En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
Atlantico Business
Le plan (de moins en moins secret) de Manuel Valls pour sortir du gouvernement et préparer l’avenir
Publié le 29 février 2016
L'affaire Aubry, la remise en cause de la loi El Khomri, l’immobilisme de François Hollande, et la dégradation de la conjoncture poussent Manuel Valls à préparer un plan de sortie.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'affaire Aubry, la remise en cause de la loi El Khomri, l’immobilisme de François Hollande, et la dégradation de la conjoncture poussent Manuel Valls à préparer un plan de sortie.

Les milieux d'affaires, qui suivent avec beaucoup d'attention l'évolution de la situation politique, auraient conseillé à Manuel Valls et Emmanuel Macron d’éviter la polémique et de mettre leurs rivalités en sourdine. Rivalités complètement inutiles et même très contre-productives. D’où l’interview d’Emmanuel Macron au JDD pour soutenir la loi El Khomri dans laquelle il prend la responsabilité des mesures les plus " hard ", notamment le plafonnement des indemnités de licenciement et l’élargissement de la définition du licenciement économique. Le changement de ton entre Matignon et Bercy correspond d'ailleurs au moment où des dirigeants de la droite, plutôt libéraux, ont signé une pétition pour dire qu’ils allaient voter la loi El Khomri. Ce groupe-là, emmené par Gérard Longuet, est beaucoup moins motivé par des considérations purement politiciennes que par la volonté de faire avancer une réforme de structure qu’ils ont toujours souhaitée sans jamais pouvoir la mettre en œuvre.

La gauche dure et opposée aux réformes Valls utilise cette tribune de droite comme la preuve que les réformes développées par le Premier ministre ne sont pas de gauche. Facile ! Emmanuel Macron a répliqué dans le JDD qu’il importait assez peu que la réforme soit de droite ou de gauche, pourvu qu'elle soit efficace pour restaurer la confiance des chefs d'entreprise et s'attaquer à cette injustice insupportable qu‘est le chômage. L’urgence des urgences. Pour les 3 millions de chômeurs, ce débat doit leur paraître puéril et même ridicule. Ils attendent un job et se moquent bien de quelle couleur politique il est.

Ce sentiment n'est pas partagé par tout le monde à l'extrême-gauche, qui est arrivée à penser qu’il vaut mieux être chômeur en France plutôt que salarié non-qualifié. Argument qui vient d'ailleurs d’être conforté par une analyse de l'OFCE, laboratoire de prévisions économiques (plutôt à gauche) et qui a comparé la situation d’un chômeur indemnisé en France à celle d'un salarié précaire aux Etats-Unis. L'OFCE a peut-être raison, sauf qu’il oublie de préciser le coût d'un tel avantage et le poids que cela pèse sur l'appareil de production français. Si le système économique français est aussi poussif, c’est aussi parce que le modèle social handicape la compétitivité.

Le niveau du débat est tombé bien bas. A Matignon, Manuel Valls a pris le parti de ne pas répondre à Martine Aubry, sauf qu'il a pris acte qu'elle avait creusé la fracture de la gauche en deux. Pour lui, au moins, les choses sont claires. Pour le président qui rêvait d'une réunification, c'est une catastrophe. Cette fracture va désormais complètement empêcher le gouvernement de faire voter une loi. La loi El Khomri peut trouver une majorité avec les apports du centre (pas sûr) et ceux des députes sincèrement libéraux (20 environ), à moins que les grands leaders comme Juppé, Fillon et Sarkozy fassent campagne, ce qui, à ce moment-là, rehaussera leur nombre. 

A Matignon, on tourne autour de deux scénarii : 

- Ou bien la loi passe sans être trop démontée, et sera portée au crédit de Manuel Valls ;

Ou bien la loi ne passe pas et Manuel Valls sera battu. Il aura fait la démonstration qu’il ne peut plus gouverner. Martine Aubry aura réussi son assassinat.

Ceci étant, tout l'entourage de Manuel Valls explique qu‘il n’aucun intérêt à rester plus longtemps. Quel que soit le scénario. Le plan s’articule sur 3 points : 

1er point, compte tenu de la situation politique et économique, François Hollande ne pourra pas être réélu en 2017, qu’il y ait primaire ou pas.

2e point, François Hollande n’a pas intérêt à dissoudre l'Assemblée nationale. " Elle tiendra bien encore un an ", aurait-il dit très récemment à un de ses amis qui s’est empressé de le répéter.

3e point, François Hollande ne limogera pas son Premier ministre parce qu’il a besoin de responsable ou de bouc-émissaire pour la campagne. En conséquence, Manuel Valls ne peut pas rester au-delà de l'été, sauf à porter le bilan désastreux du quinquennat.

Son intérêt est d'apparaître comme un socialiste moderne, qui a voulu réformer le pays et qui n’a pas pu le faire compte tenu du conservatisme de la gauche. Ce qui correspond à la réalité.

Mais s’il se résout à sortir, son intérêt est que Macron sorte avec lui. Ce qu’il fera, même si le ministre de l'Economie essaie de se préparer, de son côté, à entrer dans le jeu présidentiel. 

Il sera bien temps d’aviser plus tard. Aviser pour savoir ce que les militants ou les cadres de ce qui restera du parti socialiste diront. Aviser pour savoir l'état de l'opinion, et celui des sponsors du monde du business qui commencent à être nombreux à penser qu'un attelage Valls-Macron serait capable de remettre la France dans le jeu de la marche internationale.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Henri Guaino : « L’Union Européenne attise désormais les violences et les pulsions mauvaises qu’elle prétendait guérir à jamais »
01.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
02.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
03.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
04.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
pierre de robion
- 01/03/2016 - 11:32
Valls le malin!
Notre Premier Sinistre, qui touche le fond dans le dernier sondage, ne veut, pas comme Fillon en 2012, être considéré comme co-responsable du fiasco hollandiste. Aussi j'ai comme l'impression qu'avec la loi El Komery il est en train de faire un coup à 3 bandes: tenir bon face à Hollande pour soit être viré, soit être mis en minorité et alors démissionner (rappelez - vous Chirac "je n'ai pas les moyens de ma politique" avec VGE!) : bref dans tous les cas se refaire une virginité pour se présenter l'an prochain et....être élu! Je vous fiche mon billet, que le lendemain de sa démission il prend 20 à 30 points ...à Droite! Jupé et d'autres devraient méditer! Rien n'est jamais acquis, mais qui vivra verra!
vangog
- 29/02/2016 - 21:51
Autre scénario: la dissolution prématurée de l'AN!
Car si Valls valse, il emmènera avec lui Macron, El Kohmry, et le groupe des "libéraux" ( whaaaaarffff!) et aucun gouvernement n'obtiendra la majorité d'une assemblée gauchiste aussi divisée. Après élections sur fond de délitement de l'état UMPS, le FN arrivera en masse à l'AN, et mon scénario de Marine Le Pen première ministre devient possible...non?
Anguerrand
- 29/02/2016 - 16:02
L'intérêt de Hollande est de garder Valls mais
Est ce l'intérêt de Valls s'il y a des primaires? S'il y a des primaires on peut penser que Valls ( ou Macron) a un avance dans les sondages. Àlors ?