En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

07.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

04.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 40 min 20 sec
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 2 heures 15 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 2 heures 35 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 2 heures 47 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 3 heures 7 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 3 heures 20 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 3 heures 22 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 3 heures 22 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 3 heures 26 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 19 heures 24 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 55 min 50 sec
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 2 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 2 heures 40 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 3 heures 1 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 3 heures 18 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 3 heures 21 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 3 heures 22 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 3 heures 26 min
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 19 heures 4 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 19 heures 42 min
© Reuters
© Reuters
Gnose 2.0

L'homme, cette nuisance ? Comment la gnose, ce mouvement religieux des premiers temps du christianisme, est revenue influencer l'idéologie contemporaine

Publié le 13 décembre 2015
La Gnose date des débuts du christianisme et correspond à une doctrine religieuse. Celle-ci se développe sous l'Empire Romain, aux IIè et IIIè siècles et juge le monde radicalement mauvais, de même que l'Homme dans son ensemble. Un raisonnement qui n'est pas sans rappeler l'attitude de certains groupuscules au sein de partis politiques.
Roland Hureaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roland Hureaux a été universitaire, diplomate, membre de plusieurs cabinets ministériels (dont celui de Philippe Séguin), élu local, et plus récemment à la Cour des comptes.Il est l'auteur de La grande démolition : La France cassée par les réformes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Gnose date des débuts du christianisme et correspond à une doctrine religieuse. Celle-ci se développe sous l'Empire Romain, aux IIè et IIIè siècles et juge le monde radicalement mauvais, de même que l'Homme dans son ensemble. Un raisonnement qui n'est pas sans rappeler l'attitude de certains groupuscules au sein de partis politiques.

Atlantico : Qu'est-ce qui vous a amené à vous intéresser à la gnose. Il nous semblait que vos préoccupations étaient plutôt d'ordre politique  ?

Roland Hureaux : Je suis revenu à mon premier métier qui est celui d'historien avec un goût particulier pour l'empire romain et quelques compétences en histoire religieuse.

Il s'agit, je le précise, d'un livre d'histoire et non de spéculation.

Comment définiriez-vous la gnose ?

C'est un mouvement religieux que l'on voit apparaître aux débuts du christianisme, d'abord en Orient (Syrie, Egypte), puis à Rome et qui a tenu une place importante dans l'histoire des débuts du christianisme.

Il est illustré par de noms comme Basilide, Carpocrate, Valentin, Marcion.

La doctrine des gnostiques se réfère, au moins en théorie, au christianisme. Mais elle revêt un caractère occulte et donc initiatique. Les gnostiques acceptent le plus souvent le christianisme ordinaire mais y superposent des doctrines secrètes réservées aux élus.

Il y a d'autres caractères plus sulfureux: ainsi la conviction que le monde est radicalement mauvais.

En découle d'idée que Dieu, ou le Premier principe (appelé par certains le Dieu néant) ne saurait en être le créateur. C'est une créature inférieure, un démiurge, ou bien un deuxième Dieu, le dieu du Mal, qui est l'auteur du monde (deux dieux, c'est ce qu'on appelle le dualisme).

Les gnostiques prétendent accepter le Nouveau testament (que toutefois ils altèrent sérieusement, n'acceptant par exemple ni la passion ni la résurrection) mais pas l'Ancien. Ils rejettent l'héritage juif, en particulier la Loi de Moïse.  

Croyant à la suprématie absolue de l'esprit, certains vont jusqu'à admettre la métempsychose. Ils rejettent aussi la chair et la sexualité, en particulier sous la forme du mariage, pratiquant l'abstinence absolue, mais certains, considérant que la chair n'a pas d'importance, s'adonnent au contraire à la licence la plus débridée, ce qui plait beaucoup à Michel Onfray qui s'y est intéressé.

De tous ces caractères quel est le plus important ?

Pour moi, c'est la conviction que le monde est mauvais et que, en conséquence, le salut, comme dans le bouddhisme qui a peut-être subi l'influence de la gnose gréco-latine (le chemin inverse parait aujourd'hui moins probable), le salut, de l'esprit seulement (pas  question de résurrection de la chair chez eux) consiste en ce que l'esprit quitte ce monde et rejoigne le Plérôme, le ciel où siègent le Premier principe et ses multiples émanations appelées éons, anges etc.

La gnose fut-elle cantonnée à l'Empire romain ?

Non, au IIIe siècle apparait en Mésopotamie la figure étonnante de Mani, grand génie aux dons multiples qui fonde les Manichéens. Sa doctrine n'est pas très différente de celle de Marcion : un Dieu du bien et un Dieu du mal. Le salut n'est obtenu que par quelques-uns, qui sont comme des étincelles divines s'abstrayant de la matière tenue pour mauvaise. Le manichéisme se répandit jusqu'en Chine,  et en Occident jusqu'à Carthage où saint Augustin y adhéra un moment. Ce mouvement, considérable, dura tout au long du premier millénaire. 

N'est-il pas né d'influences orientales ?

C'est une vielle théorie que je démonte, celle du vieux fond dualiste iranien qui serait à l'origine de la gnose. Mani était imprégné de culture gréco-latine ; son père était un disciple de saint Jean Baptiste. Ils se réfère à Jésus, que comme les musulmans il tient comme l'avant dernier prophète avant lui.

Et après Mani ?

De nombreux groupes ont repris sous des formes diverses la doctrine manichéenne, sans toujours savoir que Mani avait existé, ses nombreux écrits ayant été perdus. C'est le cas des cathares du midi de la France dont la doctrine ressemble à s'y méprendre à celle de Mani mais ne s'y réfère pas.

Les cathares viennent-ils vraiment des manichéens ?

Les historiens du Midi croient généralement que le catharisme est un produit du terroir occitan. Je pense, comme Henri-Charles Puech et d'autres, que c'est un produit d'importation. Je ne crois pas les hommes si inventifs au point d'inventer deux fois la même doctrine. Mais on peut en discuter.

Après la crise cathare (XIIIe siècle), l'Eglise latine se ressaisit et, voyant le danger d'une dévalorisation trop grande du monde, réhabilite, sous l'inspiration d'Aristote et sous l'égide de saint Thomas d'Aquin, les réalités terrestres comme la sexualité ou la politique que les gnostiques - et aussi il faut bien le dire beaucoup de catholiques marqués  par Saint Augustin - disqualifiaient.

Peut-on dire la gnose a encore de l'influence ?

Certains s'y réfèrent encore, en particulier certaines obédiences maçonniques ou certains "théosophes" comme René Guénon qui déclarent continuer la Tradition, avec un grand T, remontant aux premiers gnostiques.

Mais depuis la fin du catharisme, il est rare que l'on retrouve tous les caractères de la gnose tels que je les énonçais. Le plus fréquent est qu'on retrouve dans telle ou telle école, tel ou tel auteur, deux ou trois caractères mais pas tous. Par exemple dans la philosophie de Hegel ou chez certaines sectes initiatiques modernes comme il s'en trouve ici ou là. Je pense par exemple à la Christian Science.

En outre la modernité a, grâce au progrès scientifique et technique, réhabilité le monde réel, l'idée d'un progrès terrestre qui était ignorée de Valentin ou de Marcion.

Mais certains traits de la gnose se retrouvent dans le monde moderne. L'idée d'une suprématie absolue de l'esprit aboutit au transhumanisme, à la conception que l'esprit peut tout sur la manière, y compris celle dont est composée le corps humain. L'indépendance absolue de la chair et de l'esprit, cela conduit par exemple à la théorie du genre.

Le loi morale, en particulier la morale sexuelle, est remise en cause.

J'ajoute que, si on ne dit plus que le monde est mauvais, certains ultra écologistes ne sont pas loin de considérer l'homme comme une nuisance. A tout le moins trouve-t-on son comportement tellement mauvais qu'il semble toujours à réformer : lutte contre le tabagisme, les chauffards, les pollueurs, le racisme, la xénophobie, l'homophobie. Sans être radicalement mauvais, nous sommes soumis à tellement de tentations mauvaises que la société se transforme en une sorte de maison de rééducation. Vous voyez ce que je veux dire.

La démocratie, très étrangère à la gnose, est de plus en plus récusée au profit d'aréopages internationaux plus ou moins occultes qui se prennent pour une élite d'initiés chargée de conduire les autres.

L'idéologie est sans doute la forme moderne de la gnose.

Même si les théories de Basilide ou de Mani n'ont plus cours, il y a bien, en effet, quelque chose de gnostique dans le monde moderne.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
de20
- 14/12/2015 - 21:26
La gnose tout aussi
La gnose tout aussi discutable qu elle soit comme l auteur le décrit tend a apprivoiser la dualité afin de la transcender. Certes il y a des voies plus élégantes que d autres(c est humain) La technologie permet au travers de l intelligence artificielle de passer au rebut les idées d'un autre age pour politiciens attardés et ouailles en manque de sensations(transgenre,pride de tous bords etc.... D aucuns y voient un complot d autres un progrès conduisant à une evolution et des extinctions.
Le gorille
- 14/12/2015 - 05:56
Merci !
Merci Olivier 62 et Roland Hureaux d'apporter de tels éclairages.
Le gorille
- 14/12/2015 - 05:47
Définition
Dans Théo, je trouve : [Le gnostique est celui qui connaît parce qu'il a reçu une révélation. Et c'est par cette "connaissance" qu'il est sauvé. Il ne "croit" pas, car pour lui la foi est inférieure à la "connaissance". Il "sait", parce qu'il est un initié.]