En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

03.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

06.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

04.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

05.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

06.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Déception
Réforme des retraites : Les syndicats très déçus par les annonces d'Edouard Philippe
il y a 6 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Film : "Docteur ?" : Un duo d'acteurs épatants pour une comédie de Noël, légère, mais pas seulement

il y a 9 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Livre : "Le ciel par-dessus le toit" de Natacha Appanah : Un roman familial, puissant et émouvant

il y a 9 heures 26 min
light > Insolite
Too bad!
Un artiste vend une banane scotchée au mur 12.000 dollars : un autre la décroche, la pèle et la mange
il y a 11 heures 42 min
pépite vidéo > Insolite
Goût de luxe
Un hôtel espagnol décore son hall d'entrée avec un sapin à 14 millions d'euros
il y a 12 heures 20 min
rendez-vous > Economie
Zone Franche
Retraites et consensus scientifique : peut-on vraiment prendre les retraito-sceptiques au sérieux ?
il y a 13 heures 32 min
décryptage > Europe
Surprises

Surprises à la carte : ce que la géographie de l’euroscepticisme nous apprend des racines du trouble politique qui ébranle l’Union

il y a 13 heures 59 min
décryptage > Terrorisme
Incompréhension

Condamnation à la baisse : ce que la justice française semble ne pas comprendre du tout du djihadisme

il y a 17 heures 20 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Conflit sur les retraites : la France s’enfonce dans un chaos inextricable et contradictoire qui ressemble de plus en plus à ce que vivent les Britanniques avec le Brexit

il y a 17 heures 42 min
pépites > Religion
Solidarité et soutien
Attaque contre la mosquée de Bayonne : SOS Racisme lance un appel de soutien pour une marche solidaire ce dimanche 15 décembre
il y a 1 jour 52 min
pépites > Politique
Bad news ?
Réforme des retraites : les points principaux du discours d'Edouard Philippe
il y a 7 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "La vie est belle" : Conte de Noël anti-morosité....

il y a 9 heures 21 min
décryptage > Politique
Droit du sol ?

Esther Benbassa vous devriez lire François-René de Chateaubriand !

il y a 9 heures 44 min
décryptage > Santé
Petites vérités

Petites vérités utiles à rétablir sur l’espérance de vie en France

il y a 12 heures 12 min
décryptage > Europe
La juste mesure

Royaume-Uni : la lutte anticorruption cherche la juste mesure

il y a 13 heures 31 min
décryptage > Politique
Petites vérités

Humanisme, rémunérations et régimes spéciaux : le cas Delevoye

il y a 13 heures 40 min
décryptage > Science
Découverte

Quand le simulateur énergétique du MIT montre qu’il demeure possible de limiter à la hausse des températures à 1,1°C sans décroissance tout en se passant des énergies fossiles

il y a 14 heures 40 min
décryptage > Economie
Génération 1975

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

il y a 17 heures 28 min
décryptage > Politique
To Reforme or not To Reform

Emmanuel Macron sera-t-il le Gorbatchev du “cercle de la raison” ?

il y a 17 heures 47 min
pépites > Politique
Sondages
Elections municipales à Paris : percée de Rachida Dati qui fait jeu égal avec Benjamin Griveaux et devance Cédric Villani
il y a 1 jour 1 heure
Austérité mon amour

Didier Migaud, François Villeroy de Galhau : les vœux inquiétants de la gauche "raisonnable"

Publié le 13 janvier 2016
En ce 12 janvier, et de façon simultanée, les responsables de la Cour des Comptes et de la Banque de France s'exprimaient pour soutenir la réduction des dépenses publiques et la mise en place de réformes structurelles en France. Un nouveau coup de pression pour le gouvernement.
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En ce 12 janvier, et de façon simultanée, les responsables de la Cour des Comptes et de la Banque de France s'exprimaient pour soutenir la réduction des dépenses publiques et la mise en place de réformes structurelles en France. Un nouveau coup de pression pour le gouvernement.

Atlantico : En ce 12 janvier, Didier Migaud, à la Cour des Comptes, et François Villeroy de Galhau de la Banque de France s'exprimaient simultanément, et pointaient tous deux la nécessité de réformes en France. Réduction des dépenses publiques pour la Cour des Comptes, réformes structurelles pour la Banque de France. Assistons-nous à une offensive des hautes autorités de l'Etat pour un réformisme en profondeur ?

Nicolas Goetzmann : Ces deux institutions continuent sur leur lancée. Il ne s'agit donc pas d'un renouveau, mais de l'affirmation de positions déjà ancrées. La Cour des Comptes enchaîne les rapports concernant les surplus de dépenses publiques, ce qui n'est rien d'autre que sa fonction. Il n'y a donc pas lieu de s'alarmer, mais ces attaques ont tendance à manquer de souffle. Car s'il est de bon ton de dénoncer les gabegies des collectivités locales, les dépenses publiques inutiles et autres détournements, ces critiques pourraient gagner en pertinence si elles étaient coordonnées avec une vision globale de l'économie française. Parce qu'il est assez stupéfiant de constater que ces rapports de la Cour des Comptes sont rédigés en totale abstraction du contexte macroéconomique du pays. Et le discours du Premier Président Didier Migaud, datant de ce 12 janvier, n'y fait pas exception. Cela reste une approche "comptable" au sens propre du terme. Or, si une telle approche peut s'avérer utile pour identifier les économies pouvant être réalisées ici et là et retrouver une certaine efficacité des dépenses publiques, elle reste inadéquate pour qui veut dresser un diagnostic sérieux de la crise que connaît le pays.

Du côté de la Banque de France, sans surprise, François Villeroy de Galhau ne change rien de l'idéologie maison. Le discours prononcé ce 12 janvier, qui était une sorte de bain inaugural pour le remplaçant de Christian Noyer, a été l'occasion de réaffirmer le conservatisme absolu de la Banque de France. En citant l'économiste Claudio Borio, économiste influent de la Banque des règlements internationaux (BIS), qui figure au sommet de la liste des durs parmi les durs en termes de politique monétaire, François Villeroy de Galhau continue sur la route tracée par ses prédécesseurs, Jean Claude Trichet et Christian Noyer. En clair, les réformes structurelles sont la priorité des priorités, les bulles sont dangereuses, et les taux bas sont une menace pour les marges bancaires. Bref, le déni absolu de réalité. Finalement, un discours du Gouverneur de la Banque de France, au même titre que celui du Premier Président  de la Cour des Comptes relève d’un certain folklore français, au même titre que le Puy du Fou ou Vulcania. Et je fais clairement la distinction entre les équipes de chaque institution et leurs dirigeants.

Ces deux autorités démontrent une nouvelle fois leur position ultra conservatrice. A les écouter, l'économie française se porterait mieux avec une double politique d'austérité, budgétaire et monétaire. Ce qui est un non-sens. Si au moins le discours d'ensemble était coordonné, entre une restriction des dépenses publiques et une relance de la politique monétaire, il y aurait une raison de les écouter. Mais ce n'est pas le cas pour le moment.

Au regard de l'environnement économique actuel, comment jugez de l'opportunité de ces recommandations ?

Austérité, austérité, austérité. Voici la recette magique prônée par la Cour des Comptes et la Banque de France. Cela en devient lassant. Que cette idéologie soit à l'origine du désastre économique européen n'a pas l'air d'émousser les intentions de ces hautes autorités. Lorsque Didier Migaud dit "Notre pays s'est trop fréquemment reposé par le passé sur une embellie économique fugace pour relâcher l'effort", nous sommes plus confrontés à un jugement moral qu'à une analyse économique. Evidemment, lorsque l'on dénonce ce type de propos, on peut être accusé d'archaïsme gauchisant alors que l'exemple typique du pays qui fait exactement l'inverse de ce qui est proposé ici, ce sont les Etats Unis. Et la différence qui existe entre ces deux visions est simple : lorsque la Cour des Comptes ou la Banque de France veulent faire des "économies", les Etats Unis veulent générer des revenus. D'un côté, on se concentre sur les dépenses et les réformes, c'est la vision française, et de l'autre côté, on se polarise sur la croissance. Et cette divergence d'approche produit des résultats totalement opposés. A moins de vouloir commencer à comparer les résultats économiques européens et français avec ceux des Etats Unis. Un renouvellement serait parfaitement justifié, non pas en raison d'une idéologie, mais au moins en se basant sur un peu de pragmatisme.

Comment expliquer une telle divergence entre ces prises positions et les réformes menées par le Gouvernement, et ce, malgré la proximité de ces personnalités avec le pouvoir en place ? 

Ancien député socialiste, Didier Migaud fut nommé en 2010. A l'inverse, François Villeroy De Galhau a été nommé par décret par François Hollande, et ce, juste après avoir élaboré un rapport consacré à l'investissement pour le compte du Gouvernement. Malgré l'indépendance, il est donc possible de conclure à une unité de vision entre le Gouvernement et les têtes de ces autorités. De plus, le discours porté par Emmanuel Macron, comme celui de Manuel Valls, ne diffère pas réellement des recommandations faites par la Cour des Comptes ou par la Banque de France. Tout au plus, leur ton conservateur, qu’ils qualifient de discours de "raison", de "vérité", permet à l'exécutif de passer pour un élève rebelle. Mais dans le fond, la logique idéologique est respectée. Nous sommes dans la ligne directe du tournant de la rigueur de 1983, et tout est fait comme si, pour ces institutions, la France était restée figée depuis lors. Comme si le diagnostic de 1983 était encore valide. Mais lorsque les faits changent, il n'est pas non plus interdit de changer d'avis. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
G.L.
- 13/01/2016 - 19:55
Goetzman est Keynes
@babaswami. Rester à Atlantico mais comme moi ne lisez plus Goetzman le Keynésien. Je savais pour vos positions de relance par la création monétaire. Mais ce billet politique et non economique digne de la gauche ultra-socialiste me dégoûte. On crie austérité dès qu'il est question de limiter la dépense d'État de ne serait ce que d'un euro !
zouk
- 13/01/2016 - 15:34
Cour des Comptes, Banque de France
Je serais très surpris que les deux soient aussi simplistes, mais il est vrai qu'aucun Gouvernement n'a jamais tenu le moindre compte de leurs rapports. Il est rafraichissant d'entendre que Piketty estime que la performance économique d Fr. Hollande ne lui permet absolument pas de se présenter à l'élection présidentielle de sa seule décision. Et s'il se mettait lui aussi à lire et méditer les rapports de la Cour des comptes?
Babaswami
- 13/01/2016 - 11:52
Stupidités
Ah oui ! arrêter les gaspillages en tout genre c'est mener une politique d'austérité et conservatrice ! 57 % de dépenses publiques pour vous c'est une situation satisfaisante ? alors que Cuba en est "seulement " à 60% ? A lire ces stupidités je me demande si je vais renouveler mon abonnement à Atlantico...