En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

05.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

06.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

07.

Ce discret courant souterrain qui fragilise puissamment nos démocraties

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Cette nouvelle ère politique que vient s’ouvrir avec la marche contre l’islamophobie

ça vient d'être publié
pépites > International
Dictature
Ouïghours : Xi Jinping a donné l'ordre d'être "sans pitié"
il y a 7 heures 14 min
light > Culture
Discrimination
L'actrice Mo'Nique accuse Netflix de la sous-payer car elle est une femme noire
il y a 8 heures 3 min
pépite vidéo > Culture
Pour les fans de la famille royale
The Crown : la saison 3 est disponible sur Netflix
il y a 8 heures 48 min
pépites > France
Noyau dur
Acte 53 des Gilets jaunes : 28.000 manifestants selon la police, 40.000 selon les organisateurs
il y a 10 heures 15 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'Inde veut aller explorer Vénus en 2023 ; Mars : les fluctuations de l’oxygène décontenancent la Nasa
il y a 10 heures 34 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : ce que la technologie pourrait apporter pour contenir les incendies géants
il y a 13 heures 59 min
décryptage > France
Un an déjà

Acte 53 des Gilets jaunes : statu quo en attendant décembre

il y a 14 heures 38 min
décryptage > International
Moderne... mais féroce

En Arabie Saoudite, « réforme » rime avec « répression »

il y a 15 heures 59 sec
décryptage > France
Agriculture

Revenus désastreux des agriculteurs : et si les banques étaient juridiquement en partie responsables ?

il y a 15 heures 2 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Comment la momie de Ramsès II a bénéficié d'une "seconde jeunesse" grâce à une exposition organisée à Paris en 1976

il y a 15 heures 3 min
pépites > Europe
Désastre
Venise : un milliard d'euros de dégâts ; une troisième montée des eaux attendue
il y a 7 heures 38 min
pépites > Santé
Drame
Deux tiers des Français ont déjà renoncé à se faire soigner
il y a 8 heures 25 min
pépite vidéo > France
Casseurs
Acte 53 des Gilets jaunes : d'importants dégâts sur la place d'Italie à Paris
il y a 9 heures 41 min
pépites > Politique
Baisse
Popularité : Emmanuel Macron perd un point en novembre
il y a 10 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

SOS Europe en détresse ?

il y a 13 heures 41 min
décryptage > Santé
Danger

Les super bactéries font encore plus de morts qu’on le croyait

il y a 14 heures 27 min
décryptage > Politique
Sectarisme à tous les étages

Ce discret courant souterrain qui fragilise puissamment nos démocraties

il y a 14 heures 44 min
décryptage > Economie
Un but bien défini

La politique économique de Trump, une politique parfaitement prévisible

il y a 15 heures 1 min
décryptage > International
Automne chinois

Hong Kong ou l’illustration que la Révolution de velours tchèque ne serait plus possible 30 ans après ?

il y a 15 heures 2 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

il y a 15 heures 3 min
© Reuters
© Reuters
International

Boris Johnson renonce mais au fait, qui sont Michael Gove et Theresa May, les deux principaux candidats à la succession de David Cameron ?

Publié le 01 juillet 2016
Avec Eric Coder
Qui sera le nouveau leader conservateur qui conduira la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne ? Pour succéder au Premier ministre démissionnaire, trois candidats étaient sur les rangs. Boris Johnson s'étant désisté, restent deux candidats principaux : Theresa May et Michael Gove.
Eric Coder est journaliste.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Coder
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Coder est journaliste.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Qui sera le nouveau leader conservateur qui conduira la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne ? Pour succéder au Premier ministre démissionnaire, trois candidats étaient sur les rangs. Boris Johnson s'étant désisté, restent deux candidats principaux : Theresa May et Michael Gove.
Avec Eric Coder

Après le vote en faveur du Brexit et la démission de David Cameron, c'est une lutte fratricide qui s'engage au sein du Parti conservateur pour savoir qui sera le prochain chef du parti et, donc, le prochain premier ministre du Royaume-Uni. Le nouveau Premier ministre britannique doit être connu le 9 septembre 2016, après le vote des 150 000 membres du Parti conservateur, qui doivent eux-mêmes choisir entre deux finalistes dégagés par les députés Tories. Après dépôt des candidatures, il y a aujourd'hui cinq candidats en lice, mais deux favoris : Theresa May et Michael Gove.

La bouffonnerie comme arme et stratégie politique

Le premier à être sorti du bois et à en être rentré aussi vite est l’inénarrable Boris Johnson. L'ancien maire de Londres est souvent comparé à Donald Trump, une même casquette de cheveux blonds coiffés à la diable et un bagout de bateleur de foire, avec des propos à l'emporte-pièce. Celui qui a fait de la bouffonnerie une stratégie politique s'était imposé comme le leader naturel des pro-Brexit et, donc, au lendemain du référendum, le favori de la course pour succéder à David Cameron.

Mais patatras, jeudi 30 juin, le chef de file du camp de la sortie de l'Union européenne a jeté l'éponge. En énumérant les tâches qui attendent le futur chef de gouvernement britannique, Boris Johnson a déclaré en avoir "conclu que cette personne ne peut pas être moi". Il faut dire qu'il cristallisait sur son nom beaucoup de mécontentements. Il a été accusé de légèreté après le référendum, à la suite d'une tribune dans The Telegraph, où il minimisait les conséquences du Brexit, affirmant que le Royaume-Uni resterait dans le marché commun, tout en filtrant l'entrée en Grande-Bretagne des étrangers européens. Mais cinq jours après le référendum, les dirigeants européens lui ont opposé une fin de non-recevoir et l'ont averti qu'il n'y aurait pas de marché unique à la carte.

La nouvelle Margaret Thatcher

Ce qui a également plombé sa candidature est l'entrée en lice de deux poids lourds du gouvernement Cameron, celle de la ministre de l'Intérieur Theresa May et celle, surprise, du ministre de la Justice, Michael Gove. Ces deux vieux routiers de la politique ne lui laissaient que peu de marges de manœuvre. Theresa May, surnommée "la nouvelle Margaret Thatcher", a annoncé sa candidature dans une lettre publiée par The Times en promettant de rassembler les Britanniques et en voulant lancer "un programme radical de réformes sociales". "Après le référendum, notre pays a besoin d'un dirigeant qui soit fort et reconnu pour traverser cette période d'incertitude économique et politique, et pour négocier dans les meilleurs termes la sortie de l'Union européenne", a-t-elle écrit.

A 59 ans, cette dame de fer a été nommée ministre de l'Intérieur par David Cameron en 2010 lorsqu'il fut élu chef du gouvernement, un mandat qu'elle a conservé lors de la réélection du Premier ministre en 2015.

Une ligne très ferme sur les délinquants et les immigrés clandestins

Comme Angela Merkel, Theresa May est une fille d'un pasteur protestant, connu pour son attitude austère et "sa vie privée énigmatique", raconte Time. Née Theresa Braiser, elle a étudié la géographie à l'Université d'Oxford où elle a rencontré son futur mari, Philip May. Pour la petite histoire, c'est Benazir Bhutto, qui deviendra plus tard le Premier ministre du Pakistan, qui a aidé à la rencontre des deux tourtereaux. Au gouvernement, elle a fait preuve de poigne en prônant une ligne très ferme, qu'il s'agisse des délinquants, des immigrés clandestins ou des prêcheurs islamistes radicaux. Eurosceptique dans l'âme, elle avait pourtant choisi en début d'année de rester fidèle au Premier ministre et de défendre le maintien dans l'Union européenne. Une position jouée mezza voce, ne faisant que le service minimum, en allant même jusqu'à défendre une limitation de l'immigration, thème favori des pro Brexit. Cette posture, intelligente et cynique, lui permet de se présenter comme l'une des rares figures capable d'unifier les factions rivales du parti conservateur.

Quand l'assassinat politique est un art

L'autre challenger est donc Michael Gove, allié de Boris Johnson dans la campagne pour le Brexit. A la stupeur générale, alors qu'il le soutenait il y a encore quelques jours pour sa prise de pouvoir au sein du parti conservateur, ce ministre de la Justice a décidé de lui planter un couteau dans le dos en déclarant sa candidature, jeudi 30 juin. Asphyxiant ainsi politiquement son ancien acolyte, tant décrié, et l'amenant à se désister. "A regret, je suis arrivé à la conclusion que Boris ne peut pas assumer le leadership ou construire une équipe pour négocier la sortie du pays de l'Union européenne", a-t-il déclaré dans un communiqué lapidaire. Cette annonce est une surprise à deux égards : non seulement Michael Gove avait appelé l'ancien maire de Londres pour lui affirmer son soutien, mais en plus, il déclarait depuis de nombreuses années ne vouloir être Premier ministre à aucun prix. Le baiser de Judas. Michael Gove n'en est pas à sa première trahison. Proche ami de David Cameron, il avait rompu avec lui pour rejoindre le camp du Leave. Campagne au cours de laquelle il avait fait les choux gras de la presse en déclarant : "La Grande-Bretagne a eu sa dose d'experts". De son propre aveu, la décision de rejoindre les rangs des pro Brexit a été "l'une des plus difficiles" de sa "vie politique", et la rupture avec David Cameron, "une souffrance". A ce degré-là, l'assassinat politique est un art.

Michael Gove est apprécié des milieux intellectuels conservateurs pour son orthodoxie et son intelligence. Si tout le monde n'apprécie pas ses idées droitières, tout le monde s'accorde pour dire qu'il est un homme politique de convictions. En tant que ministre de l'Education, il s'est battu pour augmenter le nombre d'écoles indépendantes de la bureaucratie centrale, et pour renforcer les fondamentaux à l'école.

Un ancien journaliste amoureux de la politique

Ce conservateur de 48 ans n'a que quatre mois quand il est adopté par un mareyeur et une assistante de laboratoire d'Aberdeen, en Ecosse, où il va passer son enfance, relate The Guardian. Après des études à Oxford, passionné par la politique, il tente d'entrer au parti conservateur, mais le jeune homme se fait refouler en se faisant reprocher de ne pas être "suffisamment conservateur"... Il se dirige alors vers le journalisme et est engagé au Press and Journal, à Aberdeen. Il travaillera ensuite pour la BBC et pour le quotidien The Times. Il se marie à Sarah Vine, éditorialiste au tabloïd The Daily Mail, avec qui il a deux enfants. Mais mordu de politique et proche de David Cameron, il réussit à se faire élire député au sud-ouest de Londres. Puis tout va très vite, membre du cabinet fantôme conservateur entre 2005 et 2010, il obtient le ministère de l'Education nationale après la victoire de David Cameron aux législatives de 2010. En 2015, après la réélection de David Cameron, il se voit confier le ministère de la Justice. Ce homme que l'on dit ambitieux, courtois, drôle et charmeur n'hésite pas à dénoncer l'affiche nauséabonde de l'Ukip qui montrait une colonne de réfugiés envahissant le Royaume-Uni, pendant la campagne du référendum. Plus consensuel que Boris Johnson, Michael Gove est un candidat sérieux qui peut, certainement, tailler des croupières à la favorite des sondages, Theresa May.

Un sondage, sans Michael Gove, donne Theresa May à 36 %

En effet, un sondage de l'institut YouGov pour The Times, réalisé auprès de 1000 partisans conservateurs mais qui ne prend pas en compte la candidature de Michael Gove, place Theresa May en tête des intentions de vote, à 36 %, devant Boris Johnson, à 27 %, les autres candidats potentiels étant relégués sous les 7 %. Le retrait de Boris Johnson et l'absence de Michael Gove bouleverse évidement la donne.

L'élection se fait en deux temps. Dans un premier temps, les parlementaires du parti choisissent deux candidats, par plusieurs tours de scrutin où le dernier est éliminé. Ce sont ensuite les adhérents du parti qui départagent les deux finalistes, qui seront, sauf nouveau coup de théâtre toujours possible. Theresa May et Michael Gove.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

05.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

06.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

07.

Ce discret courant souterrain qui fragilise puissamment nos démocraties

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Cette nouvelle ère politique que vient s’ouvrir avec la marche contre l’islamophobie

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
langue de pivert
- 01/07/2016 - 16:33
So British ☺
Nigel Farage (de l'équipe UKIP :-) et Boris Johnson - les Laurel et Le Hardy EXITés de la politique GB - vont pouvoir exercer leur réels talents en mettant de l'ambiance dans les noces de villages de l'Angleterre profonde. Rien dans le froc, rien dans les gants, rien dans le cerveau, un poil dans la main : ils n'auront pas fait illusion 1 semaine. Dans cet article on a 2 politicards professionnels ! Theresa May avait roulé dans la farine Cazeneuve-dort-en-chiant il y a moins d'un an dans un partenariat "constructif" pour régler les problèmes des envahisseurs mahométans qui s'empilent à Calais ! On allait voir ce qu'on allait voir ! ☺ On a vu ! Avec elle pas d'officialisation de la sortie de l'U.E. des GB avant la fin de l'année ! L'autre doit-être du même bois ! Conclusion : il continue de ne rien se passer après le sondage XXL Briton ! Parlons de choses sérieuses : moi ce soir je vois la Belgique gagnante 2 - 0. Et vous ? ☺
Ganesha
- 01/07/2016 - 12:51
Primaires
Ce qui est intéressant, c'est la façon dont se passent les primaires en Angleterre : sélection de deux candidats par les parlementaires, puis vote réservé aux porteurs d'une carte du parti : nettement plus logique et ordonné qu'en France !