En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

02.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

03.

Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée

04.

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

05.

Yann Barthès diffuse l'enquête de Valeurs actuelles sur Quotidien et sur la tyrannie des bien-pensants

06.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

07.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

04.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

03.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

04.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

05.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

06.

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

ça vient d'être publié
Méthode d'avenir
Coldplay arrête ses tournées pour des raisons environnementales
il y a 1 heure 30 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 20 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 3 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Pechkoff, le manchot magnifique" de Guillemette de Sairigné : un héros de légende endormi réveillé par la plus noble des biographes

il y a 5 heures 11 min
décryptage > Santé
Plan palliatif

Cette liberté que la France ne se décide toujours pas à accorder à ses hôpitaux

il y a 5 heures 45 min
décryptage > Culture
Vive la liberté !

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

il y a 7 heures 43 min
décryptage > France
Culture

Repeignez-moi donc ces statues blanches que je ne saurais voir : l’antiracisme en pleine crise d’intolérance

il y a 8 heures 42 min
décryptage > Economie
Réalité des chiffres

Hôpitaux, retraites ou inégalités : la fiscalité, ce verrou français qui étrangle toute vraie réforme.

il y a 9 heures 33 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Hong-Kong s’enflamme, sa jumelle historique, Singapour, récupère les flux de capitaux et redoute la contagion…

il y a 10 heures 17 min
décryptage > Politique
2022

Les Français tous prêts à la bataille retour Macron Le Pen… ou majoritairement orphelins de la politique…?

il y a 10 heures 45 min
light > Europe
Famille royale
Affaire Jeffrey Epstein : le prince Andrew décide de mettre fin à ses engagements publics
il y a 20 heures 59 min
pépites > Politique
Manifestations
Mouvement du 5 décembre : Emmanuel Macron va alléger son agenda international et n'ira pas à la COP25
il y a 2 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Picasso, tableaux magiques" : la magie des signes

il y a 5 heures 3 min
décryptage > France
Immobilier

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

il y a 5 heures 27 min
pépite vidéo > Politique
Réformes
Retraites, hôpital : Edouard Philippe s'est confié sur France Inter sur les dossiers sensibles de cette fin d'année
il y a 6 heures 26 min
décryptage > Politique
Stratégie de défense

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

il y a 8 heures 18 min
décryptage > Politique
Le Macron nouveau est arrivé

Le nouvel entre-deux stratégique d’Emmanuel Macron

il y a 9 heures 16 min
décryptage > Société
Protection de l'enfance

Parents dangereux : ces violences contre les enfants dont on parle si peu

il y a 9 heures 54 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
LREM voudrait (a)battre Pécresse en Ile-de-France ; Macron, le décideur solitaire ; L'Express enquête sur le danger des militants armés de l'ultra-droite ; Rachida Dati s'exempte du logo LR ; Valeurs actuelles dézingue la "machine infernale" de Barthès
il y a 10 heures 35 min
pépites > Justice
"Acab land"
Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée
il y a 20 heures 13 min
pépites > Social
Marche de la colère Acte II ?
Grève du 5 décembre : la police pourrait rejoindre la mobilisation contre la réforme des retraites
il y a 21 heures 43 min
Protection rapprochée

Les tenants de la démondialisation ne voient-ils pas qu'ils nous tireraient une balle dans le pied ?

Publié le 10 décembre 2011
La vision des partisans d'un protectionnisme sans nuance oublie bien souvent des obstacles très pratiques à la mise en oeuvre de leurs projets... Les bonnes feuilles de Jean-Luc Sauron, "L'Europe est-elle toujours une bonne idée ?". Extraits (1/2).
Jean-Luc Sauron est professeur associé à l'Université Paris-Dauphine.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Luc Sauron
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Luc Sauron est professeur associé à l'Université Paris-Dauphine.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La vision des partisans d'un protectionnisme sans nuance oublie bien souvent des obstacles très pratiques à la mise en oeuvre de leurs projets... Les bonnes feuilles de Jean-Luc Sauron, "L'Europe est-elle toujours une bonne idée ?". Extraits (1/2).

En réponse à l’instabilité du monde, certains proposent de « démondialiser » nos relations économiques extérieures. Cette thèse repose sur l’idée que les États Nations ont encore une capacité déterminante à agir sur le cours des choses. [...]

Progressivement, la renationalisation de l’Espace économique européen s’insinue dans les esprits. Cette régression est-elle préparatoire à d’autres ?

La divergence exprimée par les personnes interrogées sur la fixation des droits de douane (au niveau français ou au niveau européen) se retrouve dans les positions des tenants de la démondialisation. Elle ignore totalement la réalité politique et juridique de la souveraineté française.

D’un point de vue pratique, le souhait d’un protectionnisme ciblé aux frontières européennes pêche par l’impossibilité de déterminer une « grille » de produits ou d’États visés qui serait partagée par tous les États membres de l’Union européenne. Admettons un instant que les responsables politiques français déterminent cette grille, elle ne vaudrait qu’en tant que réponse à la situation de l’emploi et de l’économie en France ou dans chacun des États dont la population se montre sensible à cette position. Mais les partisans de ce protectionnisme européen pourront-ils faire accepter cette grille par nos vingt-six partenaires au sein de l’Union européenne ?

La question n’est pas anodine. En effet, comme nos politiques le savent, la France (comme les autres membres de l’Union européenne) a perdu ses compétences extérieures sur le régime douanier depuis 1957, date de la constitution de la Communauté économique européenne. Ainsi depuis cinquante-quatre ans, nos politiques sont censés savoir qu’ils ne peuvent plus décider unilatéralement des droits de douane, comme dans toutes les unions douanières d’ailleurs. En cas d’impossibilité d’adopter à vingt-sept une augmentation des droits de douane aux frontières européennes, la responsabilité de nos difficultés serait attribuée aux autres États membres de l’Union qui se verraient accusés d’empêcher les Français de se protéger.

Les seuls membres de l’Union européenne qui ont pu contourner cette règle sont les Britanniques qui, au lieu d’une augmentation de 27 % de leurs droits de douane (impossible comme nous venons de le voir) ont pratiqué une dévaluation « compétitive » de 27 % de leur monnaie, la Livre sterling. Cette dévaluation ne semble pas les avoir mis à l’abri de la crise et elle n’a de portée que si elle reste unique. Si d’autres pays la pratiquaient (par exemple en abandonnant l’euro), nous reviendrions à une guerre des monnaies dont l’issue serait plus qu’incertaine !

Certains auteurs pro-démondialisation admettent l’impossibilité d’une telle démarche concertée et proposent tout simplement d’en revenir au rapport de force intra-européen. Selon Emmanuel Todd, « Pour les dirigeants français qui voudraient réellement agir, la négociation avec l’Allemagne devrait inclure les éléments suivants : - admettre que l’Allemagne est le cœur industriel de l’Europe et cesser de se comporter comme si la France pouvait protéger quoi que ce soit toute seule ; - faire comprendre à l’Allemagne qu’elle a plus à gagner à une relance de la demande intérieure européenne qu’à une poursuite indéfinie de la demande extérieure chinoise ou même mondiale ; - avertir les dirigeants et le patronat de la République fédérale que dans le cas où ce travail de persuasion échouerait, en l’absence de réorientation protectionniste de la politique commerciale européenne, la France devra quitter la zone euro, ou plus exactement la détruire, puisqu’elle serait immédiatement suivie par l’Italie, encore plus asphyxiée qu’elle par l’euro fou ».[1]

Les derniers soubresauts boursiers de l’été 2011 ont, à l’envie, donné un avant-goût de la sanction par les marchés mondiaux de l’absence de coordination au sein de l’Union européenne. Cependant, les partisans de la démondialisation ne sont-ils pas en capacité de lancer, dès avril 2012 et après avoir réuni 1 million de signatures de citoyens européens, une initiative citoyenne européenne en faveur d’un protectionnisme européen, demandant à la Commission européenne de proposer une modification du tarif douanier partagé par les vingt-sept États membres visant à l’augmentation des taux pratiqués sur les produits en provenance des pays émergents ?

A cette crise politique intra-européenne, née de la division entre les Etats-membres sur la nécessité ou non de rétablir des barrières douanières aux frontières de l'Europe, pourrait s'en ajouter une seconde liée à l'impossibilité de scinder les libertés économiques entre elles.

Les démondialistes affirment sans l'expliquer vraiment, qu'il serait possible de cantonner les effets de leur protectionnisme à la seule circulation économique de marchandises (droits de douane) sans peser, dans une deuxième étape, sur la libre circulation des hommes (immigration).

Certes, certains sont de bonne foi comme Arnaud Montebourg lorsqu'il déclare que "moins de barbelés pour les hommes et plus de contrôles douaniers sur les produits et les marchandises".

D'autres ont bien vu le problème, mais affirment que l'enfermement économique sera une protection contre la xénophobie : "nous devons comprendre que la lutte pour l'équilibre économique et la lutte contre la xénophobie sont désormais étroitement liées. Seule la définition d'un horizon économique décent nous permettra d'échapper à la généralisation d'une politique du ressentiment tournée contre les plus faibles de nos pays, enfants et petits enfants d'immigrés. Seule une conception égalitaire des rapports entre les peuples européens permettra de trouver une solution à la crise économique. Seul un monde économique réorganisé selon le principe d'un protectionnisme coopératif, assurant une croissance par les demandes intérieures plutôt que par la recherche de débouchés extérieurs et par le désir d'écraser la concurrence permettra une bonne entente entre les peuples". ("L'Europe, la burka et la crise, extrait d'une tribune de Hakim El Karoui et Emmanuel Todd parue dans la tribune le 11 mai 2010).

Autrement dit, l'absence d'échanges économiques entre les populations empêchera la concurrence sauvage qui monte les peuples les uns contre les autres ! Cette belle théorie suppose que chacun s'auto suffise : un retour à l'économie de la cueillette sans doute !

Mais d'autres, moins angéliques, font clairement le lien entre lutte contre la mondialisation et lutte contre l'immigration comme Umberto Bossi, le leader de la Ligue du Nord en Italie qui, en 1998, parlait de "projet mondialiste américain" visant à détruire l'Europe et à garantir les intérêts des "banquiers juifs à travers une société multiraciale" ("Les barrières douanières font recette en Italie ? par Robert Lavéran, La Tribune 17 juin 2011).

Il est intéressant de rapprocher le slogan du Front national des années 1970 ("un million d'immigrés, c'est un million de chômeurs") et le non-dit actuel des "démondialistes" : x milliers de produits nationaux produits à la place, au bénéfice et par nos nationaux.

Aux rapports de force interne à l'Union européenne pour imposer à nos "partenaires" européens, s'ajouterait l'affrontement avec les producteurs extérieurs à l'Union. Mais cette dernière position repose sur l'idée, peut-être simpliste, que l'industriel à qui il est demandé de se réinstaller n'ait pour seul débouché que le marché qui se protège. En dehors de ce cas, aujourd'hui peu probable, la menace posée tient davantage du sabre de bois que de l'arme atomique !

______________________________

Extraits de L'Europe est-elle toujours une bonne idée ?  Souverainetés nationales, Union européenne, Mondialisation, Gualino Éditeur (6 décembre 2011)



[1] Emmanuel Todd, Après la démocratie, Folio actuel, mai 2011, page 297.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

02.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

03.

Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée

04.

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

05.

Yann Barthès diffuse l'enquête de Valeurs actuelles sur Quotidien et sur la tyrannie des bien-pensants

06.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

07.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

04.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

03.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

04.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

05.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

06.

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Carcajou
- 11/12/2011 - 07:43
Ils nous prennent pour des cons
La mondialisation est en marche, le village planétaire devait apporter un bonheur sans nuance comme la locomotive et plus généralement le progrès technologique.
Résultats actuels: crise économique, crise financière, exode massif de population et son cortège de déstabilisations sociale et culturelle.
Quand la mondialisation aura des effets bénéfiques, nous le Sauron.
antoine78
- 10/12/2011 - 22:19
Où est la régression?
La régression n'est pas dans la renationalisation de l'économie, mais dans la construction européenne qui ne crée que du chômage et qui est de plus en plus antidémocratique. Il faut quitter l'Union Européenne!
caod4444
- 10/12/2011 - 17:22
Quel plaidoyer contre l'Union européenne !
Bravo j'applaudis : "la France ...a perdu ses compétences extérieures sur le régime douanier depuis 1957, date de la constitution de la Communauté économique européenne"

et où sont elles parties ces compétences M. le Prof ?
au profit de qui ?
Qui est mieux placé que la Nation française pour défendre nos intérêts ?
A moins de vouloir à tout prix le bien des chinois ...

Je dis ENCORE!