En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© REUTERS/Philippe Wojazer
Editorial
Pour les réformes, c’est toujours "relâche" d’ici la fin du quinquennat
Publié le 15 juillet 2016
Après une parenthèse sportive, l'attentat perpétré à Nice ramène la France à la réalité de façon brutale. Pendant ce temps-là, l'économie de notre pays tourne en roue libre et le pouvoir en place fait l'impasse sur toutes les réformes nécessaires.
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après une parenthèse sportive, l'attentat perpétré à Nice ramène la France à la réalité de façon brutale. Pendant ce temps-là, l'économie de notre pays tourne en roue libre et le pouvoir en place fait l'impasse sur toutes les réformes nécessaires.

L’attentat particulièrement odieux qui a frappé Nice dans la nuit du 14 Juillet vient de ramener brutalement à la réalité un pays qui venait de s’adonner aux joies de l’Euro 2016 et du Tour de France en s’imaginant qu’il pourrait prolonger pendant l’été la période de quiétude qu’il était en train de vivre. La conférence de presse de François Hollande était déjà oubliée par sa vacuité, le terre à terre de ses propos sur le statut de son coiffeur ou la zizanie sur les tréteaux entre son Premier ministre Manuel Valls et son ministre de l’Economie, sans parler des querelles intestines au sein du parti socialiste créant  un climat délétère propice à la démobilisation que l’on observe sur le plan économique.Car, à dix mois de l’échéance  électorale, l’impression prévaut qu’il n’y aura plus de nouvelle impulsion venant  du sommet. L’économie  fonctionne en roue libre, avec la crainte d’un ralentissement de la conjoncture mondiale et d’une crise en Grande-Bretagne à la suite du Brexit.

Le pouvoir fait l’impasse sur de nouvelles réformes, convaincu après le quasi échec de la loi El Khomri,  vidée de l’essentiel  de sa substance, de l’impossibilité d’obtenir le moindre changement du Parlement dans l’arsenal législatif surabondant et paralysant, alors qu’il avait promis simplification  et efficacité. Au demeurant, avec une certaine ingénuité, qui dissimule un immense orgueil, le chef de l’Etat a estimé que son élection, était à elle seule suffisante  pour que les  choses s’arrangent d’elles mêmes, comme si le départ de Nicolas Sarkozy était la solution de  tous les maux, justifiant ainsi le laxisme  qui a caractérisé son quinquennat, alors que les signaux se multiplient de tous bords pour inciter les responsables à renoncer au laissez aller et à suivre l’exemple de nos partenaires sur la voie du redressement.

Dernières en date, les recommandations formulées par un organisme rattaché à Matignon, France Stratégie, tirent la sonnette d’alarme.  Ce n’est pas parce que le niveau des taux d’intérêts anormalement bas sur le plan international permet à notre pays de contracter des emprunts sans payer de loyer de l’argent qu’il faut poursuivre une politique qui à terme, représente une accumulation de dettes sans précédent, mises à la charge des générations futures. La France n’a jamais profité depuis quarante ans des périodes favorables où elle aurait pu agir à contre-courant et a toujours poursuivi une politique de facilité à court terme. Les rares réformes amorcées se sont  révélées dispendieuses, comme celle des retraites ou encore la  nouvelle organisation régionale qui est  coûteuse. Et parallèlement, l’Etat ne cesse de réduire le nombre des contribuables soumis à l’impôt sur le revenu : rien que pour l’année 2015, 800 000 foyers nouveaux y ont échappé, ramenant les assujettis à 17 millions sur 37,4 millions de contribuables. Moins de la moitié des Français sont ainsi soumis à la dîme, ce qui rend toute réforme de plus en plus difficile à réaliser dès lors que ceux qui sont directement  concernés sont  de moins  en moins  nombreux, ce qui conduit à concentrer le poids de l’impôt sur une fraction de plus en  plus réduite de la population, avec la tentation pour les jeunes talents de partir sous des cieux fiscalement plus cléments.

Pendant le laps de temps qui reste d’ici la fin du quinquennat, l’opinion continuera d’être abreuvée de projets de réformes,  de solutions  miracles. Les joutes oratoires se multiplieront. Sceptiques, les Français savent qu’elles ne feront pas avancer les solutions tant qu’ils céderont au sentiment  de résignation qui les caractérise depuis si longtemps.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
02.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
03.
Notre-Dame de Paris : l’incendie aurait été causé par une série de négligences
04.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
05.
Un Américain a passé un an à ne manger que des aliments aux dates de péremption dépassées, voilà les leçons qu’on peut en tirer
06.
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2
07.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
01.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
02.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
03.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
04.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
05.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
06.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
Voulez-vous savoir dans quelle France on entend vous faire vivre ? Regardez bien l'affiche de l'UNICEF !
03.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
04.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
05.
Acte II : mais comment définir la ligne suivie par le gouvernement en matière de politique économique ?
06.
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 15/07/2016 - 13:53
Fin de quinquennat
Zéro réforme, n promesses de cadeaux électoraux, fiscaux, point d'indice des fonctionnaires..... l'important est d'être réélu dût la France en crever et si elle commet cette erreur de réélire ces clowns (variété lugubre) qui nous gouvernent, elle n'y manquera pas.