En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
© Reuters
Le temps où le rire était banni des relations professionnelles est derrière nous.
Not so funny
Le rire cette arme de management redoutable
Publié le 22 avril 2014
Le temps où le rire était banni des relations professionnelles est derrière nous. Place aujourd'hui à l'ère du diktat du rire, imposé par les entreprises comme outil de management.
Jawad Mejjad est docteur en sociologie, chercheur au Ceaq-La Sorbonne, enseignant et responsable pédagogique au Cnam, et gérant d'une société industrielle (Ermatel).Ses réflexions et ses recherches portent principalement sur les valeurs et les...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jawad Mejjad
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jawad Mejjad est docteur en sociologie, chercheur au Ceaq-La Sorbonne, enseignant et responsable pédagogique au Cnam, et gérant d'une société industrielle (Ermatel).Ses réflexions et ses recherches portent principalement sur les valeurs et les...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le temps où le rire était banni des relations professionnelles est derrière nous. Place aujourd'hui à l'ère du diktat du rire, imposé par les entreprises comme outil de management.

S’il est un endroit où à priori, l’on ne s’attend pas à trouver une expression du rire, c’est bien l’entreprise. En effet, qui dit entreprise, dit travail, production, efficacité. Utilité et non futilité. Or, à y regarder de plus près, depuis plus de vingt ans, sans crier gare, le rire s’est installé dans l’entreprise. Non pas le rire expiatoire de l’ouvrier ou de l’employé, qui à la sortie de l’usine ou des bureaux, allait au bistrot du coin, et autour d’une bière, comme une forme d’abréaction, se libérait des frustrations subies. Non, le rire dont il s’agit aujourd’hui n’est plus banni de l’entreprise et prié d’aller s’exprimer au dehors. Au contraire, il a investi les lieux.

Nous assistons en effet à un rire à l’intérieur de l’entreprise,encouragé sinon imposé par la direction, et de plus en plus utilisé par cette même direction comme outil de management. Des mots-clés ont fait leur apparition dans le langage interne et incarnent cette évolution : le fun, la convivialité, une ambiance très détendue, une bonne humeur affichée…Tout devient prétexte à soirées organisées, pots divers et variés, grandes messes, bien sûr budgétés et financés par l’entreprise.

Le diktat du rire

Mais ne nous y trompons pas ! Ce rire n’est pas de joie, sa signification est plus à chercher dans la perte de pertinence des valeurs de la modernité dont l’entreprise est la fine pointe, et dans le décalage avec le vécu qu’instaure une postmodernité naissante. L’organisation industrielle, les process ne suffisent plus à fluidifier les relations, et afin de gérer la violence des conflits, tout en maintenant le principe d’une société fondée sur des individus concurrents, le rire est l’outil idéal :battez-vous mais avec le sourire !

Cette évolution de la conception du rire a d’ailleurs accompagné l’évolution des formesd’organisation. Ainsi, d’interdit dans les usines et sociétés industrielles (l’ouvrier sur sa chaîne de montage est sous le regard sévère du contremaître qui n’hésitera pas à lui rappeler qu’on n’est pas là pour rigoler !), le rire est devenu toléré puis encouragé dans les sociétés de service (où l’on se doit d’afficher sa bonne humeur en toute circonstance), pour devenir obligatoire dans les start-up (où tout, dans les comportements comme dans l’habillement doit refléter une ambiance festive).

Ce diktat du rire dans l’entreprise, rapproché de la souffrance qui s’est installée, est un indice que la forme « entreprise » telle qu’elle s’est développée avec la société industrielle arrive à saturation, et qu’une mutation est en cours pour inventer l’entreprise postmoderne. C’est en ce sens que le rire est vitaliste.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Vladimir Poutine est censé quitter le pouvoir en 2024. Certains au Kremlin envisageraient un autre scénario
03.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
04.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
05.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
06.
De crypto-macroniste à Paris à orbaniste à Budapest, où va le Nicolas Sarkozy d’aujourd’hui ?
07.
Ce gouffre spectaculaire qui sépare le vocabulaire de la France du front anti-Macron de celle qui le soutient
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Henri Guaino : « L’Union Européenne attise désormais les violences et les pulsions mauvaises qu’elle prétendait guérir à jamais »
01.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
02.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
03.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
04.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Democrator
- 02/01/2012 - 22:38
Tout ça pour ça...
... Chercheur, Enseignant, Directeur Administratif et Financier... Tiens ça me rappelle un peu ceux qui peuvent être Maire et Ministre... ET donc au final on apprend quoi, au delà du titre racoleur ?
Qu'il vaut mieux être de bonne humeur au boulot ! Il fallait en faire des recherches (payées par qui ?), pour savoir qu'un serveur au restaurant à plus intérêt à sourire qu'à faire la gueule...
DEL
- 02/01/2012 - 16:44
Arme à double tranchant...
Car le rire devient vite dévastateur et incontrôlable...Vers une révolution ondée sur le rire? Il y en a qui riront moins et qui regretteront de l'avoir déclenché, le rire. AhAhAh!