En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

05.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

06.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

ça vient d'être publié
pépites > Justice
"Acab land"
Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée
il y a 2 heures 4 min
pépites > Social
Marche de la colère Acte II ?
Grève du 5 décembre : la police pourrait rejoindre la mobilisation contre la réforme des retraites
il y a 3 heures 34 min
pépite vidéo > Media
Bras de fer médiatique
Yann Barthès diffuse l'enquête de Valeurs actuelles sur Quotidien et sur la tyrannie des bien-pensants
il y a 6 heures 7 min
light > Culture
Polémique
"J'Accuse" : la collectivité Est Ensemble renonce finalement à demander la déprogrammation en Seine-Saint-Denis du film de Roman Polanski
il y a 7 heures 8 min
pépites > Religion
Nouvelle polémique ?
Vesoul : une religieuse catholique privée de maison de retraite pour son voile
il y a 8 heures 23 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 10 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Ingénu" de Voltaire : un Candide au pays des puissants, un Ingénu dans le monde

il y a 11 heures 18 min
pépites > Santé
Répondre à la crise
Le gouvernement dévoile son "plan d'urgence" pour l'hôpital public avec notamment une hausse du budget et une reprise de la dette
il y a 12 heures 14 min
décryptage > Politique
Réforme

Retraites : cette violence qui nous attend au fond de l’impasse politique

il y a 13 heures 40 min
décryptage > Politique
"J'ai besoin de vous"'

Congrès des maires : Emmanuel Macron surestime l’impact de la politique de simplification mise en œuvre à destination des élus locaux

il y a 14 heures 36 min
light > Europe
Famille royale
Affaire Jeffrey Epstein : le prince Andrew décide de mettre fin à ses engagements publics
il y a 2 heures 49 min
pépites > Sport
Colère
JO 2024 à Paris : les hôteliers décident de suspendre leur participation à l'organisation des Jeux olympiques suite au partenariat avec Airbnb
il y a 4 heures 2 min
pépites > Justice
Lutte contre le terrorisme
Attentat déjoué dans le Thalys : le parquet national antiterroriste demande un procès pour Ayoub El Khazzani et pour trois autres suspects
il y a 6 heures 36 min
light > Culture
Oscar de la meilleure création du monde
Puy du Fou : le parc reçoit le prestigieux prix du Thea Award pour le spectacle "Le premier Royaume"
il y a 7 heures 44 min
pépite vidéo > Religion
A la rencontre des fidèles
Visite officielle du pape François en Thaïlande et au Japon
il y a 9 heures 1 min
décryptage > Santé
Mesures

Plan d'urgence pour l'hôpital public : comment le gouvernement ménage dangereusement la chèvre et le chou

il y a 10 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Misérables" : le réalisateur Ladj Ly casse la baraque

il y a 11 heures 31 min
rendez-vous > Social
Politico Scanner
Des casseurs aux LBD, radioscopie de l’opinion des Français face à la violence dans les conflits sociaux
il y a 12 heures 49 min
décryptage > Economie
Lettre

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

il y a 14 heures 22 min
décryptage > France
Un aveu

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

il y a 14 heures 52 min
© Wikipédia commons
© Wikipédia commons
Leçon

8 ans après, le diagnostic de crise contrariant révélé par "l'homme qui a sauvé l'économie américaine"

Publié le 08 juillet 2016
Après avoir enseigné l’économie pendant plus de 30 ans à l’Université de Bentley, Scott Sumner est aujourd’hui désigné par les médias américains comme "l’homme qui a sauvé l’économie". Il dévoile son approche à Atlantico et livre ses remèdes pour stabiliser la zone euro.
Scott Sumner a enseigné pendant plus de 30 ans l'économie à l'université de Bentley dans le Massachussets aux Etats-Unis. Détenteur de la Chair en politique monétaire du Mercatus Center, ses recherches se sont principalement orientées vers l'...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Scott Sumner
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Scott Sumner a enseigné pendant plus de 30 ans l'économie à l'université de Bentley dans le Massachussets aux Etats-Unis. Détenteur de la Chair en politique monétaire du Mercatus Center, ses recherches se sont principalement orientées vers l'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après avoir enseigné l’économie pendant plus de 30 ans à l’Université de Bentley, Scott Sumner est aujourd’hui désigné par les médias américains comme "l’homme qui a sauvé l’économie". Il dévoile son approche à Atlantico et livre ses remèdes pour stabiliser la zone euro.

Atlantico : Scott Sumner, les médias américains, comme le magazine The Atlantic (ici et ici), vous présentent comme l’économiste "qui a sauvé l’économie". Pouvez-vous nous expliquer votre approche de la crise, et en quoi celle-ci diffère du consensus ?

Scott Sumner : Depuis le début de l’année 2009, les "market monetarists" comme David Beckworth et moi-même signalent que la politique monétaire est trop restrictive pour les besoins de l’économie, aussi bien aux Etats-Unis qu’en Europe. Nous défendons l’idée d’un objectif de PIB nominal pour les Banques centrales, en indiquant qu’une telle politique aurait rendu la crise financière et la récession bien moins sévère qu’elles ne l’ont été. Nous prétendons également que la Banque centrale européenne a commis une erreur en resserrant sa politique monétaire en 2011, ce qui a conduit à une récession en double creux dans la zone euro. D’autres économistes ont pointé la responsabilité de l’austérité fiscale, mais les Etats-Unis ont subi au moins autant d’austérité fiscale que la zone euro, et n’ont pas souffert d’une telle récession en double creux. La politique monétaire était la différence entre les deux. (Je ne pense pas avoir sauvé l’économie, mais j’apprécie le compliment).

Quelle a été votre influence, notamment à l’automne 2012, lorsque l’économiste américain Tyler Cowen a indiqué "c’est le jour de Scott Sumner". Comment en est-on arrivés à une situation où vos idées ont pu être reprises par la Réserve fédérale des Etats-Unis ?

A la fin de l’année 2012, le Congrès américain envisageait de mettre en place une politique d’austérité fiscale pour l’année 2013. Au début de l’année 2013, plusieurs hausses d’impôts ont eu lieu, et certaines dépenses de l’Etat fédéral ont été coupées au printemps de cette même année 2013. A la fin de l’année 2012, la Reserve fédérale des Etats-Unis a décidé d’adopter plusieurs formes de relance monétaire, afin de compenser le poids anticipé de cette austérité fiscale. Cela comprend le QE3 (assouplissement quantitatif), et la promesse de maintenir les taux bas pendant une période de temps prolongée. Au début de l’année 2013, les économistes keynésiens, comme le prix Nobel Paul Krugman, pensaient qu’un ralentissement de la croissance aurait lieu en raison de cette austérité. A l’inverse, les "market monetarists", comme moi, pensaient que la politique monétaire compenserait les effets de l’austérité. En réalité, la croissance réelle de l’année 2013 (du 4e trimestre 2012 au 4e trimestre 213) a été plus rapide que celle de 2012, ce qui est venu confirmer les prédictions des "market monetarists". Je pense que c’est cet évènement, plus que tout autre, qui a permis aux "market monetarists" d’être reconnus. Il faut noter le contraste avec la zone euro, où la Banque centrale européenne n’a pas compensé les effets de l’austérité fiscale.

Comment expliquez-vous la situation actuelle de la zone euro ? Si vous idées ont "sauvé" l’économie américaine, sont-elles également pertinentes pour la zone euro ? De quelle manière? N’est-il pas trop tard ? 

Il n’est pas trop tard pour que la politique monétaire puisse améliorer les conditions de la zone euro. Idéalement, je voudrais voir la mise en place d’un objectif de PIB nominal pour la zone euro, mais il est probable que cela ne soit pas envisageable, politiquement parlant. Une autre option serait de mettre en place un objectif "en niveaux" de la maîtrise des prix. Dans un tel cas, la Banque centrale fixe un objectif de, disons 2% d’inflation, et promet de revenir à la ligne de tendance si elle ne parvient pas à l’atteindre ou si elle la dépasse au cours d’une année (si elle manque son objectif au cours d’une période, elle devra compenser cette perte l’année suivante). Puisque la zone euro ne parvient toujours pas à atteindre son objectif actuel de 2% d’inflation, un tel régime monétaire permettrait de relever les anticipations d’inflation à long terme, et ainsi de rendre la politique monétaire plus expansionniste. Pour mettre en place une telle politique, la Banque centrale européenne doit promettre de "faire tout ce qu’il est possible de faire" (whatever it takes) pour permettre aux anticipations de marchés de rejoindre l’objectif fixé. Cela peut impliquer des rachats d’actifs bien plus importants que ce qui est fait actuellement, et/ou des taux encore plus bas. Cependant, la politique monétaire ne peut pas tout. De nombreux pays du Sud de l’Europe peuvent bénéficier de réformes permettant de flexibiliser leur marché du travail, comme nous avons pu le voir dans le passé dans des pays comme le Danemark et l’Allemagne, où le chômage est bien plus faible que dans la zone méditerranéenne.

Est-ce que le ciblage de PIB nominal pourrait sauver la zone euro ? Cela sera-t-il suffisant pour permettre à cette Union monétaire de fonctionner ? 

L’avantage du ciblage de PIB nominal en niveaux est qu’il garantit un niveau de revenu nominal suffisant pour répondre à la demande des travailleurs à un niveau d’équilibre proche du plein emploi. Puisque les salaires horaires nominaux sont rigides, lorsque la croissance nominale chute brutalement (comme en 2008-2009 et en 2011-2013) le chômage tend à progresser fortement. Je pense que l’objectif de PIB nominal en niveaux peut sauver la zone euro. Beaucoup d’autres économistes croient au problème du "one size fits all", c’est-à-dire qu’une politique monétaire adaptée à l’Allemagne peut ne pas être appropriée pour la Grèce. C’est une inquiétude légitime. Mais je pense que beaucoup d’économistes ont tendance à négliger le fait que le plus grand problème de la zone euro a été sa politique monétaire trop restrictive. Cela peut sembler curieux, avec des taux d’intérêts aussi bas. Mais des taux bas ne sont pas la bonne unité de mesure, seule la croissance du PIB nominal nous permet de voir si une politique monétaire est suffisamment expansionniste. Après tout, les taux d’intérêts étaient aussi bas pendant la Grande dépression, quand la politique monétaire était clairement trop restrictive. Lorsque vous regardez l’ensemble de la zone euro, il est parfaitement clair que la croissance du PIB nominal a été bien trop lente depuis 2008. Cela explique une partie du problème de l’Europe du Sud (cette région a aussi des problèmes structurels), mais cela explique aussi la mollesse d’autres pays, comme la France, les Pays-Bas, ou la Finlande.

 

Entretien réalisé par Nicolas Goetzmann

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires