En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

03.

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

04.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

05.

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

06.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

07.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

05.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Ingénu" de Voltaire : un Candide au pays des puissants, un Ingénu dans le monde

il y a 55 min 56 sec
pépites > Santé
Répondre à la crise
Le gouvernement dévoile son "plan d'urgence" pour l'hôpital public avec notamment une hausse du budget et une reprise de la dette
il y a 1 heure 52 min
décryptage > Politique
Réforme

Retraites : cette violence qui nous attend au fond de l’impasse politique

il y a 3 heures 17 min
décryptage > Politique
"J'ai besoin de vous"'

Congrès des maires : Emmanuel Macron surestime l’impact de la politique de simplification mise en œuvre à destination des élus locaux

il y a 4 heures 13 min
décryptage > International
A l'intérieur comme à l’extérieur

Le régime iranien confronté à une double contestation

il y a 4 heures 43 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’opération du siècle sur "Aramco" se présente mal : les milieux boursiers ne font pas confiance aux Saoudiens

il y a 5 heures 36 min
décryptage > Société
Vos gueules les mouettes

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

il y a 6 heures 3 min
pépites > Politique
Sauvetage
Congrès des maires de France: Emmanuel Macron dit avoir "tant appris" des élus
il y a 21 heures 3 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : Perrine Perrez "Celle qui a dit non" : Nous on dit "oui" sans hésiter !

il y a 23 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Livre : "Encre sympathique" de Patrick Modiano : Modiano en détective, une délicieuse partition sur l’écriture et l’oubli

il y a 1 jour 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Misérables" : le réalisateur Ladj Ly casse la baraque

il y a 1 heure 8 min
rendez-vous > Social
Politico Scanner
Des casseurs aux LBD, radioscopie de l’opinion des Français face à la violence dans les conflits sociaux
il y a 2 heures 27 min
décryptage > Economie
Lettre

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

il y a 4 heures 1 sec
décryptage > France
Un aveu

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

il y a 4 heures 30 min
décryptage > Environnement
"J’ai trois Greta Thunberg à domicile"

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

il y a 5 heures 9 min
décryptage > France
Rapport

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

il y a 5 heures 49 min
Very bad trip
Etats-Unis : à 5 ans il amène de la cocaïne à l'école
il y a 20 heures 38 min
pépites > Justice
Aucun remord
Bilal Taghi, le premier homme à avoir fomenté un attentat djihadiste en prison, jugé dès ce mardi
il y a 21 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Livre : "Un dimanche à Ville d'Avray" de Dominique Barbéris : Une Madame Bovary des temps modernes, un roman à l’humour mordant

il y a 23 heures 57 min
light > People
The Big bucks
Kylie Jenner vend sa marque de cosmétiques pour la somme de... 600 millions de dollars
il y a 1 jour 1 heure
© REUTERS/Leonhard Foeger
© REUTERS/Leonhard Foeger
Merci la vie !

La France désarmée face à une nouvelle crise financière : cette gauche élue pour être l’ennemie de la finance et qui s’est surtout fait le relais du lobby bancaire

Publié le 22 janvier 2016
Lors de son discours du Bourget, le candidat Hollande a déclaré vouloir réguler la finance et le secteur bancaire. Pourtant, votée en 2012, la réforme bancaire a semblé bien vide au regard de l'intention affichée... Et certaines personnalités au pouvoir ont pu à l'époque jouer la courroie de transmission des banques françaises.
Marc Endeweld est journaliste indépendant, ancien grand reporter à Marianne. Il a publié plusieurs ouvrages dont "Le grand Manipulateur" (Stock, 2019) et L'ambigu Monsieur Macron (Flammarion, 2015).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marc Endeweld
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marc Endeweld est journaliste indépendant, ancien grand reporter à Marianne. Il a publié plusieurs ouvrages dont "Le grand Manipulateur" (Stock, 2019) et L'ambigu Monsieur Macron (Flammarion, 2015).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lors de son discours du Bourget, le candidat Hollande a déclaré vouloir réguler la finance et le secteur bancaire. Pourtant, votée en 2012, la réforme bancaire a semblé bien vide au regard de l'intention affichée... Et certaines personnalités au pouvoir ont pu à l'époque jouer la courroie de transmission des banques françaises.

Atlantico : Lors de son discours emblématique du Bourget, le candidat Hollande a marqué l'esprit par son intention de réguler le secteur bancaire et financier. Pourtant, sa loi bancaire a été qualifié de réforme de structure à minima. Quel a été le poids du lobby bancaire dans son allègement ? Emmanuel Macron, montré du doigt comme étant le représentant de la finance à l'Elysée, y a-t-il été pour quelque chose ?

Marc Endeweld : Beaucoup de critiques, notamment de la part des frondeurs ont été portée à l'égard d'Emmanuel Macron. Pour eux, l'actuel ministre de l'Economie représente la grande finance du fait de son passage marqué à la banque Rothschild… Bien éloigné de l'idée que l'on pourrait se faire d'un représentant politique de gauche. Mais cela demeure une question d'image. Emmanuel Macron était effectivement un banquier d'affaire. Au sein de celle-ci, son rôle consistait à être un intermédiaire financier entre de grands groupes internationaux pour effectuer plusieurs types de missions : fusions, acquisitions, réorganisation d'entreprise etc. Emmanuel Macron n'a donc pas travaillé en lien avec les salles de marché où se déroulent les opérations de spéculation financière. Reste que les "deals" entre grandes entreprises, sur lesquels il a pu travailler, n'étaient souvent pas neutres, sur un plan social, pour les salariés de ces dernières... Emmanuel Macron, en tant que haut-fonctionnaire, est issu de l'Inspection générale des Finances (IGF) : un grand corps prestigieux et rattaché à Bercy, dont la mission est de contrôler les finances de l'Etat. Ce réseau est très puissant dans l'économie française et il a de multiples connexions avec les entreprises du CAC40. Par exemple, beaucoup d'anciens de l'IGF se retrouvent par la suite dans différents exécutifs des grands groupes français, ou poursuivent dans la fonction publique et se retrouvent aux manettes de la vie politique du pays. Lorsqu'il était secrétaire adjoint à l'Elysée, si la gauche du PS, mais aussi le comité Roosevelt chargé d'observer l'application des promesses du candidat Hollande sur la question de la régulation du secteur bancaire (Lire aussi : Tous aux abris face à la crise qui vient ? Pourquoi le "plus jamais ça" de l'après-désastre financier de 2008 s'est transformé en mini-réformes préventives), ont visé Emmanuel Macron, les faits sont en réalité plus complexes :

D'une part, et c'est ce que je dis dans le livre, dans les mois qui ont précédé l'élection présidentielle de 2012, Emmanuel Macron a écrit deux articles sous le pseudo "Eric Suleiman" dans un livre intitulé "80 propositions qui ne coutent pas 80 milliards" sous la direction de Patrick Weil. Il y évoque la politique économique du pays. Et dans l'un d'eux, il propose une séparation particulièrement stricte des activités financières des banques françaises, c’est-à-dire en allant plus loin que les promesses prises par son mentor qu'il soutenait déjà… Au moment de la conception de la loi bancaire, les banques universelles - la Société générale, BNP Paribas ou encore le Crédit agricole - ont d'abord actionné le cabinet de Pierre Moscovisci - et ce de manière insistante - mais également le lobby de l'IGF. Comme je le rappelle dans le livre, un auteur, Christian Salmon raconte un épisode où plusieurs mois après la décision de voter une loi a minima, tout le monde s'en félicitait : Pierre Moscovisci, Michel Sapin, ainsi que des grands représentants des banques universelles. C'est la grande expression du lobby de l'IGF, celle qui a davantage pesé que la courroie de transmission représentée par Emmanuel Macron à l'Elysée. On pourrait dire qu'Emmanuel Macron fait partie de ce lobby. Mais le plus offensif contre cette loi, en reprenant les éléments de langage de la Société Générale et de la BNP Paribas a été Moscovici. Il a d'ailleurs multiplié les déclarations en faveur d'une loi a minima à l'automne 2012, ce qui n'a pas échappé à François Hollande. Au final, comme Emmanuel Macron n'est pas un technicien lambda et a un sens politique avec une certaine ambition, il sait qu'il doit bien se garder d'être offensif pour éviter les critiques. S'il n'a pas été un relais actif de l'IGF, il n'a pas agi contre ce lobby. Comme souvent, Emmanuel Macron ne transforme pas le rapport de force mais à l'image de son mentor, François Hollande, il le considère dans un premier temps et se place au mieux du barycentre politique.

 

Marc Endeweld est l'auteur de L'ambigu Monsieur Macron paru en novembre 2015 aux éditions Flammarion

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

03.

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

04.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

05.

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

06.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

07.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

05.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 22/01/2016 - 13:47
Hollande n'aime pas les vaches
mais raffole du lait qu'elles produisent ! On ne devrait jamais dire : banquiers, je ne mangerai jamais dans vos écuelles.
Borgowrio
- 22/01/2016 - 11:19
à Lobby , lobby puissance 10
Pourquoi la gauche combattrait " la finance" , alors que les fonds qui financent nos déficits sont gratuits .. La navigation à court terme de Hollande s'accommode très bien de cette situation . On présente les banques comme un ogre , pourtant le lobby le plus néfaste à la France , n'est il pas celui des fonctionnaires , avec une ponction de près de 60% de la richesse nationale