En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Allociné
En région comme ailleurs
Trafics internationaux, raids de cambrioleurs, violences : les nouveaux visages de la criminalité qui explose dans nos campagnes
Publié le 01 mars 2016
Avec Cyril Rizk
Sur la période récente, une forte hausse des cambriolages et des violences dans les campagnes a été enregistrée. Cette dernière est liée au passage d'une criminalité de proximité à une criminalité itinérante. Une partie des équipes opérant en zone rurale aurait une mobilité transfrontalière et des liens avec des mafias d'Europe de l'Est.
Cyril Rizk est responsable des statistiques à l'ONDRP (Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cyril Rizk
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cyril Rizk est responsable des statistiques à l'ONDRP (Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sur la période récente, une forte hausse des cambriolages et des violences dans les campagnes a été enregistrée. Cette dernière est liée au passage d'une criminalité de proximité à une criminalité itinérante. Une partie des équipes opérant en zone rurale aurait une mobilité transfrontalière et des liens avec des mafias d'Europe de l'Est.
Avec Cyril Rizk

Atlantico : La criminalité serait en hausse dans les campagnes. Dans quelles proportions a-t-elle augmenté ? Quelles différences y-a-t-il entre cette évolution et celle de la criminalité dans les villes ?

Cyril Rizk : Pour 2015, aucune réponse définitive ne peut être avancée car on ne dispose pour l'instant que des chiffres de la police et de la gendarmerie. Cependant, rien ne vient accréditer l'existence du phénomène de hausse évoqué. On n'observe pas, d'après les statistiques sur les vols enregistrés en zone gendarmerie, de hausses susceptibles de correspondre à ce phénomène. On verra plus tard cette année si les habitants des communes rurales interrogés au cours de l'enquête annuelle de victimation Insee-ONDRP (Observatoire national de la délinquance et de réponses pénales) se déclarent plus ou moins victimes. C'est ainsi qu'on pourra apporter une réponse plus complète à votre question.

Peut-on parler d'un "effet Etat d'urgence" ayant poussé certains criminels et délinquants à se replier sur les campagnes, du fait d'une présence militaire et policière renforcée dans les villes ? Ou encore à privilégier les vols directement au domicile des victimes plutôt que dans la rue ?

L'absence de signes de hausse d'après les nombres de vols constatés par les gendarmes ne permet pas de supposer l'existence d'un tel effet. Il est possible que la hausse des violences et menaces hors vols enregistrée en zone gendarmerie ait conduit à forger l'idée d'une dégradation de la sécurité dans les campagnes. Or, d'une part, l'origine de la hausse ne serait pas, d'après l'ONDRP, les faits commis mais un processus interne à l'outil statistique, et d'autre part, les violences et menaces hors vol sont des atteintes qui, contrairement aux vols, mettent en jeu des protagonistes sur leurs lieux de vie. Une hausse dans un territoire ne correspondrait donc pas à un déplacement. L'Observatoire a évoqué un effet Vigipirate il y a environ un an. Il aurait impacté les vols surtout après les attentats de Janvier 2015. Un effet état d'urgence est donc envisageable, si ce n'est qu'une éventuelle composante "déplacement" semble actuellement peu probable.

Quelles évolutions a connu la criminalité dans les campagnes sur la période récente, tant du point de vue du profil des criminels, du degré de violence que des modes opératoires ?

Un phénomène désormais un peu plus ancien, datant de plus de 5 ans, avait affecté tout particulièrement la zone gendarmerie : la hausse des faits de cambriolages. Entre 2008 et 2012, les gendarmes ont enregistré 28 % de cambriolages en plus en France métropolitaine. De moins de 118 000, leur nombre est passé à plus de 150 000. En 2015, il est moins élevé mais il demeure encore assez proche de ce niveau (147 375). Des telles variations pourraient avoir comme origine principale le développement de la délinquance itinérante : des cambrioleurs organisés en équipe se déplaceraient sur le territoire dans des zones rurales peu exposées précédemment afin d'y commettre des raids (vols en séries). Une partie de ces équipes auraient une mobilité transfrontalière. Il s'agit notamment des réseaux dépendant de mafias issues de pays de l'est de l'Europe.

A l'instar des cambriolages il y a quelques années, les gendarmeries constatent-elles aujourd'hui l'émergence de nouveaux phénomènes inquiétants ?

Les faits constatés de vols simples dans les exploitations agricoles n'affichent pas un profil très différent des cambriolages en zone gendarmerie. Ils ont connu une forte hausse entre 2008 et 2012 (+ 31 %) et en 2015, leur nombre, soit 9 495, se situe toujours à un niveau assez élevé en comparaison de 2008 (7 420). Il n'existe pas visiblement de phénomènes nouveaux, cependant les nouvelles formes de délinquance apparues dans les campagnes il y a quelques années seraient encore bien présentes.

Quels moyens ont été mis en œuvre par les gendarmeries pour lutter contre ces nouvelles formes de criminalité ? Ces méthodes ont-elles fait leurs preuves ?

La gendarmerie serait mieux à même pour vous répondre. J'ai connaissance de sections spécialisées dans la lutte contre les cambriolages qui ont eu des résultats assez spectaculaires : des bandes et des réseaux de grande envergure ont été démantelés, certains avaient commis des dizaines, voire une centaine de vols. Il existe aussi un office national qui est consacré à la délinquance itinérante : ils sont à la pointe de la lutte contre ces phénomènes, en particulier lorsque les criminels agissent à partir de l'étranger.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Travaux à Paris : « Je creuse donc je suis ! »
02.
Sauver la France en travaillant plus, pourquoi pas… Pourquoi le diagnostic initial ne correspond que de loin à la réalité vécue par les Français
03.
La Belle au bois dormant est un "conte sexiste" : supprimé dans certaines écoles!
04.
Une série d’erreurs serait à l'origine de l’incendie de Notre-Dame de Paris
05.
Pourquoi la France est malade de son immobilier
06.
Les médecins de Britney Spears dévoilent la vérité sur son hospitalisation
07.
Et rien ne se passa comme prévu (par les progressistes)... : 2019 ou l’effondrement des promesses du monde de 1968
01.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
02.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
03.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
04.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
05.
Tous végétariens ou vegans ? Quand l’OMS met le hola sur les régimes universels écologiques
06.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
01.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
04.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?
05.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
06.
Tous addicts à la polémique : votez-vous encore pour ce que les candidats se proposent de faire ou uniquement pour ce qu’ils sont ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Texas
- 01/03/2016 - 12:35
Douce France , cher pays ....
Charles Trenet serait enfermé aujourd'hui . Nous pourrions suggérer à la Gauche un accès libre et gratuit aux anti-dépresseurs et anxiolytiques dans cette France devenue paranoîaque . Cela permettrait d' être dévalisé sans stress . La Gauche devrait aimer .
vangog
- 01/03/2016 - 10:51
Géorgiens, Albanais, Roms ont vu s'ouvrir la porte,
par les UMPSECOLOCOCOS, de notre garde-manger bien garni...pourquoi se priver? Des tracteurs tout neufs, n'attendant que la main tannée pour les conduire, des vaches plantureuses dans les près, des commerces naïfs et dévalisa les à merci, une justice gauchiste bien laxiste, mise en place par ces mêmes UMPSECOLOCOCOS...ces petites filles croient à la rédemption gauchiste...laissons-les voler et piller, car ils n'en auront plus besoin, dans le paradis socialiste que leur préparent ces ingénues...
Lafayette 68
- 01/03/2016 - 08:13
élections
Le citoyen a un bulletin de vote à sa disposition : qu'il regarde la situation , juge et vote en connaissance de cause.