En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

02.

COVID-19 : les derniers chiffres en France ne sont pas bons. Nous allons le payer

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

05.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

06.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

07.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

06.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

05.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

06.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

ça vient d'être publié
pépites > Terrorisme
Danger immédiat
Menacée : une collaboratrice de Charlie Hebdo obligée de quitter son domicile
il y a 5 min 17 sec
pépites > Politique
Coincidence
La femme de ce député qui va rejoindre le Modem vient d'être embauchée par ... le MoDem
il y a 1 heure 26 min
light > Culture
Bilan inquiétant
Journées du patrimoine : la fréquentation en net recul suite à l'impact de la crise sanitaire
il y a 16 heures 9 min
pépites > Santé
Briser les chaînes de contaminations
Coronavirus : de nouvelles mesures de restrictions vont être appliquées à Lyon
il y a 17 heures 27 min
pépites > Société
Annonces
Emmanuel Macron présentera sa stratégie de lutte contre les "séparatismes" le 2 octobre prochain
il y a 19 heures 29 min
pépites > International
Argent sale
« FinCEN Files » : l'argent sale et les grandes banques mondiales
il y a 20 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Détour" de Luce D'Eramo : survivre et revenir de l’enfer, un témoignage poignant, un livre rare

il y a 20 heures 22 min
pépites > Social
Paradoxe
La Métropole du Grand Paris est marquée par de fortes inégalités sociales qui ont augmenté
il y a 21 heures 6 sec
décryptage > Economie
Evolution de l'épidémie

COVID-19 : les derniers chiffres en France ne sont pas bons. Nous allons le payer

il y a 22 heures 31 min
décryptage > Politique
Assemblée nationale

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

il y a 23 heures 16 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bridgestone : tout le monde ment et l’État paie très cher pour faciliter le mensonge partagé

il y a 1 heure 12 min
pépites > Politique
Calendrier électoral
Présidentielle 2022 : EELV décide de repousser la désignation d’un candidat après les régionales
il y a 15 heures 5 min
light > Culture
Icône du théâtre et du cinéma
Mort de l'acteur Michael Lonsdale à l'âge de 89 ans
il y a 16 heures 56 min
pépites > Justice
ENM
Eric Dupond-Moretti propose l'avocate Nathalie Roret pour diriger l'Ecole nationale de la magistrature
il y a 18 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Bananas (&Kings)" de Julie Timmerman au Théâtre de la Reine blanche : une pièce courageuse et engagée, qui nous adresse un avertissement sans frais

il y a 20 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le métier de mourir" de Jean-René Van Der Plaetsen : spécial rentrée littéraire, un avant-poste confiné en territoire hostile. Le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 20 heures 13 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

La Chine plus forte que le Covid. La France et les autres, au garde-à-vous

il y a 20 heures 40 min
pépites > Politique
Bérézina
Déroute de la République en Marche au premier tour des élections législatives partielles
il y a 22 heures 4 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Comment choisir l'iPad qu'il vous faut parmi tous les modèles qui existent désormais ?
il y a 23 heures 2 min
pépite vidéo > Politique
Campagne électorale
Marine Le Pen "réfléchit" à quitter la présidence du Rassemblement national avant la présidentielle
il y a 23 heures 41 min
© Reuters
François Hollande était en voyage en Chine les 2 et 3 novembre afin de rencontrer son homologue Xi Jinping, dans le cadre de la COP 21.
© Reuters
François Hollande était en voyage en Chine les 2 et 3 novembre afin de rencontrer son homologue Xi Jinping, dans le cadre de la COP 21.
Moins vert ailleurs

Accord France-Chine avant la COP21 : pourquoi François Hollande (et la presse française) devraient éviter l’auto-célébration avant l’heure

Publié le 04 novembre 2015
François Hollande était en voyage en Chine les 2 et 3 novembre afin de rencontrer son homologue Xi Jinping, dans le cadre de la COP 21. Objectif : s'assurer de la volonté du premier pollueur mondial de faire des efforts sur le plan environnemental et de prendre des mesures coercitives.
François Lafargue
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Lafargue est docteur en Géopolitique et en Science Politique. Il enseigne à Paris School of Business.Auteur d’une thèse portant sur l’Afrique du Sud, il est également docteur en Science politique avec comme thème de recherche la stratégie des...
Voir la bio
François Gemenne
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Gemenne est chercheur en sciences politiques, au sein du programme politique de la Terre. Il est enseignant à l'université de Versailles-Saint Quentin, et à Sciences Po Paris.Spécialiste du climat et des migrations.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Hollande était en voyage en Chine les 2 et 3 novembre afin de rencontrer son homologue Xi Jinping, dans le cadre de la COP 21. Objectif : s'assurer de la volonté du premier pollueur mondial de faire des efforts sur le plan environnemental et de prendre des mesures coercitives.

Atlantico: En visite en Chine en ce début de semaine, le président de la République a assuré au micro d'Europe1 le matin du 3 novembre: "La Chine a pris deux engagements majeurs : le premier, c’est de se mettre au niveau de la lutte contre les émissions, prendre toutes les obligations que nous nous sommes nous-mêmes imposées. Et deuxièmement, d’accepter que tous les cinq ans nous puissions revenir sur ces engagement pour être bien sûr que nous n’aurons pas plus de deux degrés de réchauffement de la planète d’ici à la fin du siècle". Cela suffira-t-il à s'assurer des efforts de la Chine lors de la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques qui se tiendra à Paris du 30 novembre au 11 décembre  prochain (COP21)?

François Lafargue: La Chine comme les États-Unis ne souhaite pas être soumise à des obligations juridiques trop contraignantes. La Chine s’est engagée hier à participer aux mécanismes destinés à limiter la hausse de la température mondiale en dessous de 2° d’ici à la fin du siècle. Depuis 2007, le pays est devenu devant les États-Unis, le premier émetteur de dioxyde de carbone* (CO2). Néanmoins, la Chine souligne que par habitant, ses émissions de CO2 se situent quasiment à la même hauteur que celles de la France et sont près de trois fois plus faibles que celles émises par les Américains. De même cette pollution s’explique pour une large partie par le poids de l’activité industrielle (qui utilise plus des 2/3 de la production d’électricité), destinée principalement à satisfaire la demande des pays de l’OCDE. La Chine ne veut plus être désignée comme le sempiternel coupable, et pense en participant activement aux négociations sur le climat, mieux défendre ses intérêts.

Je pense que la bonne volonté exprimée par Xi Jinping s’explique par trois facteurs principaux :

En premier lieu, la Chine change progressivement, mais inexorablement de modèle économique. Si l’industrie pèse encore lourdement dans la formation du PIB (à la hauteur de 42 %), la progression des activités tertiaires est incontestable. La consommation d’énergie devrait donc dans les prochaines décennies  encore augmenter,  mais de manière moins soutenue que les années passées. Autrement dit, la Chine peut maintenant consentir à un effort de réduction des émissions de gaz à effets de serre, qui aurait été plus difficile à envisager voici encore cinq ans.

Ensuite, l’émergence d’une classe urbaine, éduquée et soucieuse de sa santé et de celle de ses enfants, pèse sans doute dans la volonté des pouvoirs publics de se montrer plus respectueux de l’environnement. Le succès du documentaire « Sous le dôme » qui expose l’ampleur de la pollution dans le pays atteste de cette préoccupation. Avec vingt millions de véhicules neufs immatriculés chaque année et une urbanisation en progression constante (un Chinois sur deux vit encore à la campagne), les pouvoirs publics n’ont guère de choix que d’effectuer de réels efforts dans le domaine environnemental. Une conscience écologique est en train de naître dans le pays. L’opinion publique a évolué devant l’ampleur de la pollution (plusieurs villes comme Linfen ou Tianjin sont considérées comme les plus polluées au monde), et les conséquences parfois dramatiques de l’activité industrielle (nappes phréatiques souillées, rejets toxiques dans les fleuves) et de l’urbanisation (car la production de ciment représente en Chine, près de 10 % des rejets de CO2). La pollution ralentit également la croissance économique, par ses effets sur la santé publique. En 2013, la Chine a émis 10,3 Gt de CO2, soit l’équivalent des rejets cumulés des États-Unis, de l’Union européenne et du Japon. La Chine connait une même évolution que le Japon, longtemps une puissance industrielle peu soucieuse de l’écologie et qui désormais a fait de la défense de l’environnement l’un des axes de sa diplomatie. La désinvolture à l’égard des questions écologiques semble révolue. Alors que la Chine avait, avec les États-Unis empêché l’adoption d’un accord lors de la Conférence sur le climat à Copenhague, son attitude a été moins intransigeante, deux ans plus tard lors du sommet de Durban en décembre 2011. Mais au-delà des incantations - l’exposition universelle de Shanghai avait été placée sous le thème « Better city, Better life », - les résultats sont à nuancer. Les meilleures intentions ont parfois des résultats désolants, la construction des panneaux solaires nécessite ainsi l’extraction très polluante de minerais comme l’indium. 

Le 12e plan quinquennal (2011-2015) a mis l’accent sur la nécessité de développer les énergies renouvelables (par une augmentation de la capacité de production d’énergie éolienne et hydro-électrique, et l’encouragement de nouvelles technologies pour les véhicules et la construction des lignes ferroviaires à grande vitesse). En termes de capacités solaires et hydrauliques installées, le pays se classe dans les premiers rangs mondiaux. Sous l’impulsion de l’État, plusieurs entreprises chinoises comme State Grid, Dongfeng Motor ou encore BYD sont chargées de développer une technologie nationale de véhicules électriques. En 2020, la Chine devrait disposer du premier parc mondial de véhicules électriques. À l’instar des acteurs de la Silicon Valley, les géants de l’électronique chinois comme Xiaomi ou Tencent développent des véhicules électriques, afin d’imposer leurs normes technologiques et de profiter des aides accordées par l’État.

La modernisation des usines chinoises permettra également une économie d’énergie substantielle et une amélioration de la productivité. L’intensité énergétique de la Chine (la consommation d’énergie par unité de PIB) est en diminution régulière, mais demeure élevée, comparée aux pays occidentaux.

François Gemenne: C'est une condition nécessaire mais pas suffisante. Ces engagements font suite à ceux que la Chine a consentis auprès de plusieurs pays, notamment auprès des Etats-Unis en novembre 2014.  Toutefois, ces signes de bonne volonté ne suffiront pas, il faudra voir comment tout cela se traduit concrètement.
 

On assiste néanmoins à une évolution majeure pour ce type de conférence. Le poids des pays  émergents et en développement s'est accrue dans ces négociations sur le climat, contrairement à ce qui est observé pour d'autres type de négociations mondialisées. Cette rupture s'est faite en 2009 à l'occasion de la conférence de Copenhague., lorsque ces pays ont refusé le principe d'une politique climatique uniquement dictée par les pays industrialisés. C'est ceci qui explique cette logique de demande d'engagement en amont de la conférence de Paris, auprès de chaque pays. Pendant la COP 21, l'objectif sera de réussir à dégager une cohérence globale de ces accords.

L'interprétez-vous comme une victoire politique pour François Hollande?

François Lafargue: Je ne sais pas si c’est une victoire de François Hollande, mais en se déplaçant personnellement à Pékin, le président de la République a montré que le succès de la COP 21 était pour lui, une priorité. En convainquant la Chine, la diplomatie française souhaite éviter la constitution d’un "front du refus" comme à Copenhague en 2009. Les États-Unis, les plus récalcitrants à un éventuel accord contraignant sur le climat risquent d’être isolés.

 

François Gemenne: Oui absolument, c'est un grand succès de François Hollande. Bien sur, il n'y est pas arrivé seul, cela fait suite à ce qui avait été obtenu en novembre 2014 par les Etats-Unis. La Chine avait alors reconnu pour la première fois que sa croissance ne serait pas infinie, qu'un pic d'émissions serait atteint en 2030 si l'on ne fait rien. Cette fois-ci, M. Hollande a obtenu un accord de forme en vue de l'accord qui sera signé au moment de la COP21. C'est un pas très positif sur le chemin d'un succès lors de la future conférence parisienne.

Cet accord est-il celui dont dépend la réussite de la COP21?

François Gemenne: Ce n'est qu'une pièce parmi d'autres de l'accord global qui doit être signé à Paris, il y a une infinité d'autres éléments. La réussite de la COP21 dépendra aussi des engagements pris par les pays industrialisés sur le financement des adaptations au changement climatique. Le Japon, l'Australie, la Canada doivent par exemple revoir leurs engagements pour atteindre l'objectif des "2 degrés Celsius" de réchauffement maximum, d'ici 2010.

C'est ce qu'il y a dans les engagements qui compte et pour l'instant les efforts ne sont pas suffisants, il faut faire plus d'efforts, réduire les émissions de gaz à effet de serre, agir davantage en faveur des énergies renouvelables.

Pour l'heure, seuls des ajustements à la marge ont été consentis. Or cela ne suffit pas. Il faut des changements de trajectoires, des inflexions. Pour le moment, trop de pays se refusent à faire des choix politiques qui ne feront pas que des heureux, ils "ménagent la chèvre et le chou". Certains pays tablent même sur un saut technologique qui serait joué par la recherche et l'innovation, mais on ne peut pas compter seulement sur cela !

François Hollande espère que la Chine incitera d'autres pays en développement et émergents à faire de même, notamment l'Inde. Dans un communiqué, l'Elysée dit qu'il "attend de la Chine qu'elle puisse faire, comme nous, un travail de dialogue, de conviction auprès d'un certain nombre de pays, dont on sait qu'ils vont être déterminants pour que l'accord puisse être trouvé". L'Empire du Milieu a-t-il suffisamment d'influence sur ces pays pour les contraindre à le suivre? Quels sont les liens économiques/politiques/diplomatiques qui pourraient conduire la Chine à amener l'Inde ou le Brésil à s'aligner sur ses engagements ?

François Lafargue: Les pays émergents comme la Chine, l’Inde ou l’Afrique du Sud dépendent principalement du minerai de charbon pour la production de leur électricité. L’Afrique du Sud est le premier pollueur du continent noir ! En échange de leurs efforts dans la réduction d’émissions toxiques, ils attendent que les nations occidentales les aident à se doter de technologies plus modernes. Un premier pas a été franchi en 2008 avec l’amendement du Traité de non-prolifération nucléaire, qui permet à l’Inde de faire l’acquisition de technologies nucléaires civiles auprès des pays développés, alors qu’elle n’est pas signataire du traité. Pour autant ces transferts de technologies se heurtent à des questions complexes de financements, et de rivalités commerciales entre fournisseurs pressentis. La tentation pour certains pays comme la Chine ou l’Afrique du Sud est de mettre en valeur leurs réserves de gaz de schiste. L’usage du gaz non conventionnel permet de réduire les émissions de particules toxiques, mais a néanmoins d’autres conséquences environnementales graves. Si la Chine a déjà franchi le pas (elle détient les premières réserves mondiales de gaz de schiste), en Afrique du Sud le président Jacob Zuma, envisage depuis plusieurs années de mettre en valeur les réserves de gaz issues de la fracturation des roches de schiste du pays, qui sont jugées prometteuses. Les dernières données de l’Agence américaine pour l’information sur l’énergie (EIA), les estiment autour de 11 000 milliards de m3, le 8e rang mondial (soit 5,5 % des réserves mondiales prouvées). Le défi n’est pas tant de trouver un accord pour limiter le réchauffement climatique que de permettre aux participants d’engager leur réelle transition énergétique en abandonnant les énergies fossiles.

 

François Gemenne: La Chine joue bien sûr un rôle déterminant. Elle a un pouvoir considérable sur les autres pays émergents dont l'Inde, le Brésil, Afrique du Sud, mais également des pays en développement. Dans les négociations, elle a toujours été un allié des pays en développement, regroupés au sein du G77.

 

* En prenant en compte l’ensemble des émissions de gaz à effet de serre, la Chine avait dépassé les États-Unis dès 2003-2004 (base de données EDGAR de la Commission européenne).

Propos recuillis par Adeline Raynal

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gilly
- 04/11/2015 - 14:30
Un oubli sans doute ?
Dans les 11 paragraphes de l'accord, il existe une mention dont personne ne parle : "une réduction des émissions à un rythme compatible avec une croissance forte" (Le Monde).... Pas fous, les Chinois ! Ou comment signer un accord qu'on dénoncera très vite pour cause de croissance faible. Vous parlez d'une réussite !
brennec
- 04/11/2015 - 13:18
Heureusement.
En tant que chou je suis très content qu'il y ait des pays qui ménagent la chèvre et le chou.
zen aztec
- 04/11/2015 - 11:25
très bien...
...Mr Gemmene les pompes à Flamby sont nickel brillantes