filles", c’était un discours venu du cœur, enraciné dans son puissant combat en faveur des jeunes femmes et dans sa grande répulsion pour Donald Trump et tout ce qu’il représente, tout particulièrement au vu des nombreuses accusations d’agressions sexuelles dont il est l'objet.

Sans jamais citer Donald Trump nommément (un affront ultime délicieusement calculé), Michelle Obama a très clairement fait savoir que ses mots et ses actes l’avaient choquée "au plus profond".

Face à cette démonstration de force passionnée et triomphante, il est très significatif que la seule réaction du clan Trump se soit manifestée sous la forme d’un déclaration peu convaincue et plaintive de Mike Pence durant l'émission This Morning sur CBS, où il a déclaré : "Ecoutez, j’ai beaucoup de respect pour la première dame. Mais je ne comprends pas les fondements de son propos."

Les paroles de Michelle Obama sont restées incontestées et ont été saluées de toutes parts. Ce n’est pas seulement le vocabulaire employé par Donald Trump – qui attrape les femmes par la "chatte" - mais de son manque de respect général à l’égard des femmes qui a secoué Michelle Obama, tout particulièrement en tant que mère préoccupée par le contenu de cette campagne électorale.

L’écouter, c’est écouter une oratrice hors pair : tout comme son mari, elle n’a pas seulement des convictions profondes, elle les défend avec passion ; elle créé un lien fort avec son auditoire. Elle possède peut-être les attributs du pouvoir, mais elle connait le monde réel qui s’étend au-delà des grilles de la Maison Blanche.

Michelle Obama n’a pas endossé le rôle de protectrice de son mari par devoir ou par convenance. Elle est l’égale de son mari et peut-être mieux encore. Les mots de ses discours n’ont pas été empruntés à d’autres. Elle se suffit à elle-même, et elle a trouvé sa raison d’être dans un rôle traditionnellement pensé comme décoratif.

Michelle Obama a dénoncé les fanfaronnades de Donald Trump à propos des agressions sexuelles dont il s’est rendu coupable. Elle a alors évoqué ses "commentaires dégradants au sujet de nos corps et le manque de respect envers nos ambitions et notre intelligence" en les inscrivant dans une plus large palette de discriminations institutionnalisées envers les femmes, et de discriminations physiques des femmes de la part les hommes. Donald Trump, pour Michelle Obama, est simplement le plus méprisable et le plus visible des propagateurs de ce polluant social.

Bien sûr, Michelle Obama a mené des campagnes plus traditionnelles en tant que compagne de président. Cependant, même le potager de la Maison Blanche et ses campagnes de prévention contre l’obésité ont été réalisés avec enthousiasme. Ces causes n’ont semblé ni coûteuses, ni artificielles, ni orchestrées pour faire le show ou encore par devoir.

Sa force transparait sur les clichés pris par Collier Schorr pour accompagner un article de T magazine où sont publiées quatre lettres de Chimamanda Ngozi Adichie, Gloria Steinem, Jon Meacham et Rashida Jones, qui louent tous Michelle Obama pour son intelligence, son style, et qui la félicitent d’être devenue un catalyseur si charismatique en faveur du changement social et du progrès.

Pendant la campagne de son mari en 2008, Michelle Obama a essuyé des critiques pour avoir déclaré : "Pour la premier fois au cours de ma vie d’adulte, je suis vraiment fière de mon pays, parce qu’il semble que l’espoir fasse son grand retour… pas seulement parce que Barack a fait un beau travail, mais parce que je pense que les gens ont soif de changement". 

Le fait d’oser remettre en question l’orthodoxie patriotique qui est généralement de rigueur dans la vie politique constituait en soi une hérésie aux yeux des opposants de son mari. Mais désormais, Michelle Obama dit ce qu’elle pense ouvertement, fièrement et brillamment. La nervosité s’est envolée et elle manie son pouvoir de la façon la moins arrogante qui soit.

Quand elle a affirmé, avec un dégout véritable, lors de son discours du New Hampshire, que ce qui se jouait actuellement n’avait "rien à voir avec la politique mais tout à voir avec la simple décence humaine. Nous nous pouvons pas subir cela", elle a parlé au nom de nombre de citoyens américains épuisés par la campagne de Donald Trump qui parvient toujours à niveler le débat par le bas, même lorsque l’on croit avoir déjà touché le fond.

Le talent oratoire de Michelle Obama s’est aussi pleinement exprimé lors de la convention démocrate de 2016, où un fossé béant est apparu entre le discours de Melania Trump, discours plagié sur un discours de Madame Obama elle-même, et les paroles de la First Lady. Elle a évoqué avec force une responsabilité, celle de guider les enfants de la nation pendant les quatre ou huit prochaines années.

Elle a aussi souligné qu’elle se réveille tous les matins dans une maison "construite par des esclaves", un signe de l’immense progrès social que les générations suivantes ont vécu.

Malgré l’insistance d’Internet à réclamer sa candidature, Mme Obama affirme ne pas vouloir briguer la présidence des Etats-Unis. "Je ne me présenterai pas comme candidate à la fonction présidentielle. Non, nan nan, je ne le ferai pas", a-t-elle déclaré lors du South by Southwest en mars dernier.

Ses filles ont déjà donné suffisamment en tant que "premières filles" lors de deux mandats successifs, a-t-elle précisé, et "cette fois, ça suffit".

Michelle Obama a avancé qu’elle pourrait faire "tellement plus" en dehors de la Maison Blanche et du rôle du First Lady "sans les contraintes et hors du feu des projecteurs… Il y a du potentiel pour que ma voix soit entendue par beaucoup de personnes qui ne peuvent m’entendre aujourd’hui parce que je suis Michelle Obama, la première dame".

Bien sûr, le vent tourne vite de nos jours dans le monde haletant de la politique, et Michelle Obama pourrait changer d’avis ; et certains pourraient bien être tentés alors de lui rappeler ses propres déclarations du dernier South by Southwest.

Mais il se pourrait bien, aussi, qu’en observant son mari exercer le pouvoir (et la façon dont ses opposants ont cherché à miner son exercice du pouvoir),  elle ait repéré des méthodes alternatives plus constructives pour engager le type de changement et les campagnes sur lesquels elle souhaite concentrer ses efforts.

Alors que Madame Obama entame ce nouveau chapitre, on peut s’attendre à ce que son style s’accorde avec ses mots : l’authenticité faite reine.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

05.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

06.

Ce discret courant souterrain qui fragilise puissamment nos démocraties

07.

Les super bactéries font encore plus de morts qu’on le croyait

01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

06.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Cette nouvelle ère politique que vient s’ouvrir avec la marche contre l’islamophobie

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
valencia77
- 23/10/2016 - 18:04
oui elle parle bien comme Barak Obama
Mais 8 ans de Barak et aucun progres pour les noirs! Pourquoi? En fait 50 ans de "Great Society " de Johson et la condition des noirs est pire. Je crois qu'il y a plus de noirs en prison aux USA qu'il n'y a de prisoniers dans toute la Chine.
Alors Michelle, tu parles bien mais tu ne dis pas ce qui devrait etre dit? Trump? He bien il emploi hommes et femmes sans discrimination parait il. La fable de la Fontaine: la souris, le coq et le chat, ca se lit toujours en France?
odelaf
- 23/10/2016 - 17:22
Prochaine présidente
Après deux Bush , deux Clinton , il y aura deux Obama .
les journalistes gauchistes sont déjà d'accord , d'ici peu ils vont y penser un peu plus et Hop : tous ceux qui ne seront pas d'accord feront partie de la fachospère .
emem
- 23/10/2016 - 16:12
Nouvelle Hillary
Et en 2020 c'est elle qui se présente