En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

02.

Et si Trump avait raison sur la Chine

03.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

04.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

05.

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Le système de santé allemand, privé et concurrentiel, fait beaucoup mieux que les systèmes publics français et anglais

01.

1 million d'euros pour des actes de torture

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

06.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Oldyssey, un tour du monde de la vieillesse" de Julia Mourri et Clément Boxebeld : pour déconstruire beaucoup d'idées reçues sur "les vieux" !

il y a 30 min 15 sec
pépites > Politique
Président de la République
Coronavirus : l’Elysée annonce que le confinement sera "prolongé" au-delà du 15 avril
il y a 1 heure 15 min
pépites > International
Boulevard pour Joe Biden ?
Démocrates : Bernie Sanders arrête sa campagne et renonce à la course pour la présidentielle américaine
il y a 3 heures 58 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attaque au couteau à Romans-sur-Isère : l’assaillant a été mis en examen pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste"
il y a 4 heures 48 min
pépites > Europe
Action entravée
Covid-19 : Mauro Ferrari, le président du Conseil européen de la recherche (CER), démissionne
il y a 7 heures 26 min
pépite vidéo > Santé
Mental d'acier
Les conseils de l’aventurier Mike Horn pour surmonter le confinement
il y a 8 heures 54 min
décryptage > Santé
Comparaisons

Le système de santé allemand, privé et concurrentiel, fait beaucoup mieux que les systèmes publics français et anglais

il y a 9 heures 53 min
décryptage > Santé
La bêtise aussi est pandémique

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

il y a 10 heures 47 min
décryptage > Société
Petite réflexion de confinement

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

il y a 12 heures 7 min
décryptage > Europe
Avenir de l'Union européenne

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

il y a 12 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un automne de Flaubert" d'Alexandre Postel : Flaubert se libère du démon de la mélancolie. Un roman captivant

il y a 55 min 13 sec
pépites > France
Joies du confinement en province
Selon l’Insee, un Parisien sur dix a quitté Paris depuis le début du confinement
il y a 1 heure 45 min
pépites > Economie
Nouveau record
Coronavirus : 6,3 millions de salariés sont au chômage partiel en France
il y a 4 heures 23 min
light > Science
Quasar
Event Horizon Telescope : des scientifiques capturent l'image d'un trou noir émettant des jets à haute énergie
il y a 6 heures 30 min
pépites > France
Soulager les services de réanimation
Le Conseil scientifique se prononce pour la prolongation du confinement
il y a 8 heures 20 min
décryptage > Santé
Le mal français

Ces raisons qui empêchent le secteur public français de gérer son argent efficacement

il y a 9 heures 31 min
décryptage > Economie
Production relocalisée

Ces faillites qui détermineront bien plus le monde de demain que tous les Grenelle sur un nouvel avenir...

il y a 10 heures 35 min
décryptage > Environnement
Quel cinéma

Parlementaires à la dérive : leur film s’appelle "Le jour d’après" et c’est un navet !

il y a 11 heures 13 min
décryptage > Economie
Crise de défiance

Casse-tête de la reprise : les entreprises face à la destruction de confiance massive générée par les pouvoirs publics

il y a 12 heures 39 min
décryptage > France
Chute libre

Apocalypse zéro, suite : les fausses prédictions sur le chaos dans les banlieues plus démenties que jamais

il y a 13 heures 3 min
© Reuters
© Reuters
Dévoiement des institutions

Pourquoi il est urgent de réparer les institutions de la Ve République avant de miser sur les gadgets démocratiques comme les primaires

Publié le 22 janvier 2016
Primaires à gauche comme à droite, débat sur le cumul des mandats, réforme du septennat... A mesure que les Français ont délaissé la politique, les réponses apportées n'ont eu de cesse de revenir sur les fondements de la Vème République.
Bertrand Mathieu est un professeur et juriste français, spécialiste de droit constitutionnel. Il est notamment professeur de droit à Paris-I, membre du Conseil de la magistrature et Président de l'Association française de droit constitutionnel. C&...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Mathieu
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Mathieu est un professeur et juriste français, spécialiste de droit constitutionnel. Il est notamment professeur de droit à Paris-I, membre du Conseil de la magistrature et Président de l'Association française de droit constitutionnel. C&...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Primaires à gauche comme à droite, débat sur le cumul des mandats, réforme du septennat... A mesure que les Français ont délaissé la politique, les réponses apportées n'ont eu de cesse de revenir sur les fondements de la Vème République.

Atlantico : Primaires à gauche comme à droite, débat sur le cumul des mandats, réforme du septennat... En quoi ces dernières réformes portent-elles atteinte à l'esprit de la constitution imaginée par Charles de Gaulle ?

Maxime Tandonnet : A mon avis, la pratique des institutions actuelles n'a plus grand rapport avec la Vème République créée par le Général de Gaulle. Ce dernier a créé un président de la République qui devait être le guide de la France, le gardien des institutions, le garant de la sécurité et de l'avenir du pays, placé au-dessus des factions et de la politique politicienne. Il suffit de relire l'article 5 de la Constitution pour en saisir l'esprit. Le Premier ministre devait être l'homme de la politique quotidienne, celui qui pilote le gouvernement du pays, responsable de sa politique économique et sociale, par exemple. Là aussi, il suffit de lire les articles 20 et 21 de la Constitution. Ce partage des rôles est subtil et classique dans l'histoire politique française. Il permet de placer le chef de l'Etat au-dessus des contingences et de sanctuariser sa popularité. Car pour le Général, tout l'équilibre du régime reposait sur la confiance entre le peuple et son président. Cette logique gaullienne a totalement volé en éclat. Aujourd'hui, le Président de la République se mêle de tout dans les détails les plus infimes, il est omniprésent au quotidien sur le plan médiatique. Il revendique et assume une responsabilité directe dans la politique économique et sociale comme le soulignent les engagements répétés de l'actuel président sur l'emploi. Cette confusion des rôles fait du président le véritable chef de gouvernement. Il est en concurrence avec le Premier ministre et nul ne saurait dire comment se répartissent leurs responsabilités. Une telle situation provient en grande partie du quinquennat qui a désacralisé le président de la République élu presque en même temps que l'Assemblée nationale, et se présentant dès lors en chef d'une majorité politique, sinon d'un parti. Elle est dramatique car le président de la République reste le chef de l'Etat, représentant de la Nation vis-à-vis de l'étranger. Donc il doit se protéger et ne peut pas engager les grandes réformes nécessaires et impopulaires. Quant au Premier ministre, il n'existe plus vraiment dans ce schéma, poussé à se cantonner à la communication. Résultat, plus personne ne gouverne le pays... Je suis convaincu que cette dérive des institutions a une part de responsabilité dans le décrochage français.

>>> Lire également - Primaire de la droite et du centre : 88% des sympathisants de droite et du centre considèrent que le vainqueur bénéficiera d’une dynamique (mais ont-ils raison ?)

Bertrand Mathieu : L'idée du Général de Gaulle était de dire qu'il fallait un système où l'exécutif serait fort, avec un pouvoir des parlementaires limité. Cela a remarquablement bien marché, et c'est probablement ce qui permet encore aujourd'hui aux institutions, dans une situation politique désastreuse, de tenir le coup. Si l'on a un Président de la République qui arrive à se maintenir en place, et un gouvernement qui réussit à gouverner, c'est grâce aux institutions, et non aux personnes… Mais le problème est que l'on a déséquilibré ces institutions avec plusieurs réformes, dont celle sur le quinquennat par exemple. Plus grave encore, on déstabilise la constitution en la révisant pour des réformes qui ne sont pas fondamentales, comme récemment.

Il y a un problème absolument évident : celui de la crise de la démocratie, de la défiance des électeurs envers les politiques. Mais elle ne peut exiger une réponse constitutionnelle, car ce n'est pas en bricolant la constitution que l'on réussira à régler cette coupure entre les responsables politiques et les électeurs. Je crois que pour rétablir de la confiance entre les gouvernants et les électeurs, il faudrait utiliser davantage le référendum. J'en reviens là au cœur de la Vème République, qui est d'avoir un lien direct entre le Président et les électeurs.

Prenons la réforme du quinquennat : c'est l'exemple même de la réforme qui n'est pas réfléchie, et dont les conséquences sont globalement mauvaises puisqu'elles brouillent entre autre les rôles du Président et du Premier ministre. La réforme de la nationalité n'a rien à faire non plus dans la constitution. Si le concept de nationalité doit être abordé dans la constitution, et je pense que c'est nécessaire, cela devrait être en profondeur.

J'ai participé au comité Balladur en 2007, et nous avons eus une réflexion d'ensemble sur la constitution ; le rapport s'intitulait "Pour rénover la démocratie". Le problème c'est qu'on a dit qu'il fallait renforcer le rôle du Parlement à travers un certain nombre de mesures techniques.

En réalité, on n'arrivera à résoudre cette crise qu'avec une recomposition de la classe politique. Je vois deux scénarios : soit il y a un éclatement de l'offre politique, et dans ce cas on retombe dans le jeu de la IVème politique et sa multitude de partis. Soit il peut y avoir une recomposition, avec des alliances centre-droit, centre-gauche, et Front national par exemple. Sinon, on continuera à ajuster les institutions pour les adapter à la situation politique, et ce serait catastrophique. Adapter la constitution à une situation instable n'aboutira qu'à une aggravation. Nous manquons d'un leader politique, car la Vème République est faite pour un monarque républicain.  Et personne n'arrive pour le moment à se vêtir des habits du monarque.

L'idée d'organiser des primaires pour désigner un candidat aux élections présidentielles est inspirée des Etats-Unis, un système politique bi-partisan dans un pays où la culture politique n'est pas la même qu'en France. Quel danger y a-t-il à importer des procédés qui ne répondraient pas aux attentes profondes des Français, bien que présentées comme des avancées démocratiques ?

Maxime Tandonnet : A court terme, ces primaires sont sans doute nécessaires pour éviter une catastrophe politique en 2017. Mais sur le fond, elles sont désastreuses au regard de la logique des institutions françaises. Nous sommes un pays culturellement, historiquement divisé, qui souffre de ses déchirures. Le président de la République, dans la logique gaullienne, est l'homme de l'unité, celui qui incarne la communauté nationale. Il ne peut pas être durablement impopulaire, sinon, il démissionne. Or, avec les primaires, le chef de l'Etat devient l'homme désigné par un camp contre un autre. Ce mode de désignation détermine sa manière de gouverner. Il ne peut plus être un président impartial, au-dessus des factions, comme la France en a tant besoin. Il est l'homme d'une majorité politique. Et là aussi, c'est la fonction symbolique du président de la République qui est atteinte de plein fouet. Il manque à la  France ce guide impartial que devrait être le chef de l'Etat, à l'inverse du premier ministre, plongé dans l'action quotidienne et dans la tourmente politique. Cela se ressent terriblement aujourd'hui, dans la crise de confiance entre les Français et leur classe dirigeante.  Les primaires ne font que creuser un clivage artificiel en mettant face à face deux camps. Elles divisent le pays et l'affaiblissent.

De quoi ce phénomène est-il le symptôme ? Les hommes politiques seraient-ils en panne d'idées ? A quand faîtes-vous remonter ce phénomène ?

Maxime Tandonnet : Ce phénomène correspond sans doute à deux évolutions. L'une d'elle est le sentiment d'impuissance croissante des politiques. Depuis 1974, ils se sont fracassés sur le chômage de masse. L'insécurité est en augmentation constante: depuis le milieu des années 1970, les violences aux personnes ne cessent de s'accroître d'année en année. L'incapacité des pouvoirs publics à maîtriser les l'immigration et à réussir l'intégration des populations d'origine étrangère est une autre  source d'inquiétude. Les causes de la paralysie du politique sont multiples, les transferts de compétences, la montée des pouvoirs technocratiques et juridictionnels, les déficits, l'endettement. Donc, nous assistons à un renoncement progressif à vouloir améliorer la réalité et à travailler au bien commun. La politique nationale est de plus en plus considérée comme une fin en soi, un mode de réussite sociale, un vecteur de promotion. Son but principal devient la conquête des postes et des mandats, la possession des attributs du pouvoir plutôt que l'exercice du pouvoir dans un objectif de bien commun. C'est pourquoi, à travers les primaires, nous constatons une véritable névrose présidentialiste, l'accession à l'Elysée devenant l'objectif suprême des politiques avant toute autre considération, notamment d'intérêt général.

Par ailleurs, en quoi la constitution de la Vème République répondait-elle à ces attentes ? Diriez-vous que les évolutions de celles-ci méritent de revoir la constitution ?

Maxime Tandonnet : La Vème République reposait sur un équilibre entre la mission souveraine du Président de la République et le rôle quotidien du chef de gouvernement sous le contrôle du Parlement. Cet équilibre a été brisé par le quinquennat. Il est dramatique de voir le pays devenu l'otage de l'ambition des différents chefs de l'Etat de se faire réélire. Toute la politique mise en oeuvre semble tourné autour de cet objectif. La vie publique, dès lors, se cantonne à la communication et à la tactique politicienne. C'est un phénomène structurel, de long terme. Il est indispensable, me semble-t-il de rendre le mandat présidentiel non renouvelable, quitte à le prolonger d'un ou deux ans pour qu'il ne coincide pas avec le mandat parlementaire. Il faut mieux définir la fonction présidentielle et prévenir les phénomènes d'omniprésence médiatique du chef de l'Etat. Il me semble que la Consitution devrait prévoir une diposition selon laquelle le président s'adresse à la Nation une fois par an et dans des circonstances exceptionnelles. De même il est urgent de redécouvrir la fonction de Premier ministre seul en charge du gouvernement de la France, des réformes à conduire, en dehors de la concurrence d'un président de la République et responsable devant sa majorité.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

02.

Et si Trump avait raison sur la Chine

03.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

04.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

05.

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Le système de santé allemand, privé et concurrentiel, fait beaucoup mieux que les systèmes publics français et anglais

01.

1 million d'euros pour des actes de torture

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

06.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

Commentaires (21)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gordion
- 17/01/2016 - 05:57
@zouk@arcole 34@Anguerrand@lafayette 68
Oui!
Ganesha
- 16/01/2016 - 23:57
Cloette, Primaires
Cloette, je suis d'accord avec vous : je compte bien aller voter aux primaires des Républicains, avec comme seul objectif : comment être le plus nuisible possible à ce parti que je déteste !
bobthe log
- 16/01/2016 - 23:46
enfin
article qui a le merite de poser le probleme de fond de ce qu'est devenu notre democratie spectacle. Il y a en effet a revoir nos institutions. Je suis personnellement favorable a un mandat presidentiel unique de 7 ans qui aura l'avantage de clarifier la fonction presidentielle.