En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
Atlantico Business
Air France : l’Etat ne trouve pas de pilote pour succéder à Alexandre de Juniac et ne comprend même pas pourquoi
Publié le 19 avril 2016
Air-France a perdu son pilote et la plupart de ceux que l’Etat a contacté pour prendre la présidence refusent.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Air-France a perdu son pilote et la plupart de ceux que l’Etat a contacté pour prendre la présidence refusent.
 

L’Etat a finalement sélectionné trois candidats possibles à la succession d’Alexandre Juniac : Fréderic Gagey qui travaille déjà à Air France. Jean-Marc Janaillac,  président de Trans-Dev et ami de François Hollande du temps de l'ENA. Et Jean-François Cirelli, l'ancien PDG de Gaz de France. Mais aucun ne déclenche l’enthousiasme ou d’adhésion forte. 

L'affaire est assez cocasse et elle commence à faire rire dans les cabinets ministériels. Aux Transports comme à l'Economie, à Matignon comme à l'Elysée, on s’affaire pour trouver un successeur à Alexandre de Juniac, et on ne trouve personne d’évident, ou de totalement légitime. 

L'Etat, l’actionnaire principal du groupe Air-France KLM, ne réussit pas à trouver l'homme adéquat. Surtout que tous ceux que l'Etat a contactés refusent poliment. 

Dans n'importe quelle grande entreprise, on s’interrogerait sur la gouvernance, sur le pourquoi du comment. L’Etat, comme d’habitude, nie le problème et continue de faire des listes. 

Il fut un temps, pas si ancien, où la présidence de la compagnie Air France était l'une des présidences françaises les plus prestigieuses et les plus convoitées. 

Les anciens de Polytechnique se battaient pour avoir le job. Mais ça c'était avant. On s’arrachait les postes d’administrateurs et la position de cadres dirigeants. 

Ce temps-là est révolu. En fait, l'Etat ne trouve pas de candidats pour les mêmes raisons que celles qui ont poussé Alexandre de Juniac à démissionner. 

Le poste est devenu ingrat, la société est ingouvernable à cause de ses féodalités sociales qui sont protégées par l'administration et de ses problèmes de structure qui nécessiteraient un actionnaire courageux. Or, l’actionnaire c’est l'Etat : il est désargenté, pointilleux et conservateur maladif dès qu'une réforme risque d’écorner un privilège social que l'Etat a d’ailleurs distribué au cours des 50 dernières années.

En plus, cerise sur le gâteau : sur le marché des PDG de grande entreprise, celui d’Air France est particulièrement mal coté. Alors qu'à taille égale, un président opérationnel toucherait en moyenne plus de 500 000 euros par an, celui d’Air France gagne trois fois moins. Moins que beaucoup des commandants de bord de ses avions. 

L’Etat a été pris de court par le départ d’Alexandre de Juniac. A Matignon, on pensait avoir plusieurs mois pour préparer la succession. 

Son calendrier est rempli de rendez vous importants où la présence du président est requise. Air France doit finaliser une alliance avec une compagnie asiatique qui avait été préparée par le précèdent président. La compagnie doit également terminer des négociations sociales très difficiles à gérer avec les pilotes sur l’organisation et les salaires. Ajoutons qu'à l'assemblée générale de début mai, il serait bien qu’on puisse dire qu’il y a un pilote dans l'avion. 

Enfin, le président doit mettre le groupe en ordre de marche face à la concurrence internationale. 

La chute du prix du pétrole a donné beaucoup d’oxygène aux compagnies aériennes. Air France en a profité. La question est de savoir comment sera utilisée la marge. Pas question pour les dirigeants qui travaillaient avec Juniac de lâcher sur les salaires et d'abandonner la réorganisation du travail. 

Air France reste une des compagnies au monde où les conditions de travail sont les plus généreuses, en horaires et en rémunérations. Le précèdent président avait ouvert un chantier de reformes pour mettre Air France au niveau de la concurrence. La révolution du low-cost a eu du mal à aborder les rives de la compagnie.

La baisse des prix du carburant a fait croire à certains personnels que la compagnie n’avait aucune urgence à se reformer en profondeur. Au contraire, elle devrait en profiter car le prix du pétrole lui en donne les moyens. 

Dans ce contexte-là, l’Etat n'a pas encore trouvé l’oiseau rare qui pourrait prendre les commandes de ce groupe. Les candidats existent bien sûr mais ceux qui sont bons ne sont pas nombreux. Ils doivent être à la fois experts en aérien, compétents en management, familiers avec les syndicats et surtout capables de négocier avec l'Etat. 

L'Etat ne se rend pas compte aujourd'hui que son omniprésence aux frontières de l'entreprise, son ambition de tout gérer, tout contrôler de façon à éviter les problèmes avec les syndicats de salariés, de résidents de Roissy, ou les groupes de clients et de voyageurs nuisent à Air France. 

L'Etat étant propriétaire d'Air-France, il considère encore aujourd'hui que la compagnie est un petit bout de la France. 

Cette préoccupation étatique n’est pas compatible avec la nécessité de trouver les gains de productivité pour gagner la bataille du ciel. 

En fait, quand on interroge les candidats sollicités pour prendre le job qui ont refusé, ils mettent tous en avant (sous couvert d’anonymat) trois éléments : 

  • Air France est une entreprise trop compliquée dont les féodalités intérieures sont imprenables 

  • L'Etat ne fait pas son métier qui est de permettre la réforme mais protège des privilèges internes 

  • Enfin, le salaire n’est pas à la hauteur des responsabilités. 

Dans ces conditions, les personnels de cabinets ministériels quittent le pouvoir pour être recrutés par les grandes banques d’affaires. 

Selon les bruits et rumeurs, il resterait trois candidats sérieux sollicités par le gouvernement. 

D’abord, Fréderic Gagey, l’actuel PDG d’Air France qui connaît bien le groupe et qui travaillait aux cotés d’Alexandre de Juniac. En interne, on considère que c’est celui qui serait le mieux accueilli a la tête du groupe Air France-KLM. Fréderic Gagey a toute les chances. Son seul handicap, c’est d’être déjà à l'intérieur de la machine. Un aspect, bizarrement, que l'Etat n aime guère. Pas seulement à Air France, mais dans toute les entreprise ou l'Etat a des participations, il ne recrute pas en interne. 

Ensuite, Jean-Marc Janaillac le président de Trans-dev : il connaît les entreprises bien sûr, il connaît aussi le pouvoir et l'administration et il connaît bien François Hollande. Il était à l'ENA dans la même promotion que lui. La célébrissime Promotion Voltaire. Au début du quinquennat, c’était un avantage … Le fait que l'on approche de la fin de l'appartenance à la promotion Voltaire peut être un handicap. 

Enfin, Jean-François Cirelli : lui aussi connait l’ENA, les cabinets ministériels. Il était conseiller économique de Jacques Chirac avant de diriger Gaz de France et de rater la succession de Gérard Mestrallet comme patron d'Engie, le nouveau nom du groupe forme par Suez et Gaz de France. Il replongerait bien dans un grand groupe un peu compliqué comme ceux qu’il a fréquentés.

En fait, il sait nager parmi les crocodiles et gérer les dinosaures. A Air-France-KLM, il y a encore aujourd'hui autant de crocodiles que de dinosaures. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Public voit un nouvel homme dans la vie de Laeticia Hallyday; Angelina Jolie veut récupérer le sien; Brigitte Macron au chevet de l’AVC de Line Renaud; Ségolène Royal & François Hollande bientôt mamie-papy; Louis Sarkozy accouche d’une ligne de mocassins
02.
Quand Bret Easton Ellis atomise la “Génération Chochotte”
03.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
04.
Le nouveau parti du Brexit de Nigel Farage prend la tête des sondages pour les Européennes au Royaume-Uni
05.
La honte de l’empereur : loin du soleil d’Austerlitz, l’ombre infamante de la bataille de Toulouse
06.
De mystérieux investissements immobiliers de Qatar Charity en France
07.
Le paradoxe des sacs plastiques ou quand le remède (de leur suppression) est pire que le mal
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
04.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
05.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
06.
Faut-il craindre l'opération "Revanche pour le Sham" de l'EI
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Kandid
- 05/05/2018 - 18:01
Deux ans plus tard: retour au point de depart pour Air France!
Deux ans après la Tribune de Jean-Marc Sylvestre redevient d'une brûlante actualité, et les commentaires des lecteurs également! Deux ans de gâchés, pendant lesquels l'industrie aérienne a évolué, et la concurrence s'est développée. Quelle idée saugrenue a eu le président du groupe Air France KLM de mettre son mandat en jeu face aux grévistes professionnels d'une des filiales du groupe? Il faudrait cette fois que les actionnaires s'interrogent sèrieusement sur la gouvernance du groupe Air France KLM, en commençant par réformer un conseil d'administration pléthorique, de 19 personnes, en y nommant, par exemple, quelques administrateurs indépendants spécialistes du secteur aérien, un président egalement compétent dans le secteur concurrentiel du transport, et en limitant le nombre de néo-fonctionnaires français habitués à prendre leurs ordres auprès de leur corps avant de voter.
C3H5.NO3.3
- 19/04/2016 - 23:16
Mais non, il faut mettre un pilote à la tête d'Air France
Comme chez Air inter. Comme ça, Air France coule plus vite, et ses créneaux seront occupés par d'autres compagnies qui feront payer leurs billets moins cher.
lexxis
- 19/04/2016 - 20:32
LE BATEAU IVRE
Lorsqu'on voit dans toutes les télévisions du monde une bande d'excités s'en prendre au DRH de l'entreprise et obliger les plus courageux à exfiltrer ce dernier en le hissant au dessus d'un grillage, lorsqu'on voit aussi les grèves d'un personnel navigant privilégié qui ne veut consentir qu'une toute partie des efforts qui lui sont demandés, on comprend bien que le poste de PDG d'Air France, au surplus apparemment mal payé, n'ait rien d'attractif. Des dirigeants qui sont capables de planter en peu de temps des entreprises prospères comme le Crédit Lyonnais, EDF ou Areva, on en a des tas et l'ENA en fournit à satiété, mais de vrais entrepreneurs qui sont capables d'engager une entreprise sur la voie du salut, bien qu'elle soit difficile, on n'en a pas et pas même à la tête de l'Etat où les enjeux sont plus importants encore. Air France, c'est tout l'inverse de la devise de Paris: "mergitur nec fluctuât": il coule sans flotter. Félicitations à tous ceux qui par leurs exigences insensées, leur égoïsme démesuré, leurs avantages excessifs, sont en train de conduire à la ruine du pavillon français. Mermoz quand il traversait l'Atlantique ne comptait pas ses heures, lui!