En direct
Best of
Best of du 16 au 22 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

02.

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

03.

Misérable, totalitaire et islamophobe, la France devient le premier pays d’Europe pour les demandes d’asile

04.

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

05.

Le révélateur Whirlpool : mais quelle est maintenant la vision économique d’Emmanuel Macron ?

06.

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

07.

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

03.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

04.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

05.

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

06.

Le fétichisme du diplôme, facteur trop souvent oublié du blocage de l’ascenseur social français

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Union des droites
Les Républicains : une procédure d'exclusion vise Erik Tegnér
il y a 2 heures 47 min
pépites > France
Journée de mobilisation
FNSEA – Monde agricole : 1.000 tracteurs vont converger vers Paris le mercredi 27 novembre
il y a 3 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suite française" de Irène Némirovsky : adaptation méritoire d’une œuvre, dont l’auteure puis l’exhumation littéraire firent grand bruit en leur temps

il y a 3 heures 55 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la Belle au bois dormant noue sa cravate et quand s’allument les aurores boréales : c’est l’actualité des montres à la fin de l’automne
il y a 5 heures 45 min
décryptage > Société
L’enfer, c’est nous autres

Misérable, totalitaire et islamophobe, la France devient le premier pays d’Europe pour les demandes d’asile

il y a 7 heures 26 min
décryptage > Société
Pauvreté

Face aux inégalités : s’engager dans une dynamique de créativité

il y a 8 heures 52 min
décryptage > Culture
Touche pas à ma vahiné…

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

il y a 9 heures 25 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
"Paranoïsation", "désassimilation" et communautarisme : l’antiracisme dévoyé au profit d'un projet de conquête islamiste
il y a 10 heures 9 min
décryptage > Environnement
Roger Hallam

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

il y a 11 heures 5 min
décryptage > Europe
UE

Déficit : hypocrisies, contradictions et jeux de dupes à tous les étages européens

il y a 11 heures 44 min
Justice
Carlos Ghosn et son épouse Carole ont pu enfin communiquer pour la première fois en sept mois
il y a 3 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les renards et les lions" de Marcello Simonetta : le destin hors norme des fils de Laurent de Médicis

il y a 3 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Pour l'amour des livres" de Michel Le Bris : une amitié entre le voyage et la littérature

il y a 4 heures 2 min
pépite vidéo > Politique
Solutions
Dialogue sous tension entre Emmanuel Macron et les anciens salariés de Whirlpool à Amiens
il y a 6 heures 59 min
pépites > Environnement
Pollution
Réchauffement climatique : les plans de la Chine sur les centrales à charbon menacent les objectifs de Paris sur le climat
il y a 7 heures 57 min
rendez-vous > France
Zone Franche
Plus que jamais, le "pognon de dingue" coule à flots mais les gens sont toujours aussi pauvres
il y a 9 heures 13 min
décryptage > Economie
Insécurité économique

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

il y a 9 heures 56 min
décryptage > Education
Réussite

Le fétichisme du diplôme, facteur trop souvent oublié du blocage de l’ascenseur social français

il y a 10 heures 51 min
décryptage > Politique
Promesse

Le révélateur Whirlpool : mais quelle est maintenant la vision économique d’Emmanuel Macron ?

il y a 11 heures 22 min
pépites > International
Balles perdues
Selon une étude, les personnes blessées lors de fusillades ont un risque accru de troubles mentaux longtemps après leur guérison
il y a 20 heures 29 min
Objectif 2012

L'étrange éclipse Hollande vue de l'étranger

Publié le 23 décembre 2011
François Hollande multiplie les déplacements de campagne, mais n'arrive toujours pas à imposer ses thématiques dans l'agenda médiatique. Il reste toutefois en tête des sondages devant Nicolas Sarkozy. Qu'en pensent nos voisins européens ? Interview croisée de journalistes anglais et espagnol, ainsi que du directeur de l'institut franco-allemand de Ludwigsburg.
Henrik Uterwedde est directeur adjoint de l'Institut franco-allemand de Ludwigsburg. Hugh Schofield est correspondant France pour la BBC. Juan Pedro Quiñonero est correspondant France pour le journal conservateur espagnol ABC.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Henrik Uterwedde, Hugh Schofield,Juan Pedro Quiñonero
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Henrik Uterwedde est directeur adjoint de l'Institut franco-allemand de Ludwigsburg. Hugh Schofield est correspondant France pour la BBC. Juan Pedro Quiñonero est correspondant France pour le journal conservateur espagnol ABC.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Hollande multiplie les déplacements de campagne, mais n'arrive toujours pas à imposer ses thématiques dans l'agenda médiatique. Il reste toutefois en tête des sondages devant Nicolas Sarkozy. Qu'en pensent nos voisins européens ? Interview croisée de journalistes anglais et espagnol, ainsi que du directeur de l'institut franco-allemand de Ludwigsburg.

Atlantico : Après une primaire réussie, François Hollande reste en tête des sondages mais n'arrive pas à imposer ses thématiques de campagne dans l'agenda médiatique. Quel regard portez-vous sur ce moment de la campagne électorale française ?

Henrik Uterwedde : La campagne n'a pas encore vraiment commencé. Je vois la période actuelle comme une phase de mise en place des équipes des candidats, qui sont désormais connues - en ce qui concerne les principaux d'entre eux. La situation dégradée, tant la situation économique que celle des finances publiques, semble imposer certains thèmes : la rigueur budgétaire et sa réalisation (justice sociale, efficacité), l'Europe et la marge de manoeuvre nationale, la désindustrialisation et la compétitivité, enfin la recherche d'une nouvelle croissance durable. La crainte en Allemagne est qu'en période électorale, la rigueur et certaines réformes structurelles puissent être mises aux calendes... grecques.


Hugh Schofield :
 Je ne sais même pas ce que sont les thématiques de campagne de François Hollande. Est-ce parce qu'il n'a pas réussi à les imposer, ou parce que lui-même et son entourage ne se sont toujours pas accordés sur le programme présidentiel ? Je l'ignore. J'avoue rester dubitatif... 


Juan Pedro Quiñonero :
 François Hollande n’arrive pas à être crédible sur toutes les questions essentielles de la crise. C’est une évidence. Le grand atout de Nicolas Sarkozy, c’est justement ce sujet. Sans doute n’a-t-il pas été à la hauteur, mais tout le monde croit qu’il est le seul apte à en faire sortir la France.

 

L'écart entre François Hollande et Nicolas Sarkozy se réduit dans les sondages. Comment l'analysez-vous ?

H.U : François Hollande semble encore chercher ses marques, et trouver le bon équilibre entre distance et proximité vis-à-vis du PS. La querelle autour de la retraite à 60 ans en témoigne.


H.S :
Je crois que s'il disposait d'un projet clair, il aurait pu communiquer sur ce dernier. Il n'est pas suffisant de répondre que la campagne officielle n'a pas encore démarré, et d'affirmer vouloir garder des "cartouches" en réserve. François Hollande doit se montrer, sinon il se décrédibilisera. Le risque pour ce dernier, c'est finalement de se laisser bercer par les sondages qui prédisent toujours sa victoire. Il se peut qu'il ait adopté la meilleure tactique en restant en retrait, lui évitant ainsi des "bourdes" qui pourraient l'exposer à une baisse des intentions de vote. Par ailleurs, il se peut également que d'ici avril, un désastre mette en péril la zone euro et toute l'Europe, et "achève" Nicolas Sarkozy. Mais à mon avis, le comportement actuel de François Hollande risque de faire fuir les électeurs, car ces derniers ne sont pas prêts à installer un "pantin" à l'Élysée. La victoire est donc loin d'être assurée pour lui. De plus, un autre phénomène doit être pris en compte, les sondés indécis qui répondent aux sondeurs, mais dont le choix de candidat peut évolué d'ici les élections. Tout le monde se rappelle de l'arrivée de Jean-Marie Le Pen au second tour des élections présidentielles en 2002. Cela n'occulte toutefois pas l'hostilité ambiante à l'égard de Nicolas Sarkozy, qui fausse très certainement aussi les sondages. Gare aux sondages ! Nicolas Sarkozy n'est pas aimé, François Hollande est donné gagnant par tous les instituts de sondage, s'il perd l'élection présidentielle, il ne pourra sans prendre qu'à lui-même !



J.P.Q :
 L'écart se resserre sans doute parce que François Hollande. Il manque de thématique où il peut se démarquer. Il n’a pas de proposition concrète.

 

François Bayrou a imposé le "made in France" comme thématique de campagne, Eva Joly s'est illustrée sur la sortie du nucléaire. François Hollande rythme sa campagne par des déplacements nationaux et internationaux, mais en étant moins repris dans les médias. Pourquoi ont-ils, eux, connu le succès en la matière et pas lui ?

H.U : A mon avis, il est encore trop tôt pour dire cela. Attendons que la vraie campagne commence, et nous verrons qui sera à même d'"imposer" des thématiques, ou mieux de répondre aux attentes des électeurs !


H.S :
Les "autres" candidats, François Bayrou, Éva Joly... Rien de plus facile pour eux que de chercher à "faire du bruit", puisqu'ils ne sont pas de vrais concurrents... Chaque élection présidentielle a son lot de challenger hors course, qui ne cherchent qu'à faire parler d'eux ! Qui est le troisième homme/femme ? Qui sera le faiseur de roi ? Soit dit en passant, François Bayrou a manqué le "coche" à la dernière élection présidentielle. Désormais, il a perdu toute crédibilité, même s'il reste une valeur "refuge"pour certains électeurs. Reste à savoir si sa montée dans les sondages est liée à une baisse de François Hollande ou de Nicolas Sarkozy. Il ne faut toutefois pas totalement négliger François Bayrou. Les déçus du "hollandisme" risquent de se tourner vers le centre en premier lieu, et non vers la droite. Pour Nicolas Sarkozy, le risque tient principalement à se retrouver battu dès le premier tour par Marine Le Pen.



J.P.Q :
Les idées défendues par François Bayrou ou Eva Joly ne sont pas forcément de bonnes idées. Il y a une France positive qui rêve de devenir un grand acteur dans la situation internationale. Le « produire et consommer français » revient à un archaïsme nationaliste absolu. De même, la sortie du nucléaire est une façon archaïque et passéiste de voir le monde.

 

En tant que Président, Nicolas Sarkozy apparaît inévitable sur les questions liées à la crise. François Hollande souffre-t-il de cet état de fait structurel ?

H.U : Bien sûr, la recherche des Européens pour répondre à la crise de la zone euro met le Président actuel en première ligne, et il peut en profiter pour marquer des points face à un candidat qui n'a que peu d'expérience gouvernementale ou internationale.


H.S : L’actualité joue forcément en faveur de Nicolas Sarkozy, qui marque régulièrement des points via son rôle de gestionnaire de la crise. Il renforce ainsi son image d'Homme d’État "capable" auprès des électeurs. Le contraste entre Nicolas Sarkozy et François Hollande est assez saisissant. Le candidat socialiste n'a même pas assisté à une seule réunion de cabinet gouvernemental. Mais en même temps, Nicolas Sarkozy s'expose aussi aux critiques de ceux qui estiment qu'il a trop cédé à l'Allemagne... A mon avis, François Hollande a surtout intérêt à trouver de bonnes réponses au double défi d'une rigueur devenue impérative (quoi qu'on dise), en faisant des propositions alternatives qui combineraient justice sociale et efficacité. Ce n'est pas chose facile, ni pour lui ni pour Nicolas Sarkozy !


J.P.Q : François Hollande souffre surtout de son manque de propositions. Il sera bien plus visible lorsqu’il fera des propositions éclatantes et crédibles pour sortir de la crise. Mais en critiquant le projet du Président avec un casque d’ouvrier, il n’ira pas très loin.

 

La surexposition médiatique de la primaire a-t-elle fini par jouer en sa défaveur, après le moment de retrait qu'il a décidé de suivre ?

H.U : Après le "hype" des primaires socialistes, on pouvait s'attendre à un resserrement des écarts entre François Hollande et Nicolas Sarkozy. Cela n'a rien de surprenant. Il a tout intérêt à ne pas partir trop tôt. Mieux vaut attendre tranquillement la phase "chaude" de la campagne, et à bien se préparer avant.


H.S :
C’était inéluctable. D'ailleurs, l'euphorie des primaires était exagérée. Les socialistes ont présenté leur primaire comme la résolution à tous les maux de la démocratie. Il est en fait étonnant que François Hollande reste si haut dans les sondages, au regard de son absence dans les grands débats des deux mois passés. D'après moi, il doit s'engager sur le "champs de bataille" aussi vite que possible. Sans quoi, le doute risque de s'installer.


J.P.Q : Il était très visible quand il a gagné la primaire, parce qu’il était le plus crédible des socialistes. Il devenait du coup très intéressant. Il devenait un vrai projet d’alternative. Depuis on attend toujours des nouvelles : des projets concrets, des solutions réalistes à la hauteur de la crise. Mais on n’en voit pas. Mais je crois qu’il est déjà trop tard pour faire ces propositions. Les Français n’attendaient que ça. C’est d’ailleurs pour cette raison que Nicolas Sarkozy a le plus de poids médiatique. Il est toujours là, au centre de l’action.

 

Le déroulement de cette campagne électorale est-il propre à la France ?

H.U : Oui, définitivement. On ne connaît pas en Allemagne ce coté très (parfois trop) centré sur les personnalités. C'est peut-être aussi ce qui fait le charme des élections présidentielles françaises.


H.S :
Les élections présidentielles en France ne connaissent pas d'équivalent... Je les adore, même si j'émets certains doutes sur certains de ses aspects. L'idée d'une présidentielle en deux tours est louable, mais les risques encourus sont grands, et les conséquences néfastes (cf. le "21 avril"). En 2002, ce n'est pas tant la force de Jean-Marie Le Pen qui a pesé, mais davantage la faiblesse accrue de Lionel Jospin. Et ce, du fait de l'éparpillement des voix dites de "gauche", avec la multiplication des petits partis politiques. Se peut-il que Nicolas Sarkozy en soit victime à son tour ? Tout est possible, en particulier si l'actualité européenne cesse de lui "rendre service" d'ici avril.


J.P.Q : Oui, la France et l'Espagne sont deux modèles politiques très différents, on ne peut en rien les comparer. 


Propos recueillis par Franck Michel et Romain de Lacoste

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

02.

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

03.

Misérable, totalitaire et islamophobe, la France devient le premier pays d’Europe pour les demandes d’asile

04.

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

05.

Le révélateur Whirlpool : mais quelle est maintenant la vision économique d’Emmanuel Macron ?

06.

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

07.

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

03.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

04.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

05.

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

06.

Le fétichisme du diplôme, facteur trop souvent oublié du blocage de l’ascenseur social français

Commentaires (42)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
New
- 24/12/2011 - 11:17
Ce qu'il faut souhaiter à François Hollande :
Après 30 ans de néant, 30 ans à l'île de Rée !
Lepongiste
- 24/12/2011 - 10:09
theArtOfBlue Celui qui ne fait rien paraît toujours plus
calme et détendu ! FH ne fera rien pas même le retour en arrière sur des réformes comme celle des retraites tant décriées par la gauche. FH ne fera rien et surtout rien d'impopulaire qui puisse le faire baisser dans les sondages !
Pas encore au pouvoir on a déjà constaté ses reculades avec les verts, les agriculteurs, les retraites, les fonctionnaires
Imaginez après .
sam84
- 23/12/2011 - 17:59
Eclipse?
Hollande serait donc quelque peu lunaire! Ben c'est une explication tout a fait plausible,que ce soit en quartier ou en plein il ne brille pas beaucoup