En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
Tempête dans un verre d'eau
Pourquoi le cardinal Vingt-Trois n'est pas allé trop loin lors de l'homélie en hommage au prêtre assassiné à Saint-Étienne-du-Rouvray
Publié le 30 juillet 2016
Lors de son homélie prononcée lors de la messe de Notre-Dame de Paris en hommage au prêtre assassiné à Saint-Etienne-du-Rouvray, Monseigneur André Vingt-Trois a dénoncé le "silence des élites devant les déviances des mœurs et législation de ces déviances". Des propos qui ont provoqué une vive polémique non justifiée.
Bertrand Vergely est philosophe et théologien.Il est l'auteur de plusieurs livres dont La Mort interdite (J.-C. Lattès, 2001) ou Une vie pour se mettre au monde (Carnet Nord, 2010), La tentation de l'Homme-Dieu (Le Passeur Editeur, 2015).  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Vergely
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Vergely est philosophe et théologien.Il est l'auteur de plusieurs livres dont La Mort interdite (J.-C. Lattès, 2001) ou Une vie pour se mettre au monde (Carnet Nord, 2010), La tentation de l'Homme-Dieu (Le Passeur Editeur, 2015).  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lors de son homélie prononcée lors de la messe de Notre-Dame de Paris en hommage au prêtre assassiné à Saint-Etienne-du-Rouvray, Monseigneur André Vingt-Trois a dénoncé le "silence des élites devant les déviances des mœurs et législation de ces déviances". Des propos qui ont provoqué une vive polémique non justifiée.

Atlantico : Lors de son homélie prononcée lors de la messe de Notre-Dame de Paris en hommage au prêtre assassiné à Saint-Etienne-du-Rouvray, ce jeudi 28 juillet, le cardinal André Vingt-Trois a dénoncé le "silence des élites devant les déviances des mœurs et la législation de ces déviances". Cette déclaration de cet ancien opposant à la loi Taubira a fait débat, certains y ont vu une attaque contre le mariage homosexuel et l'homosexualité elle-même. Que pensez-vous de cette polémique ? Les propos du cardinal étaient-ils maladroits compte-tenu du contexte ?

Bertrand Vergely : On peut comprendre la vive émotion que ces propos ont pu susciter dans une partie de l’opinion pour qui la notion de déviance des mœurs sonne de façon particulièrement conservatrice. Cela dit, reportons-nous à l’homélie de Monseigneur André XXIII. De quoi est-il question ? De quatre choses. 1) Du crime abominable qui a été commis et qui est indigne d’une religion quelle qu’elle soit. 2) De la seule réponse à apporter à ce crime, à savoir l’espérance et non la désespérance. 3) De la difficulté de notre société à entendre aujourd’hui cette notion d’espérance en raison de la crise morale et spirituelle qu’elle traverse. 4) De la nécessité d’être plus fort que cette crise en se souvenant que pour le christianisme, Dieu aime tous les hommes malgré tout et au-delà de tout. Quand on l’envisage dans sa globalité, dans cette homélie, qu’y a-t-il de choquant ? Rien. Celle-ci ne dit rien d’aberrant ni de scandaleux. En ces temps qui pourraient pousser à la désespérance, n’est-il pas essentiel de ne surtout pas désespérer ? Et ce, malgré tout ce qui peut nous y pousser en raison non seulement des attaques que notre société subit de l’extérieur mais de ses dissensions internes ?

Ayons la patience d’écouter Monseigneur André XXIII jusqu’au bout, son homélie n’a rien de choquant. Isolons en revanche la phrase où il est question de déviance. Il est clair qu’elle ne peut que choquer certaines sensibilités. Le terme "légalisation de certaines déviances" a fait penser au Mariage pour tous. Est-il sûr que c’est cela qui a été visé ? Il y a quelques années, Nicolas Sarkozy a été insulté en public. Ayant porté plainte pour injure au chef de l’État, sa plainte a été considérée comme irrecevable sous prétexte qu’insulter le chef de l’État n’est plus considéré aujourd’hui comme un délit mais comme une manifestation légitime de la liberté d’expression. Quand tel est le cas, comment ne pas avoir l’impression que l’on est en présence d’une "déviance légalisée" ? Ce qui pose une question de fond. Notre société ne renonce-t-elle pas parfois à éduquer ? Et ce renoncement ne provient-il pas d’un désespoir latent ? Des jeunes Français partent aujourd’hui faire le djihad en Syrie. Ne sont-ils pas l’image d’un certain échec de notre éducation ? Je me demande si ce n’est pas ce que Monseigneur André XXIII, que l’on sent quelque part blessé dans son amour pour la France, a tenté de dire.

Lors de cette homélie, le cardinal a fustigé le manque de courage de nos sociétés, qui nous paralyse face à Daesh. La polémique vise-t-elle à étouffer le message de Monseigneur Vingt-Trois ?

Nous vivons dans un monde où il est difficile de dire la vérité en nommant les choses. Cela tient à notre passé et notamment aux conflits idéologiques qui traversent notre société. La France a été très marquée par la guerre d’Algérie et la question de la décolonisation. À cette occasion, la gauche a pour une part pris parti pour le FNL et les Algériens musulmans contre la France. Cela a laissé des traces dans les mémoires et notamment le fait de considérer le musulman comme l’opprimé, celui que l’on colonise, que l‘on exploite, que l’on humilie. D’où de la part de la gauche une vision quelque peu manichéenne opposant d’un côté le bon, à savoir le musulman opprimé, au méchant, le Français de droite et catholique.

Aujourd’hui, cette opposition demeure inconsciemment présente dans les esprits. Notre société a du mal à admettre que, dans certaines de ses composantes, l’islam puisse être l’oppresseur et non l’opprimé. Elle a du mal à reconnaître que venir dans un pays pour y semer la terreur et égorger est un acte de guerre et qu’il faut se défendre. Elle continue de penser que le mal sur la Terre est le fait du christianisme en raison des croisades, de l’Inquisition et des guerres de religion. En ce sens, oui, il faut du courage aujourd’hui en France pour oser dire la vérité, à savoir que l’islam a un problème avec la violence et que le terrorisme qui aujourd’hui ensanglante le monde ainsi que les musulmans eux-mêmes, victimes eux aussi de cette violence, n’est pas le fruit du hasard. Comme me le disait récemment un ami musulman : "Que les Français anti-racistes arrêtent de dire que le terrorisme n’a rien à voir avec l’islam. Tant que nous ne verrons pas notre propre violence, tant qu’on nous empêchera de la voir au nom de l’anti-racisme, nous ne pourrons pas évoluer". En ce sens, oui, la polémique qui a lieu aujourd’hui ne favorise pas la vérité. Lors des attentats contre Charlie Hebdo, souvenons-nous, de quoi a-t-il été question ? De savoir si on allait manifester aux côtés de Marine Le Pen ou pas. Résultat : à quoi a-t-on assisté ? À une tentative de transformer la marche silencieuse en mémoire des victimes de Charlie Hebdo en manifestation anti-Front national, les terroristes étant assimilés au passage à des nazis et les marcheurs de la Manif pour tous à des djihadistes. En ce sens, il est regrettable que la gauche ait décidé d’amplifier les propos de Monseigneur André XXIII et que celle-ci ait adopté le ton de l’invective. Quelle leçon de dignité elle aurait pu donner en soulignant discrètement son désaccord avant d’appeler au recueillement ainsi qu’à la gravité ! La bêtise n’est pas simplement le fait de ceux qui la disent. Elle est aussi le fait de ceux qui la relèvent en lui donnant une importance qu’elle ne mérite guère.

Que révèlent ces polémiques à un moment où la République devrait être solidaire de l'Eglise catholique ? 

Je pense que la France a été unanimement horrifiée par le meurtre abominable de Saint-Étienne-de-Rouvray. Si notre pays a derrière lui une longue tradition anticléricale, il n’est pas anticlérical au point de souhaiter que l'on égorge les prêtres et les chrétiens. La République est-elle pour autant aux côtés de l’Église catholique ? On n’en est pas encore là. Ce que la polémique révèle ? D’abord l’extrême nervosité d’un certain nombre de responsables politiques qui devraient être calmes et qui se révèlent être à cran. Ensuite, autre révélation, l’immaturité morale et spirituelle. Franchement, les propos de Monseigneur André XXIII méritent-ils qu’on en fasse une affaire d’État ? Notre pays est bien éprouvé en ce mois de juillet. L’urgence est-elle de polémiquer ? N’est-elle pas plutôt d’aider moralement notre pays qui en a bien besoin ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Public voit un nouvel homme dans la vie de Laeticia Hallyday; Angelina Jolie veut récupérer le sien; Brigitte Macron au chevet de l’AVC de Line Renaud; Ségolène Royal & François Hollande bientôt mamie-papy; Louis Sarkozy accouche d’une ligne de mocassins
02.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
03.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
04.
Gilets Jaunes : des échauffourée avec la police, des voitures brûlées et des magasins pillés
05.
Le nouveau parti du Brexit de Nigel Farage prend la tête des sondages pour les Européennes au Royaume-Uni
06.
Cette fâcheuse addiction du monde contemporain à la pornographie émotionnelle
07.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 01/08/2016 - 08:59
@ganesha...
Si dieu existe, Il a peut-être pensé que l'odeur et la couleur suffirait à faire fuir les gens normaux.....et puis il y a les chêvres, avec et sans rouge à lèvre !!
Ganesha
- 31/07/2016 - 08:06
Zone érogène
Cloette, je comprends en partie votre irritation. Mais permettez-moi juste une petite plaisanterie : si Dieu était vraiment opposé à l'homosexualité, Il avait à sa disposition un moyen très simple : au moment de la Création, rendre la dilatation de l'anus et du rectum extrêmement douloureuse, au lieu d'en faire une zone érogène !
cloette
- 30/07/2016 - 22:24
Et
Petit détail le foie de bovidé c'était Jésus " plus de Jésus"avaient elles dit en hurlant , c'était donc un blasphème pour les Chrétiens, blasphème qui n'est pas un délit , mais qui en dit long sur les discours hypocrites du " vivre ensemble " de la clique au pouvoir . La vengeance est un plat qui se mange froid .....