En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

02.

Manuel Valls danse sur une chanson des Gipsy Kings à son mariage fastueux

03.

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

04.

Les conditions de la détention de l’actrice Felicity Huffman dévoilées par la presse américaine

05.

La France continue de créer des emplois industriels alors qu’elle n’ouvre plus d’usine. Bizarre

06.

Thomas Piketty, l'anti-Friedman qui ne fait peur à personne

07.

De l’Arabie saoudite à Gaza, le Moyen-Orient est-il au bord de la conflagration généralisée ?

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Syrie : les vraies raisons derrière l’avertissement d’Erdogan à l’Europe sur une nouvelle vague de migrants

04.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

05.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

06.

Pourquoi nier l’existence du racisme anti-blancs en prouve en fait l’existence

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

​La déliquescence de la pensée (Gérard Noiriel) contre « la pensée délinquante » (Éric Zemmour)

03.

Reconnaissance de la filiation des enfants par GPA : grand flou sur sujet clair

04.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

05.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

06.

Marine Le Pen : retour aux fondamentaux (et au plafond de verre)

ça vient d'être publié
pépite vidéo > International
Preuve en image
Des navires de guerres vendus par la France impliqués dans le blocus yéménite
il y a 1 heure 34 min
pépites > France
plus de reports possibles
Evacuation d’un millier de migrants à Grande-Synthe
il y a 2 heures 21 min
pépite vidéo > Justice
une énième confrontation
Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune
il y a 3 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"LECTURES D'ETE": "Marcher jusqu'au soir" de Lydie Salvayre

il y a 5 heures 6 min
pépites > Société
PMA pour toutes
Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre
il y a 6 heures 22 min
décryptage > Société
Youpi ?

Vous allez pouvoir décrocher les portraits de Macron : un juge de Lyon vous y autorise

il y a 7 heures 43 min
décryptage > International
Union européenne VS Russie

Politique énergétique : avec Nordstream, c’est l’indépendance de l’Europe qui est en jeu

il y a 8 heures 27 min
décryptage > International
élections législatives

Petits repères pour comprendre les élections en Israël

il y a 9 heures 54 min
décryptage > France
Atlantico-Business

La France continue de créer des emplois industriels alors qu’elle n’ouvre plus d’usine. Bizarre

il y a 10 heures 29 min
décryptage > International
Spectre de la guerre

De l’Arabie saoudite à Gaza, le Moyen-Orient est-il au bord de la conflagration généralisée ?

il y a 10 heures 49 min
light > Insolite
Du costume à la tenue de cirque
L’ex-conseiller de Donald Trump participe à l’émission Danse avec les Stars
il y a 2 heures 2 min
de la moquerie dans l'air
Justin Trudeau va réenregistrer son hymne en français
il y a 2 heures 37 min
light > Société
nouveau système de don
L'arrondi sur salaire de plus en plus répandu en France
il y a 4 heures 16 min
pépites > Société
La recherche s'affine
La fraude des numéros de sécurité sociale est estimée entre 117 et 139 millions d'euros
il y a 5 heures 14 min
pépite vidéo > Société
démenti
Alexandre Moix se confie sur la violence de son frère Yann dans leur enfance
il y a 7 heures 5 min
décryptage > Europe
documents de yellowhammer

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

il y a 8 heures 7 min
décryptage > Economie
risque de récession ?

Déficits publics : la zone euro souffre-t-elle d’anorexie budgétaire ?

il y a 9 heures 39 min
décryptage > Science
maladies cardiovasculaires

Surmortalité et boissons sucrées : pourquoi l'étude européenne qui rend responsable les édulcorants n’est pas valable

il y a 10 heures 9 min
décryptage > Politique
élections municipales 2020

LREM, cette coalition qui s’ignore

il y a 10 heures 36 min
pépite vidéo > International
Flammes massives
Sites pétroliers attaqués en Arabie Saoudite : la production mondiale de pétrole ralentie
il y a 1 jour 1 heure
Entre approche keynésienne et doctrine libérale, l'Europe ne sait pas par quel bout prendre la crise.
Entre approche keynésienne et doctrine libérale, l'Europe ne sait pas par quel bout prendre la crise.
Défaut de paiement

Et s’il était temps d’envisager que nous ne rembourserons pas toute la dette ?

Publié le 18 décembre 2011
Tiraillée entre approche keynésienne et doctrine libérale, l'Europe ne sait pas sur quel pied danser. Le pragmatisme et la realpolitik doivent l'emporter sur les vieux clivages d'économistes. Première étape : reconnaître un défaut de paiement raisonné de la dette européenne.
Henri Regnault est diplômé de l’ESSEC (1970) et l’Institut d’Études Politiques de Paris (1972) et Docteur d’Etat en Sciences Économiques (Université Paris Dauphine, 1975). Il est spécialisé en économie du développement et économie internationale.Depuis...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Henri Regnault
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Henri Regnault est diplômé de l’ESSEC (1970) et l’Institut d’Études Politiques de Paris (1972) et Docteur d’Etat en Sciences Économiques (Université Paris Dauphine, 1975). Il est spécialisé en économie du développement et économie internationale.Depuis...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Tiraillée entre approche keynésienne et doctrine libérale, l'Europe ne sait pas sur quel pied danser. Le pragmatisme et la realpolitik doivent l'emporter sur les vieux clivages d'économistes. Première étape : reconnaître un défaut de paiement raisonné de la dette européenne.

La situation économique mondiale créée par le surendettement des Etats est inextricable. Il n’y a pas d’issue dans le cadre des routines économiques dominantes, entre une approche conjoncturelle keynésienne inadaptée à un blocage structurel de surendettement (public et privé) et un moralisme ordo-libéral à l’allemande à l’opposé de la realpolitik indispensable. Loin de ces références d’une autre période, nous avons besoin d’une stratégie pragmatique de sortie d’une situation qui stérilise les potentiels de croissance et qui ne peut nous conduire qu’au pire, dont les émeutes britanniques n’ont été qu’un avant-goût.

Cette stratégie ne peut pas passer par des politiques d’austérité qui rendent encore plus impossible le remboursement de la dette, par contraction du revenu national, diminution des recettes fiscales et, in fine, accroissement du déficit budgétaire. Cette stratégie ne peut pas passer non plus par des politiques de relance coûteuses et impossibles à financer dans les conditions actuelles. Ces deux voies conduisent à l’aggravation du problème plus qu’à sa solution. Rouler la dette à l’infini ne sera plus possible car les créanciers deviennent méfiants devant cette forme de cavalerie qui consiste à emprunter toujours plus pour assurer les échéances de la dette antérieure. Enfin, les banques centrales ne peuvent pas faire de miracle et si la monétisation de la dette n’est pas le diable, elle trouvera vite ses limites, sauf  à provoquer une perte de confiance dans les monnaies fiduciaires… l’antichambre du pire. Les Etats doivent donc prendre leurs responsabilités et poser un acte fort, ouvrant un degré de liberté dans le système: soustraire la dette souveraine aux marchés, à travers l’affirmation régalienne d’un défaut de paiement raisonné, organisé et administré, couplé à une réforme budgétaire et fiscale assurant à très court terme l’équilibre des budgets primaires des Etats, hors service de la dette. Le défaut et la réforme sont indissociables, l’un sans l’autre n’a aucun sens et aucune viabilité.

Le défaut : condition indispensable

Aucune solution n’est indolore. Le défaut raisonné fera des victimes : les épargnants (à travers la décote de leurs assurances vie, fonds de pension et autres placements bourrés de dettes souveraines), les banques et les compagnies d’assurance qui ont prêté aux Etats et dont certaines devront être nationalisées pour échapper à la faillite. Il faudra voir après ce qui pourra être fait pour les créanciers partiellement spoliés par le défaut et les indemniser au mieux, une fois la croissance repartie et les budgets des Etats remis en ordre : rembourser ce qui pourra l’être quand ce sera possible, mais sans la pression des marchés irrationnels et des spéculateurs cupides, et sans remettre en cause les équilibres fragiles de nos sociétés. Dans un premier temps, le défaut est la condition indispensable pour éclaircir le paysage économique et permettre le retour à un calcul économique sain, débarrassé des craintes inflationnistes, liées à un risque de monétisation outrancière (avec la fièvre de l’or purement stérile qui va de pair), et des angoisses déflationnistes induites par le rigorisme allemand (et les anticipations de dépression qui vont avec). La règle d’or de l’équilibre budgétaire  peut ainsi devenir une vraie stratégie de retour à la croissance si elle s’accompagne d’un défaut raisonné qui permette d’équilibrer le budget primaire dans le maintien des devoirs des Etats, car il n’est pas question de sacrifier :

-        ni une éducation accessible à tous, une recherche performante et les infrastructures d’avenir, nécessaires à la croissance de demain,

-        ni la solidarité sociale, la sécurité et la justice indispensables à la cohésion des sociétés,

-        ni la défense, dans un monde plein de dangers où la négligence en la matière est fatale.

 Jouer collectif

L’idéal serait qu’un tribunal international de la dette détermine les coefficients de dépréciation nécessaire des dettes souveraines pour repartir sur des bases saines. Toutefois l’idéal n’est pas de notre monde, les  grands pays débiteurs n’agiront pas de conserve et le tribunal international de la dette n’existera pas. Donc tout cela va se passer dans la plus grande brutalité des rapports de force internationaux. Mais l’issue ne fait aucun doute : le défaut partiel d’une bonne partie des pays développés. Pour limiter les dégâts collatéraux,  le plus tôt sera le mieux. La question clef pour la zone euro est sa capacité à organiser collectivement un tel défaut raisonné : sinon, elle éclatera, ses ex-membres joueront perso et prendront individuellement  de plein fouet le défaut que les Etats-Unis, eux, sauront organiser après les élections de 2012, pour relancer leur croissance et sauver le dollar, après avoir amusé la galerie avec de la monétisation. Dans ce cas, ce ne sont pas les fondamentaux économiques qui auront fait la différence (ils sont plutôt en faveur de la zone Euro) mais la crédibilité de la gouvernance. Non, l’Europe n’est pas sauvée et les Etats-Unis ne sont pas défaits : tout reste à écrire.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

02.

Manuel Valls danse sur une chanson des Gipsy Kings à son mariage fastueux

03.

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

04.

Les conditions de la détention de l’actrice Felicity Huffman dévoilées par la presse américaine

05.

La France continue de créer des emplois industriels alors qu’elle n’ouvre plus d’usine. Bizarre

06.

Thomas Piketty, l'anti-Friedman qui ne fait peur à personne

07.

De l’Arabie saoudite à Gaza, le Moyen-Orient est-il au bord de la conflagration généralisée ?

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Syrie : les vraies raisons derrière l’avertissement d’Erdogan à l’Europe sur une nouvelle vague de migrants

04.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

05.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

06.

Pourquoi nier l’existence du racisme anti-blancs en prouve en fait l’existence

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

​La déliquescence de la pensée (Gérard Noiriel) contre « la pensée délinquante » (Éric Zemmour)

03.

Reconnaissance de la filiation des enfants par GPA : grand flou sur sujet clair

04.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

05.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

06.

Marine Le Pen : retour aux fondamentaux (et au plafond de verre)

Commentaires (53)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Demystificateur
- 20/12/2011 - 17:11
A la lueur des derniers rebondissements voilà un article
que l'on peut avec plaisir mettre à la poubelle !!!
decheval
- 19/12/2011 - 22:40
Pendant ce temps...
...rien ne vaut de faire passer des lois en douce pour taper encore plus fort sur les pauvres :

http://www.marianne2.fr/SlovarMarianne/Mal-logement-La-chasse-aux-pauvres-et-precaires-continue-_a405.html
Lepongiste
- 19/12/2011 - 15:31
Mais si l'état ne rembourse plus rien et déclare le défaut
de paiement les entreprises, commerçants et particuliers feront de même et nos bons juges leur donneront raison !!
Les banques feront faillite et plus rien ne tiendra debout....