En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© Reuters
Mensonge et succès
Pourquoi l’honnêteté ne paie pas en politique (et ce sont les chiffres qui le prouvent)
Publié le 07 mars 2016
Les électeurs, en France comme ailleurs, ne sont plus si naïfs. Si l'honnêteté reste une valeur valorisée, il n'en demeure pas moins que ce critère seul ne suffit pas à faire un candidat. Quand l'extrême majorité de la population juge les politiciens corrompus et malhonnêtes, ce sont sur ces autres critères que se fait véritablement la sélection. La désillusion pousse les Français à l'indulgence vis à vis de leurs élites... sur le plan de l'honnêteté, en tout cas.
Vincent Tournier est maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Tournier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Tournier est maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les électeurs, en France comme ailleurs, ne sont plus si naïfs. Si l'honnêteté reste une valeur valorisée, il n'en demeure pas moins que ce critère seul ne suffit pas à faire un candidat. Quand l'extrême majorité de la population juge les politiciens corrompus et malhonnêtes, ce sont sur ces autres critères que se fait véritablement la sélection. La désillusion pousse les Français à l'indulgence vis à vis de leurs élites... sur le plan de l'honnêteté, en tout cas.

Atlantico : Aux Etats-Unis, si l'honnêteté est une valeur appréciée des électeurs, elle n'est pas pour autant synonyme de victoire électorale, en témoignent les défaites de Dukakis (1988), Dole (1996) ou Kerry (2004). Dans quelle mesure ce constat peut-il, ou non, s'appliquer aussi à la scène politique française ? Les Français sont-ils sensibles au principe d'honnêteté pour leurs hommes politiques ? Ou accordent-ils plus d'importance à d'autres valeurs ?

Vincent Tournier : Aucune qualité personnelle ne garantit la victoire électorale, ce serait trop simple. S’il y avait une recette magique, cela se saurait. L’honnêteté est effectivement très valorisée par les électeurs, que ce soit aux Etats-Unis ou en France. Cela dit, la définition de l’honnêteté n’est pas la même dans les deux pays : pour les Américains, l’honnêteté relève plutôt de la sphère privée, de la morale, alors que pour les Français, elle concerne la sphère publique et signifie plutôt la fidélité à des valeurs politiques. C’est pourquoi les Français sont plutôt indulgents pour ce qui concerne les écarts à la morale domestique. Par contre, aux Etats-Unis, les vertus privées sont très importantes : même Bernie Sanders, le candidat "socialiste", n’y échappe pas, et l’un de ses spots le présente ainsi : "Bernie Sanders. Mari. Père. Grand-père. Un leader honnête, construisant un mouvement avec vous, pour rendre l’espoir dans l’avenir". 

En France, on n’imagine pas ce genre de message, même si l’honnêteté privée a pris une certaine importance depuis quelques années, sans doute parce que les clivages politiques ont perdu de leur acuité. Faute d’arguments politiques, on met donc en avant des vertus morales ou familiales, tout en restant très loin de la situation américaine. 

Cela dit, les électeurs ne sont pas naïfs. Ils savent bien que l’honnêteté est très rare dans le monde politique. Par ailleurs, ils ne basent pas leur jugement sur une seule vertu. A côté de l’honnêteté, ils accordent aussi beaucoup d’importance à d’autres critères comme la compétence, l’efficacité, la volonté. Par exemple, un sondage BVA de juin 2013 indique que les trois qualités attendues des responsables politiques sont la compétence (38%), l’honnêteté (28%) et la capacité à agir (23%). Chez les électeurs de droite, la capacité à agir est même jugée plus importante que l’honnêteté.

Ces différents critères prennent d’autant plus d’importance que les Français sont de plus en plus nombreux à penser que les hommes politiques ne sont pas honnêtes. Aujourd’hui, seulement un quart des Français pensent que les hommes politiques sont "plutôt honnêtes" et 75% qu’ils sont "plutôt corrompus". L’image des hommes politiques s’est donc fortement dégradée. Mais c’est justement parce que les Français n’ont pas d’illusion qu’ils vont avoir tendance à être indulgents avec les hommes politiques, y compris avec ceux qui sont pris la main dans le sac, qui ont été inquiétés par la justice. En tout cas, ils n’en font pas un élément déterminant de leur vote. 

Historiquement parlant, des figures comme Michel Rocard ou Pierre Mendès France ont longtemps été saluées pour leur "honnêteté". Pour autant, peut-on dire que ce label les a servis dans leur carrière politique autant qu'on aurait pu l'imaginer ?

Les personnalités que vous citez sont effectivement considérées comme de grandes figures morales de la gauche. En même temps, leur carrière politique est restée très limitée. Pierre Mendes France n’a été président du Conseil que pendant quelques mois, et Michel Rocard n’a été premier ministre que pendant deux ans. 

L’aura qui les entoure est donc inversement proportionnelle à leur action politique. Il ne s’agit pas de les dénigrer car ce sont des personnalités qui ont souvent fait preuve de lucidité et qui ont su prendre des décisions importantes dans des moments difficiles (l’Indochine pour Pierre Mendes France, la Nouvelle Calédonie pour Michel Rocard). 

Malgré tout, on peut penser que leur image ne tient pas seulement à leur action proprement dite. Il y a aussi une part de mythologie, et cette mythologie a pu se déployer parce que tout le monde y avait intérêt. La droite les a encensés pour mieux critiquer la gauche traditionnelle. Quant à la gauche, en l’occurrence la gauche mitterrandienne, elle les a portés au pinacle parce qu’elle a réussi à s’en débarrasser. C’est un schéma assez classique : une fois que vous avez écarté vos rivaux directs, vous en dites le plus grand bien. Quelle est la meilleure façon de se hisser dans l’histoire que de se montrer magnanime envers ses anciens adversaires déchus ? Aujourd’hui, la gauche continue d’entretenir leur mythologie parce qu’elle a besoin de se donner une généalogie moins radicale.

Quand on analyse le jeu politique actuel et les campagnes électorales, les candidats "honnêtes" font-ils vraiment les meilleurs candidats ?

C’est une question difficile parce que l’honnêteté fait l’objet d’appropriations très différentes entre les candidats modérés et les candidats radicaux. 

Les candidats modérés définissent l’honnêteté par la modestie de leur projet. Ils vont jouer sur le registre du pragmatisme, insister sur le réalisme de leur proposition, mettre en avant leur désir de s’adapter, d’être à l’écoute, de trouver les bonnes solutions après un travail de concertation. Etre honnête, pour eux, c’est ne pas promettre la lune, c’est savoir avancer progressivement. C’est le « parler vrai » de Michel Rocard. 

De leur côté, les candidats radicaux ont une conception très différente de l’honnêteté. Ils vont au contraire insister sur leur fidélité à des principes, sur leur attachement à un idéal politique. Ils vont se dire intransigeants et présenter cette intransigeance comme la seule authentique honnêteté. C’est par exemple le cas d’Arlette Laguiller, qui a longtemps été la candidate de Lutte ouvrière. Aujourd’hui, le Front national revendique ce créneau avec un certain succès, même si cette intransigeance le dessert parce qu’elle fait peur à une partie de l’électorat. 

Ces deux manières de concevoir l’honnêteté correspondent au clivage classique entre l’éthique de responsabilité et l’éthique de conviction dont parlait le sociologue Max Weber. C’est l’opposition entre le réalisme et l’idéalisme, ou le face à face entre Danton et Robespierre dans la célèbre pièce de Georg Büchner. 

Quelle est la stratégie payante sur un plan électoral ? C’est sans doute une question de dosage. L’idéalisme absolu fait peur mais le pragmatisme absolu ne séduit pas. Les personnalités trop pragmatiques n’ont d’ailleurs jamais réussi à s’imposer, à l’instar de Michel Rocard (dont il faut rappeler qu’il a fait moins de 4% à l’élection présidentielle de 1969). De même, en 2012, le candidat qui était jugé le plus honnête était François Bayrou, ce qui ne lui a pas permis de l’emporter. Donc, si les électeurs ne veulent pas de candidats trop dogmatiques, ils attendent quand même que ceux-ci aient des convictions. C’est ce qu’avait compris François Mitterrand lorsque celui-ci s’était prononcé contre la peine de mort tout en reconnaissant que l’opinion lui était hostile sur ce point. Les électeurs attendent des messages de ce type, même si, aujourd’hui, le curseur se déplace probablement vers le pragmatisme. Les candidats doivent donc doser leur discours en combinant idéalisme et pragmatisme, ce qui n’est pas simple sur le plan de la communication politique.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Il agresse un agriculteur pendant que son épouse filme
02.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
03.
Mais pourquoi les Français épargnent-ils une part non négligeable du pouvoir d’achat gagné ces derniers mois ?
04.
Tensions grandissantes en Algérie : Bouteflika n’est plus là, mais les généraux, si
05.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
06.
"Les nationalistes stupides aiment leur pays… et n'aiment pas ceux qui viennent de loin" (Jean-Claude Juncker)
07.
Cannes : Abdellatif Kechiche s'emporte contre la question "imbécile" et "malsaine" d'un journaliste
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
05.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
03.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
04.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
05.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
06.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Lafayette 68
- 07/03/2016 - 16:43
Honnêteté en politique !
C'est une blague ! Imaginez la grandeur d'âme des prétendants à l'Elysée ou à Matignon (les hommes providentiels)qui nous jurent que c'est un enfer , une lourde charge mais qui veulent tous y aller !!! (c'est valable à tous les échelons y compris dans les associations) .Ils veulent tous notre bien les braves : celui du pays ,de la région , du canton , de la ville ...On les croit sur parole.
Simple désir de pouvoir , d'avantages personnels ,de se mettre en avant , égo démesuré ...On arrête de rêver ! Un peu de philosophie et beaucoup de cynisme. Mais ça marche : voir la psychologie des foules de Le Bon et les bases de la psychologie sociale (expérience de Milgram ). Nature humaine.
A M A
- 07/03/2016 - 11:01
Il vaut mieux choisir un malin plutôt qu'un crétin.
Si l'on tient pour vraie la fameuse déclaration d'Edouard Herriot sur la politique, à savoir: "La politique ça doit sentir la merde, mais pas trop", on se rend compte que ce n'est pas un monde dans lequel l'honnête homme a une place privilégiée, au contraire. Alors on vote pour un malhonnête, contre mauvaise fortune bon cœur, en se disant qu'il vaut mieux choisir un malin plutôt qu'un crétin.
Septentrionale
- 07/03/2016 - 10:06
Le poker des politiques en France
Et lire le résultat des jeux.~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Avec Ph. Pascot "Pilleurs d'état".