En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

03.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

04.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

07.

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 8 heures 48 min
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 9 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 10 heures 12 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 12 heures 22 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 13 heures 7 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 14 heures 36 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 15 heures 8 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 16 heures 15 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 16 heures 39 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 17 heures 8 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 9 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 9 heures 58 min
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 10 heures 54 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 12 heures 55 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 14 heures 25 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 14 heures 37 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 16 heures 11 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 16 heures 26 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 16 heures 46 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 17 heures 13 min
© Reuters
© Reuters
Etrange coïncidence

Economie, migrants : comment la France a laissé le patronat allemand prendre le pouvoir en Europe

Publié le 28 janvier 2016
Depuis la modération salariale du début des années 2000, jusqu'à la décision d'Angela Merkel d'accueillir des centaines de milliers de migrants sur son territoire en 2015, l'influence des propositions du patronat allemand sur l'ensemble de la construction européenne apparaît disproportionnée.
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis la modération salariale du début des années 2000, jusqu'à la décision d'Angela Merkel d'accueillir des centaines de milliers de migrants sur son territoire en 2015, l'influence des propositions du patronat allemand sur l'ensemble de la construction européenne apparaît disproportionnée.

Atlantico : Politique économique, politique migratoire, le gouvernement allemand est régulièrement accusé de suivre de trop près les recommandations de son patronat. S'agit-il de purs fantasmes ? Quelle est la réalité de la situation ? Quelles en sont les conséquences politiques du point de vue européen ? 

Nicolas Goetzmann  : L'influence du patronat allemand pose déjà la question de l'influence allemande en Europe. Si à l'origine, le projet européen a été pensé à la dimension de la RFA, une nation parmi les autres en Europe, la réalité s'est construite autour d'une Allemagne réunifiée, dominante de par sa taille. Ce qui a modifié les contours du fonctionnement européen sur la base d'un pays qui en devenait le "leader" naturel. Sur un second niveau, il est alors nécessaire de regarder quels sont les groupes ayant le plus d'influence sur les différents gouvernements allemands. Et ici, l'influence patronale allemande a bien permis de façonner un large plan de la politique intérieure allemande, ce qui a eu des conséquences sur toute l'Europe. Lorsque le gouvernement Schröder met en place le fameux agenda 2010, il va mener une grande politique de modération salariale avant de nommer Peter Hartz, Directeur des ressources humaines de Volkswagen, pour porter un ensemble de mesures visant à lutter contre le "chômage volontaire". La voix des entreprises est largement entendue, et celles-ci applaudissent. Cette trajectoire sera poursuivie tout au long des 15 années qui ont suivi. Cette orientation économique va avoir de lourdes conséquences sur les déséquilibres macroéconomiques européens. Concernant la crise des migrants, les organisations patronales allemandes ont depuis longtemps alarmé le gouvernement de la problématique découlant du déficit démographique du pays : ce qui se traduit pour elles par un important manque de main d'œuvre. Les appels à une large ouverture des frontières sont alors nombreux, dont celui du Président de la Fédération allemande de l'industrie, à la fin de l'année 2014. La fondation Bertelsmann estimait ainsi que le pays devait accueillir entre 271 000 et 491 000 immigrés non européens par année. S'il est abusif de considérer qu'il s'agit de la seule raison pour accueillir un grand nombre de migrants en 2015, la décision d'Angela Merkel n'en reste pas moins cohérente avec la volonté affichée par les grandes entreprises allemandes.

De par cette influence, ces organisations patronales ont bien une influence disproportionnée sur les politiques européennes. D'une part, la stratégie économique du continent permet de consolider la position avantageuse des entreprises allemandes sur l'ensemble européen. Et d'autre part, concernant la question des migrants, il n'est même pas question de juger du bien fondé de la décision d'Angela Merkel, mais simplement de pointer le manque de concertation européenne en amont de la décision prise. Parce qu'une tel choix a des conséquences pour tous ses partenaires. 

Pour parachever le tout, le vide d'opposition en Europe, qui se caractérise principalement par l'absence de François Hollande sur la scène du pouvoir européen, laisse le champ libre à une telle orientation.

Quelles en sont les conséquences politiques pour la population allemande elle-même ? 

Outre la question des migrants, qui révèle surtout un manque de préparation de la part des autorités suite à l'appel d'Angela Merkel, les conséquences sont principalement économiques. L'agenda 2010 de Gerhard Schröder en est le meilleur exemple. La promesse initiale consistait à demander une modération salariale afin de restaurer les marges, donc les profits des entreprises. Ces profits se traduiraient en investissements, qui permettront des embauches et des hausses de salaires. Soit. Mais la réalité a été différente. La part des revenus des entreprises a considérablement progressé entre 2000 et 2005, sous l'effet de la stagnation des salaires. La part des salaires dans la valeur ajoutée a baissé de 53% à 47% entre 2000 et 2007. Soit une perte de 6 points de PIB pour les salariés, et récupérée intégralement par les entreprises. Très bien. Mais si l'on regarde les investissements, on peut se rendre compte que ceux-ci ont baissé de 24% du PIB en 2000 à 18% en 2015. Ceci pour une raison simple, les entreprises allemandes n'ont aucun intérêt à investir dans une économie qui ne consomme pas, faute de hausse des salaires. Ce qui est le cas de l'Allemagne. Elles ont investi ailleurs, et en l'occurrence, dans les pays du sud de l'Europe ; Espagne, Grèce etc…Puis, lorsque 2008 est arrivé, ces investissements se sont transformés en pertes, ce qui a été considéré inadmissible. Il fallait alors que quelqu'un paye, un des points de départ des politiques d'austérités. Après avoir fait payer les salariés allemands, c'est au tour des salariés espagnols ou portugais de régler la facture.

Mais le marqueur le plus évident de cette situation est l'excédent de compte courant allemand, qui représente 8% du PIB du pays. Ce qui signifie que les allemands produisent bien plus qu'ils ne consomment, signe que la répartition des revenus est en fort déséquilibre. Il est toujours possible d'invoquer les chiffres du chômage allemand pour contrer cet argument, mais ce taux de chômage est plus la conséquence de la faiblesse démographique allemande que de quoi que ce soit d'autre. Ce qui conduit à la question des salaires. C'est au moment où les travailleurs allemands pouvaient espérer une réelle amélioration de leur condition, en conséquence du plein emploi, que les organisations patronales ont soutenu une plus forte politique migratoire. Ce qui est un autre moyen d'organiser la continuité de la pression sur les salaires. Les intérêts des entreprises allemandes sont parfaitement préservés en Europe.

Dans un discours prononcé le 25 janvier, Mario Draghi a sèchement répondu aux critiques qui lui ont pu lui être adressées, notamment de la part de certains lobbys bancaires. Quelle est l'ampleur de la fronde au niveau européen ?

Dans ce discours, Mario Draghi s'en est violemment pris à tous ceux qui critiquaient son plan de relance initié en 2015. C’est-à-dire à la Bundesbank, et derrière elle, aux banques allemandes qui pensent à leur taux de marge avant toute autre considération. Car la réalité actuelle est que les taux d'intérêts sont très bas, et que cela met une lourde pression sur les marges réalisées. Or, l'objectif de ce plan de relance est de soutenir la croissance et l'emploi, et non d'aider les banques, ce qui semble peut-être absurde et inconvenant à ces dernières. Mais Mario Draghi semble très isolé sur ce point. Ce qui semble le plus curieux est que les entreprises des autres pays européens souffrent de cette situation, par un effet d'écrasement. Mais, au lieu participer au vent de la révolte pour revenir à une situation équilibrée, les mouvements patronaux, notamment en France, ont plutôt tendance à vouloir imiter l'Allemagne sans se rendre compte que ce jeu est perdu d'avance. Concernant la France, les entreprises auraient bien plus intérêt à soutenir un plan de relance européen que de continuer à baver devant les taux de marges allemands.

L'Allemagne ne peut, à elle seule, être accusée de tous les maux européens. Comment expliquer le manque de réaction des autres gouvernements, ou des institutions européennes elles-mêmes ?

En effet. Il n'est pas anormal de voir l'Allemagne défendre ses propres intérêts. Il est plus curieux de voir les autres états membres se soumettre aussi facilement, et pire encore, de vouloir adopter la même stratégie. Ceci dans le vain espoir d'obtenir les mêmes résultats. Pourtant, la simple constatation de l'excédent de compte courant allemand devrait leur permettre de se poser quelques questions. La domination de l'un se fait au détriment des autres. De plus, il est totalement illusoire de considérer que l'intégralité des pays européens pourrait dégager un excédent, car dans ce cas, cet excédent gigantesque viendrait écraser le reste du monde, et il est peu probable que ce reste du monde se laisse faire, comme se sont laissés faire les français ou les espagnols. Parce que cette stratégie consiste à surfer sur la croissance des autres, sans soutenir sa demande intérieure. C’est-à-dire de ne pas participer à l'effort global. Vu de l'extérieur, on peut être jaloux des résultats, mais si tout le monde s'y met, le résultat obtenu est la croissance européenne depuis 2008.

Les institutions européennes sont pour leur part coupables de laisser l'Allemagne continuer à pratiquer cette même politique. 0% déficits, 8% d'excédents, alors que l'ensemble auquel le pays appartient est en train de craquer. Il s'agit de défendre un peu moins l'intérêt des entreprises allemandes et de penser un peu plus à l'intérêt général européen. Ce qui passe par une reprise en mains politique, pour une stratégie visant à satisfaire l'ensemble, et non plus le seul intérêt de ces grandes entreprises allemandes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (19)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gordion
- 29/01/2016 - 07:46
Bonne analyse..
..des causes internes allemandes, du manque de courage des autres pays dont la France qui se couche, et des conséquences.
M.Goeztmann n'a pas insisté sur les causes idéologiques de la décision de Merkel d'ouvrir les frontières (son éducation évangéliste et son désir d'effacer le trauma du nazisme de l'histoire allemande), ce n'est pas son rôle d'économiste.
Par contre, il s'interroge légitimement sur le fait que la moitié de l'Europe va continuer à subventionner les retraités et le patronat allemands par une politique économique qui est singulière à l'Allemagne.
Vm
- 29/01/2016 - 06:29
Collectivisme
Ah ah ah bravo Monsieur Goetzman il suffit donc à l Allemagne de suivre l exemple de la France et de creuser ses déficits......encore une fois bravo !
Gordion
- 29/01/2016 - 05:10
@Ganesha
Vous le faites exprès, ou quoi? Vous êtes incapable de comprendre cette vulgarisation des échanges économiques mondiaux? Je ne comprends rien à votre billet qui, à relecture, n'est que de la propagande néo-marxiste! " la course ultra-libérale à l'appauvrissement supplémentaires..." on croirait lire du Berthold Brecht! Comme si la politique économique française était ultra-libérale! Vous vous complaisez dans des postures sémantiques "FN" qui ne masquent plus votre incapacité à analyser économiques sans votre "référentiel de bas étage". Votre propension au "yaka, fokon du programme FN" est hélas trop répandue dans ce pays.
Je ne vous conseille même pas de lire des ouvrages de vulgarisation économiques, cela ne peut vous intéresser, car il n'y a pas de place pour la rhétorique du FN. Adieu, Monsieur!