En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
© The conversation
Bonnes feuilles

A l'âge de 5 ans, un enfant placé ne ressent qu'une chose : de la honte

Publié le 07 mai 2016
Adrien a cinq ans lorsqu'il est confié aux Services de protection de l'enfance. Pendant quatorze ans, il sera balloté de familles d'accueil en foyers, jusqu'à ses 18 ans. Angoisses, troubles nerveux, échec scolaire, maltraitance, tentative de suicide… rien ne lui a été épargné. Pourtant, Adrien a préféré faire de son histoire un combat. Au terme de ce témoignage, il livre des propositions concrètes. Extrait de "Placé, déplacé" d'Adrien Durousset, aux éditions Michalon 1/2
Adrien Durousset a été placé de l'âge de 5 ans à 18 ans de familles d'accueil en foyers, soit pendant quatorze ans. Aujourd'hui âgé de 24 ans, il est en BTS de comptabilité et vit dans la commune de Saint-Fons (Rhône).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Adrien Durousset
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Adrien Durousset a été placé de l'âge de 5 ans à 18 ans de familles d'accueil en foyers, soit pendant quatorze ans. Aujourd'hui âgé de 24 ans, il est en BTS de comptabilité et vit dans la commune de Saint-Fons (Rhône).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Adrien a cinq ans lorsqu'il est confié aux Services de protection de l'enfance. Pendant quatorze ans, il sera balloté de familles d'accueil en foyers, jusqu'à ses 18 ans. Angoisses, troubles nerveux, échec scolaire, maltraitance, tentative de suicide… rien ne lui a été épargné. Pourtant, Adrien a préféré faire de son histoire un combat. Au terme de ce témoignage, il livre des propositions concrètes. Extrait de "Placé, déplacé" d'Adrien Durousset, aux éditions Michalon 1/2

David et moi sommes ainsi devenus des enfants « placés », petit mot sec pour désigner des enfants temporairement écartés des leurs, pour maintes raisons valables.

Nous avons été « réceptionnés » par de parfaits étrangers. Nous allions désormais vivre ici. C’était donc une certitude : nous ne manquions à personne, et encore moins à ceux qui devraient, en toute logique, nous aimer !

Je me revois ce jour d’automne 97, mon petit sac à la main, démuni et fortement troublé par les barrières à l’entrée, les poteaux de surveillance et leurs gardiens. J’avais l’impression de rentrer à l’hôpital sans être malade ; juste parce qu’à 5 ans, le mot « prison » m’était inconnu. D’emblée, je me suis senti regardé, épié, détaillé. Pas par les autres enfants – je devenais l’un des leurs – mais par les responsables de l’établissement. À ce moment-là, je cernais mal cet étrange malaise. Je le traduirai plus tard : honte. Quel horrible sentiment !

J’ai découvert ma nouvelle habitation, un univers indescriptible sans aucun rapport avec la chaleur d’un cocon familial qui a rajouté à mon incompréhension et à ma peur. Je ne souhaite à personne de connaître ces structures, même si aujourd’hui, j’ai envie malgré tout de dire merci à l’État français de m’avoir récupéré, conscient d’avoir échappé, peut-être, à des blessures plus graves et plus profondes.

Ça ressemblait à une colonie de vacances, sans les vacances. Pas de bêtises d’enfants insouciants ni de rigolades.

Assez rapidement, David et moi avons été séparés, chacun dirigé vers « son » bâtiment, en fonction de son âge. Le mien se nommait « Bocage », celui de mon demi-frère « Pouponnière ».

Je ne me souviens pas avoir eu des contacts avec lui au cours de cette première année de placement. Je ne le voyais pas parce que les locataires ne se côtoyaient pas dans les pièces communes ; le règlement intérieur ne prévoyait pas ces rencontres. Je me pliais à cette règle sans chercher à comprendre ; bien qu’étant l’aîné, j’étais moi-même très jeune et surtout bouleversé : j’avais perdu mes points de repère. Même si les miens n’étaient pas convenables, je m’y étais habitué. Les frottements pouvaient éventuellement se faire dans le parc, au moment des jeux en plein air, mais j’étais trop absorbé par mes complexes, et par des plus grands que moi qui soulageaient leur douleur en tourmentant les plus faibles qu’eux. Et puis, je n’avais pas vraiment acquis le sens de la fratrie. Et qu’importe qu’il soit juste un « demi »-frère : « entier », je n’aurais pas été plus curieux. Tout comme pour ma sœur.

Comment s’est passée ma première nuit dans ces nouvelles structures ? Mal. Je n’en ai pas le souvenir mais c’est ce que j’ai entendu. Et c’est sûrement vrai parce que les suivantes ne furent pas plus paisibles. Je cauchemardais beaucoup, l’obscurité m’angoissait, rendant mon sommeil très agité.

Chaque soir, j’ai appréhendé le moment du coucher. Allongé dans mon lit, j’étais en proie à des malaises. Je me souviens en revanche de la porte de notre chambre ouverte, laissant entrer la lumière du couloir qui, bizarrement, ne me rassurait pas et accentuait même un silence et une froideur impressionnants.

Extrait de "Placé, déplacé" d'Adrien Durousset, publié aux éditions Michalon, mai 2016. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Anorexie : une nouvelle étude montre que les causes ne sont pas seulement psychologiques

02.

Finale de la CAN : 48% des Français pensent qu'il est normal pour des personnes d'origine algérienne de manifester leur joie et leur attachement à leur pays lors des victoires de l'Algérie en football

03.

Le pape François a transmis un message "très touchant" à Viviane Lambert, la mère de Vincent Lambert

04.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

05.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

06.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

07.

Contamination au tritium des rivières françaises : anatomie d’une opération destinée à générer une peur infondée sur le nucléaire

01.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

02.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

03.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

06.

La dangereuse complaisance du planning familial avec l’islam radical

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

03.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

06.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deneziere
- 08/05/2016 - 12:19
Je viens de le lire, je vous le recommande
D'abord, cela fera un peu de sous pour un jeune méritant. Et ensuite, cela montre de manière criante la mixture sociale de la France d'aujourd'hui : un lumpen prolétariat blanc, de souche, abruti par l'alcool, l'a déresponsabilisation, et le porno; un lumpen prolétariat maghrébin aigri, abruti par le communautarisme et l'islam; et l'état qui oscille entre insuffisance de moyens, insuffisance de talents et insuffisance de volonté. Au milieu, les gosses trinquent.