En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

02.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé

07.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 10 min 12 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 51 min 10 sec
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 2 heures 13 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 2 heures 35 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 3 heures 7 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 3 heures 20 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 3 heures 49 min
décryptage > Politique
LREM

Islamisme : Emmanuel Macron peut-il faire changer la peur de camp sans changer... sa majorité ?

il y a 4 heures 24 min
décryptage > Santé
Armes contre le virus

Plaidoyer pour une régulation de la lutte contre la Covid-19

il y a 5 heures 17 min
décryptage > France
Professeur décapité

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

il y a 5 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 35 min 44 sec
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 1 heure 34 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 2 heures 18 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 2 heures 49 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 3 heures 13 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 3 heures 48 min
décryptage > Politique
Mouvement

Radioscopie d’un conservatisme français qui retrouve du poil de la bête

il y a 4 heures 10 min
pépites > Terrorisme
Hommage
Samuel Paty recevra la Légion d'honneur posthume et sera fait Commandeur des palmes académiques annonce le ministre de l'Education
il y a 4 heures 54 min
décryptage > France
Lutter sans renier ses principes

La démocratie face au piège du traitement de ses ennemis (islamistes) : petites munitions intellectuelles pour résister aux sophistes

il y a 5 heures 36 min
décryptage > France
Ecœurant

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

il y a 5 heures 50 min
© Reuters
© Reuters
Une histoire de fous

Les scandaleuses pratiques du centre psychothérapique de Bourg-en-Bresse

Publié le 30 mars 2016
Malades attachés pendant des mois sur un lit. Malades enfermés dans leurs chambres sans qu’ils puissent en sortir. Et bien d’autres choses encore. Il y a de drôles de pratiques au Centre psychothérapique de Bourg-en-Bresse. C’est ce que dénonce la contrôleuse générale des lieux de privation de liberté. Le ministère de la Santé a été alerté. Celui de la Justice va-t-il l’être ?
Gilles Gaetner
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Journaliste à l’Express pendant 25 ans, après être passé par Les Echos et Le Point, Gilles Gaetner est un spécialiste des affaires politico-financières. Il a consacré un ouvrage remarqué au président de la République, Les 100 jours de Macron (Fauves ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Malades attachés pendant des mois sur un lit. Malades enfermés dans leurs chambres sans qu’ils puissent en sortir. Et bien d’autres choses encore. Il y a de drôles de pratiques au Centre psychothérapique de Bourg-en-Bresse. C’est ce que dénonce la contrôleuse générale des lieux de privation de liberté. Le ministère de la Santé a été alerté. Celui de la Justice va-t-il l’être ?
  • Un rapport dénonce certaines pratiques au Centre psychothérapique de Bourg-en-Bresse. Parmi celles-ci, la propension fréquente à garder les malades attachés à leur lit.

  • Ce document paru au Journal Officiel a été communiqué à la ministre des Affaires sociales et de la Santé, Marisol Touraine. Peut-être aurait-il dû l’être au ministère de la Justice

  • Des mesures, selon Marisol Touraine, devraient être prises pour remédier à ces déviances. Parmi celles-ci : l’abandon de la contention pour les malades, utilisée de façon trop systématique 

Comme le dit la formule, c’est incroyable, mais vrai. Il existe en France un centre psychothérapique où des malades restent attachés à leur lit des journées entières. L’un d’entre eux se trouve dans cette situation 24 heures sur 24 depuis des années. Le personnel serait même incapable de dire à quelle date remonte cette contention qui relève d’un autre âge. Voilà ce qu'il se passe dans cet hôpital psychiatrique qui se trouve à Bourg-en-Bresse (Ain). Ce constat accablant vient d’être établi par la contrôleuse générale des lieux privatifs de liberté, Adeline Hazan, magistrate, ancienne maire de Reims (PS) qui s’est rendue sur place du 11 au 16 janvier 2016 en compagnie de son équipe. Elle écrit noir sur blanc que  les "conditions de prise en charge des malades portent des atteintes graves aux droits fondamentaux des personnes hospitalisées dans cet établissement". "Ce que nous avons découvert à la lecture du rapport de Mme Hazan va bien au-delà de ce que nous pouvions imaginer. C’est tout simplement insupportable", renchérit Béatrice Borrel, la présidente de l’UNAFAM, association qui s’occupe de personnes atteintes de maladies psychiques. Mme Borrel sait de quoi elle parle : elle avait été mise au courant, l’année dernière, de la situation existant au centre de Bourg-en-Bresse par un bénévole dont la fille est restée là-bas 17 mois à l’isolement. 

On se frotte les yeux pour le croire. Adeline Hazan, via donc la présidente de l’UNAFAM, a informé la ministre des Affaires sociales et de la Santé, Marisol Touraine. N’aurait-elle pas dû alerter également le procureur de Bourg-en-Bresse ? Ce dernier, qui a dû lire ce rapport évoqué par Libération, publié au Journal Officiel  du 16 mars 2016, ne devrait-il pas se saisir de la situation peu banale qui règne au centre de Bourg-en Bresse ? Implanté à la périphérie de la ville, ce centre, seul établissement de soins psychiatriques du département, dispose d’une capacité d’accueil de 412 lits, 393 pour les adultes, et 19 pour enfants et adolescents. Si les conditions hôtelières d’hébergement apparaissent satisfaisantes et les locaux collectifs propres et bien entretenus, sur le plan médical, on ne peut délivrer un satisfecit équivalent. D’abord, la question des violations graves des droits fondamentaux des patients. Dans chaque unité - au nombre de 7 dont une ouverte de court séjour - la restriction d’aller et venir est quasiment la règle. Toutes les unités sont fermées. Elles disposent certes d’une cour intérieure close qui n’est accessible qu’à certaines heures de la journée. Quant au parc de l’hôpital, son accession est encore plus restreinte.

Dans les unités dites "de soins de suites" - au nombre de 3 -, la liberté de circuler est encore plus faible. C’est ainsi que les malades - au nombre de 87- ne peuvent se promener que deux fois une demi-heure par jour. Ils ne peuvent fumer plus de quatre cigarettes par jour. Ils n’ont pas accès à leurs placards personnels puisque ce sont les soignants qui en détiennent la clé. Enfin, certains patients ne peuvent sortir de leur chambre, cette dernière étant fermée jour et nuit. Tout aussi ahurissant : certains patients peuvent rester attachés à leur lit, sans qu’un médecin ne les examine ! Heureusement, dans ce tableau sombre, Adeline Hazan trouve une raison d’être (relativement) optimiste : les équipes de soins - constituées en grande partie de jeunes diplômés - se montrent, dans l’ensemble, attentives aux patients. Mais hélas, elles se trouvent bien démunies en raison d’une présence médicale insuffisante qui a pour effet d’alimenter la logique d’enfermement… Après ce bon point, pratiquement le seul, suit une page entière au titre édifiant : "Un recours à l’isolement et à la contention utilisé dans des proportions jamais observées jusqu'alors et non conforme aux règles communément appliquées". Des exemples qui font froid dans le dos, le rapport en cite toute une série. C’est notamment ce qu'il se passe à l’Unité pour malades agités et perturbateurs (UMAP). Les patients y sont traités d’une façon qui ne peut que susciter réprobation et effroi.

Toutes les chambres - 21 - sont sur le même modèle : un espace nu, équipé d’un lit centre cloué au sol permettant la contention, d’un lavabo et d’un WC. Aucun espace n’est à l’abri des regards extérieurs. Les douches, une pour deux chambres, sont des cabines sans porte ni rideaux. Les patients sont donc contraints de se laver sous la surveillance directe des soignants. Aucune chambre ne dispose de bouton d’appel. Au cours de la visite d'Adeline Hazan, cette unité destinée au traitement d’une crise comptait 3 patients… Et la contrôleuse générale de remarquer : "Cette unité est parfois utilisée à des fins disciplinaires". La situation constatée dans les 46 chambres d’isolement laisse pantois. En moyenne, 35 chambres d’isolement sont utilisées chaque jour, ce qui représente plus de 13 000 journées passées en chambre d’isolement en une seule année. "Dans l’une des unités de soins de suite, certains patients y sont à demeure", écrit Adeline Hazan. Elle poursuit : "Dans l’une de ces unités, une personne est isolée, attachée, depuis une date indéterminée, chacun des soignants dont certains sont en poste dans l’unité depuis plusieurs années, interrogés sur le début de cette mesure, a répondu n’avoir jamais vu cette personne autrement que dans une chambre d’isolement". L’attachement au lit est entré dans les habitudes à Bourg-en Bresse. Que dire encore de ces malades attachés sur un lit ou un fauteuil 23 heures par jour, cela pendant des mois ? Le temps de la lecture de ce rapport, et nous voici replongés en  plein 18e siècle, époque où le marquis de Sade écrivait sa pièce de théâtre jouée par les malades de l’hospice de Charenton. A ceci près que l’écrivain maudit avait trouvé une thérapie pour les dits malades. Ici, à Bourg-en-Bresse, le choix se situe entre la radio et la télévision. Parfois, c’est le retour chez soi le week-end, avec la possibilité de se rendre au restaurant ou chez le coiffeur.

Après avoir lu le rapport de la contrôleuse générale, Marisol Touraine, la ministre des Affaires sociales et de la Santé, lui a fait savoir, dans une lettre qu’elle lui a adressée le 4 mars 2016, que très vite, des mesures seraient prises à Bourg-en-Bresse. A savoir que plus aucun patient ne sera enfermé dans une chambre ordinaire. Que les patients détenus ne seront plus systématiquement mis en contention à leur arrivée de prison. Que les cours intérieures des unités d’hospitalisation seront en accès libre pour les patients en hospitalisation libre. Il était temps. En revanche, la ministre ne donne pas de précision sur un point qui, à la lecture du rapport d'Adeline Hazan, paraît crucial : le manque de personnels soignants (infirmiers et médecins)… 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ISABLEUE
- 30/03/2016 - 17:28
sEPTENTRIONALE :
mais ils auront réponse à tout : ils vous diront qu'il faut faire des économies.....alors que ce sont des feignasses.
Occidentale
- 30/03/2016 - 17:12
Méchanceté sadique gratuite
Des médicaments souverains, peu onéreux, existent pour soulager la souffrance psychologique.
Occidentale
- 30/03/2016 - 16:52
La psycho-connexion via les songe-creux attitrés en ville
Insondables voyeurismes de leur esprit contrefait et volonté insane de maculation des esprits avec leurs chimères aux barbules toxiques. Vous les rencontrerez malheureusement dans de tragiques moments.