En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© Reuters
Machiavel a trouvé son maitre
Y-aurait-il un plan secret de Manuel Valls et d'une partie de la droite pour précipiter la grande recomposition du paysage politique français ?
Publié le 22 mars 2016
Alors que l'exécutif a braqué sa gauche avec le texte de loi El Khomri et la menace d'un nouveau 49.3, il vient de trouver le soutien d'une partie de la droite qui, derrière NKM et Alain Juppé, affirme qu'elle votera le texte. De quoi, peut-être, ouvrir la porte à la composition d'une nouvelle majorité.
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que l'exécutif a braqué sa gauche avec le texte de loi El Khomri et la menace d'un nouveau 49.3, il vient de trouver le soutien d'une partie de la droite qui, derrière NKM et Alain Juppé, affirme qu'elle votera le texte. De quoi, peut-être, ouvrir la porte à la composition d'une nouvelle majorité.

Quelques mots, comme autant de coups de rabot. Quelques réflexions assénées comme on polit une idée. Comme on patine une théorie folle pour la changer en évidence. Depuis plusieurs jours, depuis qu'a fuité, de façon bien opportune, le projet de loi El Khomri, les proches de Manuel Valls se sont transformés en autant de tailleurs de pierre qui façonnent jour après jour, une drôle de chose. Un étrange objet dont les contours peinent à se dessiner.

Vendredi 19 février, alors que Paris se réveille sous un beau soleil hivernal, Christophe Caresche, un proche du Premier ministre, avale son café sans envie. Sa tête est ailleurs : "A l'Assemblée, on se fait insulter matin, midi et soir. Il y a une radicalisation de la gauche qui s'aligne sur les positions de Jean-Luc Mélenchon. Ils ont leur bonne petite conscience pour eux, leur morale sous le bras. Je crois qu'on ne soutiendra pas le même candidat", lance-t-il tout de go. Et de regretter à peine : "On a deux gauches aujourd'hui irréconciliables, ce qui est un vrai problème. Je vois bien qu'on est dans une contradiction car le fait d'être divisés est mortel et être ensemble alors qu'on ne pense pas la même chose est mortel aussi". Pour ce proche du Premier ministre, même François Hollande a admis l'évidence : "Le Président ne croit plus au rassemblement de la gauche".

Il faut dire que Manuel Valls a mis beaucoup d'énergie à fracturer sa majorité : "Après le débat sur la déchéance, la loi El Khomri nous a laissés abasourdis", explique la frondeuse Fanelie Carrey-Conte. La députée de Paris s'interroge elle aussi : "Parfois, on a mal à la tête à force de réfléchir aux stratégies des uns et des autres". Pourquoi avoir brandi le 49.3 avant même le début du débat parlementaire ? Pourquoi ne pas avoir associé les syndicats à la discussion ? Pourquoi avoir rendu tout débat impossible avec l'aile gauche du PS en la traitant d'archaïque ? Pourquoi se diviser ainsi à moins d'un an et demi de la présidentielle ?

Les proches du Premier ministre, eux, n'ont qu'un seul mot à la bouche depuis quelques temps : coa-li-tion! "Tous les pays qui ont réussi les réformes que l'on entame aujourd'hui l'ont fait grâce à une coalition", explique Christophe Caresche qui cite Gerhard Schröder comme exemple. "Il a affronté le SDP, il a affronté une opposition extrêmement brutale, les gens sont descendus dans la rue". Et le député de Paris d'ajouter : "Il faut avancer avec ceux qui ont envie d'avancer. On a longtemps cru que pour lutter contre le FN, il fallait faire exister un débat gauche-droite, c'est terminé. Aujourd'hui, l'enjeu c'est de démontrer que nous sommes capables de réformer ensemble."

Lors des élections régionales, François Hollande et Manuel Valls ont fait un premier pas vers la droite en acceptant de retirer les listes PS dans les régions à risque. Avec le vote sur la déchéance de nationalité, le soutien d'une partie de l'opposition a été un second pas. Aujourd'hui, un troisième s'apprête à être franchi. En effet, spontanément, 17 députés de droite dont Nathalie Kosciusko-Morizet, Benoist Apparu, Gérard Longuet ou  Philippe Vigier, ont publié une tribune pour soutenir le texte El Khomri. "En donnant un cadre plus objectif au licenciement économique, en prévoyant un barème clair pour les indemnités de licenciement et en rendant possible le recours au référendum en entreprise, le projet de loi va dans le bon sens", estiment les députés de droite qui pourraient ainsi permettre au texte de trouver une majorité à l'Assemblée. Alain Juppé, qui n'est pas député, a lui aussi apporté son soutien symbolique.

L'heure de la grande recomposition serait-elle venue ? "Une recomposition est possible après la présidentielle, avant c'est compliqué", reconnait Christophe Caresche. Tout le monde n'est pourtant pas de son avis : "François Hollande et Manuel  Valls pourraient très bien imaginer une dissolution afin, justement, de mettre en place cette nouvelle majorité qu'ils appellent de leurs vœux", explique un expert électoral qui gravite entre Matignon et l'aile modérée de la droite. On imagine un discours en trois temps : 1- on ne peut plus gouverner avec cette majorité, provoquons donc de nouvelles législatives 2-discutons avec une partie de la droite afin de constituer une majorité d'union nationale 3-passons, pour se faire, un accord électoral avec le centre et une partie des LR du même type que celui négocié en 2011 avec EELV afin de se partager les circonscriptions.

Bien sûr, personne n'énonce ainsi ce scénario, mais la question de leur majorité taraude les proches du Premier ministre : "J'ai dit à Juppé: attention à votre majorité, nous sommes prisonniers aujourd'hui de la nôtre car nous ne l'avons pas choisie, c'est une majorité radicalisée qui nous empêche de gouverner", explique Christophe Caresche. Et un frondeur de confirmer : "Des menaces sur les circonscriptions en vue de 2017, on en entend de plus en plus". "Les gens veulent de l'efficacité", ajoute un autre proche de Manuel Valls, le député Philippe Doucet.

Alors certes, une dissolution est, pour l'instant, impossible puisque le député Sébastien Denaja, a fait voter, le 8 février, un amendement interdisant de dissoudre pendant la durée de l'Etat d'urgence. Mais le gouvernement a bataillé contre cet amendement et Manuel Valls, au cours des débats à l'Assemblée, a affirmé qu'il tenterait de revenir sur ce point lors d'une seconde lecture. Avec peut-être une arrière-pensée derrière la tête.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
02.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
03.
Changement climatique : Alexandria Ocasio-Cortez déclare que "le monde touchera à sa fin dans 12 ans"
04.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
05.
Ce biais statistique qui explique pourquoi la redistribution en France est loin d’être aussi efficace qu’on le croyait pour corriger les inégalités
06.
L'étonnante proposition de Brigitte Macron à Valérie Trierweiler et Carla Bruni-Sarkozy
07.
Les patrons américains préfèrent la France de Macron à l’Amérique de Donald Trump et l’idée du « grand débat » leur plait
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
03.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
04.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
05.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
07.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
04.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
05.
Les patrons américains préfèrent la France de Macron à l’Amérique de Donald Trump et l’idée du « grand débat » leur plait
06.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
04.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
clint
- 27/02/2016 - 19:26
@Yves3531 : je l'ai souvent pensé pour construire et non battre
Autant que les situations "d'alliances" comme pour les régionales pour battre le FN sont forcément suspectes, autant de telles alliances entre gens qui ont un même objectif seraient très utiles. Mais là on n'est plus dans de la droite vs la gauche, on n'est davantage dans une France forte dans une Europe forte (à redéfinir) que dans une France "gaulloise" qui elle pourrait être représentée par une alliance Philippot/MLP - Mélanchon
bjorn borg
- 27/02/2016 - 19:24
Phillipot
fera couler Marine, si ce n'est déjà fait !
Yves3531
- 27/02/2016 - 15:41
Et ce serait autre chose que les fausses solutions PHILIPPOT FN
... justes bonnes à racoler un petit coup à l'extrême gauche.