En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
© France Info
Très bavard…

Martin Schultz démolit Donald Trump ! Mais de quoi je me mêle ?

Publié le 17 mars 2016
Le président du Parlement européen a le droit d’avoir ses opinions. Mais il a aussi le droit – et il devrait l’exercer plus souvent – de se taire.
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le président du Parlement européen a le droit d’avoir ses opinions. Mais il a aussi le droit – et il devrait l’exercer plus souvent – de se taire.

Martin Schultz est social-démocrate, membre d’un parti – le SPD – en perte de vitesse en Allemagne. Et c’est à la démarche très intéressée d’Angela Merkel, sa rivale et amie de la CDU qu’il doit de présider le Parlement européen. A la demande de la Chancelière, les députés conservateurs allemand ont massivement voté pour lui : il fallait bien donner un os à ronger au SPD dont Mme Merkel a besoin pour cogérer l’Allemagne.

Le Parlement européen n’est pas grand-chose. Dépourvu de tout vrai pouvoir législatif : on se demande à quoi il sert. A première vue, à caser ou recaser des personnalités qui n’ont pas eu les succès escomptés lors de scrutins nationaux. C’est-dire qu’être président du Parlement européen devrait inciter à un peu de modestie et de retenue. Et en tout cas, à ne pas parler au nom de l’Europe.

Martin Schultz s’est affranchi de ce code de bonne conduite. Embrayant sur beaucoup d’autres, il a éprouvé le besoin de taper sur Donald Trump. C’est sans risque, assez banal, et ça peut rapporter un peu. "Les Européens et les Américains ne sont pas prêts d’accepter un président comme Donald Trump", a-t-il déclaré. Et il a appuyé son propos avec un "Trump président pourrait prendre des décisions très dangereuses."

Il est patent que Monsieur Schultz n’est pas au courant de ce que veulent ou ne veulent pas les Américains. En même temps on ne voit pas non plus en quoi il serait qualifié pour décrypter les sympathies ou les antipathies des Européens concernant le milliardaire américain. Il y a en revanche plein de sujets sur lesquels il pourrait s’exprimer en tout légitimité. En tant qu’Allemand d’abord. En tant qu’Européen ensuite.

En tant qu’Allemand, on aurait aimé l’entendre sur les scènes de violences sexuelles qui ont eu lieu à Cologne le soir de la Saint-Sylvestre. On ne l’a pas entendu. Car Monsieur Schultz est idéologiquement dans l’impossibilité totale de dire du mal des agresseurs dont l’identité vaut pour lui absolution. On aurait pu aussi l’entendre commenter et déplorer le fracassant succès de l’extrême droite allemande lors du récent succès régional. On ne l’a pas entendu. Car il aurait été obligé, pour expliquer, d’évoquer la consternante politique migratoire de son amie Angela Merkel.

En tant qu’Européen, il aurait pu s’intéresser à ce qui se passe en Pologne. Là-bas, une droite très bêtement nationaliste est arrivée au pouvoir et prend de très grandes libertés avec les plus élémentaires des libertés publiques. On ne l’a pas entendu. La Pologne, c’est juste à côté, alors que l’Amérique c’est heureusement si loin … Dénoncer les dérives du pouvoir polonais aurait contraint Martin Schultz à demander des sanctions contre Varsovie. Hors de question : l’Europe va déjà très mal, et on ne va quand même pas embêter ceux qui consentent à y rester. Alors comme il faut bien se défouler un peu, Martin Schultz est parti loin, très loin, vers l’Amérique, porter le fer dans un pays où personne n’a jamais entendu parler de lui.

Soyons quand même juste avec le président du Parlement européen. Il sait parfois se montrer ferme. Lors de la session du Parlement consacrée à l’éventuelle adhésion de la Turquie à l’Union Européenne, il a expulsé de la salle un député d’extrême droite grec pour ses "propos racistes". Le parlementaire avait qualifié les Turcs "barbares spirituels", se moquant des "scientifiques ottomans". C’est raciste ça ? On comprend que Martin Schultz, social-démocrate de bonne famille n’aime pas trop les députés d’extrême droite. Il leur préfèrera sans doute, si jamais ses vœux se réalisent, les députés femmes du parti de M. Erdogan, toutes voilées comme son épouse… 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

02.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

03.

La fête est finie : les constructeurs automobiles obligés de tirer les leçons de la baisse importante de leurs ventes

04.

La dangereuse complaisance du planning familial avec l’islam radical

05.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

06.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

07.

Démence sénile : une nouvelle étude montre qu’il est possible d’agir même en cas d’antécédents familiaux lourds

01.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

05.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

04.

Chasse aux comportements indécents : ce que la France a à gagner … et à perdre dans sa quête grandissante de vertu

05.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

06.

Et toute honte bue, François de Rugy limogea sa chef de cabinet…

Commentaires (19)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 17/03/2016 - 21:59
Non, vous êtes durs avec papa Schultz!
Moi, je suis certain qu'il n'avait pas réclamé d'être là...son idéal, c'était de préparer des beignets à la fleur d'oranger dans un souk du Moyen-Orient. Mais comme la chaleur lui donne des boutons, il a été obligé d'oublier son rêve de sucreries orientales. Alors, il n'avait pas d'autre choix: c'était la Présidence de la commission ou rien! Aujourd'hui, le gros frustré se venge sur tout ce qui n'aime pas l'islamisme et Trump'de Nice est devenu sa bête noire...enfin, noire...
Eolian
- 17/03/2016 - 18:21
Trump?
@Iessix, mais justement, le gouvernement américain ne se gene pas de donner son avis sur les élection européennes. A part ça, Trump est provocateur, soit,mais à des analyses très justes. Il faut en voir la vidéo présentée par TVLIBERTE sur Internet.
padam
- 17/03/2016 - 16:59
l'infinitésimal Martin Schultz
M Schultz est le prototype de ce qu'il y a de plus détestable dans le système européen: le recyclage des grands médiocres dans des institutions dorées parfaitement inutiles, aux frais des Etats, c'est à dire des contribuables européens. Ce qu'il peut dire n'a aucune espèce d'intérêt et ne dépasse d'ailleurs pas l'enceinte du parlement européen. Ce qui dans le cas présent est plutôt dommage, car ses propos stupides auraient eu au moins le mérite de faire rigoler le candidat républicain américain, qui, à la différence du sinistre président socialiste allemand, ne manque pas d'humour...