En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© Reuters
Le maire de Bordeaux souhaite prendre ses distances par rapport à la stratégie de François Bayrou qui affirme qu'il se présenterait à la présidentielle si Nicolas Sarkozy sortait vainqueur de la primaire de la droite et du centre.
Divorce à l'italienne
Alain Juppé et François Bayrou ont-ils vraiment frôlé la rupture ?
Publié le 16 septembre 2016
Après avoir condamné l'attitude de François Bayrou vis-à-vis de Nicolas Sarkozy, le maire de Bordeaux fait machine arrière. Son entourage explique que "ses mots ont dépassé sa pensée".
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après avoir condamné l'attitude de François Bayrou vis-à-vis de Nicolas Sarkozy, le maire de Bordeaux fait machine arrière. Son entourage explique que "ses mots ont dépassé sa pensée".

Ça ressemble à de bien plates excuses. Ce qui est, en soi, un événement, et non des moindres lorsqu'on connaît la personnalité du maire de Bordeaux. Des excuses en bonne et due forme auxquelles Alain Juppé a peu habitué ses partenaires. "Ses mots ont dépassé sa pensée", commence Gilles Boyer, l'un des principaux conseillers du candidat à la primaire, d'un ton inhabituellement grave. Il faut dire que l'affaire aurait pu priver Alain Juppé d'un soutien de poids.

Invité mardi matin sur RTL, le maire de Bordeaux souhaite prendre ses distances par rapport à la stratégie de François Bayrou qui affirme qu'il se présenterait à la présidentielle si Nicolas Sarkozy sortait vainqueur de la primaire de la droite et du centre. "Je condamne ce type de déclaration. Je jouerai à fond la règle du jeu", lance alors le maire de Bordeaux qui ajoute : "Si les primaires se passent bien, si elles sont transparentes comme je l’espère et je le crois, je soutiendrai celui qui la gagnera. Je pense que ce sera moi mais si c’est Nicolas Sarkozy, je le soutiendrai, je ferai campagne pour lui. Je ne fais pas une campagne de revanche et de vengeance."

Quelle mouche a bien pu piquer le Landais qui jusqu'ici n’hésitait pas à afficher sa proximité avec le président du Modem ? Le soutien de François Bayrou deviendrait-il un handicap ? Alain Juppé chercherait-il à éloigner son partenaire ? Les entourages se parlent. Marielle de Sarnez, le bras droit du maire de Pau, rencontre Alain Juppé à Strasbourg et la séance déminage commence, car il n'y a, selon les deux camps, rien d'autre qu'un malheureux dérapage de la part du maire de Bordeaux dû "à la chaleur du moment", selon son entourage.

"Je sais quelle est la logique dangereuse de la primaire qui est de tomber dans la surenchère mais entre Juppé et moi il y a quelque chose de plus profond", affirme François Bayrou à Atlantico. Et son entourage de compléter : "Alain Juppé doit évidement donner des gages au noyau dur des Républicains. C'était une manière de dire : je soutiendrai Nicolas Sarkozy mais il l'a mal dit. Au Quai d'Orsay, il n'a pas vraiment appris la diplomatie".

"Le mot 'condamné' était évidemment trop fort, si François Bayrou refuse de soutenir Nicolas Sarkozy, il en a parfaitement le droit", explique le fidèle Gille Boyer qui ajoute : "ce qu'a voulu dire Alain Juppé c'est qu'il aurait préféré que tout le monde participe à la primaire et que tout le monde s'engage à soutenir le vainqueur".

Alain Juppé, qui fait campagne justement sur sa capacité à rester froid en toute situation contrairement à un certain Nicolas Sarkozy, se serait donc laisser aller "dans la chaleur du moment". Il n'aurait jamais eu l'intention de prendre ses distances par rapport au maire de Pau dont le soutien pourrait s’avérer gênant auprès d'une frange de l'électorat LR qui ne lui a toujours pas pardonné d'avoir voté pour François Hollande.

<--pagebreak-->Gilles Boyer ne laisse pas planer l'ombre d'un doute : "Alain Juppé et François Bayrou ont des liens anciens, riches, complexes et qui dépassent le cadre politique. Ils ne sont pas d'accord sur tout, sur la proportionnelle par exemple, ce qui n’empêche pas François Bayrou de faire, ce qu'il n'a pas fait depuis 15 ans, c’est à dire considérer qu'il y a quelqu'un de mieux placé que lui". Et d'ajouter : "Le soutien de François Bayrou est un atout pas un problème, il illustre la capacité d'Alain Juppé à faire revenir une droite et un centre qui justement étaient partis ailleurs. François Bayrou est le deuxième homme politique le plus populaire auprès des Français après Alain Juppé, son soutien est quelque chose de très important". Les proches de François Bayrou confirment : "On ne le gêne pas, on ne fait pas de meetings avec Juppé mais le soutien de François Bayrou permet d'attirer un électorat qui n'irait pas voter sinon et c’est pour ça que Juppé est aussi haut dans les sondages. En revanche, on n'a jamais attendu de réciprocité car la loi de la primaire, c'est de soutenir le vainqueur. C'est pour ça que François n'y participe pas. Alain Juppé est loyal, et c'est ce que François apprécie chez lui, il soutiendra Nicolas Sarkozy".

Voilà donc les électeurs de droite rassurés, le maire de Bordeaux restera fidèle à sa famille politique même en cas de victoire de Nicolas Sarkozy. L'affaire aura au moins permis de clarifier les choses. Reste une question : sans le soutien du maire de Bordeaux, François Bayrou a-t-il une chance d'exister en 2017 entre Marine Le Pen, Nicolas Sarkozy et François Hollande ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
02.
Après les trottinettes électriques, la prochaine mode pourrait bien être le bâton sauteur
03.
Colis piégé à Lyon : pourquoi la menace terroriste ne parviendra pas à prendre cette élection en otage
04.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
05.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
06.
Ce qui explique la nouvelle vague d'eugénisme
07.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
05.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
LICOT
- 16/09/2016 - 17:43
oui!
juppé a besoin de bayrou pour râtisser la gauche éparpillée,bayrou lui tout le monde le sait ,veut encore une fois casser du sarko ,mais il pense également à sa prochaine candidature ,il ne peut pas quitter juppé , macron est arrivé! dilemme pour françois il est obligé d'attendre pour savoir si juppé est le mieux placé ou macron, il changera à nouveau de trajectoire mais pour ça il doit être candidat et faire un appel au plus offrant en cas de défaite.il ne lui reste plus qu'à créer un problème à juppé qui lui c' est engagé et comme le dit un proche de bayrou ,françois connait la loyauté d'alain juppé alors!!
raslacoiffe
- 16/09/2016 - 11:23
Bayrou n'est pas le nombril du paysage politique français
Arrêtez les journalistes de nous vendre ce produit avarié. Ce type ne recherche qu'un maroquin encore un pour compléter sa carrière et sa future retraite aussi. Son propos est opportuniste et creux. Il a par deux fois demandé à voter pour les candidats socialistes. Sûrement que Juppé le sait et qu'il n'a pas besoin de cette casserole. Le centre ne veut même pas de lui : cherchez l'erreur.
assougoudrel
- 16/09/2016 - 09:58
Spécialistes de la marche arrière
Nos hommes politiques n'ont qu'une marche avant, la première et six marches arrière. Le contraire d'une voiture moderne. Comment voulez-vous qu'on avance dans ce pays?