En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

02.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

03.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

04.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

05.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

06.

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

07.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 11 heures 19 min
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 13 heures 44 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 14 heures 57 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 16 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 17 heures 34 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 18 heures 33 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 19 heures 17 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 19 heures 48 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 20 heures 12 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 20 heures 47 min
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 13 heures 21 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 14 heures 8 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 16 heures 9 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 17 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 17 heures 49 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 19 heures 12 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 19 heures 34 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 20 heures 6 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 20 heures 18 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 20 heures 48 min
© Wikipédiacommons
© Wikipédiacommons
Mort cérébrale

Test de médicaments : pourquoi le drame de Rennes prouve paradoxalement qu’on ne pourra jamais se passer des essais sur l’Homme

Publié le 16 janvier 2016
À la suite d'un accident lors d'un essai clinique à Rennes, six personnes ont été hospitalisées. L'une est dans un état de mort cérébrale et cinq autres sont dans un état grave. Le parquet de Paris a annoncé vendredi 15 janvier l'ouverture d'une enquête.
Elodie Bégué
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Elodie Bégué est chargée de mission information sur les essais cliniques à la ligue nationale contre le cancer.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
À la suite d'un accident lors d'un essai clinique à Rennes, six personnes ont été hospitalisées. L'une est dans un état de mort cérébrale et cinq autres sont dans un état grave. Le parquet de Paris a annoncé vendredi 15 janvier l'ouverture d'une enquête.

Atlantico : A quoi sert un essai thérapeutique ?

Elodie Bégué : Un essai thérapeutique sert à tester un médicament ou une technique, une stratégie thérapeutique. Tous les médicaments qui sont actuellement sur le marché ont été validés et testés dans le cadre d'essais cliniques. C'est seulement le résultat de ces essais qui permettent de déterminer si  une nouvelle molécule ou une stratégie thérapeutique apporte un réel bénéfice et un progrès par rapport à ce que l'on prend à l'heure actuelle.

Est-ce une méthode à ce point indispensable pour qu'on en arrive à sacrifier des vies humaines ?

Avant un essai de phase 1, il y a des tests pré-clinique qui sont faits sur les médicaments, d'abord in vitro sur de cellules, et après sur des animaux, in vivo. Ce n'est qu'après ces tests là que l'on passe à la première administration chez l'homme. Mais si le médicament est destiné aux humains, on est obligé de passer un jour chez l'homme.

Qui autorise et contrôle ces essais thérapeutiques ?

Les accidents comme ceux de Rennes sont rarissimes, car tout est fait pour que cela ne se produise pas. A ma connaissance il y a eu un cas similaire il y a 7 ans en Angleterre sur des volontaires où il y avait eu aussi des décès.

C'est compliqué d'ouvrir un essai thérapeutique. Le laboratoire doit déposer un protocole qui regroupe ce qu'il veut faire, avec un objectif, toutes les conditions de réalisation et du déroulement de l'essai, comment les va surveiller ses patients.

Ce protocole est ensuite soumis à l'Agence nationale de sécurité du médicament  et des produits de sante (ANSM) qui  évalue la sécurité et la qualité des produits qui vont être utilisés au cours de la recherche. Son objectif est de s'assurer de la sécurité des personnes.

L'ANSM donne son autorisation et de l'autre côté, le protocole de l'essai clinique est soumis à un comité de la protection des personnes (CPP), qui doit aussi donner un avis favorable pour que l'essai puisse démarrer. Il regarde aussi les montants et les modalités d'indemnisation des participants, la qualification des médecins qui s'occupent de cette recherche.

C'est seulement une fois que ces deux instances ont donné leur feu vert que l'essai thérapeutique peut progresser.

Quelles sont les personnes qui peuvent participer à cet essai thérapeutique ?

Dans le cas de Rennes, c'est un essai de phase 1 fait sur des volontaires sains qui sont rémunérés. Ils vont toucher entre 300 et 4500 euros maximum, en fonction du risque et des contraintes aussi. Cette rémunération est encadrée par le CCP, pour éviter que les gens ne fassent que ça pour de l'argent, ils sont répertoriés dans un fichier.

Avant de rentrer dans un essai clinique, il doit signer un consentement, à côté duquel il y a une note d'information qui leur explique tout l'essai, ses objectifs, ses risques, les bénéficies éventuels et ce n'est qu'une fois qu'ils ont signé ce document qu'ils participent à l'essai donc personne n'est inclus à son insu dans aaun essai clinique.

Ils savent que pour certains médicaments, il y a des risques qu'on ne connait pas. Les essais d'administration chez l'homme sont les plus critiques car on ne sait pas du tout comment cela va se passer.

Après il y a aussi des volontaires malades qui se soumettent à l'expérience. Les essais pour la recherche sur le cancer ne se font jamais sur des sujets sains, mais sur des gens déjà atteint de cancer. Il y a un certains nombres de médicaments ou de techniques médicales qui ne sont jamais testés sur des sujets sains parce qu'ils présentent trop de risques.

Les personnes sont-elles recrutées ou y vont-elles volontairement ?

Dans les essais de volontaires sains, le recrutement se fait souvent via des annonces dans la presse ou ailleurs.

Par contre pour les essais en cancérologie, la un essai est proposé à un patient par un médecin, qui peut lui proposer le traitement standard, dont on sait qu'il n'est pas le meilleur, il peut lui proposer un parallèle un essai clinique. Et ça c'est au patient de faire le choix.

Comment un tel accident a-t-il pu se passer à Rennes ?

Il faut attendre les résultats de l'enquête avant de se prononcer. Soit c'était un effet indésirable qui était complètement inattendu, c'est ce qu'il s'était passé en Angleterre il y a 7 ans où les animaux n'avaient pas du tout réagit comme les volontaires, soit il y a un manquement au sein du centre.

Le risque zéro n'existe pas, c'est toujours  la phase 1 la première administration chez l'homme qui est la plus dangereuse, qui se déroule dans des centres qui ont reçu des autorisations particulière. Les autres phases test 2 et 3 sont moins risquées car le médicament a déjà été administré à l'homme. 

, chargée de mission information sur les essais cliniques à la ligue nationale contre le cancer

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Arbannais
- 17/01/2016 - 09:09
A un certain moment, il
A un certain moment, il faudra bien une première prise du médicament par un humain. Appelons ça test ou n'importe comment, l'essai sera obligatoire, ou alors quel intérêt la recherche a-t-elle ? Le problème est qu'aujourd'hui, nous refusons toute forme de fatalité.
Anguerrand
- 17/01/2016 - 08:53
Tous les anti douleurs ont progressivement été interdit
Il suffit de qq problèmes dans le monde, pas toujours démontrés pour que ces médicaments soient définitivement retirés du marché au grand regret des patients, et les labos sont souvent honteusement attaqués pour udes centaines de millions. On comprend mieux qu'ils " ouvrent le parapluie". Il n'y a donc plus de médicaments antalgiques valables. Alors merci à ce labo de travailler sur la douleur, aucun progrès n'a jamais pu ete fait sans risque. Est on certain que ce deces est du par cet essai, l'avenir nous le dira.