En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Un débat et dodo !

Primaire de la droite et du centre : un débat résumé à une bataille de chiffres soporifique... et de mini règlements de comptes !

Publié le 14 octobre 2016
Ce jeudi 13 octobre se tenait le premier débat de la primaire de la droite et du centre. Les 7 candidats (N. Sarkozy, A. Juppé, F. Fillon, B. Le Maire, N. Kosciusko-Morizet, JF. Copé, JF. Poisson) se sont exprimés sur leurs programmes et sur les thèmes de la sécurité et du chômage... mais l'échange, bien que fourni, laisse un peu sur sa faim.
Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003)....
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anita Hausser
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003)....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce jeudi 13 octobre se tenait le premier débat de la primaire de la droite et du centre. Les 7 candidats (N. Sarkozy, A. Juppé, F. Fillon, B. Le Maire, N. Kosciusko-Morizet, JF. Copé, JF. Poisson) se sont exprimés sur leurs programmes et sur les thèmes de la sécurité et du chômage... mais l'échange, bien que fourni, laisse un peu sur sa faim.

Dans ce contexte inédit qu'est la primaire de droite et du centre on attendait avec gourmandise le premier débat entre les sept candidats. Ce ne fut pas un feu d'artifice. On ne jettera pas la pierre aux organisateurs. "Manager" sept fortes personnalités exige beaucoup de rigueur ; les intervieweurs en ont fait preuve. Mais la contrepartie de ces échanges archi chronométrés a été un débat corseté entre les candidats à propos des questions économiques et sociales avec une bataille de chiffres soporifique, et des échanges assez retenus à propos des affaires ou de la lutte contre le terrorisme avec  le traitement des fichés " S" en particulier. Les sondages "sortie de débat" instantanés ont montré que les spectateurs avaient peu évolué au cours du débat : Alain Juppé  a été jugé le plus convaincant devant Nicolas Sarkozy et Bruno Le Maire, et François Fillon double Bruno Le Maire auprès de l'électorat de droite, d'après le sondage Elabe réalisé pour BFM TV . Tous les sept en ont "encore sous le tapis". Déballage assuré avant le 20 novembre ?

Les Français qui se participeront à la primaire des 20 et 27 novembre ne  feront certainement pas leur choix en fonction de la position d'un candidat sur la baisse des charges sur les bas salaires ou sur l'ensemble de la masse salariale, voire à la modification de l’âge de départ à la retraite ; peut être seront ils sensibles à la volonté de Nicolas Sarkozy de créer un "contre choc fiscal", avec une  baisse d’impôts de  10% généralisée doublée d'une baisse des dépenses publiques de 100Milliards. Ou bien préfèreront-ils Jean-François Copé qui  veut augmenter la TVA de trois points pour financer  le recrutement de 50.000 fonctionnaires pour la sécurité (lutte anti terrorisme , police, gardiens de prisons) , ou encore Bruno Le Maire qui veut privatiser Pole Emploi et surtout "dire ce que l’on fera", à savoir que la baisse des impôts doit se doubler d'une suppression d’emplois publics,... et des emplois aidés . Seront-ils séduits par Nathalie Kosciusko-Morizet qui ne veut plus d'emplois à vie dans la fonction publique et veut  donner la liberté totale aux entreprises de négocier leur temps de travail, dans le cadre de la "nouvelle société" qu'elle prône, avec un départ à la retraite quand on veut, basé sur un système de points. Et pourquoi pas, comme l'avance Alain Juppé, tout miser sur la baisse des charges pour créer un choc pour l'économie ...sans baisser les impôts ? Entendront ils François Fillon qui prône lui aussi une baisse des charges, mais ajoute que la  baisse du nombre d'emplois publics ne peut être pratiquée que si elle est doublée d'une augmentation du temps de travail ? Enfin, seront-ils attentifs à Jean-Frédéric Poisson, qui veut que tous les Français payent l'impôt pour participer à la solidarité nationale et se dit hostile à la suppression des trente cinq heures, beaucoup trop compliquée à mettre en place selon lui ?

>>> A lire aussi : Primaire de la droite et du centre : le premier débat des sept candidats, minute par minute

Oui tout cela est bien touffu et les téléspectateurs ont  pu se perdre dans les méandres du débat sur l'efficacité de la défiscalisation des heures supplémentaires ou l'abrogation pure et simple des trente cinq heures, la hausse de la tva, la réduction des déficits ...Les chiffres virevoltaient au dessus de la têtes de ceux qui ne sont pas habitués à manier la calculette à milliards ... Cela ressemblait presque à une discussion budgétaire nocturne au Parlement. 

>>> À lire aussi : Sondage Exclusif : comment Alain Juppé conforte son avance sur Nicolas Sarkozy au premier comme au deuxième tour de la primaire de la droite et du centre

Impossible d'en rester là. Nicolas Sarkozy qui ne jetait pas un regard à son voisin Copé, bouillonnait d'impatience. Alain Juppé attendait les attaques de pied ferme et Bruno Le Maire, sans cravate, se voulait offensif, alors que François Fillon attendait  l’heure de la contre attaque. Elle est arrivée avec la question sur le casier judiciaire des candidats .N'est-il pas normal de le présenter aux Français alors que tout candidat à un emploi est tenu de le faire, avance Bruno Le Maire ? Enfin ! c'est le moment pour Alain Juppé qui s'y est préparé de répondre cash et de lancer  "si les français estiment que ma condamnation me disqualifie, ils ne m'éliront pas ",avant de rappeler qu'il n'a pas été condamné pour enrichissement personnel .C'est aussi l'instant qu'attend Nicolas Sarkozy qui  rappelle que son  casier est, vierge qu'il n'a jamais été et que  condamné depuis 5 ans, il est  le Français le plus écouté, qui a subi des heures de perquisition et d'auditions chez les juges et que " si j’avais quoi que ce soit à me reprocher je me lancerais pas". Voilà pour François Fillon qui s'était interrogé sur l'exemplarité des candidats mis en examen. Message reçu cinq sur cinq au bout de la table  .D'ailleurs François Fillon "ne visait personne". (Sic).Mais Jean-François Copé, lui rebondit pour rappeler les attaques dont il a fait l'objet et qui l'avaient amené à démissionner de la présidence de l'UMP. Aujourd'hui il est mis hors de cause ; d'ailleurs, appuie-t-il  si j'avais "quoi que ce soit à me reprocher, je ne me présenterais pas". Le nom de Bygmalion  n'a même pas été prononcé.

Tout le monde se retrouve pour "flinguer François Hollande et ses confidences aux deux journalistes du Monde. D'accord aussi pour combattre l'islamisme politique, mais pas pour le traitement des fichés "S". Nicolas Sarkozy a mis de l'eau dans son vin quand il ne demande plus que la rétention pour " les plus dangereux «, ce à quoi Juppé et Fillon répliquent " rien sans l'intervention préalable d'un juge ".Désaccord également sur le regroupement familial que Nicolas Sarkozy veut interdire et Alain Juppé limiter. Désaccord enfin sur les relations avec Vladimir Poutine ...Parler ou ne pas parler avec lui...L'heure file  .On n'a pas le temps d'approfondir ; alors il faut aller au plus pressé: priver Jean François Copé de la paternité de la loi interdisant le port de la burqa. On a vu s'ébaucher un semblant de solidarité entre Nicolas Sarkozy et François Fillon, les deux qui étaient aux commandes entre 2007 et 2012  pour faire pièce à cette  affirmation. La vérité, c'est que Copé a beaucoup poussé dans ce sens à l’époque, mais que sans l'assentiment de l'exécutif le texte ne serait pas passé. Résultat : le débat n'a pas fait bouger les sondages d'intention de vote aux primaires... L'interrogation porte désormais sur le troisième homme : Le Maire ou Fillon ?et bien sur : Nicolas Sarkozy peut il reprendre la tête ? Il y aura encore deux débats avant le 20 novembre, le 3 et 17!

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

02.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

03.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

04.

Lateticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

05.

Le général iranien Qassem Souleimani, maître de guerre sur le front syro-irakien

06.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

07.

Psychogénéalogie : comment les générations familiales qui nous précèdent laissent leur empreinte sur notre identité

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

05.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

06.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
bd
- 02/11/2016 - 16:34
Labeliser les politiciens?
Pour éviter, comme cela se présente aux U.S., de focaliser les débats sur des postures, des attitudes ou des comportements au détriment des vraie questions de fond, il faudrait une sorte de "sur-parti" qui garantit le contrôle de la qualité psychiatrique des candidats comme le ferait un label. 
Ce "label" garantirait au citoyen qu’un candidat -quelle que soit sa couleur politique- validé par ce label serait psychologiquement sain. 
Le premier critère serait l'aptitude à l'empathie. 
Un politicien sans empathie n'est intéressé que par lui-même et le pouvoir au prix de n'importe quelle manipulation. 
Les «sans empathie» sont aussi souvent des propagateurs de haine. 
Si l’on pouvait éviter ce genre de personne toxique…
Ganesha
- 15/10/2016 - 08:51
Politicards menteurs et corrompus
Ce qui est désolant, c'est de voir que seuls les candidats marginaux, ceux qui n'ont aucune chance, comme NKM ou Poisson, s'intéressent à des solution innovantes, comme le Revenu de Base. Tandis que les autres, la ''Droite la plus bête du monde'', se contente de répéter éternellement les vieilles recettes thatchériennes qui ont échoué depuis 30 ans. Plonger de plus en plus la population dans les ''fins de mois difficiles'' et offrir des dizaines de milliards de cadeaux au grand patronat. Comment voulez-vous que la croissance reparte dans de telles conditions ? La ''discussion politique'' entre ''gens de droite'' sur ce site se résume à savoir quel est le candidat le plus ''viril'' ! Quand vous rendrez-vous enfin compte que tous ces ''Ripoublicains'' ne sont que des politicards menteurs et corrompus ?
Maxoplus
- 15/10/2016 - 05:25
Juppé le meilleur
Ca arrache la gueule d'un certain nombre ici mais c'est comme ça. Votre fanatisme aveugle envers Sarkozi nous a déjà valu Hollande en 2012, alors svp arrêtez un peu. Choisissez vous un jeune pour la prochaine fois : Le Maire, NKM...qui vous voulez mais de grâce remisez aux oubliettes votre machine à perdre, les français n'en veulent pas.