En direct
Best of
Best of du 7 au 13 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Retraites : les enseignants parviennent à obtenir une loi de programmation immédiate à 10 milliards d’euros

02.

Ecoutons ce que dit Mélenchon : si Jeremy Corbyn a perdu, c’est de la faute des Juifs…

03.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

04.

Petite liste de ces réformes qui mériteraient beaucoup plus le titre de "mère de toutes les réformes" que celle des retraites

05.

Dimanche noir pour le métro parisien : le trafic sera totalement interrompu le 15 décembre sur quatorze lignes de métro

06.

Face à l’Iran ce qui manque à l’Amérique n’est pas la capacité militaire mais la crédibilité

07.

4 ans pour une révolution : comment Boris Johnson a transformé radicalement le Royaume-Uni

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

04.

Une démocratie digne de ce nom peut-elle vraiment fermer les yeux sur les "petits" oublis de Jean-Paul Delevoye ?

05.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

06.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Petite liste de ces réformes qui mériteraient beaucoup plus le titre de "mère de toutes les réformes" que celle des retraites

04.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

05.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

06.

Il est possible de sortir de l’affrontement stérile entre "élitisme" et "populisme". La preuve par Boris Johnson

ça vient d'être publié
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

La Silicon Valley chinoise : Shenzhen, la ville d'adoption de Huaweï, véritable atout pour l'innovation, la stratégie et le rayonnement mondial de l'entreprise

il y a 1 heure 20 min
décryptage > Terrorisme
Bonnes feuilles

La clé de la réussite pour une stratégie efficace face à la radicalisation : la nécessité de lutter contre la source du recrutement djihadiste

il y a 2 heures 23 min
décryptage > Politique
Et maintenant le "Jewxit" !

Ecoutons ce que dit Mélenchon : si Jeremy Corbyn a perdu, c’est de la faute des Juifs…

il y a 10 heures 31 min
décryptage > Economie
Sommet

Sous les BRICS, la Chine

il y a 11 heures 22 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : ce que les modifications de nos régimes et de nos modes de production alimentaires peuvent changer pour la planète. Ou pas
il y a 12 heures 11 min
décryptage > Politique
Discours de l’anti-méthode

L’onde de choc : les gauches radicales françaises et américaines face à l’effondrement Corbyn

il y a 13 heures 19 min
décryptage > France
Usual Suspects

Petite liste de ces réformes qui mériteraient beaucoup plus le titre de "mère de toutes les réformes" que celle des retraites

il y a 14 heures 31 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le roman des Goscinny, naissance d'un gaulois" de Catel Muller : un parcours tendre et souriant aux sources de l'inspiration du père d'Astérix et Obélix

il y a 23 heures 49 min
pépites > Défense
Solidarité et soutien envers nos soldats
Emmanuel Macron sera avec les militaires français en Côte d’Ivoire pour les fêtes de fin d’année
il y a 1 jour 1 heure
light > France
"Nipple Gate"
Miss France 2020 : aucune caméra ne permettra de voir les coulisses afin d’éviter un incident en direct
il y a 1 jour 2 heures
décryptage > Terrorisme
Bonnes feuilles

La délicate question des terroristes étrangers et de leurs nationalités

il y a 2 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

"Si je t'oublie" de Morgan Sportès : le captif amoureux

il y a 10 heures 6 sec
décryptage > France
Wiki Agri

Le Sénat se penche (enfin) sur le suicide des agriculteurs

il y a 10 heures 56 min
décryptage > International
Bras de fer

Face à l’Iran ce qui manque à l’Amérique n’est pas la capacité militaire mais la crédibilité

il y a 11 heures 46 min
décryptage > Culture
N’oublie pas leurs petits souliers

Petit (riche) papa Noël : mais au fait, que rapportent les tubes de Noël chaque année à leurs auteurs ?

il y a 12 heures 25 min
décryptage > Europe
"Get Brexit Done"

4 ans pour une révolution : comment Boris Johnson a transformé radicalement le Royaume-Uni

il y a 13 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Jeune homme à la Mule" : quand Michel Orcel chausse la lorgnette de Stendhal…

il y a 23 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Raymonda" de Rudolf Noureev d'après Marius Petipa : la perfection classique pendant trois heures d’horloge… Et on en redemanderait…

il y a 1 jour 42 sec
pépite vidéo > Religion
Huit mois après
Chantier de Notre-Dame de Paris : France 2 dévoile des images de l'intérieur de la cathédrale
il y a 1 jour 1 heure
pépites > France
Fortes perturbations
Dimanche noir pour le métro parisien : le trafic sera totalement interrompu le 15 décembre sur quatorze lignes de métro
il y a 1 jour 5 heures
© Reuters
© Reuters
À la Giscard-Chirac 1974

Emmanuel Macron saura-t-il détacher le bloc des députés socialistes dont il aurait besoin pour "tuer" Hollande ?

Publié le 07 octobre 2016
En 1974, Jacques Chirac avait isolé Jacques Chaban-Delams en se ralliant 43 députés et en privant ainsi le candidat naturel de l'UDR de toute possibilité de victoire. Si Emmanuel Macron se targue d'une quarantaine de soutiens, il est peu probable qu'il soit suivi par un nombre important de parlementaires lorsqu'il annoncera sa candidature. En effet, ceux-ci ont une aversion pour le risque, et se ranger derrière l'ancien ministre de l'Economie comporte de trop nombreuses incertitudes.
Jean-Jérôme Bertolus est un journaliste politique français. Spécialiste des questions de l'Elysée et du Gouvernement pour i-Télé, il a déjà publié divers ouvrages dont Tir à vue: La folle histoire des présidentielles, avec Frédérique Bredin, aux...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Jérôme Bertolus
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Jérôme Bertolus est un journaliste politique français. Spécialiste des questions de l'Elysée et du Gouvernement pour i-Télé, il a déjà publié divers ouvrages dont Tir à vue: La folle histoire des présidentielles, avec Frédérique Bredin, aux...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En 1974, Jacques Chirac avait isolé Jacques Chaban-Delams en se ralliant 43 députés et en privant ainsi le candidat naturel de l'UDR de toute possibilité de victoire. Si Emmanuel Macron se targue d'une quarantaine de soutiens, il est peu probable qu'il soit suivi par un nombre important de parlementaires lorsqu'il annoncera sa candidature. En effet, ceux-ci ont une aversion pour le risque, et se ranger derrière l'ancien ministre de l'Economie comporte de trop nombreuses incertitudes.

Atlantico : En s'écartant de la majorité présidentielle et en préparant à priori une campagne présidentielle en indépendant, Emmanuel Macron semble aujourd’hui se retrouver dans une situation comparable à celle de Chirac en 1974, étant parvenu à isoler Jacques Chaban-Delmas, en se ralliant 43 députés et en privant ainsi le candidat naturel de l'UDR de toute possibilité de victoire. Emmanuel Macron, même s'il semble se défendre de toute volonté d'user des techniques de parti, serait-il en passe de "chabaniser" François Hollande ? Ne s'agit-il pas du seul moyen à sa disposition lui permettant de se mettre en "situation" ?

Jean-Jérôme Bertolus : "Chabaniser" François Hollande est une expression intéressante. Néanmoins, les différences sont très notables entre 1974 et aujourd'hui.

Premièrement, Emmanuel Macron s'inscrit dans la continuité de la nouvelle société développée par Jacques Chaban-Delmas. Il  incarne aujourd'hui cette espèce de centre-gauche, de centrisme promu par Jacques Chaban-Delmas qui a tant irrité Marie-France Garaud et Pierre Juillet. Deuxième différence essentielle dans le combat politique : Jacques Chirac était à l'époque ministre de l'Intérieur. Ce statut lui a permis d'être en liaison avec les préoccupations de tel ou tel parlementaire et explique qu'il ait réussi à établir une liste de 43 députés. Troisième différence, alors que Jacques Chirac a trahi Jacques Chaban-Delmas avec sa fameuse liste des 43 députés, aujourd'hui François Hollande et Emmanuel Macron sont assez seuls : Emmanuel Macron, même s'il se targue d'une quarantaine de soutiens, est en réalité assez isolé et n'a qu'un cœur de 6 ou 8 personnes derrière lui, quant à François Hollande, il a taillé en morceaux sa propre majorité.

En revanche, ce qui peut rapprocher Jacques Chirac d'Emmanuel Macron, c'est la trahison. La trahison d'Emmanuel Macron est tellement transgressive qu'elle rappelle celle de Jacques Chirac à l'égard de Jacques Chaban-Delmas. Jacques Chirac a trahi son propre camp – puisque son parti était derrière Jacques Chaban-Delmas -. Si Emmanuel Macron ne trahit pas forcément son parti, il trahit quand même une partie de la gauche institutionnelle et celui qui l'a fait, François Hollande. Des trahisons très fortes, émerge toujours une dynamique, reste à savoir quel cours prendront les événements dans les semaines qui viennent.

De son côté, Jean Christophe Cambadélis a d'ores et déjà prévenu que les députés tentés par l'aventure d'En marche, aux côtés d'Emmanuel Macron, ne pourront sans doute pas se prévaloir de l'investiture socialiste aux prochaines législatives. En quoi Emmanuel Macron, s'il veut garder les instances du parti, doit-il rallier un nombre suffisamment important de députés pour empêcher de telles mesures de rétorsion de la part de Solférino ? Un tel scénario est-il pour autant probable ? Quelles sont les chances d'Emmanuel Macron de parvenir à un tel résultat ?

Tout d'abord, il est tout à fait naturel que Solférino menace de ne pas investir les parlementaires qui soutiennent Emmanuel Macron. Emmanuel Macron se lance avec un mouvement, pas un parti, et essaie de briser le carcan de l'affrontement droite-gauche ainsi que le carcan du scrutin majoritaire de la Ve République. Il est normal que le système tel qu'il existe depuis la formation de la Ve République se rebelle et tente de garder la main.

Emmanuel Macron avait cité cette phrase de Marcel Pagnol " Si vous voulez aller sur la mer, sans aucun risque de chavirer, alors n'achetez pas un bateau : achetez une île ! ". La candidature d'Emmanuel Macron est à risque. Or, les parlementaires détestent cela car ils sont déjà confrontés au risque intrinsèque de l'élection - surtout dans un climat très compliqué -. Ils ne vont donc pas précariser davantage leur situation en se rangeant derrière un candidat qui va échouer, exploser en vol et ne pas atteindre le deuxième tour. 

Rallier à lui un nombre important de parlementaires ne peut être le cas qu'aujourd'hui en cette période de flou, avant la candidature et à un moment où les sondages sont bons. Quand Emmanuel Macron annoncera sa candidature et entrera en campagne, les canonnières se feront entendre. La situation deviendra nécessairement plus difficile quand Emmanuel Macron rentrera de plein feu dans l'arène. Des parlementaires regagneront alors la rue de Solférino, surtout si François Hollande se déclare. Même s'ils pensent que François Hollande n'a qu'une chance sur un million, les parlementaires le choisiront.

Par ailleurs, si les centristes peuvent faire des scores très honorables à la présidentielle, ce n'est pas le cas aux législatives. Ainsi, les parlementaires qui ne sont ni de droite ni de gauche n'ont de sièges que quand ils s'allient soit à la droite soit à la gauche (et que la droite ou la gauche leur réservent une circonscription). Mais seuls contre la droite ou la gauche, ils n'ont aucune chance. Cela joue également en la défaveur d'un ralliement important de députés à la candidature d'Emmanuel Macron.

Quels sont les moyens dont dispose François Hollande permettant de "museler" son ancien ministre de l'Economie ?

François Hollande dispose du système de la Ve République. Il peut enclencher la dynamique d'une candidature à la présidentielle qui s'appuie sur un parti et un réseau d'élus locaux –même si ce réseau a été un peu amoindri -. La présidentielle est une machine à éreinter les voix différentes, les voix hors système : que ce soit la machine du scrutin ou la machine médiatique. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Retraites : les enseignants parviennent à obtenir une loi de programmation immédiate à 10 milliards d’euros

02.

Ecoutons ce que dit Mélenchon : si Jeremy Corbyn a perdu, c’est de la faute des Juifs…

03.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

04.

Petite liste de ces réformes qui mériteraient beaucoup plus le titre de "mère de toutes les réformes" que celle des retraites

05.

Dimanche noir pour le métro parisien : le trafic sera totalement interrompu le 15 décembre sur quatorze lignes de métro

06.

Face à l’Iran ce qui manque à l’Amérique n’est pas la capacité militaire mais la crédibilité

07.

4 ans pour une révolution : comment Boris Johnson a transformé radicalement le Royaume-Uni

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

04.

Une démocratie digne de ce nom peut-elle vraiment fermer les yeux sur les "petits" oublis de Jean-Paul Delevoye ?

05.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

06.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Petite liste de ces réformes qui mériteraient beaucoup plus le titre de "mère de toutes les réformes" que celle des retraites

04.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

05.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

06.

Il est possible de sortir de l’affrontement stérile entre "élitisme" et "populisme". La preuve par Boris Johnson

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 03/10/2016 - 00:14
Macron est dans une impasse évidente
mais un deal avec le Gros nain n'est pas à exclure. Aucun des deux n'a rien à perdre, ni aucun amour(propre. La trahison chez Hollande, un affamé du pouvoir, n'est pas un sujet de rancune, du moment que sa route peut s'ouvrir.
emem
- 02/10/2016 - 21:05
Don Juan
Les députés femmes le suivront certainement
foxlynn
- 02/10/2016 - 11:30
Le PS
La majorité des députés PS savent qu'hollande est foutu ... ils suivront Macron comme des moutons car ce sera peut-être pour eux le seul moyen de conserver leur situation personnelle .. les hommes politiques n'ont pas de convictions mais des intérêts .. ils iront la ou ils auront leur sécurité perso leurs avantages conserves ... pour l'instant Macron soutenu par les médias (qui font de la politique et non pas du journalisme) beau parleur sans ne rien dire précisément cajole droite et gauche , même si son bilan au gouvernement est totalement oublié , il est bien l'auteur du matraquage fiscal et sa loi Macron a bien des égards est un fiasco ..