En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

02.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

03.

Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée

04.

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

05.

Yann Barthès diffuse l'enquête de Valeurs actuelles sur Quotidien et sur la tyrannie des bien-pensants

06.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

07.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

04.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

05.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

06.

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

ça vient d'être publié
Méthode d'avenir
Coldplay arrête ses tournées pour des raisons environnementales
il y a 1 heure 22 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 20 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 3 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Pechkoff, le manchot magnifique" de Guillemette de Sairigné : un héros de légende endormi réveillé par la plus noble des biographes

il y a 5 heures 3 min
décryptage > Santé
Plan palliatif

Cette liberté que la France ne se décide toujours pas à accorder à ses hôpitaux

il y a 5 heures 38 min
décryptage > Culture
Vive la liberté !

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

il y a 7 heures 35 min
décryptage > France
Culture

Repeignez-moi donc ces statues blanches que je ne saurais voir : l’antiracisme en pleine crise d’intolérance

il y a 8 heures 35 min
décryptage > Economie
Réalité des chiffres

Hôpitaux, retraites ou inégalités : la fiscalité, ce verrou français qui étrangle toute vraie réforme.

il y a 9 heures 26 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Hong-Kong s’enflamme, sa jumelle historique, Singapour, récupère les flux de capitaux et redoute la contagion…

il y a 10 heures 9 min
décryptage > Politique
2022

Les Français tous prêts à la bataille retour Macron Le Pen… ou majoritairement orphelins de la politique…?

il y a 10 heures 37 min
light > Europe
Famille royale
Affaire Jeffrey Epstein : le prince Andrew décide de mettre fin à ses engagements publics
il y a 20 heures 51 min
pépites > Politique
Manifestations
Mouvement du 5 décembre : Emmanuel Macron va alléger son agenda international et n'ira pas à la COP25
il y a 2 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Picasso, tableaux magiques" : la magie des signes

il y a 4 heures 55 min
décryptage > France
Immobilier

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

il y a 5 heures 19 min
pépite vidéo > Politique
Réformes
Retraites, hôpital : Edouard Philippe s'est confié sur France Inter sur les dossiers sensibles de cette fin d'année
il y a 6 heures 18 min
décryptage > Politique
Stratégie de défense

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

il y a 8 heures 10 min
décryptage > Politique
Le Macron nouveau est arrivé

Le nouvel entre-deux stratégique d’Emmanuel Macron

il y a 9 heures 8 min
décryptage > Société
Protection de l'enfance

Parents dangereux : ces violences contre les enfants dont on parle si peu

il y a 9 heures 47 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
LREM voudrait (a)battre Pécresse en Ile-de-France ; Macron, le décideur solitaire ; L'Express enquête sur le danger des militants armés de l'ultra-droite ; Rachida Dati s'exempte du logo LR ; Valeurs actuelles dézingue la "machine infernale" de Barthès
il y a 10 heures 27 min
pépites > Justice
"Acab land"
Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée
il y a 20 heures 5 min
pépites > Social
Marche de la colère Acte II ?
Grève du 5 décembre : la police pourrait rejoindre la mobilisation contre la réforme des retraites
il y a 21 heures 36 min
© Allociné / Gravier Productions, Inc. - Sabrina Lantos
Dans ce "Café Society", on se délecte à regarder Jesse Eisenberg jouer son personnage de Bobby avec une finesse d’interprétation exceptionnelle. Et on se régale devant la prestation parfaite de Kristen Stewart.
© Allociné / Gravier Productions, Inc. - Sabrina Lantos
Dans ce "Café Society", on se délecte à regarder Jesse Eisenberg jouer son personnage de Bobby avec une finesse d’interprétation exceptionnelle. Et on se régale devant la prestation parfaite de Kristen Stewart.
Atlantico-culture

"Café Society" : l'un des meilleurs Woody Allen depuis pas mal de temps

Publié le 11 mai 2016
New York et Hollywood 1930 revisités, avec délectation et amusement, par un Woody Allen particulièrement nostalgique. C'est bavard, drôle, désespéré et intello. Un Woody au mieux de sa forme.
Dominique Poncet est chroniqueuse pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Poncet pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Poncet est chroniqueuse pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
New York et Hollywood 1930 revisités, avec délectation et amusement, par un Woody Allen particulièrement nostalgique. C'est bavard, drôle, désespéré et intello. Un Woody au mieux de sa forme.

Le réalisateur

Ne le pensant pas assez intelligent pour devenir médecin, sa mère aurait voulu qu’il devienne pharmacien. Raté ! Non seulement Woody Allen n’est pas devenu un florissant patron d’officine mais il a cumulé les métiers à risques : réalisateur, acteur, scénariste, humoriste, écrivain et même clarinettiste de jazz. Il a bien fait de s’opposer à sa mère (qui avait d’ailleurs fini par changer d’avis), puisque, depuis une quarantaine d’années, il est devenu l’un des cinéastes américains les plus prolixes, et est, aujourd‘hui, l’un des plus connus dans le monde.

Allan Stewart Koenigsberg naît à New-York le 1er décembre 1935 dans une famille juive d’origine russo-hongroise, à la fois (mais ça n’est pas incompatible !) impécunieuse et « discutailleuse ». Il n’a pas seize ans quand il commence à gagner sa vie en écrivant des gags, sous un pseudonyme qui ne le quittera plus : Woody Allen. A dix-neuf, le voilà embauché pour rédiger des sketches. A vingt, il entame une carrière de stand-up. A vingt-quatre, il fait la Une de « Life » pour ses textes et nouvelles, et en profite pour asseoir son personnage d’intellectuel juif névrosé et nerveux. A trente, contacté pour écrire le scénario de « Quoi de neuf, Pussy Cat », il impose, en plus, d’y faire  l’acteur. Le film connaissant un immense succès, le voilà lancé au cinéma. Quatre ans plus tard, en 1969, il réalise  son premier long métrage, « Prends l’oseille et tire toi », dont il signe aussi le scénario et dans lequel il s’octroie un des rôles principaux. Quarante cinq films suivront, dont, en 1978, « Annie Hall », qui raflera deux oscars ; « Hannah et ses sœurs » qui  en obtiendra un en 1987, et «  Minuit à Paris » qui, en 2012, lui en vaudra un troisième.

« Café Society », qui sort ce 11 mai dans les salles françaises et fait ce même jour l’ouverture du 69ème festival de Cannes, est son quarante-sixième opus. A près de 80 ans et de multiples récompenses, le cinéaste persiste à affirmer, contre toute évidence, qu’il n’est pas un artiste ! 

Thème

A New York, dans les années 30, coincé entre des parents qui l’étouffent, un frère mafieux, une sœur trop bien pensante et la  minuscule bijouterie familiale, Bobby Dorfmam (Jesse Eisenberg) a le sentiment qu’il va perdre sa vie. Malgré sa timidité et sa gaucherie, le jeune homme décide d’aller tenter sa chance à Los Angeles dans l’industrie du cinéma où son oncle Phil (Steve Carell) est un puissant agent de stars. Engagé  par ce dernier comme coursier, il va s’éprendre follement de Vonie (Kristen Stewart), la délicieuse secrétaire de son bienfaiteur de tonton. Hélas le cœur de celle-ci est déjà pris. Et, comble du malheur pour le jeune amoureux transi, l’ambiance « m’as-tu-vue » de Hollywood lui donne très vite des hauts-le-cœur.

Dépité, Bobby va retourner vivre dans ce New York natal que finalement il aime tant. Il se retrouvera plongé, à la fois dans d’invraisemblables histoires familiales, et dans l’effervescence de la « Café Society » dont il devient gérant. Dans ce club, le plus couru de la ville, il rencontrera sa future épouse, la douce et blondissime Veronica (Blake Lively)… Le cœur pourtant toujours chaviré par Vonie, son premier et indéfectible amour.


Points forts

 - L’ambition de ce film, dont l’histoire est racontée en voix off par Woody en personne, et qui retrace, avec plein de personnages, à la manière d’un roman, une saga familiale,  celle du héros Bobby, en reconstituant, comme en toile de fond,  le mode de vie du Hollywood  et celui du New York des années 30.

- Le charme aussi de ce film. On sent que le cinéaste aime cette période où, pour oublier la crise financière que traversait leur pays, les gens ne rataient pas une occasion de s’amuser. Il y plonge et nous la restitue avec une délectation et un amusement perceptibles à chaque plan.

- Les dialogues. Signés évidemment du cinéaste, ils recèlent des perles savoureuses. C’est du Woody comme on l’aime, à la fois  bavard, drôle désespéré et intello. En pleine forme quoi !

 - Le portrait du jeune héros Bobby interprété par Jesse Eisenberg. Woody dit que, s’il en avait eu encore l’âge, il aurait joué lui-même ce jeune homme qui part se perdre dans les mirages hollywoodiens pour mieux venir « se retrouver » dans le brouhaha  si réel de sa ville natale. Forcément ! Ce garçon emprunté, maladroit et plein d’illusions, c’est lui. En tous cas, il ressemble comme deux gouttes d’eau  à l’image qu’il aime à renvoyer de lui. Et celle-ci est assez irrésistible !

- La photographie. Dès le premier plan (une piscine hollywoodienne d’un bleu d’océan indien, en contrebas d’une villa fastueuse comme dans les rêves), on est bluffé par la beauté de l’image. Tout le reste du film baignera dans cette somptuosité visuelle, qui évoque les toiles d’Edward Hopper.  Cette magnificence est due  à  l’italien  Vittorio Storano. C’est la première fois que Woody travaille avec l’un des plus grands directeurs photo du monde qui a emporté trois oscars pour son travail sur « Apocalypse Now » (1980), « Reds » (1982) et « Le Dernier Empereur » (1988). Il a sans doute grimacé devant la hauteur du cachet de ce  technicien hors pair. Mais le résultat est là… Splendide !

- La distribution. Comme souvent ( même dans les films ratés de Woody), elle est parfaite. Dans ce « Café Society », on se délecte à regarder Jesse Eisenberg jouer son personnage de Bobby avec une finesse d’interprétation exceptionnelle. On se régale devant la prestation parfaite de Kristen Stewart, qui, loin des vampires de « Twilight », parvient à exprimer, avec un charme magnétique, les tourments d’une jeune femme tendre, tiraillée entre deux hommes. On est épaté aussi par la façon dont Steve Carell donne à voir la complexité de son personnage d’agent de stars, hâbleur et insupportablement superficiel d’un côté, profondément amoureux et généreux de l’autre. Quant à Blake Lively, elle a la beauté irradiante et la naïveté d’une femme amoureuse, qui ne se sait pas trompée.

Points faibles

Bien sûr, certains vont trouver ce « Café Society » trop bavard, et sans doute aussi, à cause de ses multiples personnages dont on a parfois du mal à suivre le parcours, trop labyrinthique. 

En deux mots

Avec ce « Café Society » qui relate les (més)aventures  d’un jeune New Yorkais qui va aller se brûler les ailes dans le Hollywood des années 30, avant de revenir dans sa ville natale, Woody Allen renoue avec le genre de films qui a fait son succès : la comédie sentimentale. Elle se double ici d’une comédie de mœurs, portée par un personnage que le cinéaste  connaît comme sa poche, puisqu’il est comme son double, un idéaliste juif new yorkais, à la fois brillant, pessimiste, maladroit, ambitieux et… irrésistiblement attiré par les jolies femmes. Chic ! C’est du Woody de la meilleure veine, qui filme New York comme personne,  à qui on pardonnera bien volontiers son penchant impénitent pour le bavardage. Un péché bien véniel  pour lequel,  d’ailleurs, certains cinéphiles le vénèrent. 

Une phrase

Qui seront trois :

« Vois chaque jour comme si c’était le dernier. Un jour, ce sera vrai »

« La vie est une comédie écrite par un auteur sadique »

« Pas de réponse, c’est déjà une réponse » 

Recommandation

ExcellentExcellent

POUR DECOUVRIR CULTURE-TOPS, CLIQUEZ ICI : des dizaines et des dizaines de critiques sur chaque secteur de l'actualité culturelle

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

02.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

03.

Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée

04.

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

05.

Yann Barthès diffuse l'enquête de Valeurs actuelles sur Quotidien et sur la tyrannie des bien-pensants

06.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

07.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

04.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

05.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

06.

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires