En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

02.

Viol des hommes : cette indéniable réalité, encore trop peu considérée

03.

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

04.

Jerôme Fourquet mesure l'empreinte grandissante de l'Islam sur le quotidien; Valeurs Actuelles tente de mesurer le lien entre fraude sociale et immigration; Chez LR on ne veut pas de primaire ouverte (sauf Retailleau); Chez LREM on redoute les municipales

05.

Alerte mondiale : cette déconnexion croissante (et inquiétante) de l’économie réelle et des marchés financiers

06.

Grève à la RATP : le métro parisien a été déserté par les utilisateurs

07.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

03.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

04.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

05.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

06.

L’étonnante persistance du soutien des Français aux Gilets jaunes

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

06.

Marine Le Pen : retour aux fondamentaux (et au plafond de verre)

ça vient d'être publié
décryptage > High-tech
Le monde d’après Snowden

Où en est-on de la surveillance mondiale à l’heure actuelle ?

il y a 1 heure 45 min
décryptage > Santé
Santé

L’imposture psychosomatique comme prétendu diagnostic (de secours) de maladies complexes

il y a 2 heures 25 min
décryptage > Economie
Epargne

600 milliards perdus pour cause de mauvais investissements : mais au fait, quels sont les placements intelligents simples à mettre en place ?

il y a 3 heures 9 min
décryptage > Politique
Évaporation du domaine de la lutte

L’autre gros problème de Jean-Luc Mélenchon

il y a 3 heures 41 min
décryptage > Défense
La guerre à l’heure des ennemis non identifiés

La France est-elle menacée par des attaques "non-attribuables" comme en a connues l’Arabie saoudite sur ses champs de pétrole ?

il y a 4 heures 12 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Jerôme Fourquet mesure l'empreinte grandissante de l'Islam sur le quotidien; Valeurs Actuelles tente de mesurer le lien entre fraude sociale et immigration; Chez LR on ne veut pas de primaire ouverte (sauf Retailleau); Chez LREM on redoute les municipales
il y a 4 heures 46 min
pépite vidéo > Insolite
record
Une américaine traverse la Manche à la nage quatre fois d'affilée
il y a 18 heures 47 min
light > Santé
santé publique
L'Etat de New York interdit les cigarettes électroniques aromatisées
il y a 19 heures 16 min
pépites > Religion
sondage
L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France
il y a 20 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"LECTURES D'ETE": "Catamount, la Justice des Corbeaux" de Benjamin Blasco-Martinez

il y a 22 heures 33 min
décryptage > Sport
LDC

PSG - REAL : 3 - 0 Sans ses stars mais avec un Idrissa Gueye impérial, Paris surclasse le Real de Zidane

il y a 2 heures 16 min
décryptage > Economie
Vie professionnelle

Le management vertical a tendance à fatiguer de plus en plus les salariés

il y a 2 heures 49 min
décryptage > France
Riposte

Recrudescence des mites mangeuses de vêtements à cause des fibres naturelles et du lavage à basse température

il y a 3 heures 21 min
décryptage > Politique
Langue de bois s'abstenir

Une étude des universités de Harvard et de Berkeley démontre qu’en politique les propos clivants et politiquement incorrects paient

il y a 3 heures 56 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Alerte mondiale : cette déconnexion croissante (et inquiétante) de l’économie réelle et des marchés financiers

il y a 4 heures 35 min
pépites > Europe
Brexit
Il pourrait y avoir une alternative au "backstop" pour Boris Johnson
il y a 18 heures 30 min
décryptage > International
élections israéliennes

Ces noeuds gordiens que devra trancher le système politique israélien après l’échec de Benjamin Netanyahu

il y a 19 heures 5 min
light > Justice
Mystérieuse affaire
Ils abandonnent leur fille adoptive et déménagent au Canada
il y a 19 heures 34 min
décryptage > Justice
Enquête virage

Viol des hommes : cette indéniable réalité, encore trop peu considérée

il y a 20 heures 57 min
décryptage > Economie
projet d'innovation

Les banques et les assurances vont dégager 5 milliards d'euros d’investissement pour les start-up

il y a 22 heures 44 min
Ni laxisme, ni patriotisme

AAA français : pourquoi Fitch et Standard & Poor’s ne sont pas d'accord sur la note de la France

Publié le 14 janvier 2012
Si Fitch est moins sévère que Standard and Poor's avec les dettes des pays occidentaux, notamment la France, ce n'est pas tant parce qu'elle est détenue par un Français que parce sa stratégie est plus attentiste que celle de l'agence américaine, qui colle aux perceptions des investisseurs.
Norbert Gaillard est économiste et consultant indépendant. Sa thèse, rédigée à Sciences Po Paris et à l’université de Princeton, portait sur les méthodologies de notation souveraine. Il a été consultant pour l’International Finance Corporation (IFC), l...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Norbert Gaillard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Norbert Gaillard est économiste et consultant indépendant. Sa thèse, rédigée à Sciences Po Paris et à l’université de Princeton, portait sur les méthodologies de notation souveraine. Il a été consultant pour l’International Finance Corporation (IFC), l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si Fitch est moins sévère que Standard and Poor's avec les dettes des pays occidentaux, notamment la France, ce n'est pas tant parce qu'elle est détenue par un Français que parce sa stratégie est plus attentiste que celle de l'agence américaine, qui colle aux perceptions des investisseurs.

La dégradation de la France par Standard & Poor’s ce vendredi 13 janvier 2012 est historique puisque, depuis la renaissance de la notation souveraine dans les années 1980, notre pays avait toujours réussi à conserver son triple A auprès des trois grandes agences (Fitch, Moody’s et Standard & Poor’s). Ce "downgrade" n’a surpris personne : il avait été soigneusement préparé par l’agence et anticipé par les investisseurs. En revanche, cette annonce peut susciter certaines interrogations à la lumière des déclarations faites par Fitch le 10 janvier 2012. Rappelons que cette dernière agence avait alors affirmé, trois semaines après avoir mis la France sous perspective négative, qu’elle n’envisageait pas de dégrader sa note en 2012. La question se pose : pourquoi cette divergence ? 

Une explication a souvent été avancée. L’agence Fitch aurait "tendance à surnoter" la France car elle est détenue majoritairement par le groupe Fimalac, propriété de Marc Ladreit de Lacharrière. Fitch serait donc mue par un "réflexe patriotique". Cette analyse est un peu courte selon moi. Les travaux que j’ai réalisés sur les notations souveraines (en particulier à mon ouvrage A Century of Sovereign Ratings, Springer, New York, publié il y a quelques semaines) me conduisent à d’autres réflexions et à d’autres conclusions.

Depuis que Fitch est redevenue un acteur majeur de la notation il y a quinze ans, les changements de notes les plus marquants et les plus significatifs ont été l’œuvre de Moody’s (augmentation générale et massive des notes des Etats d’Europe centrale sur le point d’entrer dans l’Union européenne en 2002, passage de la Russie en investment grade en 2003) ou de Standard & Poor’s (passage du Brésil en investment grade en 2008, dégradation de la Grèce en speculative grade en 2010, dégradation des Etats-Unis en 2011).

L’agence Fitch s’est régulièrement montrée plus attentiste, voire "suiveuse". Cette stratégie, qui lui a permis de limiter la "procyclicité" de ses changements de note (le fait qu'ils suivent le même cycle que l'économie réelle) et d’éviter les foudres des régulateurs et des hommes politiques, est aux antipodes de celle de Standard & Poor’s. Les opinions de l’agence américaine collent, elles, beaucoup plus à la perception du risque souverain des investisseurs et sont donc plus sévères en période de crise financière, ce qui a pour effet d’exaspérer les acteurs publics. En avril 2010, c’est Standard & Poor’s qui est sous le feu des critiques des dirigeants européens pour avoir dégradé, en l’espace de vingt-quatre heures, les notes de la Grèce, du Portugal et de l’Espagne. En août 2011, c’est aussi elle qui doit accepter sans broncher les remontrances de l’administration américaine qui vient de balayer d’un revers de main l’annonce de la dégradation des Etats-Unis.

La stratégie de Fitch a un prix : elle l’empêche d’être la première agence qui identifie un risque de défaut. Néanmoins, elle lui permet de se développer et de gagner des parts de marché sans "faire de vagues".

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

02.

Viol des hommes : cette indéniable réalité, encore trop peu considérée

03.

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

04.

Jerôme Fourquet mesure l'empreinte grandissante de l'Islam sur le quotidien; Valeurs Actuelles tente de mesurer le lien entre fraude sociale et immigration; Chez LR on ne veut pas de primaire ouverte (sauf Retailleau); Chez LREM on redoute les municipales

05.

Alerte mondiale : cette déconnexion croissante (et inquiétante) de l’économie réelle et des marchés financiers

06.

Grève à la RATP : le métro parisien a été déserté par les utilisateurs

07.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

03.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

04.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

05.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

06.

L’étonnante persistance du soutien des Français aux Gilets jaunes

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

06.

Marine Le Pen : retour aux fondamentaux (et au plafond de verre)

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Vincennes
- 15/01/2012 - 15:10
Le Commissaire Européen aux affaires économiques OLLU-ZEHN
rejoint par Michel BARNIER, Commissaire Européen chargé de réguler les marchés financiers et des Agences de Notations ne comprennent pas la décision de Standard and Poor's (Agence ANGLO-SAXONE.....comme c'est drôle!!) précisant aussi que "le moment n'avait certainement pas été choisi par hasard)!!!
Ne pas oublier, non plus, que l' Espagne est A et l'Italie BB+
jonatt
- 15/01/2012 - 09:33
Qui a raison,
si Moody's ne dégrade pas la France et puisque Fitch, dit pas ou plus tard, pourquoi les marchés, la politique de Sarko devrait tenir compte de S&P ? Quid des réactions satisfaites pour ne pas dire plus de la gauche ?