En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© REUTERS / Ammar Abdullah
Et après ?
Batailles de Mossoul et d’Alep : la question à 1 000 dollars sur ce que pourraient être l’Irak et la Syrie d’après
Publié le 18 octobre 2016
Alors que le régime de Bachar el-Assad resserre son étau avec l'aide de la Russie contre les quartiers rebelles d'Alep et que l'Occident a déclenché le lancement de l'assaut sur Mossoul (aux mains de l'Etat Islamique), l'une des questions centrales de ce conflit est maintenant de savoir ce qu'il adviendra du territoire de la Syrie et de l'Irak, tant pour leurs frontières que pour l'intérieur des terres.
Frédéric Encel Docteur HDR en géopolitique de l'Université Paris 8, maître de conférences à Sciences-Po Paris et à la Paris School of Business, fondateur et animateur des Rencontres internationales géopolitiques de Trouville. A paraître à la rentrée...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Encel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Encel Docteur HDR en géopolitique de l'Université Paris 8, maître de conférences à Sciences-Po Paris et à la Paris School of Business, fondateur et animateur des Rencontres internationales géopolitiques de Trouville. A paraître à la rentrée...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que le régime de Bachar el-Assad resserre son étau avec l'aide de la Russie contre les quartiers rebelles d'Alep et que l'Occident a déclenché le lancement de l'assaut sur Mossoul (aux mains de l'Etat Islamique), l'une des questions centrales de ce conflit est maintenant de savoir ce qu'il adviendra du territoire de la Syrie et de l'Irak, tant pour leurs frontières que pour l'intérieur des terres.

Atlantico : Alors que l'Occident et ses alliés préparent l'attaque imminente de la ville irakienne de Mossoul, actuellement occupée par l'Etat Islamique, et que le régime syrien et la Russie attaquent, eux, la ville syrienne d'Alep, partiellement occupée par les rebelles, quelles conséquences peut-on attendre d'une potentielle victoire de ces deux grands pôles dans ces deux villes respectives ? Si la guerre cessait, qu'adviendrait-il des frontières de l'Irak et de la Syrie ? Cette question n'est-elle pas prioritaire à toute autre, le combat a-t-il lui-même un sens avant d'en avoir défini l’objectif ? 

Frédéric Encel : Deux questions essentielles en une. A la première, je vous dirais d'abord que ce que vous appelez les deux pôles - l'alliance Russie/Assad/Iran/Hezbollah à Alep, et la coalition internationale anti-Daesh à Mossoul - sont absolument certains de l'emporter. Militairement, de part et d'autre, le rapport de force est largement à leur avantage respectif. Ensuite, le vrai problème de fond est le suivant, qui dépasse de loin les questions tactiques de coalition et d'emploi de tel armement ici ou là : une fois de plus, le monde arabe se retrouvera non seulement affaibli, morcelé, mais désespérément impuissant face à ses voisins, amis, alliés, ennemis ou anciens dominateurs. A Mossoul et de façon générale face aux barbares de l'Etat islamique, qui donc s'est battu vaillamment et avec efficacité jusqu'à présent ? Les Kurdes. Et à présent, qui donc va permettre la victoire de la coalition hétéroclite contre Daesh ? Les aviations, quasi-exclusivement occidentales, américaine et française notamment. En Syrie, qui a d'ores et déjà assuré le maintien au pouvoir (que j'annonçais et affirmais voilà déjà cinq ans et sans discontinuer depuis !) de Bachar el-Assad ? L'Iran et la Russie. Et comme toujours, à la fin des fins, qui proposera - ou imposera - une nouvelle stabilité régionale ? Les grandes puissances mondiales (au Conseil de sécurité) et locales (Iran, Turquie, et même sans rapport direct Israël) dont absolument aucune n'est arabe... De cette réalité d'impuissance pérenne et même de chaos, les populations arabes sont exaspérées mais n'y peuvent rien.     

A la seconde question, je répondrais que les frontières originelles de la Syrie et de l'Irak, en aucun cas sacrées, étaient de toute façon déjà largement plus que virtuelles depuis plusieurs années ; nord-syrien aux mains des Kurdes, est-syrien à celles de Daesh aujourd'hui, sans doute de tribus sunnites demain. Quant à l'Etat irakien, créé artificiellement en 1931-1932 par les Britanniques, la guerre de libération du Koweït en 1991 l'avait déjà affaibli et celle de 2003 ébranlé définitivement ; le Kurdistan est de facto indépendant, et jamais les chiites majoritaires (sud) n'accepteront de retomber sous la férule des sunnites. Ces Etats, dans les frontières initiales, ont vécu.

Pour ce qui est de la situation irakienne et la cohabitation entre chiites et sunnites, on ne peut pas contraindre des collectifs à vivre ensemble et dans des statuts politiques qu'ils dénient. Si Daesh n'a pas été vaincu avant (et ne le sera pas avant de longs mois), c'est bien parce que les Kurdes non arabes, les chiites non sunnites, les bédouins non citadins n'avaient que peu d'appétence à aller "libérer" une Mossoul qui n'intégraient pas leurs collectif respectif, et qu'aller mourir pour Mossoul ne les intéressait pas beaucoup. 

Au-delà, je pense qu'en Syrie et en Irak, sunnites et chiites vivront vraisemblablement plus séparés qu'au cours des décennies passées, tant l'instrumentalisation par l'Arabie saoudite et l'Iran du religieux au profit du politique aura été grande.

Dans ce conflit, le rôle de la Turquie en particulier a été beaucoup commenté, entre opposition officielle au régime de Bachar el-Assad et à l'Etat Islamique, soupçons de soutien masqué aux djihadistes et affrontements féroces avec les kurdes. Si le conflit s'arrêtait demain avec les "prises" de Mossoul et d'Alep, quelle serait la situation des frontières turco-syrienne et turco-irakienne ?

En premier lieu, le soutien turc à l'Etat Islamique n'a pas été "masqué" mais bel et bien manifeste ! Deux années durant, la longue frontière turco-irakienne et turco-syrienne fut poreuse aux combattants de Daesh et à leurs trafics, notamment de pétrole, de drogue, de cigarettes, d'armes légères. En second lieu, l'hostilité compulsive du président turc Erdogan à l'encontre d'Assad est fort récente ; jusqu'en 2011, il le qualifiait d'ami et d'allié, supprimait les visas pour les Syriens, menait des manoeuvres militaires communes ! Enfin et surtout, le pouvoir turc est obnubilé par la montée en puissance des Kurdes. C'est sa hantise, son cauchemar, et la boussole de presque toutes ses politiques moyen-orientales. Daesh n'est devenu également ennemi que lorsqu'il s'est mis à frapper le sol turc... 

J'ajoute que sur le terrain comme dans sa rhétorique virulente et complotiste, la Turquie se comporte comme si elle n'était plus dans l'Alliance atlantique. Un jour ou l'autre, il faudra bien trancher.<

/p>

Alors que l'attention des médias, des dirigeants politiques et des militaires semble être totalement focalisée sur les affrontements militaires en cours, la question de l'après-guerre a-t-elle été suffisamment pensée selon vous ?

Non. Sans doute devrait-on tenter de tracer des perspectives régionales solides avant de libérer Mossoul, mais pour l'heure c'est la nouvelle Guerre froide qui préoccupe et anime les grandes puissances. Et les voisins, Turquie, Iran et Israël, sont-ils forcément mécontents de voir les anciennes puissances régionales syrienne et irakienne définitivement inoffensives ? Pas sûr...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Changement climatique : Alexandria Ocasio-Cortez déclare que "le monde touchera à sa fin dans 12 ans"
02.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
03.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
04.
Pourquoi Oxfam se trompe de combat (et passe totalement à côté de ce qui se passe dans les pays développés)
05.
Les patrons américains préfèrent la France de Macron à l’Amérique de Donald Trump et l’idée du « grand débat » leur plait
06.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
07.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
06.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
07.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
04.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
05.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
06.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
01.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
02.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
03.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
04.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
05.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
06.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
emem
- 18/10/2016 - 19:03
Et après ?
Et après ? Un peu plus s'islamistes
vangog
- 18/10/2016 - 12:17
Ce que Frédéric Encel ne comprend pas...
c'est que ce n'est pas à nous, ni aux Israéliens, ni à l'ONU de tracer des "perspectives régionales" avant la bataille d'Alep. L'histoire a prouvé qu'à chaque fois que les occidentaux avaient tracé les frontières du Moyen-Orient, distribué les bons et les mauvais points, ou s'étaient ingérés dans les affaires de tel ou tel pays, ils avaient apporté le terreau des guerres futures! L'Occident devrait enfin prendre conscience des déséquilibres violents qu'il génère, tout en croyant naïvement imposer des équilibres provisoires et vains! La politique à la Kouchner-Levy-Sarkozy est morte sur l'autel de ses échecs. Obama commence à le comprendre...Mais la bécasse Clinton redesequilbrera tout, par orgueil gauchiste et manque de vision...non! De nouveaux équilibres naîtront des batailles d'Alep et de Mossoul. Et si les patriotes syriens parviennent à éradiquer Daesch de la plus grande partie de la Syrie, les occidentaux seront bien obligés de reconnaître que Syriens-Russes et Kurdes auront atteint le but qu'ils s'étaient fixés il y a cinq ans, sans se donner les moyens d'y parvenir...faisons confiance à l'histoire, créatrice de Nations et rassembleuse de peuples...pas à l'ONU ni à l'OTAN!
ISABLEUE
- 18/10/2016 - 11:20
Erdogan va vouloir mettre les pieds dans le plat
et créer son "royaume Turkmene " comme dans les années 20.
Poutine le soutiendra-t-il ???? que fera l'Iran et les Chiites ??
Et les Kurdes, ils ont droit à leur Kurdistan.
Va-t-on les aider ou fermer les yeux comme dans les années 40??
Encore et encore des massacres en perspective.