En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© Reuters
Vladimir "Underwoodovitch" Poutine
Ce qui se cache derrière le retrait surprise des troupes russes de Syrie
Publié le 15 mars 2016
"Les militaires russes ont accompli leur mission en Syrie et inversé la tendance dans la lutte contre le terrorisme international," a annoncé le Président Russe le 14 mars au soir. Le retrait des troupes russes, au delà de son côté profondément surprenant nourrit probablement un objectif : celui de désarçonner Bachar el-Assad, un allié parfois trop peu conciliant.
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Les militaires russes ont accompli leur mission en Syrie et inversé la tendance dans la lutte contre le terrorisme international," a annoncé le Président Russe le 14 mars au soir. Le retrait des troupes russes, au delà de son côté profondément surprenant nourrit probablement un objectif : celui de désarçonner Bachar el-Assad, un allié parfois trop peu conciliant.

Atlantico : Vladimir Poutine a annoncé le 14 mars au soir le retrait des troupes russes de la Syrie. Que faut-il voir derrière cette annonce ? Quels en sont les motifs ?

Alain Rodier :Il semble que cela soit un coup de bluff mené par Vladimir Poutine. Il est essentiel de ré-étudier dans le détail la déclaration exacte et en vérifier la traduction. Le Président Russe ne parle pas, a priori, d'un retrait complet des forces aériennes, mais d'un retrait « de la majeure partie de nos contingents militaires ». Restera un site de « maintenance de vols », vraisemblablement sur la base de Hmeimim. Tout est affaire de proportions et du temps que mettront ses forces à se retirer. Si Vladimir Poutine retire que quelques appareils sur la cinquantaine (sans compter les 30 hélicoptères) qui y est déployée, cela n'aura pas d'impact.

Ce coup de bluff vise le plus vraisemblablement Bachar el-Assad. Vladimir Poutine souhaite le rendre plus conciliant, lui et son clan, dans le cadre des négociations qui sont d'ores et déjà engagées. Rappelons-nous que le Président Poutine nous a toujours habitué aux opérations surprises… C'était le cas en Crimée, mais il a également réussi à faire retirer les armes chimiques de l'arsenal guerrier syrien. Si l'intervention Russe en Syrie était déjà plus repérable, elle est restée tout de même une surprise. Par conséquent, il apparaît évident que c'est dans les manières de procéder de Vladimir Poutine. Il se comporte à la hussarde et souhaite certainement faire pression sur le gouvernement de Bachar el-Assad et sur son clan. Les rumeurs font état depuis un certain temps d’un rafraîchissement des relations entre les deux hommes.

Cela étant, le Président Syrien n'est pas la seule et unique cible de ce geste : Vladimir Poutine envoie également un signal aux Occidentaux et à l’Iran. Il souhaite sans doute dire qu'il est prêt à négocier et qu'il n'est pas marié avec Bachar el-Assad. Néanmoins, les deux grandes puissances concernées par la situation dans la région, les Etats-Unis et la Russie, n'ont aucun intérêt à ce que le régime en place à Damas s'effondre brutalement car cela pourrait permettre aux salafistes-djihadistes d’arriver au pouvoir. Cela ne signifierait qu'une intensification de la guerre civile.

Quelques heures après l'annonce du Président Russe, il est toujours aussi difficile de prévoir l'avenir. Il sera essentiel d'examiner de très près le cheminement des négociations actuellement en cours ; en espérant qu'elles connaîtront une meilleure issue que celles de février. Il semble que Vladimir Poutine a joué un de ses atouts, mais la balle est désormais dans le camp de Bachar el-Assad, dont nous attendons de savoir s'il acceptera de suivre la direction russe. S'il ne le fait pas, le problème sera d'autant plus réel que Poutine s'est quasiment engagé à retirer ses troupes par le biais d'une telle déclaration. Restons, toutefois, extrêmement prudents : il ne semble pas que cela soit véritablement sa volonté. J'ai même ouï-dire que le seul porte-avion dont il dispose, l'Amiral Kouznetsov, devrait rejoindre les côtes syriennes cet été.  Il n'est donc pas impossible que Vladimir Poutine replie des avions au sol pour déployer, en avance, son porte-avion. Sur le plan militaire, plusieurs options sont possibles. Je suis persuadé qu'il s'agit avant tout d'un coup politique.

Quel bilan peut-on dresser de l'opération Russe en Syrie, jusqu'à présent ? En un sens, un départ de Vladimir Poutine et de ses troupes serait-il opportun, actuellement ?

Non. Ce n'est absolument pas le bon moment. Dans un premier temps les forces russes ont permis de bloquer l'offensive d'Al-Nosra, qui avait pris la province d'Idlib. Le front menaçait Lattaquié, berceau du régime. La situation de celui-ci était véritablement chaotique à l'été de l'année dernière. L'intervention russe l’a littéralement sauvé. La chute de Lattaquié aurait annoncé la fin proche de Damas.

Dans un deuxième temps, cette intervention russe a permis au régime de reprendre l'offensive, comme nous l'avons constaté à Alep, ou les forces de Bachar el-Assad ont réussi à couper la liaison vers le nord avec la Turquie (elle est toujours possible via la province d’Idlib à l’ouest). Il menace de reprendre Palmyre dans les semaines à venir et une offensive s'est déclenchée – peut-être une opération de diversion – vers Raqqa, la « capitale » de l’ « Etat » islamique. Il s’agit d’une tactique de « grignotage » de terrain qui n’aurait pas été possible sans l'intervention russe. 

Clairement, jusqu'à maintenant, c'est un sans-faute qu'a mené Vladimir Poutine. Ceci étant, se retirer totalement maintenant ternirait une victoire militaire indéniable, puisque cela relèverait de la défaite politique. 

Au vu et au su de ce bilan, des négociations en cours, quelle réaction peut-on attendre de Bachar el-Assad ?

Il est susceptible de réagir, certes, mais il n'a que peu de choix. Le Président Syrien est bien conscient qu'un retrait russe amorcerait rapidement (pas immédiatement, mais au bout de quelques semaines ou quelques mois) un retour à la situation catastrophique de juillet/août 2015. Très vite, il serait de nouveau en position de perdre la guerre. Bachar el-Assad – et par extension son clan – fera sûrement savoir son mécontentement, râlera sans doute, mais il a plus qu'intérêt à filer doux. Il ne peut faire autrement qu’accepter ou brûler ses vaisseaux. Maintenant, il reste à voir ce que va décider Téhéran qui avait vu son influence diminuer en Syrie au profit des Russes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
02.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
03.
Peut-on encore s’enrichir autrement qu’avec l’immobilier en France ?
04.
France/Allemagne, le match éco ou la preuve par 4 de l’inefficacité de la politique économique d’Emmanuel Macron
05.
Pourquoi la trahison d'Emmanuel Macron envers François Hollande pourrait bien lui revenir en boomerang le jour où il aura besoin d'appuis...
06.
« Mon Gilet jaune » est une marque déposée et appartient à une femme entrepreneur qui se frotte les mains
07.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
07.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
04.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
05.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
06.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
01.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
02.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
03.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
04.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
05.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 17/03/2016 - 09:20
Retour des russes
''Puis ils reviendront, ensuite, l'aider à rétablir sa souveraineté sur le reste du territoire...'' Dommage qu'avec l'anonymat des forums internet, nous ne puissions pas prendre de pari ! Même pas un ou cinq euros ?
Ganesha
- 16/03/2016 - 15:35
Préférence Nationale
Il y a un problème urgent : huit millions de nationaux français et belges, citoyens européens inexpulsables, mais d'origine maghrébine, et dont une proportion grandissante dérive vers le sunnisme intégriste, parce qu'on ne répond pas à leur CV, que nous n'acceptons pas de les intégrer dans notre société.  Mais si j'ajoute que la seule solution réaliste, c'est la Préférence Nationale de Marine Le Pen, je vais me faire assassiner !
Ganesha
- 16/03/2016 - 15:32
''Pas Beaux, pas Gentils'' !
Il y a une notion de base qu'il faut accepter : ni les USA, ni la Russie ne sont les ''Gendarmes du Monde''. Quant à la France… Vous vous souvenez de la guerre du Vietnam ? A-t-elle vaincu le Communisme ? Non, celui-ci s'est éteint vingt ans plus tard, de mort naturelle, sans une goutte de sang. Les russes, puis les occidentaux sont longuement intervenus en Afghanistan. Ont-ils vaincu les talibans ? Dès que le dernier soldat américain sera parti, le gouvernement de Kaboul tombera comme un fruit mûr… Vous faut-il un bilan détaillé des décennies d'intervention américaine en Irak ? Alors, oui, les sunnites intégristes de l’État Islamique, ce sont des ''Pas Beaux, pas Gentils'' ! Mais pourquoi intervenir dans cette partie du monde, plutôt qu'au Rwanda-Burundi, où les massacres ethniques Hutus-Tutsi ont repris, au Tibet colonisé par les chinois, intervenir dans la guerre de la cocaïne en Colombie et au Mexique ? Argument traditionnel : à cause du pétrole !