En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
On estime que les producteurs de blé français ont ainsi perdu au moins 500€ par hectare cette année ! Et, compte tenu de la grande sécheresse de cet été, les producteurs de maïs non irrigués vont eux aussi faire de mauvaises récoltes !
Sparadrap

Nouveau geste du gouvernement envers les agriculteurs : une politique à la grecque dangereuse pour de nombreux exploitants

Publié le 06 octobre 2016
Alors que l'agriculture française traverse une crise tant conjoncturelle que structurelle, le gouvernement a annoncé ce mardi vouloir garantir les emprunts bancaires des agriculteurs en difficulté. Un geste à double tranchant qui est par ailleurs loin de s'attaquer aux racines mêmes de la crise.
Bruno Parmentier est ingénieur de l’école de Mines et économiste. Il a dirigé pendant dix ans l’Ecole supérieure d’agronomie d’Angers (ESA). Il est également l’auteur de livres sur les enjeux alimentaires :  Faim zéro, Manger tous et bien et Nourrir l...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Parmentier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Parmentier est ingénieur de l’école de Mines et économiste. Il a dirigé pendant dix ans l’Ecole supérieure d’agronomie d’Angers (ESA). Il est également l’auteur de livres sur les enjeux alimentaires :  Faim zéro, Manger tous et bien et Nourrir l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que l'agriculture française traverse une crise tant conjoncturelle que structurelle, le gouvernement a annoncé ce mardi vouloir garantir les emprunts bancaires des agriculteurs en difficulté. Un geste à double tranchant qui est par ailleurs loin de s'attaquer aux racines mêmes de la crise.

Atlantico : Ce mardi, Manuel Valls a annoncé que l'Etat allait garantir la moitié des emprunts des agriculteurs en difficulté, leur permettant d'emprunter auprès des banques aux mêmes taux que s'ils étaient en bonne santé financière. Que peut-on dire de la pertinence et de l'impact d'une telle mesure pour les agriculteurs français ? Quels sont ceux qui seront principalement concernés ?

Bruno Parmentier : L’idée de garantir de nouveaux emprunts faits par les agriculteurs, afin qu’ils les obtiennent à des taux d’intérêts très bas (de l’ordre de 1%) devrait leur permettre effectivement de maintenir la tête hors de l’eau et de passer sur cette mauvaise année, dans l’attente d’années meilleures.

Il s’agit surtout des céréaliers, qui, après plusieurs bonnes, voire excellentes années de récoltes abondantes vendues à prix fort, sont violemment touchés cette année. Les récoltes ont été carrément mauvaises, à cause des intempéries : l'excès de pluie au printemps a favorisé la prolifération des maladies et des ravageurs ; les inondations ont entraîné des dégâts localement importants ; le manque de soleil n’a pas permis un bon remplissage des grains. Au total, la récolte de blé, qui était de 41 millions de tonnes en 2015, a plongé en-dessous de 30 millions cette année ; les rendements ont été les plus faibles depuis 1986 !

De plus, ce qui est quand même très bon pour la paix mondiale, ces intempéries n’ont frappé que la France, et les autres zones céréalières du monde ont pour la plupart enregistré des récoltes très abondantes, en particulier en Europe de l’Est (Russie, Ukraine) et en Amérique du Nord. Il y a donc du grain en excès et les cours sont très bas. Le blé, qui se négociait en 2013 au-dessus de 250€ la tonne, est tombé en dessous de 200 en 2014, de 180 en 2015 et atteint péniblement 160€ la tonne actuellement.

Quel que soit son métier, chacun peut comprendre qu’un producteur qui produit 30% de moins et vend 30% de moins traverse une mauvaise passe ! On estime que les producteurs de blé français ont ainsi perdu au moins 500€ par hectare cette année ! Et, compte tenu de la grande sécheresse de cet été, les producteurs de maïs non irrigués vont eux aussi faire de mauvaises récoltes !

Mais cette situation n’a pas vocation à durer. On sait bien que dans le monde on manque de céréales pour satisfaire notre voracité et surtout celle des animaux que nous consommons de plus en plus, et toutes les années ne sont pas de "vaches maigres". Donc la probabilité que les céréaliers remboursent ces nouvelles dettes est assez forte ; finalement ces emprunts à faible taux reviennent à lisser leurs revenus sur plusieurs années. Et nous avons intérêt à ce que la "ferme France" continue à semer toutes ses excellentes terres céréalières.

Le gouvernement cible entre 50 000 et 80 000 exploitants en difficulté, sous réserve qu’ils justifient d’une baisse d’au moins 20% de leur excédent brut d'exploitation (chiffre d'affaires moins les charges liées à la production).

Ce plan peut-il s'apparenter à un nouveau "sparadrap" mis sur l'agriculture française, alors que celle-ci traverse une crise qui est également structurelle, même si la situation conjoncturelle est elle aussi difficile ?

La situation des producteurs de fruits et légumes est également mauvaise cette année, à cause des mêmes problèmes atmosphériques, et ce malgré, là, une forte augmentation des prix ; ces derniers ont augmenté respectivement de 18 et de 10% par rapport à 2015, d’après le baromètre annuel de Familles rurales. Chacun a pu voir que cet été la qualité n’était pas toujours au rendez-vous, mais que les melons, abricots, cerises, fraises ou pêches étaient chers, ainsi que les aubergines, carottes, courgettes, haricots verts, ou tomates. Là encore, chaque année est une nouvelle aventure, c’est la glorieuse incertitude de l’agriculture. Mais on a affaire à un secteur qui gagne structurellement très mal sa vie, et il n’est pas sûr que tous ces nouveaux emprunts soient remboursés un jour… Et alors qui paiera ? Pour moitié les citoyens (garantie de l’Etat) et pour moitié les banques… lesquelles tenteront probablement de se retourner contre l’Etat !

La situation du secteur de l’élevage est tout autre. Là, la crise est profondément structurelle. On produit dorénavant trop de viande et trop de lait dans une période où les Européens amorcent la diminution de leur consommation. Les Français consommaient 20 kilos de viande par personne et par an dans les années 1920, 50 dans les années 1950, et 100 au tournant du siècle. On est retombé à 85 kilos, et cette baisse devrait se poursuivre. Gageons que nous nous stabiliserons tôt ou tard autour de 60 kilos ! Le phénomène est identique pour le lait (1). Et l’idée de libéraliser à outrance ce marché, de dresser tous les éleveurs européens les uns contre les autres en leur faisant miroiter des perspectives d’exportation s’est avérée très cruelle. Il s’agit d’un produit périssable, et justement les Russes ne veulent plus nous en acheter, et les Chinois se font tirer l’oreille. Inéluctablement, des milliers, et plus probablement des dizaines de milliers, d’éleveurs vont déposer le bilan, particulièrement dans l’Ouest de la France, où pour plusieurs raisons les coûts de production sont supérieurs à ceux des grandes fermes allemandes. Dans ces secteurs, une bonne partie des nouveaux prêts ne seront donc jamais remboursés ! L’Europe y applique la même stratégie qu’en Grèce : elle est insolvable, mais prêtons-lui à nouveau pour faire reculer la crise, tout en sachant qu’elle ne remboursera pas !

De même que la conclusion de l’accord obtenu de haute lutte par les éleveurs laitiers avec Lactalis cet été, pour obtenir un prix d’achat du lait à 300€ au lieu des 270€ alors que les coûts de production se situent autour de 350€ ne fait que reculer l’inéluctable…

Notons que rien n’est simple : les mesures prises cet été pour diminuer la production de lait se sont, entre autres, traduites par un afflux de vaches dans les abattoirs, ce qui a encore plus fragilisé le secteur bovin viande, qui va se retrouver avec 800 000 têtes en trop !

Ce qu’il faut dans le secteur de l’élevage, c’est un énorme effort sur plusieurs décennies pour passer d’un secteur de production en quantité à faible prix à un secteur de production de moins de quantité, mais de plus de qualité, labellisée et vendue plus cher. Ce qu’on a fait dans le secteur du vin lorsqu’on est passé en 50 ans d’une consommation de 142 litres à 40 litres par Français ! Notons qu’il n’y a pas de crise dans le lait bio, ou le fromage de Comté, ou le poulet de Loué !

Par ailleurs, le gouvernement a également annoncé vouloir augmenter l'enveloppe attribuée aux aides à la reconversion professionnelle des agriculteurs, mettre en place davantage de retraites anticipées ainsi que des possibilités de remplacement gratuits pour les exploitants victimes de burn-out. Là encore, que peut-on penser de telles annonces ?

Ces mesures sont très adaptées à la situation. Inutile de dire que le moral de la profession n’est pas au beau fixe, beaucoup sont désespérés, ce qui explique également la violence de leurs actions collectives. Tout ce qui peut contribuer à alléger ce désespoir est le bienvenu.

N’oublions pas que se faire licencier, c’est toujours une épreuve terrible, qui augmente les taux de cancer, de dépression, de divorce. Dans l’agriculture, faire faillite, c’est encore bien pire, c’est vécu comme une véritable trahison de son père, son grand-père, etc., qui ont travaillé toute leur vie pour vous transmettre leur terre, et en plus ça se vit seul, isolé. L'agriculteur est vissé à sa terre, c'est viscéral, de père en fils, et ça rend l'échec insurmontable. Le taux de suicide dans cette profession est extrêmement préoccupant (maintenant plus d’un agriculteur tous les deux jours)…

(1) Voir en particulier mes articles dans Atlantico : Crise du lait et producteur pris à la gorge : pourquoi Lactalis n'est pas le seul méchant, du 30 août 2016 et Salon de l'agriculture : et au fait, quelle responsabilité des agriculteurs eux-mêmes dans la crise agricole ? du 4 mars 2016

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

03.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

04.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

05.

Le Titanic est-il en train de disparaître définitivement ?

06.

Fleurs et vacheries au G7 : les avis surprenants des dirigeants étrangers sur Emmanuel Macron ; Notre-Dame, victime collatérale de négligence politique ; Julien Dray, mentor repenti d’Emmanuel Macron ; Panne sèche pour la voiture autonome

07.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

03.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires