En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

02.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

03.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

04.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

05.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

06.

Le surprenant silence du Hamas dans l’affrontement entre Israël et djihad islamique palestinien

07.

Camille Beaurain : "Il n’y a pas un responsable mais plusieurs du suicide de mon mari agriculteur"

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

ça vient d'être publié
light > High-tech
Jeu de vilains
Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes
il y a 12 heures 29 min
light > Société
Transports
Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels
il y a 13 heures 2 min
pépites > France
Chaos
Gilets jaunes : en raison des violences, la préfecture a décidé d'interdire la manifestation prévue cet après-midi
il y a 14 heures 6 min
pépites > Environnement
Volte-face
Huile de palme : l'Assemblée vote finalement pour la suppression de l'avantage fiscal
il y a 14 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

La Fabrique des salauds : Un livre-choc, un roman-fleuve aussi dérangeant qu’indispensable sur l’histoire allemande du XXe siècle

il y a 15 heures 47 min
décryptage > France
Censure

Alerte météo sur la liberté d’expression

il y a 18 heures 32 min
décryptage > Société
Polémique

Culture du viol, polémiques et gadgétisation du débat public

il y a 18 heures 56 min
décryptage > France
Crise de foi (en l’avenir)

Vague à l’âme démocratique : 30 ans après la chute du mur de Berlin, la France et l’Europe de l’Ouest en plein désenchantement

il y a 19 heures 19 min
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Quand l'échange avec autri stimule notre cerveau : les atouts de l'intelligence collective décryptés

il y a 19 heures 42 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les principaux outils et les solutions médicales de demain pour lutter efficacement contre les maladies cardio-vasculaires

il y a 19 heures 45 min
Pas bien
Un tiers des Français avoue avoir déjà fraudé son assurance
il y a 12 heures 45 min
pépites > France
Enquête
Projet d'attentat contre Emmanuel Macron : deux hommes mis en examen
il y a 13 heures 29 min
pépites > France
Prudence
Pluies et inondations : des départements du sud-ouest en vigilance orange
il y a 14 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Orbital, tome 8 : contacts" : Orbital, une série qui tourne rond

il y a 15 heures 43 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 15 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 17 heures 53 min
décryptage > International
A l'écart

Le surprenant silence du Hamas dans l’affrontement entre Israël et djihad islamique palestinien

il y a 18 heures 49 min
décryptage > France
Soif de populisme

Mais que révèlent les attentes paradoxales des Français vis-à-vis des Gilets jaunes ?

il y a 19 heures 8 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement
il y a 19 heures 26 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Le jour où Howard Carter et Lord Carnarvon ont découvert les trésors cachés et les vestiges du tombeau de Toutankhamon

il y a 19 heures 44 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Un virage libéral sauvera-t-il la France d'Emmanuel Macron ?

il y a 19 heures 46 min
© Reuters
© Reuters
Or noir

Le gigantesque plan que prépare l’Iran pour booster sa production de pétrole (et ça ne plaira pas à l’Arabie Saoudite)

Publié le 19 septembre 2016
L'accord américano-iranien sur le nucléaire et la levée des sanctions internationales contre Téhéran ouvre la voie à de nouvelles possibilités pour l'Iran. Le régime perse espère bien en profiter notamment pour développer considérablement sa production de pétrole. Mais les obstacles sont nombreux.
Francis Perrin a travaillé pendant plusieurs années comme journaliste et consultant indépendant sur l’énergie et les matières premières. Il est chercheur associé au Policy Center for the New South (Rabat) et directeur de recherche à l'IRIS (Paris).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Francis Perrin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Francis Perrin a travaillé pendant plusieurs années comme journaliste et consultant indépendant sur l’énergie et les matières premières. Il est chercheur associé au Policy Center for the New South (Rabat) et directeur de recherche à l'IRIS (Paris).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'accord américano-iranien sur le nucléaire et la levée des sanctions internationales contre Téhéran ouvre la voie à de nouvelles possibilités pour l'Iran. Le régime perse espère bien en profiter notamment pour développer considérablement sa production de pétrole. Mais les obstacles sont nombreux.

Atlantico : Après des années de sanctions internationales et d'isolement diplomatique, l'Iran souhaiterait mettre en place un vaste plan de développement de sa production de pétrole pour l'augmenter de 20% d'ici 2021 (le faisant ainsi passer de 3,8 millions de barils par jour à 5 millions de barils). Pour cela, l'Iran souhaiterait attirer près de 200 milliards de dollars d'investissements étrangers sur cette même période. D'un point de vue économique, un tel plan vous paraît-il réalisable dans le contexte actuel ?

Francis Perrin : L'Iran a un potentiel pétrolier considérable puisque ses réserves prouvées de pétrole sont généralement considérées comme étant les quatrièmes plus importantes au monde après celles du Venezuela, de l'Arabie Saoudite et du Canada. La production de pétrole brut de ce pays est estimée à 3,65 millions de barils par jour (Mb/j) en août par l'Agence Internationale de l'Energie (AIE) et elle était proche de 4 Mb/j avant l'embargo européen imposé en 2012 et levé au début 2016. À terme, un niveau de l'ordre de 5 Mb/j n'est donc pas impossible. L'Iran contrôle également d'énormes réserves de gaz naturel, ce qui le classe au premier ou au second rang mondial (devant ou derrière la Russie selon les estimations) pour cette source d'énergie, et produit aussi des liquides extraits du gaz naturel. Si l'on ajoute ces liquides à la production de pétrole brut, le chiffre de 5 Mb/j est tout à fait à la portée de l'Iran.

Si l'objectif est parfaitement atteignable, on peut évidemment s'interroger sur le calendrier. 2021, c'est dans cinq ans, ce qui est un délai assez court dans le secteur de l'énergie. Aujourd'hui, la production pétrolière iranienne (que ce soit seulement le pétrole brut ou le brut plus les liquides du gaz naturel) est le fait de la National Iranian Oil Company (NIOC) seulement. Pour accroître de façon importante le niveau de production actuel, il faudra de très gros investissements et ceux-ci seront partagés entre la NIOC et ses filiales et des compagnies étrangères. L'un des grands défis pour l'Iran est donc d'attirer les investissements des grandes compagnies pétrolières sur son territoire, ce qui suppose d'offrir à ces sociétés de bonnes perspectives de rentabilité. À cette fin, le pays vient d'adopter un nouveau modèle de contrat pétrolier, l'Iran Petroleum Contract, qui est présenté par les autorités iraniennes comme beaucoup plus intéressant économiquement que les contrats précédents. Une autre question clé porte sur les risques de rétablissement futur des sanctions contre l'Iran, ce qui peut dissuader une partie des investisseurs étrangers. Des discussions sont en cours avec certaines compagnies pétrolières et cela permettra de tester l'appétit des investisseurs étrangers.

Dans l'ensemble, l'objectif d'une production de 5 Mb/j vers 2021 n'est pas irréaliste même si plusieurs incertitudes subsistent.

Au-delà de l'aspect économique, quels sont les autres enjeux que soulève une telle volonté de la part de Téhéran (énergétiques, géopolitiques, rivalité avec l'Arabie Saoudite, etc.) ?

Pour un pays producteur de pétrole (et de gaz naturel), augmenter sa production et ses exportations, c'est aussi, directement ou indirectement, affirmer sa puissance. Plus de production (et plus d'exportations) génère plus de recettes d'exportation et de recettes budgétaires, ce qui représente plus de ressources financières pour un État. Dans ce cas précis, l'Arabie Saoudite pense que l'accroissement de ses revenus pétroliers permettra à l'Iran d'augmenter sa capacité de nuisance dans divers domaines et que ce pays deviendra encore plus dangereux au Moyen-Orient et au Proche-Orient. Ces deux puissances s'affrontent déjà indirectement à travers les conflits au Yémen et en Syrie et, à ces guerres "chaudes", s'ajoutent des guerres "froides", dont une guerre du pétrole.

Chacun a encore en mémoire l'échec de la réunion entre pays membres et non membres de l'OPEP en avril dernier à Doha, au Qatar. L'objectif était de geler la production pétrolière en 2016 en vue de faire remonter les prix du brut et cette décision semblait acquise mais l'opposition de l'Arabie Saoudite à la conclusion d'un accord OPEP/non-OPEP qui ne s'appliquerait pas à l'Iran a torpillé cette réunion. Cinq mois après cette rencontre, il n'y a toujours pas d'accord entre producteurs sur ce sujet crucial. L'Arabie Saoudite n'est manifestement pas d'humeur à faire la moindre concession à l'Iran, et cela inclut le secteur pétrolier.

Alors que plusieurs pays producteurs de pétrole sont en difficulté actuellement (Nigéria, Venezuela...), à quoi peut-on s'attendre à court et moyen terme pour tous ces pays dont fait partie l'Iran ? Un statu quo, une remontée du prix du baril, une baisse... ? Avec quelles conséquences à prévoir ?

L'hostilité très forte entre l'Iran et l'Arabie Saoudite est un obstacle très significatif sur la route d'un éventuel accord entre pays producteurs de pétrole. Les prochaines étapes de cette route, qui pourrait être une impasse, sont la réunion à Alger, à la fin de ce mois, du Forum International de l'Energie et celle de la Conférence ministérielle de l'OPEP en novembre à Vienne. Mais l'ombre de l'opposition entre les deux pays pèsera lourdement sur ces deux réunions.

Il serait pourtant fort important pour les pays producteurs de s'entendre pour faire remonter les prix du pétrole au-delà de $50 par baril. Le 16 septembre, en fin de journée, le prix du pétrole Brent de la mer du Nord restait inférieur à $46/b et l'AIE estime que l'excédent de l'offre pétrolière mondiale sur la demande ne sera pas résorbé d'ici à la fin 2016. De plus, au Nigéria et en Libye, les autorités pensent, à tort ou à raison, que leur production nationale pourrait repartir à la hausse à partir de septembre alors que celle-ci avait accusé le contrecoup de problèmes politiques et de sécurité dans ces deux pays. Cette perspective de redressement de la production de ces deux importants producteurs africains pèse évidemment sur les prix dans le sens de la baisse même s'il reste à voir si cette hausse attendue, ou espérée, sera effective et, surtout, durable.

Comme indiqué ci-dessus, la hausse de la production pétrolière de l'Iran depuis le début de l'année est, elle, bien réelle. Il en est de même pour l'Irak et l'Arabie Saoudite ne reste pas les deux pieds dans le même sabot. Heureusement pour les producteurs, la demande pétrolière mondiale augmente et la production des pays non-OPEP baisse. Le paysage pétrolier mondial est donc contrasté dans le court terme mais le marché est en voie de rééquilibrage et les perspectives sont meilleures pour les producteurs à moyen terme.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

02.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

03.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

04.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

05.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

06.

Le surprenant silence du Hamas dans l’affrontement entre Israël et djihad islamique palestinien

07.

Camille Beaurain : "Il n’y a pas un responsable mais plusieurs du suicide de mon mari agriculteur"

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Marie-E
- 19/09/2016 - 10:15
je ne dirai pas grand chose aujourd'hui
seulement que j'espère que les obstacles seront nombreux, que le régime des ayatollahs finira par tomber comme un fruit mûr, et que la population iranienne pourra être enfin libérée et heureuse après les années moyennes du Shah et les années terribles de la théocratie.