En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

03.

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

04.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

05.

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

06.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

07.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Ingénu" de Voltaire : un Candide au pays des puissants, un Ingénu dans le monde

il y a 43 min 59 sec
pépites > Santé
Répondre à la crise
Le gouvernement dévoile son "plan d'urgence" pour l'hôpital public avec notamment une hausse du budget et une reprise de la dette
il y a 1 heure 40 min
décryptage > Politique
Réforme

Retraites : cette violence qui nous attend au fond de l’impasse politique

il y a 3 heures 5 min
décryptage > Politique
"J'ai besoin de vous"'

Congrès des maires : Emmanuel Macron surestime l’impact de la politique de simplification mise en œuvre à destination des élus locaux

il y a 4 heures 1 min
décryptage > International
A l'intérieur comme à l’extérieur

Le régime iranien confronté à une double contestation

il y a 4 heures 31 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’opération du siècle sur "Aramco" se présente mal : les milieux boursiers ne font pas confiance aux Saoudiens

il y a 5 heures 24 min
décryptage > Société
Vos gueules les mouettes

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

il y a 5 heures 51 min
pépites > Politique
Sauvetage
Congrès des maires de France: Emmanuel Macron dit avoir "tant appris" des élus
il y a 20 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : Perrine Perrez "Celle qui a dit non" : Nous on dit "oui" sans hésiter !

il y a 23 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Livre : "Encre sympathique" de Patrick Modiano : Modiano en détective, une délicieuse partition sur l’écriture et l’oubli

il y a 23 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Misérables" : le réalisateur Ladj Ly casse la baraque

il y a 56 min 49 sec
rendez-vous > Social
Politico Scanner
Des casseurs aux LBD, radioscopie de l’opinion des Français face à la violence dans les conflits sociaux
il y a 2 heures 15 min
décryptage > Economie
Lettre

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

il y a 3 heures 48 min
décryptage > France
Un aveu

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

il y a 4 heures 18 min
décryptage > Environnement
"J’ai trois Greta Thunberg à domicile"

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

il y a 4 heures 57 min
décryptage > France
Rapport

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

il y a 5 heures 37 min
Very bad trip
Etats-Unis : à 5 ans il amène de la cocaïne à l'école
il y a 20 heures 26 min
pépites > Justice
Aucun remord
Bilal Taghi, le premier homme à avoir fomenté un attentat djihadiste en prison, jugé dès ce mardi
il y a 21 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Livre : "Un dimanche à Ville d'Avray" de Dominique Barbéris : Une Madame Bovary des temps modernes, un roman à l’humour mordant

il y a 23 heures 45 min
light > People
The Big bucks
Kylie Jenner vend sa marque de cosmétiques pour la somme de... 600 millions de dollars
il y a 1 jour 1 heure
Jeu des 7 familles

François Hollande : "Victime d’une synthèse impossible, qu’il a lui-même voulue"

Publié le 13 décembre 2011
Le premier conseil politique de François Hollande se tient ce mardi. S'il se veut rassembleur en vue de l'échéance électorale de 2012, l'éclectisme de son équipe de campagne pourrait rendre sa campagne compliquée à gérer...
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le premier conseil politique de François Hollande se tient ce mardi. S'il se veut rassembleur en vue de l'échéance électorale de 2012, l'éclectisme de son équipe de campagne pourrait rendre sa campagne compliquée à gérer...

Atlantico : Le Conseil politique de François Hollande se réunit pour la première fois ce mardi. Il est dirigé par Martine Aubry, et coprésidé par Jean-Michel Baylet. L’alliage de personnalités d’origine diverse constitue-t-il un atout pour François Hollande ou plutôt un risque de voir des tensions surgir au sein de sa propre campagne ?

Christophe de Voogd : Comme toujours en politique, il n’y pas de certitude absolue mais des options plus ou moins probables, pour reprendre l’analyse d’Aristote 

Remarquons à cet égard que l’alliance des contraires a été pratiquée constamment par François Mitterrand, et que cela lui a plutôt bien réussi ! Il a toujours fait cohabiter, au PS comme au gouvernement, des orientations antagonistes : Michel Rocard / Jean-Pierre Chevènement, Jacques Delors / Laurent Fabius

Mais si cela fonctionnait avec François Mitterrand, c’est parce qu’il tranchait et fixait le cap
 : en 1971 à Epinay, comme en 1977 à Metz, ou en 1983 pour le tournant de la rigueur.

L’unité affichée par les socialistes après la primaire semble avoir cédé le pas aux dissensions. François Hollande aurait-il du mal à tenir ses troupes pour la campagne électorale ?

Il semble bien en effet. Il y  a eu un certain nombre de couacs, notamment sur la crise financière, l’attitude vis-à-vis de l’Allemagne, la question de la règle d’or, et même plus récemment sur l’accord avec les Verts. Ce désordre est-il passager ? En prenant un peu de recul, on peut l’analyser à trois niveaux :

  • Le premier niveau se résume aux conséquences des primaires, et le fait que François Hollande est un homme porté à la synthèse. Il a géré le Parti socialiste de cette façon, avec un peu tout et son contraire. C’est son style politique. Toutefois, ce qui marche au sein du PS peut-il fonctionner dans une campagne ? C’est un autre exercice de style…
  • Le deuxième niveau, c’est ce que j’appelle l’« école Mitterrand », la volonté de diviser pour mieux régner. Remarquons que presque toute cette génération a été très marquée par François Mitterrand. Ces « quinquas+ » (Martine Aubry, Ségolène Royal, François Hollande) ont été ses collaborateurs au début de leur carrière et y ont contracté, on le sait, certaines habitudes florentines...
  • Le troisième niveau, certainement le plus profond et le plus embêtant pour François Hollande. On retombe toujours sur la coupure du Traité sur la Constitution européenne, avec les Oui et les Non de l’époque. En schématisant , cette coupure fragmente la gauche entre les « Montebourgeois » d’un côté, et les « Moscovicistes » de l’autre, finalement héritiers du clivage de la génération précédente entre Chevènementistes et Deloristes. François Hollande est un peu la victime d’une synthèse impossible, qu’il a lui-même voulue. Or la coupure de 2005 rejoue, encore plus vive du fait de la crise financière. D’où les propos d'Arnaud Montebourg sur Bismarck… Le nationalisme de la gauche du parti socialiste (Benoît Hamon…) est toujours là. A droite, certes, il y avait le même clivage, mais les souverainistes anti-européens, de Charles Pasqua à Nicolas Dupont-Aignan, sont sortis de l’UMP. Derrière Nicolas Sarkozy, le clivage sur l’Europe n’existe donc plus. Au PS, le choix n’a pas été fait : le parti avait voté "Oui" au référendum, mais il a laissé s’exprimer et a gardé ses opposants. Cas de figure impossible sous Mitterrand, on l’a bien vu au moment de Maastricht. 

 

L’erreur de François Hollande serait donc d’avoir voulu ménager tout le monde, en intégrant à ses équipes de campagne des proches de chacun des candidats à la primaire ? Qu’aurait-il dû ou pu faire pour éradiquer ces luttes intestines ?

Il n’existe pas non plus d’erreur absolue en politique ! Seulement des erreurs d’opportunité. Je pense qu’il a la hantise de reproduire ce qu’avait fait Ségolène Royal, qui avait lâché - et été lâchée par - le PS. Pour éviter cela, il a donc tenté de garder les troupes unies. Mais à cause de leur fracture profonde quant au référendum, et à cause de son tempérament davantage porté à la conciliation qu’à la décision, il se trouve en position effectivement délicate.

Cette difficulté « à faire le ménage » se retrouve également dans les scandales actuels des deux plus grosses fédérations socialistes, Bouches du Rhône et Nord, qui couvaient depuis longtemps. Une chose est sûre : on voit mal comment pourront durablement cohabiter des voix aussi opposées que celle de Manuel Valls pour le candidat et de Benoît Hamon pour le parti !
 

Ces hésitations ne risquent-elles pas de plomber quelque peu sa campagne, du fait de l'absence d'une véritable ligne commune ?

Le problème tient aussi au rôle de Stéphane Le Foll, un très proche de François Hollande, mais dont le statut par rapport à Pierre Moscovici (directeur de campagne) n’est pas clairement défini dans la pratique.

La pléthore de l’équipe de campagne, les fréquents doublons et la personnalité des uns et des autres - en particulier celle, très forte, de Manuel Valls - augmentent la confusion. Cependant rien n’est joué et de nombreuses voix s’élèvent, dans et autour de l’équipe, pour redresser la barre.

Le moment décisif sera l’actualisation du programme, où la ligne devra être clairement fixée : il y va on seulement de la crédibilité financière du programme en temps de crise aigüe des finances publiques, mais aussi de la crédibilité personnelle de François Hollande. Son arbitrage final sur l’accord nucléaire avec les Verts est en ce sens un bon point. Mais d’autres choix, plus douloureux, se profilent à l’horizon ; et le calendrier semble toujours dicté par le président sortant !


Propos recueillis par Franck Michel

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

03.

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

04.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

05.

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

06.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

07.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ANKOU
- 14/12/2011 - 08:39
@ alankin - 13/12/2011 - 11:51
Le vote blanc ne sera utile que le jour où il sera comptabilisé comme un bulletin nominatif, en tant que tel et pas parmi d'autres bulletins nuls.
Avec le fait qu'à partir d'un certain %, l'élection est nulle et refaite avec d'autres candidats puisque ceux qui se sont présentés n'ont pas eux assez de voix.
Là c'est plus que du rêve de ma part.
Quant à capitaine pédalo... bof !
quesako
- 13/12/2011 - 21:13
Je me suis toujours méfié des hommes consensuels !
Dans une entreprise c'est un drame : pas de véritables décisions et tout fait par en dessous, avec un sourire.
Mais ce sont des "ni,ni" : un pays ne peut se permettre d'avoir à notre époque un président du conseil radsoc !
marco06
- 13/12/2011 - 13:32
HOLLANDE
Je reprends un commentaire que j'ai trouvé fameux pour désigner Hollande : on ne veut pas de "MIMOLETTE" à la présidence!!!