En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
Virage vert
Maroc : réformer le pays, le défi du gouvernement Benkirane
Publié le 05 janvier 2012
Mohammed VI a appelé Abdelilah Benkirane, leader du Parti de la Justice et du Développement, vainqueur des urnes, à former le nouveau gouvernement. Ce dernier, à la tête d'un exécutif issu d'une coalition, doit désormais faire face aux attentes des Marocains.
Abdelmalek Alaoui est directeur général du cabinet de communication d'influence Guepard Group.Il est l'auteur du livre Intelligence Economique et guerres secrètes au Maroc (Editions Koutoubia, Paris). 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Abdelmalek Alaoui
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Abdelmalek Alaoui est directeur général du cabinet de communication d'influence Guepard Group.Il est l'auteur du livre Intelligence Economique et guerres secrètes au Maroc (Editions Koutoubia, Paris). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mohammed VI a appelé Abdelilah Benkirane, leader du Parti de la Justice et du Développement, vainqueur des urnes, à former le nouveau gouvernement. Ce dernier, à la tête d'un exécutif issu d'une coalition, doit désormais faire face aux attentes des Marocains.

Un mois après les élections législatives au Maroc, Le roi Mohammed VI vient de nommer un gouvernement dirigé par l’islamiste modéré Abdelilah Benkirane. Ce dernier, à la tête d’un exécutif issu d’une coalition, doit désormais  faire face à des attentes très importantes de la part des Marocains, notamment en termes économiques.

Selon les observateurs de la chose politique au Maroc, c’est un véritable gouvernement "de mission" qu’a nommé le roi Mohammed VI dans l’après midi de mardi à Rabat. Fruit de tractations intenses entre les partis de la majorité et  fort de trente membres (dont 80% exercent pour la première fois une responsabilité gouvernementale)  le nouvel exécutif du Royaume Chérifien aura pour lourde tâche de répondre à une demande de réforme vivace. Sa marge de manoeuvre s’annonce cependant étroite sur fond de crise économique chez les partenaires traditionnels du Maroc que sont les pays de l’Union Européenne.  

D’ailleurs, Abdelilah Benkirane ne s’y est pas trompé puisque ses premières déclarations après la formation du gouvernement ont été empreintes de "Realpolitik" , tranchant nettement avec l’emphase de ses promesses électorales. Le leader islamiste modéré a ainsi appelé  à une intensification des investissements, qu’ils soient "intérieurs ou extérieurs" et a également tenu à rassurer sur la continuité des engagements de l’Etat marocain. Cette inflexion du discours de M. Benkirane vers le terrain économique marque, à n’en pas douter, son entrée véritable dans son habit de chef de gouvernement. A cet égard, les promesses politiques d’hier semblent désormais devoir être tempérées à l’aune des circonstances économiques et des prégnances budgétaires.

Néanmoins, le chef de gouvernement pourra compter sur une croissance économique relativement forte qui devrait se situer au niveau des 4% en 2012. Ceci devrait permettre d’amortir en partie le choc issu de la décélération de l’économie mondiale. D’autre part, Abdelilah Benkirane sait qu’il pourra compter dans son équipe sur des hommes d’expériences, tels le ministère des finances qui a échu à l’Istiqlalien Nizar Baraka ou l’agriculture pour l’homme d’affaires Aziz Akhannouch.  Face à une administration marocaine aux comportements parfois baroques, ces soutiens ne seront pas de trop pour faire face aux multiples écueils qui se dressent devant le leader islamiste.

A n’en pas douter, l’amélioration de la gouvernance et la lutte contre la corruption seront les premiers défis à relever. Ils constituent en effet le socle d’un programme de gouvernement d’où découle logiquement l’ensemble des autres réformes. Or, au delà des déclarations d’intentions, M. Benkirane devra en priorité imaginer les instruments qui lui permettront de faire bouger la technostructure administrative. Cette dernière -dotée d’une formidable capacité de résistance au changement - doit être convaincue et motivée afin de participer aux réformes, au risque d’en devenir l’entrave principale.

Pour ce faire, les experts économiques estiment que le nouveau gouvernement doit prendre à bras le corps certains dossiers considérés au Maroc  comme des "serpents de mer". Parmi ces derniers, les plus emblématiques sont la compensation des produits de première nécessité et du carburant, l’absence de convergence sectorielle entre les différents plans nationaux ou encore l’élargissement de l’assiette fiscale. Sauf à être traités sous cent jours, ces questions épineuses devront probablement attendre des jours meilleurs… ou le prochain exécutif.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
02.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
03.
Notre-Dame de Paris : l’incendie aurait été causé par une série de négligences
04.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
05.
Un Américain a passé un an à ne manger que des aliments aux dates de péremption dépassées, voilà les leçons qu’on peut en tirer
06.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
07.
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2
01.
Football français : un idéal pour notre société
01.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
02.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
03.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
04.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
05.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
06.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
Voulez-vous savoir dans quelle France on entend vous faire vivre ? Regardez bien l'affiche de l'UNICEF !
03.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
04.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
05.
Acte II : mais comment définir la ligne suivie par le gouvernement en matière de politique économique ?
06.
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
pidel
- 05/01/2012 - 19:22
pour toulonrct
votre remarque confirme votre ignorance du système marocain. Monsieur Benkirane va devoir faire face non pas à de la corruption mais à un racket de l'administration envers le peuple et le système économique...devez-vous, en France, payer des bakchichs pour obtenir votre carte d'identité, votre titre de propriété,une place dans la fonction publique, vous faire soigner à l’hôpital,et tout le reste?
Demystificateur
- 05/01/2012 - 17:38
@FRANÇAIS ET FIÈRE DE Juste une réflexion !
Je n'ai pas l'impression que vous ayez du respect pour qui que ce soit malgré vos dires !
"Juiviste'' ou " Chrétianiste " sont des insultes !
C'est votre coreligionnaire Abdelmalek Alaoui qui a écrit l'article
et notamment la phrase "Le roi Mohammed VI vient de nommer un gouvernement dirigé par l’islamiste modéré Abdelilah Benkirane".
Cela dit il a raison d'appeler un chat un chat !!
FRANÇAIS ET FIÈRE DE L ETRE
- 05/01/2012 - 16:57
JUSTE UNE QUESTION
JUSTE POURQUOI VOUS METTEZ TOUJOURS LE MOT ISLAMISTE DEVANT LE NOM DE Abdelilah Benkirane.
A MA CONNAISSANCE CETTE PERSONNE NA JAMAIS ÉTAIT UN TERRORISTE, ET SI C'EST JUSTE POUR DIRE QUE CE MONSIEUR EST UN MUSULMAN, DANS CE CAS LA IL FAUT DIRE AUSSI LE PRÉSIDENT " JUIVISTE " NICOLA SARKOZI OU LE "CHRETIANISTE" FRANÇOIS FILLON ETC...
AVEC TOUS LE RESPECT QUE J'AI POUR LES JUIFS, LES CHRETIENS..