En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

COP25 : Greta Thunberg a été exfiltrée de la marche à Madrid pour des raisons de sécurité

03.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

04.

Grèves : les "blacks blocs" blancs, ça ne serait pas un peu du blackface ?

05.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

06.

Jeanne Balibar critique violemment la politique d’Emmanuel Macron, qui avait été "bouleversé" par "Les Misérables" de Ladj Ly

07.

Ce nouvel espace politique qu’ouvrent Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen (mais pas pour eux…)

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Une prise de sang pour diagnostiquer les cancers les plus courants ? Une grande étude menée par des chercheurs lyonnais le permettra bientôt

04.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

05.

Vous ne devinerez jamais pourquoi le dernier shooting photo de Selena Gomez fait polémique

06.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

01.

L’immigration, remède nécessaire pour l’équilibre des retraites et le rebond de notre économie ?

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

04.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

05.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le jour où de Gaulle est tombé sous le charme de Jackie Kennedy

il y a 22 min 11 sec
décryptage > France
Bonnes feuilles

Le débat public peut-il se passer des Libéraux ?

il y a 22 min 41 sec
décryptage > France
Il n'est pas trop tard

Contre la pensée bourgeoise – celle du politiquement correct – osons être révolutionnaires !

il y a 23 min 1 sec
pépites > Justice
MoDem
François Bayrou a été mis en examen pour complicité de détournement de fonds publics
il y a 9 heures 4 min
Madrid
COP25 : Greta Thunberg a été exfiltrée de la marche à Madrid pour des raisons de sécurité
il y a 10 heures 33 min
light > Culture
The White House Plumbers
HBO prépare une série télévisée sur le scandale du Watergate
il y a 14 heures 7 min
pépite vidéo > International
Incendies
Les images impressionnantes du ciel orange à Sydney
il y a 15 heures 19 min
pépites > Société
#UberCestOver
Uber reconnaît que 6.000 agressions sexuelles ont été signalées en deux ans aux Etats-Unis
il y a 17 heures 2 min
pépites > International
Fulanis
Bernard-Henri Lévy alerte sur le massacre des chrétiens au Nigeria
il y a 17 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Funny Girl", la comédie musicale : phénoménale Funny Girl, Christina Bianco met Paris à ses pieds…

il y a 18 heures 48 min
décryptage > Sport
Bonnes feuilles

Le sportif, ce nouveau héros de temps de paix

il y a 22 min 33 sec
décryptage > International
Bonnes feuilles

Elections 2020 : les enjeux du combat face à Donald Trump

il y a 22 min 52 sec
décryptage > Economie
Paroxysme

Services publics paralysés et pression fiscale record : tous les symptômes d’une faillite programmée du système français

il y a 23 min 9 sec
light > Culture
Classe politique
Jeanne Balibar critique violemment la politique d’Emmanuel Macron, qui avait été "bouleversé" par "Les Misérables" de Ladj Ly
il y a 9 heures 27 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 5 décembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 11 heures 12 min
pépite vidéo > Europe
Auschwitz
Angela Merkel déclare que la mémoire des crimes nazis est "inséparable" de l'identité allemande
il y a 14 heures 36 min
pépites > France
Pédagogie
Retraites : Edouard Philippe présentera "l'intégralité du projet du gouvernement" mercredi prochain
il y a 15 heures 44 min
pépites > France
Champions du monde
La France est le pays de l'OCDE avec la fiscalité la plus lourde
il y a 17 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Samia" de Gilbert Ponté : dernière course pour Lampedusa, haletant et poignant

il y a 18 heures 41 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le sport joue avec la sphère et quand les heures se jouent sous dôme : c’est l’actualité des montres dans les tempêtes sociales
il y a 19 heures 38 min
© Reuters
© Reuters
Effet collatéral

Alliés objectifs : quand François Hollande sert les intérêts de Marine Le Pen

Publié le 20 décembre 2015
A l'approche de 2017, les stratégies se peaufinent... Et pour les socialistes, affaiblir la droite dans le but d'être opposé à Marine Le Pen au second tour s'avère un moyen sûr de l'emporter.
Roland Hureaux a été universitaire, diplomate, membre de plusieurs cabinets ministériels (dont celui de Philippe Séguin), élu local, et plus récemment à la Cour des comptes.Il est l'auteur de La grande démolition : La France cassée par les réformes...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roland Hureaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roland Hureaux a été universitaire, diplomate, membre de plusieurs cabinets ministériels (dont celui de Philippe Séguin), élu local, et plus récemment à la Cour des comptes.Il est l'auteur de La grande démolition : La France cassée par les réformes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A l'approche de 2017, les stratégies se peaufinent... Et pour les socialistes, affaiblir la droite dans le but d'être opposé à Marine Le Pen au second tour s'avère un moyen sûr de l'emporter.

François Hollande voudrait favoriser l'accession au pouvoir de Marine Le Pen en 2017 qu’il ne s'y prendrait pas autrement.

Parlant de Hollande et Valls, Le Parisien du 16 décembre évoque "leur plan pour dynamiter la droite", "un plan diabolique pour torpiller l'opposition".

Ce plan ? Rebondir sur l'idée du Front républicain que la gauche a imposé aux régionales pour attirer dans l’orbite du président une partie de l'UMP, celle qui est la plus éloignée au Front national : Alain Juppé, Jean-Pierre Raffarin, Nathalie Kosciusko-Morizet, Xavier Bertrand et même Christian Estrosi auquel le PS a permis d'accéder à la tête de la région PACA. Le résultat prévu : faire voler en éclat "Les Républicains", marginaliser Nicolas Sarkozy, campé sur le ni-ni : ni alliance avec le Front national, ni avec le Parti socialiste. François Hollande, n'ayant plus aucun espoir d'être réélu comme candidat du PS, veut l’être comme celui de l'UMPS

Pour le Front national, le bénéfice serait triple :

D'abord, François Hollande l'installe dans le rôle du seul grand parti d'opposition. Car le Front républicain n'est qu'un autre nom de l'UMPS, dénoncée par le Front national. Rapprocher la droite et la gauche "républicaines", c'est cautionner ce que dit Marine le Pen : que rien d'essentiel ne les sépare. La seule alternative à leur politique commune serait donc le Front national. Certes l'opposition ne gouverne pas. Pas encore : il est dans la nature de la démocratie que le grand parti d'opposition accède un jour au pouvoir. On peut barrer la route à un parti marginal, on ne peut pas le faire à la principale force d'opposition. Même en Suède, même au Japon, même au Mexique (et demain sans doute en Russie) où le même parti s'était installé au pouvoir pendant des dizaines d'années, l'alternance a fini par avoir lieu. L'élection de Marine Le Pen en 2017 paraît monstrueuse à beaucoup et par là inimaginable. Mais, qui s'en souvient ? Après vingt-trois ans de gaullisme et de giscardisme, celle de François Mitterrand en 2001, surtout lesté de ministres communistes, ne le paraissait pas moins à beaucoup. Après son élection, beaucoup écarquillaient les yeux car ils avaient du mal à y croire. Le même François Mitterrand, parlant de Jacques Chirac, dit vers 1994 : "C'est le tour de Chirac". Le peuple français ne raisonne pas autrement : il dira "C'est le tour de Marine Le Pen".

Ensuite, même si la manoeuvre aboutissait à marginaliser Nicolas Sarkozy, une partie de l'UMP, autour de lui ou d'un autre, ne l'acceptera pas. Et, isolée, elle ne manquera pas de durcir ses positions. François Hollande souhaite qu'aucun candidat de la droite classique n'accède au second tour de la présidentielle. Mais obtenir alors le ralliement d'une UMP en bon ordre de marche est une chose, l'avoir démembrée avant l'élection en est une autre. On a dit que le Front n'avait pu passer la barre du succès au second tour dans les régions où il était en tête pare qu'il lui manquait une "réserve". Cette réserve, le président, par ses manouvres, la lui prépare !

Enfin, quand on se gargarise sur les zones de recouvrement entre la droite du PS et la gauche de l'UMP (avec l'UDI, le MODEM etc.), recouvrement qui permettrait de prendre des initiatives communes, sur l'emploi par exemple, qui ne voit que c'est dans cette zone de recouvrement que se trouvent les politiques les plus honnies du peuple français, celles qui le poussent le plus à voter pour les extrêmes ?

A la gauche de la gauche, il y aurait des thèses propres à plaire au peuple : la justice fiscale, la limitation des inégalités.

A la droite de l'UMP, un souci accentué de la sécurité ou de l'identité nationale sont également propres à maintenir un certain ancrage populaire à ce parti.

Mais si l'on devait résumer tout ce qui pousse les Français à se détourner des partis classiques, c'est précisément dans la zone de recouvrement de la droite et de la gauche classiques qu'on le trouverait : un attachement sans le moindre recul aux logiques européennes, à l'atlantisme et au libre-échange, probablement l'adhésion au TAFTA, contre lequel se dressent Jaques Myard et Jean-Luc Mélenchon mais sûrement pas Jean-Pierre Raffarin et Emmanuel Macron, un droit-de l'hommisme paralysant pour toute politique efficace contre la délinquance ou l'immigration clandestine et surtout le conformisme technocratique en toutes matières: suppression de la commune, des professions à statut comme les notaires et les pharmaciens, suppression du repos le dimanche, cher à Macron, bref tout ce qui déconstruit et par là désespère, au nom d'un libéralisme mal compris, la société française.

Quant à l'emploi, parlons-en : s'il est une convergence entre Macron et Juppé ou Kosciuszko-Morizet, c'est un attachement sans faille à l’euro. Mais l'euro, au moins tel qu'il est géré, n'est-il pas le principal obstacle à la solution au problème de l'emploi ? Quelle initiative commune pourraient donc prendre les convergents pour faire mieux, dans le cadre étriqué des contraintes imposées par Bruxelles, que ce qu'ont déjà tenté successivement et sans succès Sarkozy puis Hollande ?

Les centristes sont on le sait, gens arrangeants, entre eux certes, mais surtout à l'égard de toutes les logiques internationales ou technocratiques, précisément celles qui révoltent le peuple. Si l'on s'en tenait aux critères du XIXe siècle où l'extrême droite désignait alors le parti le plus éloigné du peuple, la vraie extrême droite, aujourd'hui, tel est le paradoxe de notre temps, c'est le centre ! Comme, chacun à sa manière, Nicolas Sarkozy et Martine Aubry l'ont compris, le meilleur moyen de rendre un peu plus haïssables les partis de gouvernement est de s'en tenir à leur dénominateur commun.

Il est clair que l'actuel chef de l'Etat, qui se drape si volontiers dans la toge républicaine de l'opposition intransigeante au Front national, fait tout, par intérêt personnel, pour le rapprocher du pouvoir.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

COP25 : Greta Thunberg a été exfiltrée de la marche à Madrid pour des raisons de sécurité

03.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

04.

Grèves : les "blacks blocs" blancs, ça ne serait pas un peu du blackface ?

05.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

06.

Jeanne Balibar critique violemment la politique d’Emmanuel Macron, qui avait été "bouleversé" par "Les Misérables" de Ladj Ly

07.

Ce nouvel espace politique qu’ouvrent Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen (mais pas pour eux…)

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Une prise de sang pour diagnostiquer les cancers les plus courants ? Une grande étude menée par des chercheurs lyonnais le permettra bientôt

04.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

05.

Vous ne devinerez jamais pourquoi le dernier shooting photo de Selena Gomez fait polémique

06.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

01.

L’immigration, remède nécessaire pour l’équilibre des retraites et le rebond de notre économie ?

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

04.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

05.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
langue de pivert
- 21/12/2015 - 16:11
@leucate
Quand on aime son pays (et qu'on est éliminée au deuxième tour, pas éliminée par "le système", éliminée par LES ÉLECTEURS !) on choisit le moindre mal, on prend ses responsabilités, on ne botte pas en touche par dépit ! Et le moindre mal c'était Sarko II ! (qui aurait été probablement meilleur que Sarko I et AVEC CERTITUDE que Hollande I Moi j'aime mon pays et j'ai voté pour le moins mauvais des 2 ! Vous ne répondez pas sur le fond : Vous pensez que ça va mieux avec Hollande ? Vous vous êtes abstenu ou vous avez voté blanc ? Réjouissez vous vous en aurez jusqu'en 2022 du Hollande ! J'aime ma région (que nous partageons je crois) et j'ai voté FN, pas par conviction, mais avec la certitude que ça serait mieux qu'avec les socialos ! Le FN étant le mieux placé pour battre la gauche j'ai pris mes responsabilités, pour le résultat qu'on sait ! Je ne le regrette pas ! Mon choix ira toujours vers le (la) mieux placé(e) pour battre la gauche, car la gauche est pire que tout !
Leucate
- 21/12/2015 - 13:30
@langue de pivert - vous ressassez !
"""Beaucoup d'électeurs de droite n'ont pas oublié 2012 et celle qui a préféré - par dépit - la peste bubonique Hollandaise à la migraine Sarkozyste !"""
Archifaux ! Marine n'a pas donné de consignes de vote, elle a simplement indiqué qu'à titre personnel elle s'abstenait.
Et si nombre d'électeurs FN ont voté blanc ou bien ont été à la pêche à la ligne, c'est bien parce qu'ils pensaient (et le pensent sans doute encore plus aujourd'hui) c'est que le PS et LR se valent et montrent d'ailleurs et ont montré ce qu'ils valent quand ils gouvernent. C'est au pied du mur que l'on voit le "maçon", dit l'adage.
Sans doute quelques électeurs FN ont pu voter Hollande. Ils ont certainement suivi la consigne de NKM disant qu'entre Hollande et Marine, elle choisirait Moi-je. En rappelant que NKM était la porte parole de campagne du candidat Sarkosy.
Sarkosy peut donc la remercier d'avoir saboté sa campagne ainsi que d'autres. L'UMP, c'est l'armée à Bourbaki où personne ne commande.
jurgio
- 21/12/2015 - 09:34
Bien sûr, le FN fait peur
mais cette peur s'est amplifiée quand il tape comme sur un fer rouge sur les partis de droite. À qui se fier ? Des chiens fous. S'il y a changement de nom du parti, il faudra aussi changer de méthode, sinon, il apparaîtra encore plus pernicieux.