En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

02.

Des chercheurs identifient la mutation génétique qui explique que certaines personnes dorment très peu

03.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

04.

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

05.

Ce que la médiation Blanquer-Taché dit vraiment de LREM

06.

Partout dans l’OCDE, le problème spécifique du chômage des personnes originaires d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient

07.

Logement : il faut faire tout le contraire de la politique d’Anne Hidalgo !

01.

Le bonheur est dans le sud

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

Des slips sur des statues de nus à l'UNESCO ! Pour ne pas heurter "certaines sensibilités"…

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

06.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

ça vient d'être publié
light > People
Les Rois maudits
Le prince William est "inquiet" pour son frère
il y a 2 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le dernier des Yakuzas" de Jake Adelstein - Plongée dans le Japon des gangs, un héros inquiétant, un récit haletant !

il y a 5 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Looking for Beethoven" de Pascal Amoyel : Une immersion totale vibrante, époustouflante dans le monde de Beethoven

il y a 5 heures 26 min
décryptage > Société
Imbroglio politique

Irlande du Nord : Légalisation de l'avortement et du mariage homosexuel

il y a 7 heures 47 min
décryptage > Social
Marronnier

La SNCF sur la voie de garage

il y a 9 heures 29 min
décryptage > Société
Cachez-moi ça

Des slips sur des statues de nus à l'UNESCO ! Pour ne pas heurter "certaines sensibilités"…

il y a 10 heures 41 sec
décryptage > Santé
La vie est injuste

Des chercheurs identifient la mutation génétique qui explique que certaines personnes dorment très peu

il y a 10 heures 35 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Comment l’individualisme risque de détruire la démocratie

il y a 10 heures 44 min
décryptage > Société
Ultra moderne voilitude

Cette double crise de la modernité qui paralyse les réflexes démocratiques français

il y a 11 heures 5 min
pépite vidéo > Faits divers
Héroique
Etats-Unis : Il désarme un élève armé d'un fusil à pompe en lui faisant un câlin
il y a 1 jour 4 heures
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 21 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 3 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "Jour de courage" de Brigitte Giraud - Le jour du coming out d’un adolescent

il y a 5 heures 21 min
pépites > Société
Imbroglio politique
Irlande du Nord : Légalisation de l'avortement et du mariage homosexuel
il y a 7 heures 45 min
décryptage > Politique
Tribune

Logement : il faut faire tout le contraire de la politique d’Anne Hidalgo !

il y a 9 heures 17 min
décryptage > Social
Disparité

Partout dans l’OCDE, le problème spécifique du chômage des personnes originaires d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient

il y a 9 heures 41 min
décryptage > Economie
Ecologisme

PLF 2020 : la fiscalité environnementale ne sauvera pas la planète

il y a 10 heures 10 min
décryptage > Science
Quand le ciel nous tombe sur la tête

L'Europe lance un programme de résilience aux tempêtes solaires

il y a 10 heures 40 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Santé, retraite, service public : Macron tenté de reprendre son programme de réformes à zéro

il y a 11 heures 38 sec
décryptage > Social
Attention, danger politique du troisième type

Gouvernement, minorités activistes et reste de la société : le trio infernal que plus rien ne relie ?

il y a 11 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vania : Une même nuit nous attend tous" : "Oncle Vania" revisité

il y a 1 jour 5 heures
© Reuters
© Reuters
Nuit de noce au vinaigre

Manuel Valls n’aime plus l’entreprise mais ne comprend toujours pas l’économie

Publié le 17 février 2016
En constatant les résultats décevants du pacte de responsabilité en termes de créations d'emploi, le Premier ministre Manuel Valls a décidé de monter au créneau pour critiquer le comportement des entreprises. Mais cette attitude ne fait que révéler une nouvelle fois l'erreur originelle de la politique économique de l'exécutif.
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En constatant les résultats décevants du pacte de responsabilité en termes de créations d'emploi, le Premier ministre Manuel Valls a décidé de monter au créneau pour critiquer le comportement des entreprises. Mais cette attitude ne fait que révéler une nouvelle fois l'erreur originelle de la politique économique de l'exécutif.

"My government is pro-business"." J'aime l'entreprise"." Ich mag die Unternehmen". A la fin de l'année 2014, Manuel Valls triomphait sur la scène européenne en étalant sans pudeur son amour du monde des affaires. L'annonce du pacte de responsabilité, vague tournant historique de la gauche française vers une politique de l'offre, offrait au Premier ministre en imperméable l'opportunité de tenir ce langage. En effet, la mise en place d'une baisse des charges sociales, pierre angulaire du projet économique gouvernemental, suscitait alors de grands espoirs. Un objectif de création de 200 000 emplois, le retour de la compétitivité française, et, en toile de fond, l'inversion de la courbe du chômage.

Mais patatra. Le pacte de responsabilité n'a pas produit les résultats escomptés ; la stratégie de l'offre déployée par l'exécutif est un échec. C'est à l'aune de ce constat que Manuel Valls a décidé de menacer les entreprises d'une privation des aides prévues par le cadre fixé initialement. "Les aides peuvent être conditionnées, elles peuvent être réorientées vers d'autres types d'entreprises". L'hypothèse retenue par le Premier ministre est donc la suivante ; les entreprises voulaient des baisses de charges que le gouvernement a concédées, le manque de résultats est donc logiquement imputable aux entreprises. Mais le problème est que cette vision est tout simplement erronée.

Ce n'est pas parce que les entreprises réclament des baisses de charges qu'une telle politique est efficace dans un rôle de création d'emplois. Si le point de vue des entrepreneurs est indispensable à l'élaboration d'une politique économique, il n'est pas exclusif. Parce que Manuel Valls a laissé de côté ce qui apparaît pourtant comme étant prioritaire, c’est-à-dire un véritable diagnostic macroéconomique. Et c'est cette erreur originelle qui est la cause de l'échec du pacte de responsabilité.

En effet, selon les chiffres de l'INSEE, la France a connu une croissance nominale (c’est-à-dire en intégrant les chiffres de l'inflation, ce qui correspond à la notion de "demande") de 1.3% en 2012, de 1.4% en 2013, de 0.8% en 2014 et qui devrait s'établir à 2.5% en 2015. Or, le pays est en capacité d'absorber une croissance nominale de l'ordre de 4%, chiffre qui a pu être constaté lors de la décennie pré-crise, c’est-à-dire entre 1997 et 2007. Ainsi, depuis l'entrée en crise, soit depuis la fin 2007, le gouffre séparant l'économie française de son potentiel approche les 23% de croissance nominale. Un chiffre jamais vu depuis les années 30, mais toujours insuffisant pour attirer l'attention d'un gouvernement équipé d'œillères.

Car c'est justement cet écart substantiel entre la croissance constatée et le potentiel économique du pays qui permet de caractériser une crise de la demande. L'économie française fonctionne au frein à mains. En écartant cette évidente réalité d'un seul geste, et en consacrant l'intégralité des efforts gouvernementaux au traitement d'une crise de l'offre, le Président, assisté de son Premier ministre, est tout simplement passé à côté de son sujet. Lorsque le diagnostic est erroné dès le départ, il devient hasardeux de prétendre pouvoir obtenir des résultats. Et surtout de faire porter le chapeau de cet échec aux entreprises.

L'allégorie de l'embouteillage peut permettre d'y voir plus clair. Les entreprises françaises sont coincées dans un embouteillage et le gouvernement a choisi une politique visant à améliorer les performances de chaque véhicule afin de traiter le problème. Ainsi, potentiellement, les conducteurs sont en mesure d'aller plus vite. Reste que tant que la problématique embouteillage ne sera pas traitée à la source, tout le monde va rester à l'arrêt. Pourtant, et aussi absurde soit elle, il s'agit bien là de la tactique économique du gouvernement. Il est donc difficile de critiquer ce qui a pu être fait, parce que l'amélioration du potentiel de chacun n'est pas négatif en soi, mais il est curieux s'étonner du manque de résultats obtenu. Car la cause n'est ni identifiée, ni traitée.

Ainsi, en menaçant les entreprises du versement des aides promises, Manuel Valls donne la désagréable impression de vouloir se venger d'une supposée trahison. Une volonté qui se reflète également dans le détricotage assumé des propositions de loi du ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, et de la chute protocolaire de ce dernier lors du dernier remaniement gouvernemental. Le pro-business n'a plus le vent en poupes auprès de Manuel Valls. La lune de miel est consommée. D'autant plus que les montants initialement attribuées aux entreprises pourraient servir à la mise en place de mesures ayant un meilleur rendement électoraliste.

Si le Premier ministre et le Président s'étaient un peu plus attardés à une analyse du contexte, et ainsi permis l'émergence d'un diagnostic d'une crise de la demande, comme ont pu le faire les Etats-Unis ou le Royaume Uni avant eux, alors le succès aurait pu être au rendez-vous. Cependant, une telle approche aurait alors entraîné un débat autrement plus lourd à porter qu'une simple déclaration d'amour "pro-business". Car si la France subit une crise massive de la demande, cela n'est que la conséquence d'un profond dysfonctionnement européen qui se caractérise par une Banque centrale européenne engluée dans un traité de Maastricht totalement inadapté à la nature de la crise qui frappe le continent depuis 2008. Un constat qui supposerait d'enclencher un véritable bras de fer entre les différents partenaires européens, notamment avec l'Allemagne. Peut-être un effort qui aura été jugé hors de portée.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

02.

Des chercheurs identifient la mutation génétique qui explique que certaines personnes dorment très peu

03.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

04.

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

05.

Ce que la médiation Blanquer-Taché dit vraiment de LREM

06.

Partout dans l’OCDE, le problème spécifique du chômage des personnes originaires d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient

07.

Logement : il faut faire tout le contraire de la politique d’Anne Hidalgo !

01.

Le bonheur est dans le sud

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

Des slips sur des statues de nus à l'UNESCO ! Pour ne pas heurter "certaines sensibilités"…

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

06.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
OLYTTEUS
- 18/02/2016 - 18:20
La gauche et l'économie
Lors d'un mandat de conseillère municipale d'opposition dans une ville tenue par les gauches depuis 50ans, je me suis rendue compte que toutes tendances confondues,les gauches voient rouge quand on évoque l'économie privée et ne considèrent que l'économie associative,basée sur les subventions donc notre argent....ils aimaient un entrepreneur ruiné car ladite ruine prouvair la nocivité du capitalisme honni.la gauche est pleine de bonnes intentions mais elle ignore que l'enfer en est pavé.
lasenorita
- 17/02/2016 - 17:39
Il ne comprend pas l'économie!
Ces hommes politiques sont nuls: ils dépensent plus qu'ils ne possèdent!...N'importe quelle ménagère ne dépensera pas plus que ce qu'elle a dans son porte-monnaie!...Les gauchistes, eux, quand ils se rendent compte que la dette augmente au lieu de chercher à faire des économies,.. ils vont augmenter les impôts, les taxes, etc...ils créent de nouveaux ministères pour caser leurs ''copains''...en se disant les con...tribuables paieront...c'est ainsi qu'Hollande a créé des nouveaux pauvres (des sans-dents)puisqu'on l'INSEE a constaté une hausse de 0,2 point de hausse de la pauvreté en 1 an!...nous sommes actuellement à 8,6 millions de personnes vivant sous le seuil de pauvreté(soit 100€/mois)...BRAVO la gauche!
vangog
- 17/02/2016 - 14:49
Essayer de traiter les conséquences, plutôt que les causes...
c'est la maladie héreditaire du socialisme...incurable!