En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
Entre approche keynésienne et doctrine libérale, l'Europe ne sait pas par quel bout prendre la crise.
Défaut de paiement
Et s’il était temps d’envisager que nous ne rembourserons pas toute la dette ?
Publié le 18 décembre 2011
Tiraillée entre approche keynésienne et doctrine libérale, l'Europe ne sait pas sur quel pied danser. Le pragmatisme et la realpolitik doivent l'emporter sur les vieux clivages d'économistes. Première étape : reconnaître un défaut de paiement raisonné de la dette européenne.
Henri Regnault est diplômé de l’ESSEC (1970) et l’Institut d’Études Politiques de Paris (1972) et Docteur d’Etat en Sciences Économiques (Université Paris Dauphine, 1975). Il est spécialisé en économie du développement et économie internationale.Depuis...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Henri Regnault
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Henri Regnault est diplômé de l’ESSEC (1970) et l’Institut d’Études Politiques de Paris (1972) et Docteur d’Etat en Sciences Économiques (Université Paris Dauphine, 1975). Il est spécialisé en économie du développement et économie internationale.Depuis...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Tiraillée entre approche keynésienne et doctrine libérale, l'Europe ne sait pas sur quel pied danser. Le pragmatisme et la realpolitik doivent l'emporter sur les vieux clivages d'économistes. Première étape : reconnaître un défaut de paiement raisonné de la dette européenne.

La situation économique mondiale créée par le surendettement des Etats est inextricable. Il n’y a pas d’issue dans le cadre des routines économiques dominantes, entre une approche conjoncturelle keynésienne inadaptée à un blocage structurel de surendettement (public et privé) et un moralisme ordo-libéral à l’allemande à l’opposé de la realpolitik indispensable. Loin de ces références d’une autre période, nous avons besoin d’une stratégie pragmatique de sortie d’une situation qui stérilise les potentiels de croissance et qui ne peut nous conduire qu’au pire, dont les émeutes britanniques n’ont été qu’un avant-goût.

Cette stratégie ne peut pas passer par des politiques d’austérité qui rendent encore plus impossible le remboursement de la dette, par contraction du revenu national, diminution des recettes fiscales et, in fine, accroissement du déficit budgétaire. Cette stratégie ne peut pas passer non plus par des politiques de relance coûteuses et impossibles à financer dans les conditions actuelles. Ces deux voies conduisent à l’aggravation du problème plus qu’à sa solution. Rouler la dette à l’infini ne sera plus possible car les créanciers deviennent méfiants devant cette forme de cavalerie qui consiste à emprunter toujours plus pour assurer les échéances de la dette antérieure. Enfin, les banques centrales ne peuvent pas faire de miracle et si la monétisation de la dette n’est pas le diable, elle trouvera vite ses limites, sauf  à provoquer une perte de confiance dans les monnaies fiduciaires… l’antichambre du pire. Les Etats doivent donc prendre leurs responsabilités et poser un acte fort, ouvrant un degré de liberté dans le système: soustraire la dette souveraine aux marchés, à travers l’affirmation régalienne d’un défaut de paiement raisonné, organisé et administré, couplé à une réforme budgétaire et fiscale assurant à très court terme l’équilibre des budgets primaires des Etats, hors service de la dette. Le défaut et la réforme sont indissociables, l’un sans l’autre n’a aucun sens et aucune viabilité.

Le défaut : condition indispensable

Aucune solution n’est indolore. Le défaut raisonné fera des victimes : les épargnants (à travers la décote de leurs assurances vie, fonds de pension et autres placements bourrés de dettes souveraines), les banques et les compagnies d’assurance qui ont prêté aux Etats et dont certaines devront être nationalisées pour échapper à la faillite. Il faudra voir après ce qui pourra être fait pour les créanciers partiellement spoliés par le défaut et les indemniser au mieux, une fois la croissance repartie et les budgets des Etats remis en ordre : rembourser ce qui pourra l’être quand ce sera possible, mais sans la pression des marchés irrationnels et des spéculateurs cupides, et sans remettre en cause les équilibres fragiles de nos sociétés. Dans un premier temps, le défaut est la condition indispensable pour éclaircir le paysage économique et permettre le retour à un calcul économique sain, débarrassé des craintes inflationnistes, liées à un risque de monétisation outrancière (avec la fièvre de l’or purement stérile qui va de pair), et des angoisses déflationnistes induites par le rigorisme allemand (et les anticipations de dépression qui vont avec). La règle d’or de l’équilibre budgétaire  peut ainsi devenir une vraie stratégie de retour à la croissance si elle s’accompagne d’un défaut raisonné qui permette d’équilibrer le budget primaire dans le maintien des devoirs des Etats, car il n’est pas question de sacrifier :

-        ni une éducation accessible à tous, une recherche performante et les infrastructures d’avenir, nécessaires à la croissance de demain,

-        ni la solidarité sociale, la sécurité et la justice indispensables à la cohésion des sociétés,

-        ni la défense, dans un monde plein de dangers où la négligence en la matière est fatale.

 Jouer collectif

L’idéal serait qu’un tribunal international de la dette détermine les coefficients de dépréciation nécessaire des dettes souveraines pour repartir sur des bases saines. Toutefois l’idéal n’est pas de notre monde, les  grands pays débiteurs n’agiront pas de conserve et le tribunal international de la dette n’existera pas. Donc tout cela va se passer dans la plus grande brutalité des rapports de force internationaux. Mais l’issue ne fait aucun doute : le défaut partiel d’une bonne partie des pays développés. Pour limiter les dégâts collatéraux,  le plus tôt sera le mieux. La question clef pour la zone euro est sa capacité à organiser collectivement un tel défaut raisonné : sinon, elle éclatera, ses ex-membres joueront perso et prendront individuellement  de plein fouet le défaut que les Etats-Unis, eux, sauront organiser après les élections de 2012, pour relancer leur croissance et sauver le dollar, après avoir amusé la galerie avec de la monétisation. Dans ce cas, ce ne sont pas les fondamentaux économiques qui auront fait la différence (ils sont plutôt en faveur de la zone Euro) mais la crédibilité de la gouvernance. Non, l’Europe n’est pas sauvée et les Etats-Unis ne sont pas défaits : tout reste à écrire.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
04.
Cet autre mea culpa que devrait envisager Emmanuel Macron pour préserver la fin de son quinquennat
05.
Dear Melania : pourquoi les médias se trompent (aussi) sur la First Lady
06.
Kim Kardashian veut 7 enfants, Laura Smet en attend un, Alain Delon attend des siens qu’ils ne se déchirent pas à la Johnny; Voici voit Laeticia Hallyday & Sébastien Farran réconciliés, Closer les voit tendus; Victoria Beckham s’est fait gonfler les joues
07.
L'association WWF accusée de soutenir des programmes de stérilisation forcée aux abords de parcs nationaux en Afrique et en Inde
01.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
02.
Aveuglement ? Un dîner caritatif est organisé à Saint-Denis au profit d’un Centre de formation des Oulémas soupçonné d’entretenir de troubles liens avec les dhijadistes anti-occidentaux
03.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
04.
L'OPA du néo-sultan Erdogan sur la diaspora turque de France et d’Europe via les écoles et les mosquées
05.
Ce que les experts de l’OMS recommandent pour réduire les risques de démence sénile
06.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
01.
“Droite Trocadéro” contre “droite mercato” : ce que cache la querelle entre LR et ex LR ralliés au macronisme
02.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
03.
Le glyphosate, le dernier débat hystérique de tous ceux qui se méfient de l’Europe et du progrès
04.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
05.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
06.
Gilets jaunes, six mois déjà et ces questions restées sans réponse sur les défis auxquels fait face notre démocratie
Commentaires (53)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Demystificateur
- 20/12/2011 - 17:11
A la lueur des derniers rebondissements voilà un article
que l'on peut avec plaisir mettre à la poubelle !!!
decheval
- 19/12/2011 - 22:40
Pendant ce temps...
...rien ne vaut de faire passer des lois en douce pour taper encore plus fort sur les pauvres :

http://www.marianne2.fr/SlovarMarianne/Mal-logement-La-chasse-aux-pauvres-et-precaires-continue-_a405.html
Lepongiste
- 19/12/2011 - 15:31
Mais si l'état ne rembourse plus rien et déclare le défaut
de paiement les entreprises, commerçants et particuliers feront de même et nos bons juges leur donneront raison !!
Les banques feront faillite et plus rien ne tiendra debout....