En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
Crash
Pourquoi se dirige-t-on peut-être vers une scission du PS
Publié le 17 juin 2016
La rue de Solférino a, de nouveau, haussé le ton contre les frondeurs et pourrait, samedi, décider de sanctions. Le ton monte alors que la loi Travail sera de retour à l'Assemblée dans 15 jours et qu'une motion de censure de gauche pourrait être ralliée par un certain nombre de députés de droite.
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La rue de Solférino a, de nouveau, haussé le ton contre les frondeurs et pourrait, samedi, décider de sanctions. Le ton monte alors que la loi Travail sera de retour à l'Assemblée dans 15 jours et qu'une motion de censure de gauche pourrait être ralliée par un certain nombre de députés de droite.

Les appels au calme avaient pourtant fusé rapidement. "Halte au feu", avaient crié certains proches de François Hollande lorsque Stéphane Le Foll et Jean-Marie Le Guen avaient évoqué de possibles sanctions à l'égard des frondeurs. "Je ne suis pas favorable à ce que l'on offre aux frondeurs un statut de victimes, je préfère que l'on mène une bataille publique. Que nous les mettions devant leurs contradictions. Il faut prendre date, montrer de la fermeté sans prendre de mesures disciplinaires. Il faut savoir garder son calme, ce qui ne veut pas dire être faible. Il va vite y avoir un vrai débat stratégique", expliquait alors Julien Dray à Atlantico. Mais les temps ont changé.

 

Les proches de François Hollande espéraient encore éviter une motion de censure venue de leur camp lors du retour du texte à l'Assemblée. Ils imaginaient alors qu'à force de discussions et de pressions, ils parviendraient à contenir leurs frondeurs, mais patatras.

 

La mobilisation syndicale est toujours bien présente, les blocages toujours soutenus par une majorité de Français et les frondeurs toujours prêts à fronder. S’il n’y a pas d’avancées sur la loi Travail, "nous redéposerons une nouvelle version de notre motion de censure", prévenait déjà le 29 mai Aurélie Filippetti, député PS de Moselle. Depuis, un petit groupe d'élus se retrouve régulièrement à l'Assemblée nationale pour discuter de la loi Travail, tenter de faire évoluer le texte, mais semble résolu : "La grande majorité d'entre nous est favorable au dépôt d'une nouvelle motion de censure", confiait récemment l'un d'eux au Parisien. Des frondeurs qui se sentent d'autant plus forts que, cette fois, une partie de la droite se dit prête à les soutenir. C’est le cas de Jean-Christophe Lagarde qui indiquait, le lundi 23 mai, "s'il y a une motion de censure déposée par des gens de gauche, à moins qu'elle ne soit totalement déraisonnable dans son texte, nous la voterons". Le patron de l'UDI était alors suivi par Eric Ciotti et Guillaume Larrivé, deux proches de Nicolas Sarkozy, mais aussi par un certain nombre de députés LR. De quoi inquiéter le gouvernement qui voit l’heure tourner et le retour du texte à l'Assemblée se rapprocher.

 

D’où ce nouveau coup de semonce venu, lundi, de la rue de Solférino. Dans une décision alambiquée et toute en nuance, la Haute Autorité Éthique, saisie en mai par Jean-Christophe Cambadélis, estime : "La signature d'une motion de censure à l'initiative de députés du groupe majoritaire est un acte politique contraire au principe de solidarité et à la règle de l'unité de vote énoncé à l'article 5.4.3 des statuts du Parti socialiste. Il appartient éventuellement aux instances compétentes prévues à l'article 4.3.2 des statuts d'en tirer les conséquences qu'elles estiment utiles". En l'occurrence, l'instance compétente, le Conseil national du PS, doit justement se réunir samedi à Paris et pourrait décider d'un avertissement, d'un blâme et d'une suspension temporaire ou définitive.

 

Déjà, la saisine de la Haute Autorité Éthique avait aggravé les tensions, les frondeurs répondant dans une tribune que l'éthique est de leur côté, et rappelant que le texte signé par le Premier secrétaire et tous les ministres à Poitiers, lors du Congrès, comportait un passage explicite : "Il faut rétablir la hiérarchie des normes : la loi est plus forte que l’accord collectif et lui-même s’impose au contrat de travail"… Bref, l'inverse de l'article 2 de la loi Travail.

 

Mais cette fois, l'évocation de possible sanctions surmotive les frondeurs : "Je m'en fous complètement", balaie le député Pascal Cherki dans Le Figaro. "Si on n'est plus au PS, qu'est-ce qu'il en reste ? Qu'est-ce qui leur permettrait de s'affirmer en tant que parti de gauche ?". Et l'élu parisien d'assurer, serein : "Ils nous supplieront de rester. Pour les législatives, ils nous supplieront de prendre l'investiture, vous verrez".

 

En effet, une suspension jetterait mécaniquement les frondeurs dans les bras d'un autre candidat. Arnaud Montebourg, dont certains sont déjà proches, pourrait ainsi trouver quelques troupes. Cécile Duflot ou Jean-Luc Mélenchon pourraient aussi bénéficier de ce soutien bien opportun. Il serait donc étonnant que le PS aille plus loin que la menace. Mais si c'était le cas, une nouvelle scission se profilerait. Scission que Manuel Valls et son entourage appellent de leurs vœux dans un souci de clarification politique mais dont François Hollande, qui aura besoin de tout le monde s'il veut espérer l’emporter en 2017, pourrait payer le prix fort à la présidentielle comme aux législatives. Le départ de Christian Paul, qui a été élu avec 65% des suffrages aux dernières législatives, pourrait coûter au PS une circonscription, par exemple. Risqué aussi de perdre une Aurélie Filippetti élue avec plus de 60% des voix. Le bras de fer s’annonce donc rude mais pourrait, cette fois, tourner à l'avantage des frondeurs.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
02.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
03.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
04.
Il manque d'écraser un malvoyant et sort de sa voiture pour le frapper
05.
"Vous pesez autant qu'un épagneul breton" : la charge d'un élu RN contre Ian Brossat
06.
La métropole du Grand Paris prépare la transhumance des urbains vers les campagnes
07.
Laura Smet a épousé Raphaël Lancrey-Javal au Cap Ferret
01.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
02.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
03.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
04.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
05.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
06.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
Voulez-vous savoir dans quelle France on entend vous faire vivre ? Regardez bien l'affiche de l'UNICEF !
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
05.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
06.
Les nouvelles figures « modérées » de l’islam de France et l’ombre des Frères-musulmans
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Liberte5
- 15/06/2016 - 23:04
Eclatement ou pas la gauche restera le poison.de la France
C'est dans sa nature et elle dispose de gros relais dans les médias ,dans la justice, l'éducation nationale , les entreprises publiques et en grande partie dans l'armée de fonctionnaires.
ikaris
- 15/06/2016 - 16:06
Titre un peu racoleur ...
mais sauvé par l'article. Pratique courante dans Atlantico : on nous fait un titre qui attire l'oeil et la lecture de l'article (bine plus mesuré) nous convainc que c'était exagéré. Je suis d'accord avec l'analyse de fond : frondeurs ou pas ils veulent continuer à bouffer de la soupe et à payer les Rollex, le champagne et les dames donc vu que l'électeur est assez bête pour voter pour le nom d'un parti les roulements de mécanique n'iront pas bien loin. La motion de censure est un symbole en soit : tout le monde en fait un fromage alors que toutes les parties (PS frondeur ou pas et LR) font en sorte que la majorité ne soit pas atteinte pour virer Valls.
Ex abrupto
- 15/06/2016 - 15:09
Et aussi...
...le FN qui se coupe en deux: FN du Sud et FN du Nord...Mais après la présidentielle.