En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

02.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

03.

Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".

04.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

05.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

06.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

07.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

02.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

03.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

04.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

05.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

06.

Pas de pub pour Zemmour : ce piège dans lequel vient de s’enfermer Nutella

ça vient d'être publié
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Disney, Apple, Warner et Amazon partent à l’assaut de Netflix

il y a 2 min 45 sec
décryptage > Economie
Consensus

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

il y a 54 min 25 sec
light > Culture
Très critique
Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".
il y a 16 heures 42 min
pépites > Religion
Coup de gueule
66% des Français se disent favorables à l'interdiction du voile durant des sorties scolaires
il y a 17 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vie et mort d'un chien" de et mise en scène par Jean Bechetoille : Etre ou ne pas être... c'est encore la question à Elseneur

il y a 20 heures 25 min
pépites > Europe
Last chance
Brexit : d'après le vice-premier ministre Irlandais, un accord est envisageable cette semaine
il y a 20 heures 47 min
décryptage > Social
Exercices de coloriage

Il est beaucoup question du "vieux mâle blanc". Mais pourquoi ne parle-t-on jamais du " vieux mâle noir" ?

il y a 22 heures 18 min
décryptage > Religion
Loi de 1905

Pourquoi la laïcité ne devrait pas être invoquée dans la lutte contre l’islamisme

il y a 22 heures 52 min
décryptage > Politique
Conceptuel

Le populisme, phénomène bien plus fondamental que le simple fruit de l’épuisement de la démocratie représentative ou de l’hystérisation des classes moyennes

il y a 23 heures 26 min
décryptage > Economie
Courage!

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

il y a 1 jour 2 min
décryptage > Religion
Quelques précisions...

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

il y a 6 min 3 sec
light > Culture
Big win
Queen s'oppose à l'utilisation de ses tubes par Donald Trump et le camp Républicain
il y a 16 heures 22 min
pépites > International
Ever changing
Offensive turque en Syrie : Donald Trump pourrait imposer de "grosses sanctions" à Ankara
il y a 17 heures 24 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Mère voilée : pour Brigitte Macron "on ne parle pas politique" à l'école
il y a 18 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"De Gaulle, 1969, l'autre révolution" d'Arnaud Teyssier : la fin de la saga du gaullisme, par l'un de ses meilleurs spécialistes

il y a 20 heures 35 min
décryptage > Culture
7ème art

Soubresauts, horreurs et beauté du monde à Saint-Jean de Luz

il y a 22 heures 9 min
décryptage > Religion
L'art de la punchline

Un 13 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 22 heures 22 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Cette semaine l’Europe joue son destin sur le Brexit

il y a 23 heures 46 sec
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Stadia : Google mise sur la latence négative pour s’imposer dans l’univers des jeux vidéos. Décisif ou moufte aux yeux ?
il y a 23 heures 31 min
décryptage > Economie
Incompréhension

L’étrange capacité du capitalisme financiarisé à perdurer envers et contre tout

il y a 1 jour 6 min
Interview politique

Robert Ménard : "On ne peut pas dire "2017, c'est perdu pour la droite patriote, celle des valeurs et de la morale, nous verrons en 2022"."

Publié le 15 mars 2016
Robert Ménard revient sur ses désaccords avec le Front National sur des sujets comme le projet de loi El-Khomri ou bien encore l'Europe. L'occasion également d'évoquer son souhait d'un grand rassemblement des leaders de la droite patriotique, en vue de la présidentielle de 2017.
Robert Ménard a été journaliste et fondateur de Reporters Sans Frontières (RSF).Président de l'association de 1985 à 2008, il a dirigé un centre d'accueil pour les journalistes à Doha (Qatar) de 2008 à 2009.Il a été élu en avril 2014 maire de la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Robert Ménard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Robert Ménard a été journaliste et fondateur de Reporters Sans Frontières (RSF).Président de l'association de 1985 à 2008, il a dirigé un centre d'accueil pour les journalistes à Doha (Qatar) de 2008 à 2009.Il a été élu en avril 2014 maire de la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Robert Ménard revient sur ses désaccords avec le Front National sur des sujets comme le projet de loi El-Khomri ou bien encore l'Europe. L'occasion également d'évoquer son souhait d'un grand rassemblement des leaders de la droite patriotique, en vue de la présidentielle de 2017.

Atlantico : Cette semaine, vous avez été particulièrement virulent à l'égard de la position officielle du Front national, en comparant les mots du vice-président du FN avec ceux "d'un cégétiste d'il y a vingt ans." Quelles relations entretenez-vous avec le FN et Marine Le Pen ?

Robert Ménard : Nous avons des relations cordiales. Nous sommes alliés sur le plan politique. Mais, dans le même temps, j'ai de vrais désaccords avec certaines positions du FN, des désaccords que je n'ai jamais cachés. Aujourd'hui, sur la loi El Khomri, ces désaccords se traduisent concrètement par des appréciations très différentes : quand Florian Philippot dit de ce projet de loi qu’il est "infâme", je trouve que c'est non seulement disproportionné, mais plus encore inapproprié et caricatural. Utiliser ce genre de mots, c’est adopter une rhétorique d'un autre temps.

On ne peut pas, à longueur de temps, expliquer que tous les malheurs de la France viennent de Bruxelles. Non, ils sont aussi la conséquence, sur le terrain économique notamment, de lois votées ici depuis 40 ans, de l'inflation des réglementations, d'une omniprésence de l'Etat… Et tout cela a été largement décidé à Paris. C'est un autre point de désaccord avec Florian Philippot. Quand il déclare que, si Marine Le Pen prenait le pouvoir, six mois plus tard la France quitterait l'Union européenne, c'est tout simplement irréaliste.

La synthèse entre les deux lignes du Front national, avec une vocation plutôt libérale dans le Sud de la France et sociale dans le Nord, ne serait-elle donc plus tenable ?

C'est l'affaire du FN, et je n'en suis pas membre. J'ai des liens amicaux avec Marine Le Pen, qui a eu l'amabilité de m'inviter au séminaire de son parti en début d'année, mais je n'en fais pas partie. J'ai du plaisir à travailler avec le FN, et je suis d'accord avec l'immense majorité de ce qu'il dit, notamment sur l'immigration, l'identité, la sécurité ou encore l'école. Mais j'ai aussi des désaccords en ce qui concerne l'Europe et la vision économique colbertiste qu'il propose et que je ne partage pas.

La stratégie de la "France apaisée", décidée justement avant ce séminaire, qui consiste à donner une image plus consensuelle à Marine Le Pen, vous semble-t-elle judicieuse ?

Elle me semble une bonne idée à condition qu'elle se traduise dans les faits. Et les prises de position sur la loi El Khomri sont à l'opposé de ce slogan. Elles entretiennent l'idée qu'il existe forcément une sorte de lutte des classes au sein des entreprises – même les plus petites - entre les patrons et les salariés. C'est une vision du XIXe siècle. Or on ne vit plus au temps de Zola ! Même s'il existe des difficultés dans les entreprises, le monde professionnel a changé.

Je suis le maire d'une ville de 75 000 habitants, où je rends visite très souvent à des petites et moyennes entreprises. Les intérêts entre un patron et ses salariés ne sont pas les mêmes, bien sûr. Mais je vous assure que ce qu’ils ont en commun est bien plus important que ce qui les oppose… 

Entre des candidats à la primaire qui donnent l'impression de faire une course au centre, et un Front national qui défend de plus en plus une ligne politique "nationale étatiste", n'y-a-t-il pas un espace ouvert, un électorat délaissé à droite ?

Je crois qu'il y a aujourd'hui la nécessité de regrouper la droite nationale, cette droite qui se retrouve dans le Front national, mais également du côté de Debout la France, du Siel, de l’Avant-garde, du CNIP et de certains courants des Républicains. Je pense que le peuple français le demande, que le peuple de droite l'exige. Mais je constate que les querelles d'appareil, les problèmes d'égo empêchent ce regroupement. Tout cela étant dérisoire par rapport à la gravité de la situation…

Il y a une nécessité absolue à faire travailler ensemble des personnalités telles que Jacques Myard, Eric Ciotti, Thierry Mariani, Philippe de Villiers, Nicolas Dupont-Aignan et Marine Le Pen. Les désaccords sont peu de choses par rapport à ce qu'ils ont en commun.

Hélas, trop peu d'entre eux sont prêts à aller vers ce rassemblement. Et je le déplore tant nous en avons besoin. Toutes ces personnalités, que l'on pourrait ranger dans la catégorie de la droite patriotique, ont en commun de dire que la France qu'on aime est menacée. Mais si elle l'est vraiment, il faut faire taire les divergences et se mobiliser ensemble ! C'est pour cela que j'appelle à un grand rendez-vous des droites à Béziers, du 27 au 29 mai prochain, pour construire un programme de salut public qui pourrait nous rassembler.

Comment estimez-vous la demande de la part de l'électorat pour une telle initiative ?

Les sondages montrent le niveau historique de défiance des Français envers les partis politiques. Cela nous renseigne sur cette demande, sur leur aspiration à autre chose. 

Invitée sur France Inter, Marion Maréchal Le Pen a déclaré le 9 mars que "si Donald Trump était aussi idiot, il ne serait pas là où il est". Le candidat à la primaire républicaine déclare ramener des électeurs "perdus" aux urnes. Qu'est-ce que vous inspire le phénomène Trump aux Etats-Unis ?

Au-delà d'une rhétorique que je ne partage pas, et d'un certain nombre de positions que je désapprouve, il y a, derrière le phénomène Donald Trump, la critique virulente de politiciens – en l’occurrence américains bien sûr, mais cela s’applique à nos responsables européens -  qui sont responsables des situations où nous nous trouvons, la dénonciation des risques liés à la déferlante migratoire, ou encore la prise en compte de la nécessité d'envisager une alliance avec la Russie… Trois thématiques de Donald Trump qui me semblent particulièrement intéressantes, mais il y en a d’autres. C'est en ce sens que je souhaitais que Marine Le Pen prenne contact avec lui. Il y a entre eux, me semble-t-il, une sensibilité commune.

Vous aussi avez l'habitude de faire des déclarations qui vont à l'encontre du "politiquement correct"... Vous arrive-t-il de vous voir incarner le même rôle que le favori des républicains outre-Atlantique ? Vous recevrez, à Béziers au mois de mai, plusieurs personnalités de ce que vous appelez la droite nationale. Le flambeau de la ligne Buisson pourrait-il vous intéresser ?

Aujourd'hui, j'essaye seulement de rassembler un certain nombre de personnes et de dire à cette droite patriote, à cette droite des valeurs, à cette droite de la morale, à cette droite de la France, qu'il faut absolument se regrouper pour l'emporter. On ne peut pas dire "2017, c'est perdu, nous verrons en 2022". Les Français ne peuvent ni le comprendre, ni l'admettre.

J'essaye donc de jouer mon rôle. J'ai la chance d'être l'élu d'une ville où ma majorité municipale regroupe des élus membres des Républicains, du Front national, d'autres qui sont apparentés à Philippe De Villiers, à Nicolas Dupont-Aignan, à Christian Vanneste, mais aussi des élus qui, comme moi, ne sont dans aucun parti. Et cela fonctionne. Si j'en juge par les derniers résultats électoraux dans ma ville, les Biterrois sont satisfaits de ce fonctionnement-là. Je sais bien que diriger une ville ou un pays n'a rien à voir, mais je suis convaincu que la méthode que nous avons employée est la bonne. Et je m’efforcerai de le démontrer encore à l’avenir… 

Vous n'excluez donc pas de diriger une telle formation en vue de l'élection présidentielle de 2017 ?

Là n’est pas la question. Je me mettrai au service de qui aura pris en compte cet impératif : regrouper la droite patriote.

En décembre dernier, vous aviez publié un billet sur votre page Facebook pour évoquer la "garde musulmane" qui s'était mise en place pour protéger les Eglises de Béziers... Ne pensez-vous pas que certaines de vos déclarations peuvent aggraver la déliquescence de l'unité de la société française ? Comment intégrez-vous ce risque dans vos prises de position ?

Malheureusement, l'unité de la société française n'existe plus. C'est un leurre, un mensonge que l'on veut nous faire avaler. J’essaie seulement de dire les choses telles qu'elles sont, et non telle que l'immense majorité de la classe politique et médiatique veut nous le faire croire. J'essaie de conduire une politique de bon sens. Et quand je constate le développement du communautarisme dans ma ville, comme en France, j’affirme qu'il faut le combattre et je mets en œuvre une politique qui va dans ce sens.

Quand j'ai expliqué qu'un certain nombre de réfugiés n'étaient pas les bienvenus dans ma ville, je n’avais pas attendu que la presse découvre que des terroristes pouvaient se cacher dans le flot de réfugiés qui submergent notre continent… Mais, c’est vrai, ce que je dis, je le dis avec mes mots, ma franchise et le vocabulaire qui est celui de tout le monde. Je n'utilise pas la novlangue en vogue dans nos médias et sous les ors de la république. J'appelle un chat un chat. Oui, il y a un problème communautariste en France. Oui, il y a un problème avec l’islam en France. Oui, il y a un problème avec l’immigration en France. Et il faut les regarder en face.

Dans une ville comme la mienne où les deux tiers des enfants des écoles publiques sont de familles issues de l’immigration, je constate que l'on intègre - sans même parler d’assimiler – de moins en moins ces enfants. Ils sont les premiers à le payer au prix fort. De ceux-là, qui s’en soucie le plus ? 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

02.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

03.

Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".

04.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

05.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

06.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

07.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

02.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

03.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

04.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

05.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

06.

Pas de pub pour Zemmour : ce piège dans lequel vient de s’enfermer Nutella

Commentaires (16)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 14/03/2016 - 20:14
Droite patriote et des valeurs morales
Quel rêve de voir les différents partis de droite s'unir sur de telles idées. Le FN, se montrant par trop bête sur l'Europe et la vision qu'il a des rapports entre l'entreprise et ses salariés, ne s'y ralliera certainement pas et tant mieux. R. Ménard ne manque pas de bon sens ni de sens politique: un beau succès que cette garde musulmane qui protège les églises de Béziers.Que ne pourrait-il rejoindre Fr.Fillon qui a publié un programme de redressement bien articulé et complet point de départ d'une fédération des droites. Nous n'avons nul besoin d'A.Juppé, ni de Fr. Bayrou dont les opinions sont vraiment trop variables ni de X.Bertrand, ni de NKM, ni de N. Sarkozy qui s'est attiré trop de haines souvent injustifiées.... je m'arrête, ils sont trop nombreux.
Anguerrand
- 14/03/2016 - 16:53
A Karbo
C'est bien pour ça qu'il n'a pas pris sa carte au FN, il veut garder sa liberté de penser dans un parti ou 99,9% des frontistes pensent la même chose ( MLP à été élue à ce score) .je souhaite une formation politique avec des gens comme MMLP, Ménard, et les plus à droite des LR. Myard, Ciotti, etc. Aucun parti n'a ce programme et c'est bien dommage. Je ne voterait pas FN avec leurs programme économique débile.
karbo
- 14/03/2016 - 16:09
Rien compris
Ménard veut le soutien d'une droite unie derrière lui pour faire élire la Marine dont il exècre la moitié de la politique.