En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
© Reuters
Steve Bannon a la réputation d'un homme sans concession, partisan de l'attaque à outrance.
L'homme politique le plus dangereux des Etats-Unis

5 choses à savoir sur Steve Bannon, le nouveau directeur général de la campagne de Donald Trump

Publié le 18 août 2016
Le candidat à l'élection présidentielle américaine Donald Trump a une nouvelle fois remanié son équipe de campagne, dont Steve Bannon prendra la direction. L'occasion de nous pencher sur celui qui a été décrit comme "l'homme politique le plus dangereux des Etats-Unis".
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le candidat à l'élection présidentielle américaine Donald Trump a une nouvelle fois remanié son équipe de campagne, dont Steve Bannon prendra la direction. L'occasion de nous pencher sur celui qui a été décrit comme "l'homme politique le plus dangereux des Etats-Unis".

Bien que Donald Trump aime diriger les projecteurs vers sa personne comme en atteste ses déclarations choc, il n'en néglige pas pour autant son équipe de campagne, qu'il a plusieurs fois remaniée. Trump a toujours eu le chic pour dégoter des personnalités pour le moins corrosives. Son dernier remaniement en est la preuve : le candidat républicain a écarté Paul Manafort de l'exécutif, dont le nom figurait dans la comptabilité secrète du parti de l'ancien chef d'Etat ukrainien Viktor Ianoukovytch, destitué après avoir voulu renforcer son pouvoir.

Et c'est Steve Bannon qui le remplace. Celui que le média américain Bloomberg considérait en 2015 comme l'"homme politique le plus dangereux des Etats-Unis" a en effet la réputation d'un homme sans concession, partisan de l'attaque à outrance. Une manière pour Trump de "revenir à ce qui a fait son succès aux primaires républicaines : une parole enflammée et décapante, sans égards pour les conventions politiques", écrit Challenges. Voici cinq choses à savoir sur le nouveau bras droit du mégalomane Trump.

Il est le président exécutif du site d'opinions Breitbart News Network

Steve Bannon a succédé à Andrew Breitbart à la tête du site d'opinions Breitbart News Network, en 2012, à la suite du décès de ce dernier. Ce média très conservateur est fait, comme l'écrivait Bloomberg, "pour ceux qui trouvent que Fox News est trop poli et retenu". On vous laisse deviner le niveau d'opinions véhiculées sur ce site, dont la devise n'est autre que "Honey badger don't give a shit" (comprenez "le ratel n'en a rien à faire", le ratel étant un petit mammifère teigneux de la famille des belettes qui malgré sa taille s'attaque à absolument tout comme le montre cette vidéo). L'équipe rédactionnelle est de plus surnommée "The Fight Club", sans aucun doute en référence au film. De quoi laisser présager un certain goût pour la joute verbale, les sujets politiquement incorrects et les polémiques.

Il est le fondateur du Government Accountability Institute

Cette organisation à but non lucratif s'est fait connaître en montant des dossiers à charge à l'encontre de la classe politique. Son plus beau fait d'armes : la publication de Clinton Cash, un livre qui accuse Bill et Hillary Clinton de conflits d'intérêts. À en croire l'ouvrage écrit par Peter Schweitzer, membre du GAI, le couple Clinton se serait enrichi par le biais d'une fondation créée par l'ancien Président américain. Une publication dans laquelle Steve Bannon se serait fortement impliqué, indique le site américain Heavy. Autant dire que le nouveau directeur de campagne de Trump prend un malin plaisir à accrocher des casseroles aux pieds d'Hillary. Un atout de taille alors que la rivale démocrate compte toujours plusieurs points d'avance sur son homologue républicain.

C'est un ancien investisseur, journaliste, réalisateur et officier de marine

Avant de prendre la tête de Breitbart News Network, Steve Bannon était journaliste au Huffington Post. Il a également produit plusieurs films dont le documentaire politique The Undefeated sorti en 2011 sur les ambitions politiques de Sarah Palin, républicaine convaincue et égérie du mouvement conservateur Tea Party. Il fait notamment la promotion du documentaire sur la chaîne de télévision Fox News lors de l'émission Hannity. Mais avant même que Bannon ne se lance en politique, il a servi quatre ans à la Navy en tant qu'ingénieur à bord d'un destroyer. Selon Bloomberg, sa fille Maureen l'a imité en s'engageant auprès de la 101ème division aéroportée.

C'est un critique virulent de l'establishment

Qu'on se le dise : Steve Bannon est anti-establishment. Malgré ses relations au Parti républicain, il considère que le carcan politique étasunien est trop resserré et qu'il faut en sortir, comme en témoigne cette vidéo tournée lors d'une conférence sur le thème du futur du conservatisme. Il utilise notamment les termes "budding aristocracy" (aristocratie bourgeonnante) et "cronny capitalism" (capitalisme intouchable, pourrait-on traduire) pour qualifier la classe politique à Washington D.C. Il déclare également : "Nous ne pensons vraiment pas qu'il y ait un parti conservateur fonctionnel dans ce pays, de même que nous ne pensons pas que le Parti républicain en soit un".

Trump aurait payé Breitbart News Network pour des articles positifs à son égard

Selon une enquête réalisée par BuzzFeed en août 2015, Breitbart News Network aurait reçu de l'argent du candidat républicain pour écrire des articles conciliants sur sa personne. En effet, il faut bien chercher avant de trouver sur ce site un article qui détériorerait l'image de Trump. Le journaliste de BuzzFeed McKay Coppins fait notamment part dans son livre sur le Parti républicaindu fait que plusieurs journalistes de Breitbart se seraient plaints de la forcément positive couverture médiatique de Trump qui leur était imposée. Steve Bannon lui-même a démenti cette accusation.

Et il reste de nombreuses choses à dire sur Steve Bannon. Le site américain Daily Wire, bien que conservateur, n'a pas hésité à démonter le nouveau chef de campagne en huit points supplémentaires. L'article (en anglais), est à retrouver ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Guillaume Larrivé à droite toute ; François-Xavier Bellamy refuse d’enfoncer Wauquiez après les européennes ; Ziad Takieddine nie toute "machination" contre Nicolas Sarkozy ; Benjamin Griveaux ou les ravages de la transparence (anonyme)

02.

Si vous pensiez que la dette américaine détenue par la Chine met Washington à la merci de Pékin, ce graphique pourrait vous surprendre

03.

Finale de la CAN : cinquante nuances de troubles de la visibilité (identitaire) en France

04.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

05.

Le pape François a transmis un message "très touchant" à Viviane Lambert, la mère de Vincent Lambert

06.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

07.

Anorexie : une nouvelle étude montre que les causes ne sont pas seulement psychologiques

01.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

02.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

05.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

03.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

04.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

05.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

06.

François de Rugy a démissionné

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
simplicissimus
- 18/08/2016 - 22:45
Roman feuilleton
Quelques précisions nécessaires à propos de cet article qui relève plus de la propagande que d'un souci d'information honnête. L'ex-président ukrainien Ianoukovitch n'a jamais eu l'intention de renforcer son pouvoir. Au contraire, la veille de la nuit sanglante de la place Maïdan, il venait d'accepter d'avancer l'élection présidentielle de six mois au terme d'un accord avalisé et garanti par les Occidentaux. Le différend ne portait pas sur un renforcement ou non des pouvoirs de Ianoukovitch mais sur son souci de maintenir la balance égale entre la Russie et l'Union Européenne. Par ailleurs, la nuit même, Ianoukovitch n'a pas été destitué comme il est écrit mais renversé par un coup de force dont on sait aujourd'hui qu'il fut organisé par les services secrets américains. De même, l'auteur feint de tenir pour peu plausible les accusations de corruption portées contre les Clinton et leur fondation alors que les preuves accablantes ne cessent de s'accumuler. Rappelons que Bill Clinton fut payé 500 000 dollars pour une conférence d'une heure à Moscou au moment où Hillary, alors secrétaire d'Etat, livrait l'une des plus importantes sociétés énergétiquesaméricaines à des investeurs russes
Texas
- 18/08/2016 - 21:33
Et contrairement à ce qui est écrit...
...il semble que Paul Manafort soit encore parti prenante de l' exécutif de campagne.
padam
- 18/08/2016 - 19:57
l'homme de la situation
Et alors? Il est parfait ce Bannon. A en croire ce papier anonyme et impartial, il a tout ce qu'il faut pour prendre en main une campagne électorale dans un pays où tous les coups bas et vicelards sont permis de tous côtés. Les Clinton et leurs soutiens indéfectibles de Wall street and co doivent mijoter un bon coup pour le débaucher...